Un journaliste arrêté pour propos déplacés à l’encontre du Premier ministre - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 06/01/2009, 10h05
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Un journaliste arrêté pour propos déplacés à l’encontre du Premier ministre

Un journaliste arrêté pour propos déplacés à l’encontre du Premier ministre Julien Tuyau
01/05/09
Le journaliste de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) Nadarajen Pillay a été interpellé par la police ce lundi 5 janvier. On l’accuse d’avoir tenu des propos déplacés à l’encontre du Premier ministre, le soir du 1er janvier 2009.
C’est sous une clause de l’Information and Communication Telecommunications Act que le journaliste a été arrêté. Nadarajen Pillay passe cette nuit du 6 janvier en prison et comparaîtra en cour ce mardi 6 janvier.
Voilà une histoire qui risque de faire couler beaucoup d’encres. En effet, Nadarajen Pillay, journaliste de la MBC, a été convoqué par la police afin de s’expliquer. Selon les informations circulant sur cette affaire, le journaliste aurait téléphoné à la résidence du Premier ministre Navin Ramgoolam dans la soirée du 1er janvier pour lui exprimer son désaccord sur son discours de fin d’année à la nation mauricienne. Il reprocherait au chef du gouvernement de ne pas avoir fait mention des affaires ayant trait au travail social dans son discours du Nouvel an.
C’est le policier affecté à la Clarisse House qui a répondu à l’appel téléphonique en question. Une pratique courante, car ce n’est guère le rôle du chef du gouvernement d’effectuer cette besogne. Il s’avère que Nadarajen Pillay aurait tenu des propos pas très flatteurs à l’encontre de Navin Ramgoolam. Des propos qui ont été par la suite rapportés au Premier ministre.
Cependant, Nadarajen Pillay nie cette accusation et a retenu les services de Me Hawoldar pour faire valoir ses droits. Il reconnaît avoir passé cet appel, mais n’admet aucunement avoir tenu des propos déplacés. Voilà une affaire qui pourrait bien occuper toutes les conversations dans les jours à venir...
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 06/01/2009, 10h10
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
ARRESTATION
Nadarajen Pillay : « Je suis victime
d’une vendetta politique »
DANS sa cellule, il s’attelle à la lecture du livre d’Alain Gordon Gentil sur sir Gaëtan Duval… Lui, c’est Nadarajen Pillay, journaliste de la Mauritius Broadcasting Corporation ( MBC), que l’express a rencontré hier au poste de police de Sodnac. Et comme sir Gaëtan Duval, il affirme avoir été « arbitrairement arrêté » … Le journaliste a, en fait, été arrêté hier à cause d’un appel téléphonique effectué à la résidence du Premier ministre le 1 er janvier.
Nadarajen Pillay a passé la nuit en cellule. Il comparaît ce matin devant le tribunal de Curepipe.
Mais, déjà, les versions autour de cet appel divergent… Le policier en poste au domicile du PM affirme que le journaliste aurait dit que « Premier minis p fini mwa » . Or, Nadarajen Pillay affirme, lui, que son message a été mal compris par le policier.
« Mo ti envi dir li ( NdlR : le Premier ministre) mo pa satisfait avec so discour. Li pa abord laspe social, li coz zist economik. » Il a également ajouté que « MBC inn fini mwa. La police inn mal comprend, linn mal raport mo propo » . Nadarajen Pillay estime ainsi qu’il n’a « rien dit de grave » qui puisse être sanctionné par une arrestation.
Il y voit une vendetta politique.
L’appel téléphonique a été effectué le 1 er janvier aux environs de 20 heures, apprend- on de source policière. Nadarajen Pillai explique qu’il a reçu hier un appel de l’assistant surintendant de police, Heman Jangi lui demandant de se présenter aux Casernes centrales. Il avait en fait été convoqué pour répondre aux accusations portées contre lui par un policier affecté à la résidence du Premier ministre, Navin Ramgoolam. Il s’agit de l’officier Ramdin.
« Mo bien desu ar so discour »
Selon la version du policier qui a consigné une déposition sur l’incident, le journaliste aurait demandé à parler au Premier ministre. Le Premier ministre s’adressait à ce moment- là à la nation, le 1 er janvier. Le policier répond que le PM n’est pas disponible.
Selon la version du policier, le journaliste lui aurait demandé de transmettre le message suivant au PM : « Mo bien desu ar so discours, li ( NdlR : le Premier ministre) finn fini mwa. » Dans les locaux du Central Criminal Investigation Department ( CCID), Nadarajen Pillay est mis en présence d’une charge provisoire d’avoir utilisé un moyen de télécommunication pour contrarier, causer des inconvénients ou des soucis inutiles à autrui. Un délit en violation aux dispositions de la loi sur la télécommunication, l’ Information and Communication Technologies Act. Le journaliste est alors confronté à la version du policier.
De sa cellule, le journaliste tient à réfuter certains propos du policier. Il trouve étrange que la police n’ait pas enclenché les procédures en vue de sa libération sous caution depuis hier.
Cela, en dépit du fait qu’il s’est présenté depuis le matin aux Casernes centrales. D’emblée, il soutient qu’il est victime d’une « vendetta politique » . Il explique qu’ « en fin de mandat, certains gouvernements prennent leur revanche. C’est ce qui se passe dans mon cas. J’assume la responsabilité de ce que j’ai dit au policier au téléphone. Depuis quelque temps déjà, certains à la MBC me soupçonnaient de refiler des informations aux membres de l’opposition sur la gestion de la station nationale de télévision. Car la station a fait l’objet de pas mal de questions parlementaires. Ce fut le début de mes ennuis. La MBC m’a privé de salaire lorsque j’ai eu une bourse pour me rendre en Amérique. Alors que je venais d’être promu chief editor , on m’a muté à la production » .
« C’est grave ce qui se passe »
Il explique que le jour de son appel au Premier ministre, il voulait lui faire part de ses doléances, sur sa « situation » à la MBC, comme cela avait été le cas quand il avait été une première fois suspendu au cours d’un précédent gouvernement.
Il rappelle également qu’il est le président du syndicat des employés de la MBC. Nadarajen Pillay dit ne pas comprendre ce qu’il aurait pu dire qui aurait pu causer autant de trouble. D’autant qu’il dit avoir entretenu des relations correctes avec le Premier ministre.
Son avocat, Me Siddhartha Hawoldar, déclare que même si la version du policier s’avère, il ne voit pas en quoi cela constituerait un délit. « C’est grave ce qui se passe, c’est la liberté d’expression qui est menacée. » Interrogé, Bijaye Madhou, directeur général de la MBC, déclare que les procédures en vue d’une éventuelle suspension ne pourraient être enclenchées qu’une fois la direction de la MBC en présence d’une communication officielle de la police.
« La MBC n’a rien à faire avec l’arrestation de Nadarajen Pillay. Il n’a jamais été question qu’il soit victimisé.
D’ailleurs, il a été promu chief editor , s’il a été muté à la production c’est pour que justement il y exerce ses compétences » , soutient- il.
Kursley THANAY

Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 06/01/2009, 10h13
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Lèse- majesté
Efficace, la police. Pas pour maintenir l’ordre, ni pour interpeller les criminels ou traquer ceux qui pillent les caisses publiques. Mais pour sévir contre celui qui ose importuner le chef du gouvernement. En effet, il n’a pas fallu longtemps pour que le citoyen Nadarajen Pillay soit arrêté et placé dans une cellule de détention. Son crime : il a passé un coup de fil à un policier qui assure la protection de la résidence du Premier ministre pour lui faire part de son mécontentement à la suite du message de nouvel an adressé par Navin Ramgoolam à la nation.
Cet acte policier est grave. Il survient dans un contexte où des menaces de plusieurs sortes pèsent sur la liberté d’expression. Le nouveau pouvoir a brandi, dès son installation, le spectre d’une « Media Commission » destinée à museler la presse. Il a ensuite fait arrêter plusieurs journalistes pour diffusion de fausses nouvelles et a instauré un climat qui étouffe les débats d’idées tant la peur des représailles officielles hante les esprits.
Il est vrai que l’acte d’accusation dressé par la police à l’encontre de Nadarajen Pillay ressemble à une plaisanterie et incite au sourire. Le prévenu aurait enfreint une loi qui interdit l’utilisation du téléphone dans le but de « causing annoyance, inconvenience or needless anxiety to any person » . Cette disposition de la loi est généralement invoquée par des personnes victimes de harcèlement moral ou sexuel ! Cependant, l’affaire n’est pas anecdotique. Il y a là un abus de pouvoir qui est symptomatique d’une démocratie en déliquescence. « The King Can Do No Wrong » , affirment les Britanniques. Mais, en démocratie, on ne peut envoyer derrière les barreaux un citoyen qui veut faire entendre ses protestations.
Dans le cas présent, il semblerait que le protestataire voulait transmettre au Premier ministre une expression de désapprobation concernant l’orientation de son discours du nouvel an. Nadarajen Pillay voulait également dénoncer la victimisation qu’il dit subir à la MBC en raison de ses affinités politiques alléguées. En fait, cet employé de la station nationale est un ancien attaché de presse qui a servi fidèlement un ministre travailliste. Du reste, quand il appelle la garde rapprochée du Premier ministre pour se plaindre du peu d’attention que ce dernier accorde au social, il critique mais il n’injurie pas, selon son avocat. Les policiers ne l’entendent pas ainsi.
On se souviendra que c’est avec le même zèle que des officiers de l’Etat avaient agi récemment quand ils ont découvert un texte écrit avec humour et dérision par un utilisateur de Facebook se faisant passer pour Navin Ramgoolam. Aucun propos diffamatoire n’y apparaît. Cela n’a pas empêché les autorités de bloquer l’accès à Facebook dès l’alerte donnée.
Sachez, finalement, que le crime de lèse- majesté remonte à l’Antiquité romaine. Les empereurs Auguste et Pompée l’utilisèrent pour réprimer des opinions insolentes ou critiques à leur égard.
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 07/01/2009, 09h46
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Libéré sous caution, Nadarajen Pillay : « Je n’ai fait qu’exprimer mon opinion sur le discours du Premier ministre »





Nadarajen Pillay (à dr.) est connu pour être une forte tête.
« Je n’ai fait qu’exprimer mon opinion sur le discours du Nouvel An du Premier ministre. Quel délit ai-je commis ? » se demande Nadarajen Pillay, à l’issue de sa comparution au tribunal de Curepipe où il a été libéré après avoir fourni une caution de Rs 10 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 100 000. Il est provisoirement accusé d’avoir téléphoné à la résidence du Premier ministre le 1er janvier 2009 pour critiquer son discours du Nouvel An.

« Jusqu’ici, je me sens comme un homme innocent. Je suis étonné par ce qui s’est passé. Pourtant, la liberté d’expression et la liberté d’opinion sont garanties par la Constitution », fulmine-t-il. Nadarajen Pillay a passé la nuit d’hier dans une cellule au poste de police de Sodnac. Il raconte que le 1er janvier après le message télévisé du Premier ministre, Navin Ramgoolam, à la nation mauricienne, il a téléphoné à la résidence de ce dernier pour faire montre de son mécontentement quant au fait que le social a été pratiquement occulté de son discours. « J’ai effectivement téléphoné à la résidence du Premier ministre. J’ai joint un préposé. Tout ce que j’ai dit, c’est que malheureusement, le discours était trop axé sur l’économie et que le social était négligé. Il

m’a demandé mon nom et j’ai répondu que j’étais Nadarajen Pillay. Par la suite, des limiers de la CID sont venus m’arrêter. »

Et comme un malheur ne vient jamais seul, Nadarajen Pillay a été suspendu de ses fonctions aujourd’hui. Cette décision a été prise par la direction de la station nationale. Bijaye Madhou, directeur de la MBC, explique qu’un comité disciplinaire sera institué pour décider du sort du journaliste.

Un syndicaliste à la MBC
Peut-on arrêter une personne pour avoir passé un appel téléphonique ? Oui, répond l’ancien président de l’Information and Communication Technologies Authority (Icta), Ashok Radhakissoon. « Sous l’Icta Act, il est stipulé qu’un message téléphonique peut être considéré comme étant blessant, insultant, voire offensant. Dans le cas d’un chef du gouvernement, c’est encore plus grave. Le prévenu peut être poursuivi en cour intermédiaire et s’il est reconnu coupable, il risque alors une amende de Rs 1 million et une peine maximale de 5 ans de prison », explique Ashok Radhakissoon.

Nadarajen Pillay est connu pour être une forte tête. Il a été le représentant des employés de la MBC. En mai 2007, il avait eu une altercation avec Indranee Seebun, parce qu’il ne voulait pas lui donner tous les détails sur le contenu d’une émission à laquelle il invitait la ministre de la Femme. L’affaire avait même été référée au bureau du Premier ministre.
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 08/01/2009, 08h37
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Le PM : « L’appel de
Pillay était anonyme »
« Je ne savais même pas que le journaliste Pillay avait ete arrêté.
C’est en lisant les journaux le lendemain que je l’ai su et que je suis allé aux nouvelles » , nous a affirmé hier le Premier ministre au sujet de l’arrestation de Nadarajen Pillay, Chief Editor à la Mauritius Broadcasting Corporation ( MBC). Selon le PM, Nadarajen Pillay aurait en fait fait un appel anonyme à son domicile. « Selon le policier qui a pris l’appel, la personne n’a pas décliné son identité mais il n’est pas difficile pour la police de retracer un appel anonyme » , explique Navin Ramgoolam.
Toujours selon le PM, il était toujours à Clarisse House à ce moment- là. « Quand je suis rentré, le policier en question ne m’a pas parlé de l’incident . » C’est quand il serait allé aux nouvelles le lendemain qu’il aurait appris que le journaliste avait été arrêté. « J’ai même trouvé que c’était un peu extrême » , dit Ramgoolam. Il aurait été informé que la police n’avait nullement l’intention d’arrêter Pillay mais l’avait seulement convoqué aux Casernes. Or ce dernier, selon la police, est venu accompagné de son homme de loi, Siddhartha Hawoldar qui, avec son client, se serait mis à injurier les policiers. C’est alors que la décision aurait été prise d’arrêter le journaliste.
D. B.

Réponse avec citation
  #6 (permalink)  
Vieux 10/01/2009, 21h48
Avatar de Ina
Ina Ina est déconnecté
Sirdar
 
Date d'inscription: juin 2005
Localisation: Allemagne
Messages: 215
Ki pé arrivé dans pays..exprime to l'opinion pena droit aster..Ala mette toi dans cachot..pas facile sa..
Réponse avec citation
Réponse

Tags
arrete, déplacés, journaliste, l’encontre, ministre, pour, premier, propos

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Agenda chargé pour le Premier ministre en mission Dev Nouvelles de l'Ile Maurice 0 08/10/2008 10h10
Le Premier ministre en Grande-Bretagne depuis hier MorisPress Nouvelles de l'Ile Maurice 0 03/06/2007 23h00
Si zot ti premier ministre ki zot ti pu fair?? .::K::. Discussions Générales 4 09/02/2007 16h04
Je te nomme Premier Ministre. Rocco Discussions Générales 43 24/08/2006 22h08
Au Premier ministre! danny Discussions Générales 11 01/01/2006 12h16


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 20h48.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com