Métier de videur: Couverture du crime organisé - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 05/01/2009, 11h44
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Métier de videur: Couverture du crime organisé

Métier de videur: Couverture du crime organisé Julien TUYAU
01/02/09 Après l''affaire Bhoyroo (photo), un nouveau cas qui vient ternir l''image du métier de videur.

Le samedi 27 décembre à Curepipe. Cinq videurs sont interpellés par les limiers de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU). Ils se trouvaient à bord d’un taxi dans lequel les policiers ont trouvé des sabres, des samouraïs et aussi des cagoules. Selon les informations de la police, ces derniers s’apprêtaient à braquer un supermarché Citizen de Curepipe.
Après l’affaire des Bhoyroo, cette histoire de braquage vient, une nouvelle fois, porter atteinte à la réputation de cette profession. Pour certaines de ces agences, assurer la sécurité de personnalités ou d’événements serait en fin de compte une couverture à leurs activités illicites.
«Ils ont réalisé que l’union fait la force et qu’ensemble, ils sont plus efficaces. Il y a plusieurs groupes de «tapeurs» qui se sont regroupés au sein des agences», explique un policier habitué de ce type d’affaires. Selon cette même source, ces «videurs» tremperaient dans des affaires de drogues et de chantage. Il cite l’arrestation de Yannick Bhoyroo dans une histoire de drogues comme exemple.
Ces «videurs» opèrent habituellement en équipe de cinq ou de sept. Chaque petit groupe a à sa tête un chef qui répond aux ordres d’un supérieur qui établit un plan de travail. Ces bandits obéissent à cette hiérarchie. Telle une milice, ils s’entraînent au maniement d’armes et se préparent pour leurs opérations: Braquage, cambriolage, trafic de drogue, proxénétisme, kidnapping… La liste de leurs activités est longue. «Nous avons affaire à des gangs très structurés et bien préparés. La police doit s’adapter et je pense que la création d’une brigade Anti-Gang s’impose», explique un officier des casernes centrales.
Il y a une compagnie de videurs en particulier qui est dans le collimateur de la police. Cette dernière raflerait, ces derniers temps, la plupart des contrats du secteur. Concerts, festivals, discothèques…, ils sont partout. Mais comment font-ils pour obtenir des contrats de sécurité alors que nombre de ses videurs sont impliqués dans divers délits. Toujours est-ils qu’ils obtiennent ces contrats, même ceux de certains ministères.
«On est obligé de les employer. Au cas contraire, ils viendraient semer la pagaille dans nos établissements», s’indigne un propriétaire de boîte de nuit. En effet, les cerveaux de ces compagnies savent être dissuasifs. Parfois, un regard ou une simple menace suffisent à tout arranger. «Certains profitent de leur position au sein des discothèques pour écouler de la drogue. Personne ne bronche, car c’est eux l’autorité à l’intérieur des discothèques ou lors de soirées», explique un habitué de ces soirées branchées.
Chaque groupe a son territoire, sa discothèque. La région du nord est dirigée par une bande très habituée des services de police. Le plateau central et l’ouest sont partagés par plusieurs groupes qui se battent souvent entre eux pour élargir leurs territoires. «Un chef d’une compagnie de sécurité opérant en toute légalité, une des rares, a été tabassé sur le parking d’un supermarché parce qu’il avait trop de contrats importants. Cet accrochage a failli mal finir», raconte un témoin de cette scène.
Autant de faits qui témoignent de l’existence de réseau organisé.
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 05/01/2009, 11h46
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Trois videurs impliqués dans une affaire d’agression J.T
01/03/09 Le 1er janvier, une équipe Alpha de l’ADSU a intercepté une voiture à Vallée des Prêtres avec à son bord cinq hommes, dont trois videurs soupçonnés d’avoir agressé un habitant de cette localité.

Des hommes de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) ont intercepté les occupants de la voiture alors qu’ils étaient armés de sabres et de samouraïs. Ils venaient, selon des sources policières, d’agresser un habitant de Vallée-des-Prêtres et de saccager une fourgonnette. Trois des agresseurs sont des videurs de la compagnie de sécurité Bodyguard. Cette compagnie obtient souvent des contrats pour des concerts et assurent la sécurité dans diverses boîtes de nuit de l’île.

Les trois videurs interpellés par les limiers de l’ADSU sont Benoît Victorien, 19 ans, un habitant de Cité Ilois à Baie du Tombeau, Jean- Luc St- Pierre et Lindsay François, deux habitants de Roche-Bois, respectivement âgés de 25 et 28 ans. Les deux autres occupants de la voiture sont Ludovic Perrine, un maçon de 25 ans originaire de Baie du Tombeau et Vygan Bégué, un marchand de légumes de 27 ans de Batterie Cassée.

C’est aux environs de 9h le 1er janvier que l’agression s’est produite. Deux voitures avec plusieurs personnes à bord s’arrêtent devant le domicile de Salim Mungur à Vallée-des-Prêtres. Ces derniers descendent de voiture et commencent à saccager la fourgonnette de Salim Mungur, qui identifie Nizam Soyfoo et son fils parmi les fauteurs de troubles. Ils continuent à saccager la fourgonnette à coups de pierre. Alerté par le vacarme, Yashin Mungur, le frère de Salim, sort pour savoir ce qui se trame. Il est atteint d’une pierre.

Après avoir saccagé la fourgonnette, les occupants des deux voitures démarrent en trombe. L’une d’entre elles, de couleur noire, est interceptée par les limiers de l’ADSU. Après avoir fouillé les occupants, les policiers découvrent des armes blanches à l’intérieur de la voiture. Les cinq hommes sont arrêtés et conduits aux casernes centrales où Salim Mungur les a formellement identifiés comme ceux ayant saccagé sa fourgonnette et agressé son frère.

Nizam Soyfoo a, lui, été arrêté dans la soirée du 1er janvier. Il s’était caché dans une armoire à son domicile pour tromper la vigilance de la police.

Selon l’enquête menée par l’inspecteur Nirmal Ghurburrun, l’origine de ces incidents remonterait à 2007 à l’époque d’une altercation opposant Salim Mungur et Nizam Soyfoo. Leurs véhicules étaient entrés en collision et, suite à cela, Salim Mungur aurait agressé Nizam Soyfoo.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
couverture, crime, métier, organisé, videur

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
MÉTIER : Tailleur Dev Nouvelles de l'Ile Maurice 0 29/06/2007 15h14
Métier : Barman Dev Discussions Générales 15 10/10/2006 15h38
Métier: Pêcheur Dev Discussions Générales 4 07/09/2006 08h54
Metier Sophia Discussions Générales 23 02/06/2006 18h08
Choix de métier ou d'études! tipima Discussions Générales 11 18/06/2005 11h13


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 21h23.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com