May 9, 2009 Annonces

Emmanuel Richon ressuscite Ti Frer

Alphonse Ravaton, dit Ti Frer. Combien de nos jeunes savent que ce grand monsieur à la voix éraillée, lavé au “ti lanbik”, né à Quartier-Militaire, a donné ses lettres de noblesse à notre folklore national, le séga ? Si nos élèves planchent sur des textes d’auteurs étrangers dans nos collèges, l’occasion leur est donnée par Emmanuel Richon, conservateur du Blue Penny Museum de toucher du doigt, c’est le cas de le dire, Ti Frer.
Tifrer ressuscité le temps d’une exposition qui est consacrée au séga, et qui court jusqu’en juin au Blue Penny Museum. Déclinée en trois thèmes, Ti Frer, les ins-truments de musique et des peintures dépeignant le séga, cette exposition est une mine de trésors sur notre folklore. Emmanuel Richon a pu obtenir du neveu du ségatier que le costume, le chapeau feutre, les chaussures, les cartes d’identité (Ti Frer en avait deux !), le triangle et l’accordéon du grand homme soient exposés au musée.
Egalement visibles le certificat adressé par la Reine d’Angleterre à Ti Frer, concernant le titre de Member of the British Empire qui lui fut octroyé par Londres, le permis de conduire |du ségatier qui gagnait sa vie comme chauffeur de bus, et une lettre de remerciement de Henri Leclézio, car Ti Frer avait aidé à “casser” une grève dans le port, en allant faire le docker en lieu et place des grévistes !
Si on y ajoute le bobre, le makalapo, le “seze” et autres instruments propres au séga, dont l’incontournable ravanne, et les tableaux et estampes du 19e siècle, on a là une escale dans un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, mais qu’ils se doivent absolument de découvrir.
En collaboration avec l’Ecole hôtelière, une conférence sur le séga se tiendra au même endroit, le 16 mai.
L’entrée à l’exposition est gratuite. De 10 à 17 heures tous les jours, sauf les dimanches, le public mauricien a donc rendez-vous avec le séga. Merci Emmanuel Richon !

Share: