Dj Kingdom

Il balance la sauce sur scène, avec OSB depuis des lustres. Cet ancien danseur de rap s’est reconverti en compositeur et arrangeur, outre d’être un des meilleurs dans son genre. Rencontre avec l’homme qu’on appelle Dj Kingdom. Dominique Lambin pour l’état civil.

Rares sont les Disc Jockey capables de chevaucher la vibe, les mains dans le dos. Sa platine est un royaume de scratches et de mixes ponctués de mouvements acrobatiques. Dj Kingdom se décrit volontiers comme un créateur d’ambiance. Musicien d’un autre genre, il manie le vinyle pour apporter du relief aux prestations scéniques de Riddim Syndicate ou d’OSB Crew.

Le maestro du disque balance la sauce pour introduire ces groupes sur scène, et surtout pour faire vibrer le public. Il recherche et mélange des sonorités ghetto originales “puisque je propose le rythme sur lequel les artistes poseront leur voix.” Dj Kingdom se spécialise dans le riddim dancehall et hip hop.

Ce Dj produit aussi des compilations du même genre. Des disques réadaptés selon son feeling.

Ghetto vibe. Kingdom est influencé par la ghetto vibe depuis sa jeunesse. Notamment par un certain Daddy K (Dj de Benny B). Ce qui nous amène à ses débuts dans la mouvance Hip Hop au mitan des nineties. Dominique Lambin est alors un jeune danseur de rap, féru de streets sounds (sound system) organisés par les Street Brothers (STB). On remarque son talent de danseur lors des battles au Dojo. Ses pas de danse se mêleront à ceux de Bruno Raya.

Daddy K. Il se retrouve peu après dans le garage des Raya à Plaisance pour des répétitions. “Bruno nous apprenait la base chorégraphique sur laquelle nous allions évoluer.” Kingdom assurera avec d’autres danseurs les premières parties scéniques de Street Brothers. Mais Daddy K lui trottait toujours dans la tête. Cet artiste est danseur aussi bien que Dj. Kingdom le danseur de rap aura sa chance de mixer devant un public et de dévoiler son autre talent.

Lui qui ne mixait que sur cassette puis sur CD aura l’occasion de faire ses preuves sur platines. Un soir dans une boîte de nuit à Plaisance, Kingdom mixe ragga et rap avec du zouk. Chose qui ne passe pas inaperçue. Kenny Raya devait alors lui proposer de faire du deejaying lors des street sounds de STB, sous la supervision de Did Steph. Ce dernier lui apprendra les rudiments des platines. “J’ai touché à une vraie platine grâce à Did Steph.”

Scratch. Comme beaucoup de jeunes de sa génération, Kingdom n’avait pas les moyens de se payer un équipement convenable pour laisser libre cours à sa passion. Son oreille musicale et son sens du scratch, couplés à sa rapidité d’exécution feront de Dj Kingdom un des meilleurs dans son genre, autant que le Dj attitré de OSB. Sa première discographique fut sur Don Spirituel. Album solo de Kool B. Ses scratches répondent aux percussions des djembés. La fusion est parfaite.

Dj Kingdom est à présent un membre à part entière du Crew de Plaisance. Même si cet homme de 33 ans a fondé un foyer, loin de cette banlieue rosehillienne qui a vu grandir son talent, la musique occupe une place prépondérante dans sa vie. Le deejaying est sa passion autant que son métier aujourd’hui. On le surprendra souvent à dialoguer avec ses platines. Surtout lors de ses recherches musicales ou lors de ses compositions.

Car le Dj compose des mélodies sur ce que d’aucuns appelleraient un tourne-disque. Mais cet appareil offre des possibilités probablement aussi larges qu’un instrument de musique, pour qui sait exploiter le maximum des potentiels offerts avec suffisamment de créativité. Le créateur d’ambiance compare ses platines à un instrument qui lui permet de balancer des sons que les musiciens classiques auraient bien du mal à produire sur une scène et en live.

Une main sur son mixeur et une autre sur le vinyle, Dj Kingdom est prêt à réagir à la demande des chanteurs, quand ces derniers lancent : “One drop ! Mix ou Pull-up.” Sur scène Kingdom guette le feu vert pour balancer la sauce et fait de ses platines un théâtre sonore qui suscite des émotions avec des scratches ou des mixes. “C’est à travers le son que je balance que je peux exprimer ce que je ressens au fond. La musique est mon langage.”

Sans doute aussi son royaume.

Projet du royaume

Dj Kingdom travaille actuellement sur un projet de disque qui devrait réunir plusieurs Dj de Maurice dans la mouvance Ragga / Dancehall. Le but est de promouvoir les jeunes talents et de partager son expérience acquise au fil des années de mixage et de scratching. Ceux désireux d’apporter leur contribution à ce projet sont priés de prendre contact avec Kingdom au 753 4047. À noter que le Dj propose aussi des cours deejaying à ceux qui veulent se perfectionner dans le domaine. Pour information Ragga Connexion 4 vient d’être publié.

Share: