November 17, 2008 histoire, ile-maurice

Histoire de Ile Maurice

L’île était inhabitée lorsqu’elle fut découverte par les Portugais en 1507.
Les Hollandais, qui l’occupèrent de 1598 à 1710, lui donnèrent le nom de Maurice de Nassau. Ils y exploitèrent le bois plus qu’ils n’y développèrent la culture de la canne, du coton et du tabac.

Maurice devint possession de la Compagnie des Indes en 1715, puis du roi de France en 1767 et, rebaptisée île de France, fut, au XVIIIème siècle, le fleuron de l’empire colonial français dans l’océan Indien, centre du commerce et de la «course».
Elle fut conquise en 1810 par les Britanniques qui, après s’être fait reconnaître cette possession par le traité de Paris en 1814, laissèrent aux colons français l’usage de leur langue et du Code civil ; beaucoup de ces colons français restèrent, constituant le groupe des Franco-Mauriciens, grands propriétaires fonciers et hommes d’affaires.
La culture de la canne s’étendit, d’abord avec une main-d’œuvre d’esclaves africains et malgaches, puis, après l’abolition de l’esclavage, en 1835, en ayant recours à une abondante main-d’oeuvre indienne sous contrat, dont une grande part se fixa dans l’île.
En 1885, les Britanniques créèrent un Conseil législatif.
L’île resta colonie britannique jusqu’à son accession à l’indépendance, le 12 mars 1968, sous la conduite du Dr Seewoosagur Ramgoolam.
En 1982, le Mouvement militant mauricien (MMM), créé en 1969 par Paul Bérenger, remporta les élections législatives. Aneerood Jugnauth devint Premier ministre et le resta jusqu’en 1995, malgré sa rupture (1983) avec le MMM.
Visite du Président Mitterrand, le 2 décembre 1990.

Le 12 mars 1992, Maurice est devenue une république, tout en restant au sein du Commonwealth.
En 1993, elle a accueilli le cinquième Sommet de la Francophonie.
En décembre 1995, la victoire électorale de la coalition formée par le Parti travailliste mauricien et le Mouvement militant mauricien a porté le travailliste Navim Ramgoolam au poste de Premier ministre.
Février 1999 : Émeutes (après la mort suspecte de Joseph Topize, dit Kaya, chanteur de reggae), 3 morts.

Share: