Mo pei bato fou - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 01/09/2009, 16h04
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Mo pei bato fou

Mo pei bato fou


Comment peut-on battre ainsi à mort un enfant ? Comment peut-on écraser des mégots de cigarettes sur son corps ? Comment peut-on martyriser à ce point un enfant ?
Où allons-nous si notre société peut engendrer une telle barbarie et elle a tendance à se manifester de façon récurrente ?
Où allons-nous si nous ne faisons que déplorer et condamner après coup de tels martyrs d'enfants ?
Que font l'Ombudsperson pour les enfants, les structures gouvernementales, les organisations non gouvernementales pour prévenir de tels martyrs d'enfants, la maltraitance d'enfants innocents, sans défense. On ne peut plus se contenter d'ouvrir notre bouche après coup.
L'île Maurice est devenue un bateau fou, ballotté par des vagues d'une violence extrême.
Où allons-nous si on s'autorise de changer des dates de péremption sur des produits alimentaires ? Si l'affaire Innodis se confirmait davantage, ce serait là un acte inqualifiable, dangereux pour la santé de la population. Comment peut-on se permettre de changer des dates de péremption d'un produit ? Le ministère de tutelle dit n'avoir pas été informé d'une telle pratique et que son autorisation aurait dû être recherchée.
Comment peut-on interrompre la chaîne de froid en décongelant des produits surgelés à des fins de nouvel empaquetage ? Il y a aujourd'hui nombre d'opérateurs engagés dans le rempaquetage de viandes. Est-ce que les normes d'hygiène sont respectées, la chaîne de froid maintenue scrupuleusement ? Des consommateurs nous affirment que des supermarchés éteignent leurs congélateurs le soir venu.
Maurice bateau fou, où on se permet de faire n'importe quoi, convaincu qu'on ne sera jamais puni.
Où allons-nous si on démolit des maisons de squatters comme à Bambous, privant des enfants, des familles entières de sommeil ? Où allons-nous si on se permet ainsi de priver des familles, déjà dépourvues de tout, d'un abri. On squatte parce que tenaillé par la grande pauvreté et qu'on ne sait où aller, où dormir ? Et la plupart du temps, ce sont des terres marginales de l'État qui accueillent enfants dépenaillés, parents exténués qui ne savent où donner de la tête.
À Bambous, il n'y avait personne pour défendre les squatters. Pas de forces vives. Pas d'organisation non gouvernementale. Personne.
***
Cela se passe en Californie, États -Unis. Le Monde du 25 mai 2009 relate ceci : " Si un médecin estime que la marijuana peut calmer les douleurs, ou les angoisses d'un malade chronique, il peut lui prescrire de fumer un ou plusieurs joints par jour ou de manger des fleurs de cannabis dans un gâteau. Muni de son ordonnance, le patient se fait délivrer par les services municipaux une carte de cannabis qui l'autorise à en transporter pour son usage personnel. "
Selon Le Monde, Arcata " compte quatre dispensaires ", des boutiques où l'on vend en toute légalité de la " marijuana médicale ". En Californie, le cannabis a un double statut. Son usage récréatif reste interdit : la possession d'une petite quantité est un délit passible d'une amende, et les gros trafiquants risquent la prison. Mais depuis le vote du référendum en 1996 de la proposition 215, son usage à des fins médicales est autorisé.
Cependant, des dérives sont constatées, ainsi la proposition 215 a permis, toujours selon Le Monde " le développement d'une puissante industrie à la lisière de la légalité. Dans tout l'État, des cabinets médicaux spécialisés rédigent des ordonnances de complaisance à la chaîne pour 100 ou 200 dollars. Trois cent mille Californiens possèdent aujourd'hui une carte de cannabis. "
Paul Gallegos, le District Attorney a confié au Monde, ques'il continue à pourchasser les trafiquants, il est arrivé à la conclusion que le mieux serait de légaliser le cannabis : " Je ne parle pas de demi-mesures comme la dépénalisation. Il faudrait que la marijuana soit complètement légale, et que l'administration puisse surveiller la production. " (...)
" La légalisation aurait selon lui un autre avantage : "Le prix du cannabis s'effondrerait, les trafiquants se retrouveraient au chômage. En fait, les deux seuls groupes vraiment opposés à la légalisation sont les forces de l'ordre, pour des raisons culturelles et les dealers, pour des raisons économiques. " Jean-Clémént Cangy
Réponse avec citation
Google
Réponse

Tags
bato, fou, pei

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Mo pei bato fou Dev Nouvelles de l'Ile Maurice 2 19/11/2008 12h46


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 04h33.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com