Menwar

Avant que le sagaï ne devienne ce qu’il est, avant que les instruments de Menwar ne chantent la mélodie de la mer, il y avait l’autre sonorité du griot. Ce blues venant de Cassis, son quartier natal, qui marie les influences. C’est au travers de la réédition de l’album Pop Lekonomi que « Lelou » fait revivre sa musique d’avant. Un nouvel album disponible dans les bacs et produit par Harbour Music. C’était la belle époque pour chanter les maux d’une île. Menwar ne dérogeait pas à cette conviction et s’époumonait avec Pop Lekonomi . Aux côtés de Georges Corette, Dany Louison et Finley Nelson, il embarque son monde sur la planéte pop d’un seggae revisé, métissé, bluesé à souhait. On se souvient du clip dans les avenues de la capitale et le canapé qui se plantait dans le décor avec une facilité déconcertante. « Révélant autant de la philosophie griotique que de la poésie, Menwar écrit une langue créole imagée emplie de métaphones imprévisibles » , révéle la jaquette de l’opus. Une langue qui s’est développée au fil du temps pour donner la mélodie du sagaï . Menwar livrait avec Pop Lekonomi le début d’une aventure qui s’exporta par un retour aux sources au travers d’une sonorité plus épurée mais encore plus riche. Un survol de dix titres de Pop lekonomi permet d’entendre et d’apprécier le Menwar d’avant le sagaï et d’analyser la construction sonore qui s’est faite aprés. Une étape faisant de Menwar « un véritable symbole » de la création musicale contemporaine loin du mainstream proche de la vérité.

Share: