April 30, 2009 Musique News

Festival Reggae Donn Sa 4 : Interview Master Kool B

Que représente pour vous la tenue d’un Festival Reggae Donn Sa ?

Le Festival Reggae Donn Sa est aujourd’hui un ” big ” événement derrière lequel il y a des mois de durs labeurs effectués par toute une équipe. Nous avons tout mis en œuvre pour que ce concert devienne l’une des plus grandes manifestations dans le paysage musical local et régional. Aujourd’hui le festival connaît une reconnaissance internationale. Il a trouvé son public aussi bien à Maurice que dans les îles avoisinantes. J’ai choisi le titre Reggae Donn Sa parce que ” reggae donn lamour, reggae donn la vibe “.

Le côté social que comprend le festival est aussi important. Nous avons dans le passé collaboré avec PILS, le Centre de Solidarité. Actuellement nous travaillons avec le International AIDS Candlelight Memorial Mauritius Association et le Kolektif Revey Twa. Il y a toute une équipe qui œuvre avec ce projet. Je dois préciser qu’à chaque concert, il y a environ quatre à cinq milles personnes qui y apportent leur soutien que ce soit directement ou indirectement.

C’est le 13 août 2005, que le Festival Reggae Donn Sa a pris naissance au stade Maryse Justin à Réduit. Ce festival représente beaucoup pour moi. C’est un peu comme ma progéniture. Je l’ai créé avec tout mon amour.

Est-ce qu’en 2005 pensiez-vous que le projet que vous lanciez à l’époque deviendrait un événement annuel ?

C’était justement le but que je m’étais fixé dès le départ. J’ai dans le passé eu l’occasion d’aller en tournée en Europe et de constater de mes propres yeux comment se déroule ce genre d’événement. Au passage des artistes internationaux sur scène je ne suis dit : ” Pourquoi pas à Maurice ? ” Vers la fin des années 90 j’ai réalisé quelques concerts à gauche et à droite mais mon souhait c’était de monter un projet, un vrai festival de reggae avec des artistes internationaux en tête d’affiche. D’autant plus qu’il n’existe aucun festival de reggae dans L’Océan Indien. J’étais conscient des difficultés qui m’attendaient mais je savais aussi que ce n’étais pas chose impossible. Sans la foi et la confiance je n’y serais pas parvenu.

Après le succès du premier festival de reggae 100% francophone en 2005 avec Pierpoljak et Daddy Mory. Un deuxième en 2006 avec le reggae anglophone du groupe Steel Pulse. Puis le reggae purement jamaïquain représenté en 2008 par Morgan Heritage. Cette année c’est le reggae africain qui sera à l’honneur. Comme prévu nous avons eu des hauts et des bas et dû surmonter de multiples épreuves. Parmi, l’annulation de la troisième édition du Festival Reggae Donn Sa en 2007. C’était la panique. Les artistes étaient déjà au pays. De plus, ce festival qui avait pour thème Indian Ocean Burning, s’annonçait exceptionnel. Comme son nom l’indique, il accueillait uniquement des chanteurs de la région, dont Kas-Malbar (KM David) de la Réunion, Ras Ricky et Jahrimba des Seychelles, Ras Natty Baby de l’île Rodrigues et OSB Crew de Maurice. Mais pour moi ces inconvénients font partie de notre combat. Avec recul je peux dire qu’ils nous ont motivé et nous ont permis de nous surpasser. Ce qui fait ma fierté aujourd’hui c’est de savoir que le Festival Reggae Donn Sa est reconnu sur les E-journals spécialisés dans les festivals.

Qu’aviez-vous acquis et appris au fil de vos différentes expériences ?

J’ai appris à agir en vrai professionnel. Ce qui me permet aujourd’hui de prendre des décisions plus rapidement et ainsi faire bouger les choses. Pour une bonne coordination , lorsque je mets en œuvre une projet ” mo insisté, mo persisté, mo résisté pou ki li existé. ” Ceci, malgré les obstacles. Des problèmes, nous en rencontrerons encore et encore. Mais il ne nous faut surtout pas baisser les bras. Il nous faut persévérer. Ce que j’ai appris également, après toutes ces années dans le domaine, c’est de toujours trouver des solutions pour ne pas ralentir les choses.

Ici à Maurice nous ne disposons pas de moyens adéquats pour bouger dans la bonne direction. Je cite un exemple : ici, il n’existe pas de centre de musique où a lieu tous les concerts. Ceci ne doit pas nous empêcher de faire évoluer la musique locale. Mais le plus regrettable est de constater qu’à Maurice, les autorités concernées n’accordent aucune importance à notre culture. Certains préfèrent fermer les yeux sur ce qui se passe autour d’eux. Pour cette présente édition nous n’avons reçu aucune aide du Ministère de la culture. Par contre, je dois remercier le Ministère du tourisme pour son soutien. La MTPA a également apporté sa contribution. Il en est de même pour la Fédération de Football. Sé ene mari soutien ki zot pé améné !

Cela a-t-il était facile pour un enfant de Plaisance d’arriver à devenir l’organisateur de l’unique festival de Maurice ?

La route a été très longue et parsemée d’embûches. Pour arriver au sommet j’ai fait d’énormes sacrifices. Une fois de plus, sans la foi et la persévérance rien n’aurait été possible. Mais comme j’adore me lancer des défis, j’ai foncé. C’est à mon frère, kenny, que je parlais de mon désir de réaliser un jour un concert avec des vedettes internationales. De son côté, il a fait des recherches, passé des coups de fils à gauche et à droite, il s’est même renseigné sur le coût d’un tel projet. Un an après, Alpha Blondy était à Maurice pour son unique concert, grâce à OSB Co.Ltd et Live & Direct Entertainment. Par la grâce de Dieu, nous avons par la suite réussi à faire venir des grosses pointures du reggae. De Steel Pulse à Morgan Heritage en passant par Sean Paul et aujourd’hui avec Tiken Jah Fakoly. Je ne m’attendais pas à ce que le Festival Reggae Donn Sa prenne de l’ampleur aussi rapidement. Mé li bizin vinn enkor pli ” big “. Je suis confiant que dans quelques années ce sera le cas. Ce qui me motive c’est de savoir que nous sommes déjà à la quatrième édition. Je souhaite toutefois que le Festival Reggae Donn Sa continue sur cette lancée même quand je serais plus là.

Justement, pourquoi aviez-vous porté votre choix sur Tiken Jah Fakoly pour ce présent festival ?

J’ai voulu apporter le reggae africain jusqu’à Maurice. Tiken Jah Fakoly est le digne représentant de cette culture en Afrique. Il est la voix de l’Afrique, la voix de son peuple. Tiken Jah Fakoly croit dans une Afrique unie, une Afrique meilleure. Il ne faut surtout pas oublier que l’île Maurice fait partie de l’Afrique. Personnellement, je me retrouve dans ses textes. Nous partageons la même idéologie. C’est vrai que le public mauricien a déjà vu Tiken Jah Fakoly en live lors de son passage à Sakifo l’année dernière. Ce sera une occasion de plus de le revoir et de l’apprécier sur scène. Je souhaite justement faire mention d’une chose importante. Après le concert du 9 mai à Maurice, l’artiste mettra le cap sur le Réunion où il sera en concert le dimanche 10 mai. Une semaine après, il sera sur scène à Mayotte. C’est grâce à ces trois îles qui travaillent en étroite collaboration que ce projet a été réalisé.

Dans une interview qu’il avait accordait à Scope l’année dernière, Tiken Jah Fakoly confiait qu’il connaissait la musique mauricienne surtout à travers les OSB.

Je me souviens de cette article. J’ai précieusement conservé une copie de cette édition du magazine. Quand j’ai lu l’article j’étais surpris mais fier également. Mone truv mari seryé ki mem loin laba li cone OSB. Ce qui prouve que jouer dans des concerts internationaux est un passeport aussi bien pour l’artiste que pour son pays. Si je me souviens bien il avait écouté l’album Revey Twa et avait trouvé que le groupe dégageait une ” big ” énergie. Cela fait toujours plaisir de l’entendre de la bouche des autres. Et de celle de Tiken Jah Fakoly c’est mieux encore. Tout cela est le fruit de notre travail. Pour le Reggae Donn Sa 4 Tiken Jah Fakoly aura l’occasion de nous voir évoluer en live & direct. On lui donnera de la good vibe c’est sûr. Au point qu’il voudra revenir à Maurice pour partager d’autres expériences avec le groupe.

Que représente cette quatrième édition du Festival Reggae Donn Sa pour vous ?

Cette présente édition confirme que le Festival Reggae Donn Sa est sur la bonne voie. Qu’il existe définitivement et surtout qu’il a trouvé sa place.

Quelles sont les nouveautés du Festival Reggae Donn Sa 4 ?

Il n’y a pas vraiment grand-chose en terme de nouveautés cette année. Nous avons surtout appris de nos erreurs du passé. Ce qui nous permet aujourd’hui de venir avec un projet plus abouti. S’il y a quelques changements c’est principalement au niveau du set-up du podium, des jeux de lumières. Des changements habituels. Ou peut-être ce qui fait la différence avec les précédentes éditions c’est que cette année l’engagement social que prend le festival est plus intense. Nous avons doublé l’effort dans ce sens. Le thème de cette année est : Reggae kony SIDA, le pays va mal.

Quels sont vos principaux défis aujourd’hui ?

C’est d’effacer toutes les critiques destructives et accomplir des critiques constructives. Pour ce faire, il faut que le concert soit à la hauteur des attentes de tous. Il doit tenir ses promesses. Une bonne coordination entre les membres de l’organisation est nécessaire. Le plus important pour le bon déroulement d’un concert c’est de savoir ” qui fait quoi “. Il faut aussi qu’il y ait un bon enchaînement des choses. Autre défi : que le concert se déroule dans une ambiance conviviale, où le public pourra danser ” lor ene sel tempo “.

Qu’espérez-vous offrir au public le 9 mai ?

Un spectacle de qualité qui comprendra les anciennes chansons du groupe mais aussi des morceaux inédits. Le public avait eu un aperçu des nouveautés de OSB Crew l’année dernière lors de la première partie de Morgan Heritage. Cette année encore, nous proposerons un tout nouveau répertoire à nos fans. Notre passage sur scène sera une fois de plus immortalisé sur le prochain DVD..

Quels sont vos projets après le Festival Reggae Donn Sa 4 ?

Si le peuple nous suit, nous réaliserons sans doute d’autres projets. Mais après le festival nous nous consacrerons à notre tournée en Europe qui débutera à la fin de mai. Direction Paris. En ce qui concerne le prochain Festival Reggae Donn Sa, d’ici novembre de cette année, le public sera mis au courant de l’évolution du projet. Le nom des artistes locaux, régionaux et internationaux sera connu et annoncé. Nous entamerons les préparatifs très tôt afin d’éviter les stress de dernières minutes.

Share: