December 22, 2016 Artists Ile Maurice

ELLE DANSE : L’album qui confirme Gary Victor

Avec son album Elle danse, sorti la semaine dernière, Gary Victor confirme qu’il a des atouts pour continuer. Deux ans après Zoli Mamzel, ce huit titres expose la maturité de l’artiste de 22 ans.
Zoli Mamzel n’est plus une adolescente de 14 ans. Les années ont passé, elle a acquis de l’expérience et a pris de l’assurance. Quand elle avait été dévoilée, elle ne s’était embarrassée d’aucun superflu. Une guitare sèche en guise de fard léger, son naturel l’a fait briller d’un bel éclat, comme aurait pu l’être l’écriture d’un adolescent amoureux de 15 ans.
Zoli Mamzel, nouvelle Princess de Kymaï.

Gary Victor a aujourd’hui 22 ans. Deux ans après que ce titre l’a révélé lors du concours Nou Pays Nou Lamizik, ç’aurait été de l’infidélité que d’abandonner sa Zoli Mamzel sur le carreau alors qu’il écrit un nouveau chapitre dans sa carrière. Tandis que la chanson figure déjà sur une compilation, Gary Victor lui a offert une session de relooking entre des mains expertes pour voler vers d’autres horizons, dan gos, dan drwat. Le chanteur de dancehall français Kymaï fait l’intro de Zoli Mamzel, avant de revenir sur les refrains. Le chanteur du groupe NZH aux millions de views sur Youtube et qui a connu le succès à travers des titres comme Princess, Balance toi et autres, se partage la belle avec Gary Victor, DJ Custon & DJ Cedrik. Une version aux allures dancehall, en huitième position sur l’album du chanteur mauricien qui peut aspirer au meilleur.
Lorsqu’il débarque sur la scène du concours de Phoenix Beverages en 2013, Gary Victor n’a aucune notion dans le domaine. Il a transformé un texto écrit pour une belle aperçue dans un supermarché en chanson et a été happé par un succès soudain. Tout aurait pu laisser croire en une de ces aventures éphémères, comme on en voit tellement dans les téléréalités. Mais l’ancien pensionnaire du collège St-Mary’s a forcé son destin.
Sans fioritures.

Elle danse est un bon album. Il restera parmi l’un des meilleurs d’une année qui est riche en termes de créations et de révélations, alors qu’une nouvelle génération d’artistes s’est déjà signalée. En sus de la nouvelle version de Zoli Mamzel, il s’offre plusieurs atouts qui lui garantiront une bonne place sur les étagères des disquaires.
Chaleureuse et sans fioritures, la voix de Gary Victor vogue à travers plusieurs styles pour raconter des expériences personnelles mises en vers selon une approche poétique koltar et colorée. Éternellement amoureux, il se laisse porter par ses histoires et dévoile son âme de grand romantique. Mais Gary Victor n’est pas Céline Dion. Nous ne serons donc pas immergés dans une ambiance à l’eau de rose. Il propose quelque chose de plus revigorant, dans un cadre musical où seggae et reggae cohabitent avec du zouk. Il propose aussi une reprise du célèbre Pomper de Jacques Perne.
Réalisé par Shailend Hurry, le travail réalisé en studio est à souligner. Damien Elisa, Philippe Thomas, Didier Baniaux et Yvan Bazile figurent parmi les musiciens qui ont participé à cette coproduction de Nu’Rikord.
Sous le signe de la maturité.

“Je suis satisfait”, dit Gary Victor. Les raisons sont nombreuses. La traversée a été longue, mais elle a permis au chanteur débutant de comprendre les rouages du milieu et ses réalités. “Au départ, j’ai été confronté à beaucoup de promesses de personnes qui ont fait miroiter de jolis rêves devant moi. Finalement, je me suis retrouvé sans encadrement, ne sachant quoi faire, jusqu’à ce que je tombe entre de bonnes mains.” Le projet pouvait alors aboutir. Fort des expériences acquises, il a placé cet album sous le signe de la maturité. Le niveau des textes est différent. Il y a ceux qu’il a composés durant son adolescence et les autres qui sont venus rejoindre son répertoire récemment, comme Mo Sante, où il rend hommage à ses parents.
Gary Victor demeure attaché à ses racines. Enfant de Résidence Beau Séjour, il parle de ses origines avec fierté pour dire que ce quartier situé entre Rose-Hill et Quatre-Bornes a aussi d’autres histoires à raconter que des affaires classées sous la rubrique des faits divers. “Chez nous, il y a aussi des gens qui ont réussi.” Lui est chanteur, mais il ne peut en faire son principal objectif. Raison pour laquelle il se concentre sur ses études à l’École Hôtelière, conscient qu’un diplôme lui assurera un avenir, alors que le domaine artistique reste, hélas, précaire. “Je veux progresser par étapes, comme l’importe qui d’autre. Je refuse d’être privilégié parce qu’une de mes chansons a connu du succès.”
Gary Victor insiste pour jouer la carte de la simplicité. Il fait attention de ne pas perdre la tête. “C’est pourquoi je n’ai rien cherché de compliqué dans l’album, pour qu’il soit tel que je suis.” S’il ne définit pas son style, il confie son désir d’offrir un album chaleureux.

Share: