[Party] Hommage a Kaya 26 Feb @ Blues Cafe - Page 8 - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > RadioMoris.Com > Soirées et Concerts

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #71 (permalink)  
Vieux 08/03/2005, 10h06
Manev
 
Date d'inscription: octobre 2004
Messages: 16
Citation:
KENOO a écrit:
mo fer partie dans osb crew kamuad tiken p sortie dans 3 mois.

Contente de savoir que Tikenzo sera de retour sur la scène, le OSB crew sera vraiment complet!

Sinon Kenoo, je sais que t'a été un des organisateurs du concert hommage à Kaya, c'était une tres grand réussite!

Etant donnée que suis fan des OSB et que tu formes partie du OSB crew, ma question est: A quand un concert des OSB en europe? Cela ferait la joie de beaucoup de fans ici présents en europe, crois moi
Okay sa,serié net to form parti OSB met mwa lor vibes la beh good news sa.. fer zot koné ki nou mari contan ki Tikenz pé sorte dan cacho dan 3 mois .. Kenoo wa Jah Bless pou organisation concert Kaya lor Blues Café, concert la ti silloy ziska matin gra, tou dimoun ti pé sante Kaya, bel emotions plis sa ti rasta (mone blié so nom) sorti lAfrik ki finne rane ène homage dan so façon pou Kaya, trouvé ki hommage la fine depasse map Moris .. mo fine allé ek ène ti korum Mauricien (of course) ek ène Sénégalais.. Si mo dir zot ki Sénegalais, antillais, european, ek martiens contan seggae, la misik moricien, continié fight bel vibes sa .. mo espéré li pou alle de lavan.. sa ti program la finn rechof nu lé ker..MERCI.

Si bann OSB Crew vinne leurope, passe par la Suisse mo ti met sa dialogue la or Raya Maurice, li ti dir mwa ène dé programmation lor Belgique pé paré, tou dan zot lamain, serié sa , fair koné..

ps : mo finne pren ène dé fotos + ène mini film lor concert, seleman li unpé lourd pou voye li .. ki bezin fair? kot pou met sa ? wa fair koné

ène dé ti contacts pou infos pou bann artists pou bann festivals si zot éna zot dossier, mo koné li pa facil pou tracé, beh continué fight :

Jacques Monnier (ène lom pou programmation Festival la Suisse, check site la )
Paléo Festival Nyon
CP 177
CH - 1260 NYON
tél direct +41 22 365 11 33
e-mail jacques@paleo.ch
www.paleo.ch

et

Caribana Festival (pareil)
Laurent Gygi
4 rue du Bugnon
1299 Crans


divers
des potes de la dansehall/production etc..
http://www.dsnsky.com/

SummerJam Festival
http://www.summerjam.de/

http://www.swissreggaeunity.com/?pid=1

etc..

paceki aussi mo chagrin kan mo trouv sa.. kan mo koné ki ène bann pé tracé for for..



Citation:
VENDREDI 4 MARS 2005 /Week end Scope

Quel marché pour la musique mauricienne ?


Décembre est passé, avec son lot d'albums locaux. En dépit d'un investissement énorme pour certains, leur musique ne dépassera pas les frontières mauriciennes. Quelques chanceux pourront se produire à La Réunion. La plupart le feront en playback car, depuis quelque temps, les lois françaises sont plus strictes à ce sujet. À part cela, le marché régional est quasi inexistant. Et que dire de la musique mauricienne sur le marché international ? C'est encore un rêve qui n'est pas prêt de se réaliser.

À ce jour, le marché français semble être la seule voie pour accéder aux boîtes de production internationales. Mais la France, submergée par la vague Star Academy, n'est pas prête à faire de la place à la musique des îles. Reste à savoir également si les artistes mauriciens sont, eux, prêts à se jeter dans cette arène. À part Éric Triton (voir hors-texte), tous ceux qui ont essayé sont restés derrière.

Selon Richard Hein, qui participe au Marché International de la Musique (MIDEM) tous les ans, la musique mauricienne doit avant tout avoir le niveau voulu pour être acceptée sur le marché international. "Ce qui n'est pas évident de nos jours car, pour avoir un bon produit, il faut passer beaucoup de temps dessus. Et comme le marché est restreint et pas rentable, on est obligé de faire un peu n'importe quoi pour arriver à vendre quelques albums."

Investir. Pour soutenir ses propos, le producteur fait remarquer que les meilleures ventes locales se situent dans les 10 000 CD. "Dans de telles conditions, qui voudra investir dans un album de qualité ? Un groupe comme Garbage, par exemple, passe un an en studio avant de sortir un album. Est-ce qu'on a les moyens d'en faire autant à Maurice ? Au contraire, on fait le minimum pour que ce soit écoutable."

Mauricien résidant en France, ayant fait carrière avec le groupe Malavoi, et dont le titre Bondié est très apprécié à Maurice, Lindsay Charnier rejoint Richard Hein sur certains points. "Maurice se doit d'avoir des structures adéquates pour pouvoir s'installer au niveau international. Par exemple, organiser des festivals, assurer la coordination entre les producteurs, distributeurs et créateurs, mettre en place des ateliers musicaux, afin d'initier les jeunes et intéresser tous les acteurs de l'économie mauricienne à une participation dans la vie culturelle du pays."

Moyens. Lindsay Charnier est aussi d'avis que Maurice doit se doter de moyens professionnels au niveau local avant de s'attaquer au marché international : "Cela veut dire de la recherche au niveau des mélodies, des harmonies, de l'orchestration et de l'interprétation. Maurice renferme énormément de talents, mais il faut que chacun reste à sa place. Certains sont doués pour l'écriture des textes, d'autres sont de fins mélodistes, de bons arrangeurs et enfin, des choristes. Le gros problème, c'est cette tendance à vouloir tout faire soi-même. Le produit finit par perdre de sa qualité et de son efficacité en chemin."

À un certain moment, les moyens techniques limités sur le sol mauricien étaient également mis en cause. Une fois de plus, Richard Hein souligne la non-rentabilité : "J'avais un grand studio, mais j'ai dû vendre le matériel parce que j'accumulais des pertes. Personnellement, je préfère travailler dans un grand studio. Cela veut aussi dire réclamer plus d'argent à ceux qui viennent enregistrer. Comme je l'ai dit, les gens ne veulent pas investir pour voir leur produit piraté ou être en concurrence avec les CD internationaux qui se vendent à Rs 50. Être producteur à Maurice ne veut pas dire faire des millions, mais arriver à gagner sa vie simplement."

Parlant de son expérience au MIDEM, Richard Hein affirme que les producteurs étrangers ne sont guère intéressés par les produits mauriciens qui ne se situent pas dans le mainstream. "Qui plus est, je partage le stand avec des Africains qui sont beaucoup plus organisés que nous, notamment au sujet du piratage."

World. Faudrait-il donc aller plus vers la World Music ? La question fait tiquer Richard Hein : "Qui fait de la World à Maurice ? À part Menwar, tout le monde fait ce que j'appelle de la variété locale. Pour percer sur le plan international, il faut avant tout être reconnu dans son pays. Menwar n'arrive même pas à vendre ses disques ici. Prenons quelqu'un comme Jaojoby, par exemple. Il est une star à Madagascar et lorsqu'il joue en France, les Malgaches se déplacent en grand nombre pour venir le voir. Est-ce que si Menwar donne un concert à Paris, les Mauriciens vont se déplacer pour aller le voir ? Et puis, dans le registre World Music, il faut reconnaître que les Africains sont très forts. C'est un créneau très difficile pour les Mauriciens."

Richard Hein évoque également un autre problème de taille : "Les Mauriciens n'ont pas l'expérience de la scène ! Mener une carrière internationale veut dire tourner sans cesse. Or, les artistes à Maurice n'ont même pas l'occasion de se produire. De ce fait, ils n'ont aucune expérience de la scène. Des fois, ils ne sont même pas habillés comme il faut. Ne parlons pas de l'hôtellerie. Ça permet sans doute à certains de gagner leur vie, mais ça ne les fait pas progresser pour autant. Au contraire, je suis d'avis que l'hôtel ramollit les artistes."

Qu'en est-il des Mauriciens installés à l'étranger ? "Certains essayent de faire bouger les choses à leur niveau et avec leurs propres moyens. Personnellement, je me fais un devoir de composer en créole. Et ce depuis 20 ans. J'ai même enregistré une ballade jazz (Tatave) en créole mauricien sur un album produit par Didier Lockwood en 1992. Quand je me suis retrouvé au festival Africa Mondo à Brooklyn chantant en créole, je pensais que c'était le début de cette reconnaissance tant attendue, mais on demande plus de notre culture musicale", conclut Lindsay Charnier.

Triton, l'exception


Lorsque Nation, l'album d'Éric Triton, sort en France en mars 2004, toute l'île Maurice ressent une certaine fierté. Certes, on savait qu'il avait signé chez un major, en l'occurrence Polydor Universal, depuis trois ans. Mais on ne pouvait pas encore imaginer l'ampleur qu'allait prendre le blues créole d'Éric Triton. Trop souvent, nos artistes ayant tenté une percée en France ont été contraints de se plier aux exigences du marché, se voyant interpréter de la variété française. Là, il s'agissait bel et bien du blues mauricien en créole ! Éric Triton confiait à Scope récemment : "Chanter en créole est une manière pour moi de dire ma fierté d'être Mauricien et en même temps, d'imposer cette langue, comme le créole antillais qui est très présent en France."

Ainsi, lorsqu'il revient au pays pour un unique concert, il chante à guichets fermés ! Pourtant, c'est ce même Triton, avec les mêmes Armstrong, Linité ou Blues dan mwa que le public mauricien huait quelques années plus tôt.

Pour être reconnu, le bluesman a dû partir. D'abord pour La Réunion où il acquiert une certaine notoriété (la presse française parle même de lui dans un premier temps comme d'un "guitariste réunionnais"), ensuite pour la France. Car à Maurice, les artistes étouffent ! Et c'est cette même île Maurice qu'Éric Triton reprend dans ses chansons. Actuellement en tournée de promotion, Éric Triton prépare aussi son deuxième album qui s'intitulera l'Art vaincra.


Menwar attend son heure


Sa notoriété dans l'océan Indien est déjà acquise. Même si les Mauriciens n'achètent pas ses albums comme des petits pains, ils savent que Menwar est un créateur de génie. Reste à convaincre producteurs et autres festivaliers de la world music. Dans ce registre, la concurrence est rude et comme le fait si bien ressortir Richard Hein, "les Africains sont très forts." Mais Menwar persévère, avec le soutien de son manager, Percy Yip Tong, qui va jusqu'en Afrique du Sud pour lui décrocher une participation à Awesome Africa. Après une première participation au Festival des musiques métisses d'Angoulême, le rendez-vous sud-africain est très attendu, dans la mesure où cette fois, il sera devant un public anglophone. Entretemps, Menwar multiplie ses déplacements dans l'océan Indien. Il a joué notamment au Festival Interculturel de Mayotte et à Sakifo à La Réunion, participant au passage à l'enregistrement de la chanteuse de maloya Nathalie Natiembé. Menwar semble attendre patiemment son heure.


Les occasions manquées

"Kaya était notre premier espoir pour une carrière internationale." Ce n'est ni plus ni moins Éric Triton qui le disait lors d'un récent entretien. Le compositeur français Francis Lai, en vacances à Maurice en 2002, faisait la même remarque : "Le seggae aurait pu se vendre en Europe." Malheureusement, en dépit d'une participation à Africolor et une première partie annoncée de Ziggy Marley, Kaya n'a pu aller aussi loin. On peut également regretter qu'il n'y ait pas eu de suite à Alalila de Denis Azor, propulsé comme tube de l'été en France au début des années 90. Dommage également que Jenny Mackay, qui a pourtant enregistré un duo avec Elton John, n'ait pas connu une carrière plus brillante. Et plus récemment, Linzy Bacbotte tentait aussi sa chance en France, mais le projet qu'on lui avait proposé n'a pas abouti.
Réponse avec citation
Google
  #72 (permalink)  
Vieux 08/03/2005, 14h41
Enflé
 
Date d'inscription: janvier 2005
Messages: 123
Citation:
Posté par timan
Citation:
KENOO a écrit:
mo fer partie dans osb crew kamuad tiken p sortie dans 3 mois.

Contente de savoir que Tikenzo sera de retour sur la scène, le OSB crew sera vraiment complet!

Sinon Kenoo, je sais que t'a été un des organisateurs du concert hommage à Kaya, c'était une tres grand réussite!

Etant donnée que suis fan des OSB et que tu formes partie du OSB crew, ma question est: A quand un concert des OSB en europe? Cela ferait la joie de beaucoup de fans ici présents en europe, crois moi
Okay sa,serié net to form parti OSB met mwa lor vibes la beh good news sa.. fer zot koné ki nou mari contan ki Tikenz pé sorte dan cacho dan 3 mois .. Kenoo wa Jah Bless pou organisation concert Kaya lor Blues Café, concert la ti silloy ziska matin gra, tou dimoun ti pé sante Kaya, bel emotions plis sa ti rasta (mone blié so nom) sorti lAfrik ki finne rane ène homage dan so façon pou Kaya, trouvé ki hommage la fine depasse map Moris .. mo fine allé ek ène ti korum Mauricien (of course) ek ène Sénégalais.. Si mo dir zot ki Sénegalais, antillais, european, ek martiens contan seggae, la misik moricien, continié fight bel vibes sa .. mo espéré li pou alle de lavan.. sa ti program la finn rechof nu lé ker..MERCI.

Si bann OSB Crew vinne leurope, passe par la Suisse mo ti met sa dialogue la or Raya Maurice, li ti dir mwa ène dé programmation lor Belgique pé paré, tou dan zot lamain, serié sa , fair koné..

ps : mo finne pren ène dé fotos + ène mini film lor concert, seleman li unpé lourd pou voye li .. ki bezin fair? kot pou met sa ? wa fair koné

ène dé ti contacts pou infos pou bann artists pou bann festivals si zot éna zot dossier, mo koné li pa facil pou tracé, beh continué fight :

Jacques Monnier (ène lom pou programmation Festival la Suisse, check site la )
Paléo Festival Nyon
CP 177
CH - 1260 NYON
tél direct +41 22 365 11 33
e-mail jacques@paleo.ch
www.paleo.ch

et

Caribana Festival (pareil)
Laurent Gygi
4 rue du Bugnon
1299 Crans


divers
des potes de la dansehall/production etc..
http://www.dsnsky.com/

SummerJam Festival
http://www.summerjam.de/

http://www.swissreggaeunity.com/?pid=1

etc..

paceki aussi mo chagrin kan mo trouv sa.. kan mo koné ki ène bann pé tracé for for..



Citation:
VENDREDI 4 MARS 2005 /Week end Scope

Quel marché pour la musique mauricienne ?


Décembre est passé, avec son lot d'albums locaux. En dépit d'un investissement énorme pour certains, leur musique ne dépassera pas les frontières mauriciennes. Quelques chanceux pourront se produire à La Réunion. La plupart le feront en playback car, depuis quelque temps, les lois françaises sont plus strictes à ce sujet. À part cela, le marché régional est quasi inexistant. Et que dire de la musique mauricienne sur le marché international ? C'est encore un rêve qui n'est pas prêt de se réaliser.

À ce jour, le marché français semble être la seule voie pour accéder aux boîtes de production internationales. Mais la France, submergée par la vague Star Academy, n'est pas prête à faire de la place à la musique des îles. Reste à savoir également si les artistes mauriciens sont, eux, prêts à se jeter dans cette arène. À part Éric Triton (voir hors-texte), tous ceux qui ont essayé sont restés derrière.

Selon Richard Hein, qui participe au Marché International de la Musique (MIDEM) tous les ans, la musique mauricienne doit avant tout avoir le niveau voulu pour être acceptée sur le marché international. "Ce qui n'est pas évident de nos jours car, pour avoir un bon produit, il faut passer beaucoup de temps dessus. Et comme le marché est restreint et pas rentable, on est obligé de faire un peu n'importe quoi pour arriver à vendre quelques albums."

Investir. Pour soutenir ses propos, le producteur fait remarquer que les meilleures ventes locales se situent dans les 10 000 CD. "Dans de telles conditions, qui voudra investir dans un album de qualité ? Un groupe comme Garbage, par exemple, passe un an en studio avant de sortir un album. Est-ce qu'on a les moyens d'en faire autant à Maurice ? Au contraire, on fait le minimum pour que ce soit écoutable."

Mauricien résidant en France, ayant fait carrière avec le groupe Malavoi, et dont le titre Bondié est très apprécié à Maurice, Lindsay Charnier rejoint Richard Hein sur certains points. "Maurice se doit d'avoir des structures adéquates pour pouvoir s'installer au niveau international. Par exemple, organiser des festivals, assurer la coordination entre les producteurs, distributeurs et créateurs, mettre en place des ateliers musicaux, afin d'initier les jeunes et intéresser tous les acteurs de l'économie mauricienne à une participation dans la vie culturelle du pays."

Moyens. Lindsay Charnier est aussi d'avis que Maurice doit se doter de moyens professionnels au niveau local avant de s'attaquer au marché international : "Cela veut dire de la recherche au niveau des mélodies, des harmonies, de l'orchestration et de l'interprétation. Maurice renferme énormément de talents, mais il faut que chacun reste à sa place. Certains sont doués pour l'écriture des textes, d'autres sont de fins mélodistes, de bons arrangeurs et enfin, des choristes. Le gros problème, c'est cette tendance à vouloir tout faire soi-même. Le produit finit par perdre de sa qualité et de son efficacité en chemin."

À un certain moment, les moyens techniques limités sur le sol mauricien étaient également mis en cause. Une fois de plus, Richard Hein souligne la non-rentabilité : "J'avais un grand studio, mais j'ai dû vendre le matériel parce que j'accumulais des pertes. Personnellement, je préfère travailler dans un grand studio. Cela veut aussi dire réclamer plus d'argent à ceux qui viennent enregistrer. Comme je l'ai dit, les gens ne veulent pas investir pour voir leur produit piraté ou être en concurrence avec les CD internationaux qui se vendent à Rs 50. Être producteur à Maurice ne veut pas dire faire des millions, mais arriver à gagner sa vie simplement."

Parlant de son expérience au MIDEM, Richard Hein affirme que les producteurs étrangers ne sont guère intéressés par les produits mauriciens qui ne se situent pas dans le mainstream. "Qui plus est, je partage le stand avec des Africains qui sont beaucoup plus organisés que nous, notamment au sujet du piratage."

World. Faudrait-il donc aller plus vers la World Music ? La question fait tiquer Richard Hein : "Qui fait de la World à Maurice ? À part Menwar, tout le monde fait ce que j'appelle de la variété locale. Pour percer sur le plan international, il faut avant tout être reconnu dans son pays. Menwar n'arrive même pas à vendre ses disques ici. Prenons quelqu'un comme Jaojoby, par exemple. Il est une star à Madagascar et lorsqu'il joue en France, les Malgaches se déplacent en grand nombre pour venir le voir. Est-ce que si Menwar donne un concert à Paris, les Mauriciens vont se déplacer pour aller le voir ? Et puis, dans le registre World Music, il faut reconnaître que les Africains sont très forts. C'est un créneau très difficile pour les Mauriciens."

Richard Hein évoque également un autre problème de taille : "Les Mauriciens n'ont pas l'expérience de la scène ! Mener une carrière internationale veut dire tourner sans cesse. Or, les artistes à Maurice n'ont même pas l'occasion de se produire. De ce fait, ils n'ont aucune expérience de la scène. Des fois, ils ne sont même pas habillés comme il faut. Ne parlons pas de l'hôtellerie. Ça permet sans doute à certains de gagner leur vie, mais ça ne les fait pas progresser pour autant. Au contraire, je suis d'avis que l'hôtel ramollit les artistes."

Qu'en est-il des Mauriciens installés à l'étranger ? "Certains essayent de faire bouger les choses à leur niveau et avec leurs propres moyens. Personnellement, je me fais un devoir de composer en créole. Et ce depuis 20 ans. J'ai même enregistré une ballade jazz (Tatave) en créole mauricien sur un album produit par Didier Lockwood en 1992. Quand je me suis retrouvé au festival Africa Mondo à Brooklyn chantant en créole, je pensais que c'était le début de cette reconnaissance tant attendue, mais on demande plus de notre culture musicale", conclut Lindsay Charnier.

Triton, l'exception


Lorsque Nation, l'album d'Éric Triton, sort en France en mars 2004, toute l'île Maurice ressent une certaine fierté. Certes, on savait qu'il avait signé chez un major, en l'occurrence Polydor Universal, depuis trois ans. Mais on ne pouvait pas encore imaginer l'ampleur qu'allait prendre le blues créole d'Éric Triton. Trop souvent, nos artistes ayant tenté une percée en France ont été contraints de se plier aux exigences du marché, se voyant interpréter de la variété française. Là, il s'agissait bel et bien du blues mauricien en créole ! Éric Triton confiait à Scope récemment : "Chanter en créole est une manière pour moi de dire ma fierté d'être Mauricien et en même temps, d'imposer cette langue, comme le créole antillais qui est très présent en France."

Ainsi, lorsqu'il revient au pays pour un unique concert, il chante à guichets fermés ! Pourtant, c'est ce même Triton, avec les mêmes Armstrong, Linité ou Blues dan mwa que le public mauricien huait quelques années plus tôt.

Pour être reconnu, le bluesman a dû partir. D'abord pour La Réunion où il acquiert une certaine notoriété (la presse française parle même de lui dans un premier temps comme d'un "guitariste réunionnais"), ensuite pour la France. Car à Maurice, les artistes étouffent ! Et c'est cette même île Maurice qu'Éric Triton reprend dans ses chansons. Actuellement en tournée de promotion, Éric Triton prépare aussi son deuxième album qui s'intitulera l'Art vaincra.


Menwar attend son heure


Sa notoriété dans l'océan Indien est déjà acquise. Même si les Mauriciens n'achètent pas ses albums comme des petits pains, ils savent que Menwar est un créateur de génie. Reste à convaincre producteurs et autres festivaliers de la world music. Dans ce registre, la concurrence est rude et comme le fait si bien ressortir Richard Hein, "les Africains sont très forts." Mais Menwar persévère, avec le soutien de son manager, Percy Yip Tong, qui va jusqu'en Afrique du Sud pour lui décrocher une participation à Awesome Africa. Après une première participation au Festival des musiques métisses d'Angoulême, le rendez-vous sud-africain est très attendu, dans la mesure où cette fois, il sera devant un public anglophone. Entretemps, Menwar multiplie ses déplacements dans l'océan Indien. Il a joué notamment au Festival Interculturel de Mayotte et à Sakifo à La Réunion, participant au passage à l'enregistrement de la chanteuse de maloya Nathalie Natiembé. Menwar semble attendre patiemment son heure.


Les occasions manquées

"Kaya était notre premier espoir pour une carrière internationale." Ce n'est ni plus ni moins Éric Triton qui le disait lors d'un récent entretien. Le compositeur français Francis Lai, en vacances à Maurice en 2002, faisait la même remarque : "Le seggae aurait pu se vendre en Europe." Malheureusement, en dépit d'une participation à Africolor et une première partie annoncée de Ziggy Marley, Kaya n'a pu aller aussi loin. On peut également regretter qu'il n'y ait pas eu de suite à Alalila de Denis Azor, propulsé comme tube de l'été en France au début des années 90. Dommage également que Jenny Mackay, qui a pourtant enregistré un duo avec Elton John, n'ait pas connu une carrière plus brillante. Et plus récemment, Linzy Bacbotte tentait aussi sa chance en France, mais le projet qu'on lui avait proposé n'a pas abouti.
seryé timan si ena banne contact la suisse la fair koner pou osb nou p check ene coup pou sa l'annee la. p fair album dagger en ce moment aprés bizin fer so promotion.sinon kamuad tiken p sortie p bizin avoye ene pitaille pou so l'amande 25.000 roupies pas facile la bas man.
aller mo laisse twa mo mail jm.antoinette@noos.fr.
Réponse avec citation
  #73 (permalink)  
Vieux 09/03/2005, 09h36
Manev
 
Date d'inscription: octobre 2004
Messages: 16
Citation:
seryé timan si ena banne contact la suisse la fair koner pou osb nou p check ene coup pou sa l'annee la. p fair album dagger en ce moment aprés bizin fer so promotion.
Mo pou trace ène dé noms (bann ki pé organize bann soundsystem ici) pou zot en Suisse romande (Genève, Lausanne etc..) Trace bann festivals aussi ou autres (bann nom lahaut la), si kapave gaigne ène ti dossier OSB pou prezant zot, mo laisse twa konné via mail ..


Citation:
sinon kamuad tiken p sortie p bizin avoye ene pitaille pou so l'amande 25.000 roupies pas facile la bas man.
aller mo laisse twa mo mail jm.antoinette@noos.fr
Yes man oksa, si li bizin ène pitaille, (daprè lodre li bizin ) lor ki compte nu kapave met ène kosté? fair ène ti l'annonce (kikfoi RadioMoris kapav fair ène lisage ausi pou li) ek laisse mwa konné, mo kapave leve ène dé fonds pou li la Suisse (mem si pa la totalité lamend la), 25000 rps pa facil kan to tousel beh mo sire ki avec la masse nou pou resoud ène problem masse , kan mo pensé ki Kaya fine rest dan cacho a coze so lamande alors ki ène bann finn sorti paceki zot ine finne paié zot lamande, pa facile sa..

Paroles de "Reve Penitensié" de Blakkayo , santé la ti dedikassé pou TiKenzo ek bann ki finne gaigne trapé.. pou ene boute "SEMA"

Citation:
Paroles de "Reve Penitensié" de Blakkayo:

REFRAIN:
Fode pa to plore mo mama
Si to trouv mwa pe ale
Sa form parti dan la vie [kerr]

Mo tann krye mo nom
Mo tour pou al passe Ma
Inn ariv mo tour pou zot zize la
Donn mwa inpe couraz pou mo resi la ba
To kone li pa fasil sa sirtou pou enn premier fwa
Ale souy to li zie Ma less zot mem deside
Comie lanne zot pou prend zordi dan mo liberte
To kone pou pa ariv sa cantite monn evite
Mais mo destin pann fer mwa kone zordi li finn arive

--> REFRAIN

Pourtan tonn bien edik mwa bien elve mwa
Tonn met mwa lor enn bon sime
Toultan mo ti ecout twa
Zis mo ti content fime
Mo ti trouv sa bien pou mo servo
E to ti kone
Zis to ti dir mwa ki sa lo pa legalize
Prend la rout la parseki misie la danzere
Tou le zour zot ti pe trap dimoun partou kote
E mwa monn per fer tou mama pou mo evite
Pou mo evite
Me aster la zot finn trap mwa ar enn bili mem
Mama zot pe ziz mwa
Pourtan li natirel Ma me zot la loi coumsa
Souy to larm kalme twa sesse do mama mama mama

--> REFRAIN

Oblize acepte la li finn arrive
Prend inpe patience kit fwa enn zour mo a va retourne
Mais malgre tou sa detress la vi la continiye
Mwa mo enn gran zom pou essay habitie
Mo pou par la mem to capav vinn get mwa lor zitvi
Sa pou fer mwa plezir pou resenti to prezans
Pou bann la monn fer enn crime la mo bizin pini
Ale kalme twa mo pa content trouv twa dan la soufrans

--> REFRAIN
Wa signalé..
Réponse avec citation
  #74 (permalink)  
Vieux 12/03/2005, 19h55
Enflé
 
Date d'inscription: janvier 2005
Messages: 123
Citation:
Posté par timan
Citation:
seryé timan si ena banne contact la suisse la fair koner pou osb nou p check ene coup pou sa l'annee la. p fair album dagger en ce moment aprés bizin fer so promotion.
Mo pou trace ène dé noms (bann ki pé organize bann soundsystem ici) pou zot en Suisse romande (Genève, Lausanne etc..) Trace bann festivals aussi ou autres (bann nom lahaut la), si kapave gaigne ène ti dossier OSB pou prezant zot, mo laisse twa konné via mail ..


Citation:
sinon kamuad tiken p sortie p bizin avoye ene pitaille pou so l'amande 25.000 roupies pas facile la bas man.
aller mo laisse twa mo mail jm.antoinette@noos.fr
Yes man oksa, si li bizin ène pitaille, (daprè lodre li bizin ) lor ki compte nu kapave met ène kosté? fair ène ti l'annonce (kikfoi RadioMoris kapav fair ène lisage ausi pou li) ek laisse mwa konné, mo kapave leve ène dé fonds pou li la Suisse (mem si pa la totalité lamend la), 25000 rps pa facil kan to tousel beh mo sire ki avec la masse nou pou resoud ène problem masse , kan mo pensé ki Kaya fine rest dan cacho a coze so lamande alors ki ène bann finn sorti paceki zot ine finne paié zot lamande, pa facile sa..

Paroles de "Reve Penitensié" de Blakkayo , santé la ti dedikassé pou TiKenzo ek bann ki finne gaigne trapé.. pou ene boute "SEMA"

Citation:
Paroles de "Reve Penitensié" de Blakkayo:

REFRAIN:
Fode pa to plore mo mama
Si to trouv mwa pe ale
Sa form parti dan la vie [kerr]

Mo tann krye mo nom
Mo tour pou al passe Ma
Inn ariv mo tour pou zot zize la
Donn mwa inpe couraz pou mo resi la ba
To kone li pa fasil sa sirtou pou enn premier fwa
Ale souy to li zie Ma less zot mem deside
Comie lanne zot pou prend zordi dan mo liberte
To kone pou pa ariv sa cantite monn evite
Mais mo destin pann fer mwa kone zordi li finn arive

--> REFRAIN

Pourtan tonn bien edik mwa bien elve mwa
Tonn met mwa lor enn bon sime
Toultan mo ti ecout twa
Zis mo ti content fime
Mo ti trouv sa bien pou mo servo
E to ti kone
Zis to ti dir mwa ki sa lo pa legalize
Prend la rout la parseki misie la danzere
Tou le zour zot ti pe trap dimoun partou kote
E mwa monn per fer tou mama pou mo evite
Pou mo evite
Me aster la zot finn trap mwa ar enn bili mem
Mama zot pe ziz mwa
Pourtan li natirel Ma me zot la loi coumsa
Souy to larm kalme twa sesse do mama mama mama

--> REFRAIN

Oblize acepte la li finn arrive
Prend inpe patience kit fwa enn zour mo a va retourne
Mais malgre tou sa detress la vi la continiye
Mwa mo enn gran zom pou essay habitie
Mo pou par la mem to capav vinn get mwa lor zitvi
Sa pou fer mwa plezir pou resenti to prezans
Pou bann la monn fer enn crime la mo bizin pini
Ale kalme twa mo pa content trouv twa dan la soufrans

--> REFRAIN
Wa signalé..
check sa are Bruno so télephone .mwa mo p avoye bruno.li osi p met ene pitaille.
Réponse avec citation
  #75 (permalink)  
Vieux 16/02/2006, 15h12
Enflé
 
Date d'inscription: janvier 2005
Messages: 123
Citation:
Posté par MC Fab
Pas Blier reserve mo billet Kinsou.



Tout banne ki pou ale concert nou ava zoine la bas pou met ene la faya!

Big respect

MC Fab
reservé si p vine homaz kaya.
Réponse avec citation
  #76 (permalink)  
Vieux 16/02/2006, 15h15
Enflé
 
Date d'inscription: janvier 2005
Messages: 123
Citation:
Posté par KENOO
check sa are Bruno so télephone.mwa mo p avoye bruno.li osi p met ene pitaille.
man homaz kaya le 25-02-06 paris.
Réponse avec citation
  #77 (permalink)  
Vieux 22/02/2006, 07h31
Avatar de brunoyaka
Sirdar
 
Date d'inscription: juillet 2004
Localisation: Paris
Messages: 282
Billets pour la soirée Hommage à Kaya

Soirée omaz pu kaya pe arrive for for. La faya pre pu leve la.
Li pa pe rest bokou billets, pa blye reserve !
Justine, de l'association Paris Maurice Maurice musik, ine propose mwa a peu près 10 billets en vente. Billet la li 20 euros.
Si zot interesse zot capav kontakte mwa la zurne au 01.49.93.60.90 (nek demann Bruno).

A +
Réponse avec citation
Réponse

Tags
blues, café, feb, hommage, kaya, party

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Hommage à Kaya gizmo_lutchkaya Discussions Générales 22 20/02/2006 17h27
[Party] Alain Ramanisum in uk 24 feb @ Cafe de paris ZahoOL Discussions Générales 2 02/03/2005 20h08


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 20h42.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com