December 4, 2008 Musique News

Rafael Nadal, amateur de séga

Le No 1 du tennis mondial est venu se ressourcer chez nous. Il y a de quoi ! Quelques veinards, à l’instar du Mauricien Jonathan Dardenne, ont eu la chance de le côtoyer.

Il y pense encore et encore… Jonathan Dardenne, 26 ans, de la compagnie Bateaux Vicky à Trou-d’Eau-Douce, fait partie des quelques rares privilégiés qui ont eu la chance de côtoyer le tennisman Rafaël Nadal durant ses vacances dans l’île : «J’ai rencontré Rafaël Nadal en personne. Je l’ai côtoyé, je lui ai parlé. Cette rencontre fera certainement partie de mes meilleurs souvenirs.Il m’a impressionné par son charisme et il s’est dit aussi être un amateur de notre séga local.» C’est au début de la semaine écoulée que celui qu’on appelle le Guerrier des courts a posé ses valises chez nous. Il a élu domicile dans le cadre enchanteur du Royal Palm, Grand-Baie. Des vacances mauriciennes bien méritées après la saison époustouflante de l’Espagnol. Il a ravi la place de No 1 mondial au Suisse Roger Federer qui régnait en maître depuis quatre ans. Rafael Nadal est le deuxième tennisman – Bjorn Borg était le premier – à remporter les tournois de Roland Garros et Wimbledon lors de la même année. Une blessure au genou le prive d’une participation à la Coupe Davis qui se déroule actuellement en Argentine. La journée de jeudi restera mémorable pour Jonathan Dardenne. C’est lui qui a servi de guide au quadruple vainqueur de Roland Garros (2005 à 2008) : «Je l’ai récupéré sur un speedboat à 11h. Il était sur le terrain de golf de l’île-aux-Cerfs. J’ai ensuite passé toute une journée en sa compagnie.» La star du tennis mondial est considérée comme l’un des plus grands joueurs sur terre battue de tous les temps. Il a établi des records majeurs sur cette surface à seulement 22 ans, dont 81 victoires consécutives, la plus longue série de l’histoire du tennis sur une seule surface chez les hommes. Malgré son succès sur le court, le champion olympique 2008 est considéré comme quelqu’un de simple et d’honnête par ses adversaires. Jonathan Dardenne peut en témoigner Le premier qualificatif qui lui vient en tête lorsqu’on lui demande de décrire le tennisman, il répond que c’est sa simplicité : «J’ai été surpris par sa modestie. Il n’est pas hautain et est très amical. Il parle anglais et un peu de français. Il était en compagnie d’une fille, Maria Francisca Perello, qui pourrait être sa copine, son agent et une troisième personne. Il s’est prêté aux séances de photos et de dédicaces à l’occasion. » La journée a, dit-il, été riche en émotions : «Je l’ai emmené à la cascade de Grande-Rivière Sud-Est, il a nagé et il a beaucoup aimé. Nous sommes ensuite allés pêcher des langoustes que nous avons fait griller sur la plage. Il semblait beaucoup apprécier son séjour à Maurice.» Un autre moment fort que Jonathan aime raconter, c’est lorsque le tennisman a dansé le séga : «Il n’a pas hésité à se déhancher au rythme du séga typique. Il a aussi voulu manger les grillades avec la main. Il a beaucoup aimé le poisson ‘Capitaine’. C’était très bizarre de voir un si grand sportif si humble… Et dire que j’ai l’habitude de ne le voir qu’à la télévision… ». Ils seront nombreux, en particulier les filles, à vouloir avoir la même chance que Jonathan Dardenne a eue. C’est loupé, car le tennisman aura déjà quitté Maurice. On suivra ses performances pour voir s’il fera danser encore une fois ses adversaires sur les courts. Au rythme du séga mauricien peut-être…

Texte : Christophe Karghoo et Rehade Jhuboo

Tags:
Share: