July 4, 2009 Musique News

Le one-man-show de Françoise

Le comédien et humoriste Thierry Françoise entame une nouvelle étape de sa carrière. Il monte sur scène pour une expérience solo des plus intéressantes, et livre le DVD de son premier one-man-show. 14 -28 La vérité pa menti est une création dans laquelle l’inénarrable humoriste se raconte… ou presque.

Ceux qui pensent que ce comédien se nomme Cyril Boudin se trompent lourdement. Le monsieur Boudin en question est ni plus ni moins un personnage qui habite le répertoire de Thierry Françoise. Alors évitez de lui donner du Cyril si vous croisez le comédien dans la rue. Mais après avoir vu le DVD de son one-man-show… on retiendra certainement les répliques et les mimiques hautes en couleurs. Sans doute autant que les divers personnages qui peuplent ce spectacle.

La subtilité du texte est résolument loin du gros rire grotesque et surtout loin des vannes qui se succèdent sans cohésion. On appréciera ainsi la construction cohérente du récit hérissé de pointes comiques. 14 -28 La vérité pa menti invite dans un univers juvénile marqué par une progression vers l’âge adulte, à travers des expériences toujours nouvelles : des découvertes du protagoniste à partir de ses quatorze à ses vingt-huit ans.

Pourquoi précisément cette tranche de vie ? Simplement, parce que le comédien n’a pas plus de vingt-huit ans et qu’avant ses quatorze printemps… c’était le désert ou presque, si on excepte une session prématurée à l’école buissonnière, et le sifflet du gamin effaré dans les rues. Mais à quatorze ans, les choses sérieuses commencent à trotter dans la tête du protagoniste. Barbichette et autre quéquette prennent un certain essor et les plans dragues pointent leur nez.

Le morveux laissera tomber ses enfantillages après avoir maîtrisé le grand art du sifflement, tandis que fleurit la saison des premières fois : premier portable thirty-three ten ou première dent en or… dévoilée dans un “bonjour missss” on ne peut plus potache. Première paire de basket originale : pas niki ni naka ni noko ! Viendront aussi les premiers frissons… et la prime amourette avec Petit Poudine Maille.

La narration est ponctuée de parenthèses qui agrémentent le spectacle de situations communes à tout un chacun, mais qui présentées par Thierry Françoise deviennent savoureuses. Il se demande ainsi pourquoi on lui disait toujours de faire des rédactions sur une journée à la plage, mais jamais de raconter une soirée ! Reste que son histoire avec Petit Poudine Maille lui laissera un goût amer. Les deux innocents cailloux posés sur un tabouret symbolisent sa première rupture. C’était un 10 avril 1995 dans la rue La Corderie. Date marquée d’une pierre blanche…

Le jeu du comédien est une performance qui vaut amplement le détour et devrait assurément plaire à ceux désireux de voir un spectacle qui ne suscite pas le rire idiot et gratuit. On notera ainsi que le titre du spectacle comprend une connotation qui renvoie à l’expression kreol : so katorz inn vintwit. Autrement dit, la personne concernée a perdu la boule. Des clins d’œil sont notamment faits aux garnements insignifiants.

On rira aussi des travers de nos compatriotes qui affectent des accents à trancher au couteau, à leur retour à Maurice. Mais leur séjour occidental ne viendra pas à bout de leur croyance populaire : la Matante Fifi du protagoniste est une assidue du docteur nues pattes Moundouss : grand longaniste et grand capitaliste devant l’Éternel. Le sorcier a pour assistant un certain Bernardo (le même muet que dans Zorro).

Autant de personnages que Thierry Françoise interprète au fil du monologue. “J’ai écrit ce texte depuis deux années et j’ai apporté maintes modifications jusqu’au résultat final. Ce one-man-show est l’aboutissement de dix années de scène en tant qu’humoriste. Je me suis finalement senti prêt pour une expérience solo.” Seul sur scène, mais entouré d’une foultitude de personnages attachants qui prennent vie à travers son jeu d’acteur.

On retiendra notamment des représentants des forces de l’Ordre qui dans certains quartiers ont la délicatesse de demander aux riverains de couper la climatisation et de fermer les fenêtres avant de lancer un assaut au gaz lacrymogène. Avec Thierry Françoise, on ne sait jamais qui frappera à la porte : ça peut être un jeune avec un accent racaille, aussi bien que le volubile Jean Vorace : vendeur porte à porte qui aurait vendu la mèche… On appréciera la hardiesse du texte.

Et davantage quand Thierry Françoise fait fi des veilleurs zaffaire de proximité et se lance dans un effeuillage partiel comme pour dire que quelques bourrelets ne devraient pas être une gêne. Pas forcément nécessaire de boire du slip n string pour maigrir. Autant de choses à ne pas prendre au premier degré et qui renvoient souvent à un message subtil. Il y a presque toujours anguille sous roche dans ce monologue. On laisse cependant aux futurs spectateurs le soin de découvrir les autres étapes de ce 14-28 dans le DVD.

Share: