UN AN APRÈS LE SUCCÈS DE DIPAIN GRIYE : Pa badine, l’album inattendu de Désiré François

Il n’a fallu que quelques mois pour cet album qui succède à Dipain Griye. Un projet réalisé à travers des événements inattendus. Désiré François confie qu’il y a insufflé plus de sensibilités que dans le passé. Toute une histoire à raconter sur la manière dont Nitish Joganah lui a offert le titre éponyme, Pa Badine. Ou encore comment après Dipain Griye, Don Panic lui a composé Leve. Cet album comprend aussi une reprise de Fam avec Anne Sophie Paul, titre composé par Evelyne François, qui revient avec Nou De.
Ce sont peut-être ces vents favorables qui soufflent sur sa carrière depuis quelque temps qui l’ont poussé vers cet album. Improvisé en quelques mois avec d’heureux éléments qui lui sont tombés sous la main, Pa Badine reste du 100% Désiré François. On y retrouve non seulement le style Cassiya, mais aussi la texture inimitable des œuvres de ce faiseur de tubes, dont la voix voyage dans le paysage musical de Maurice, de Rodrigues, de La Réunion et d’ailleurs depuis plus de vingt ans.

Notes orientales.
L’album est musicalement très riche, avec guitares, percussions, harmonica, saxophone, flûte, ravanne et clavier. Quelques innovations avec la veena de Rajesh Murday et le tabla de Vamesh Bhootooa. Pa Badine, ce sont aussi des textes qui racontent la vie avec poésie et tendresse. Pour le chanteur, c’était la partie essentielle de son projet. De manière assez inattendue et sans concertation préalable, Nitish Joganah, Don Panic, Evelyne François ou encore Jean-Claude Emilien l’ont aidé à compléter cette partie, avant qu’il n’aille à la rencontre des musiciens.
Bientôt une année depuis que Dipain Griye a été élu “Séga de l’Année” sur trois radios. Mais ce n’est pas forcément ce succès ni celui de son grand concert du 9 avril qui ont poussé Désiré François à se hâter pour reprendre le chemin du studio. “Au départ, je n’avais pas pensé faire un album cette année. Dipain Griye marche encore et je ne voyais pas pourquoi il fallait que j’enchaîne. Mais il semble qu’une série de choses se soient mises en place pour que ce projet existe.”

Des histoires qui l’attendaient.
L’idée a germé en Australie, où l’artiste s’est produit en juin. “J’ai fini par me convaincre que j’irai de l’avant, mais je n’avais aucun texte et je n’avais rien préparé.” Evelyne, son épouse, lui offre alors une belle balade qui ouvre l’album, Nou De. Elle est aussi l’auteure d’un titre engagé qui fait appel au respect des femmes et que Désiré François a souvent repris dans ses concerts. Puisque le message de Fam (Bizin respe) reste d’actualité, la chanson a été reprise dans une nouvelle version, avec le soutien vocal d’Anne Sophie Paul et d’Estelle Virginie.
Le chanteur de Latanier est le compositeur du titre éponyme de l’album de Désiré François. Pa Badine, le chanteur de Cassiya l’a écoutée chez Nitish Joganah alors que ce dernier était en répétition pour son premier concert solo, prévu le 9 décembre au MGI. “Nous étions dans sa cour et Nitish a commencé à la chanter. Elle m’a tout de suite interpellé. J’ai pris une ravanne pour l’accompagner.” Le texte n’était pas fini, mais le refrain avait touché Désiré François. “J’ai dit à Nitish que c’est une chanson que j’aime. Je n’avais pas besoin de savoir si elle deviendrait populaire ou pas. Il m’a répondu qu’il me l’offrait.” Désiré François y ajouta du sien, Nitish Joganah compléta le texte dans la voiture lorsqu’il alla rendre visite à son ami à Albion. “Il ne voulait pas que je dise que la chanson est de lui. Il ne voulait pas en tirer le mérite. Mais c’est sa composition et il est tout à fait légitime que je précise cela.”

Leve.
Un jour, il était à la même table où il avait discuté avec Zayd et Nitish Joganah dans son arrière-cour lorsqu’il vit apparaître un invité surprise : Don Panic. Le rappeur, qui est le compositeur de Dipain Griye, était venu de Résidence Kennedy avec quelque chose qu’il voulait à tout prix offrir à Désiré François. “Il était venu avec sa guitare et a insisté pour que je l’écoute.” Leve est un appel fort et profond que lance Don Panic à travers la voix de Désiré François.
Durant la même période, ce dernier, qui reste discrètement actif dans le domaine social à travers une association engagée auprès des enfants, est invité par Jean-Claude Emilien, qui est responsable d’une organisation similaire. “Je suis allé le voir, nous avons discuté des enfants. Ensuite, il m’a fait écouter une chanson qu’il avait composée depuis pas mal de temps. Plusieurs personnes la lui ont réclamée, mais il n’a jamais voulu s’en séparer. Il a pourtant décidé de m’offrir Sa bril Lizie.” C’est donc indéniable : “Tous ces facteurs qui se sont réunis font que cet album se devait d’exister.” Nou Lamizik, Ti Fille la et Lokater sont les autres titres de cet opus.

La voix du peuple.
Désiré François est un ouvrier de Cassis lorsqu’il s’assied un jour sur un gros tuyau à Les Salines. “J’étais fatigué de chanter les chansons des autres et je voulais quelque chose qui m’appartienne. Sans avoir aucune notion de musique ou d’écriture, je me suis assis sur ce tuyau où on se rencontrait souvent et j’ai composé Séparation.” En 1993, c’est ce titre qui le lance et qui devient le premier succès de Cassiya, dont le premier album marque un tournant dans la musique de Maurice et de la région, quelques mois plus tard. “Je n’ai jamais su si une chanson marcherait ou pas. Je n’ai jamais eu de formule précise; je fais les choses comme je le ressens. C’est le public qui décide de tout. C’est lui qui aime ou qui n’aime pas.”
Désiré François n’anticipe rien de l’accueil qui sera réservé à ses nouvelles chansons, tandis que Marlène, Peser, Le Morne, Angelina, Zistwar, Ici Kot nou ete, Rev Nou Zanset et les autres sont des classiques de la nouvelle ère du séga. Pour compléter Pa Badine, il a fait appel aux musiciens avec qui il travaille habituellement et à quelques invités pour ajouter des couleurs. “Nous nous comprenons et les choses se font facilement, même s’il faut parfois un rappel à l’ordre.”
Sans doute puisqu’il n’a pas accordé autant de temps qu’il le fait habituellement pour ce genre de projet, Désiré François a eu quelques appréhensions à propos de son dernier album : “Lorsque je me reposais, mon épouse l’a mis à jouer, et c’est là que je l’ai vraiment écouté.” Il comprend mieux le sens de Pa Badine. “De tous mes albums, celui-ci est sans doute celui dans lequel je me montre le plus sensible. Il témoigne aussi des avancées que j’ai faites dans ma carrière d’artiste.”
Pa Badine sort cette semaine chez les disquaires.

Share: