Projet d'autoroute Terre-Rouge-Verdun: Du goudron au parfum de scandale! - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 09/11/2008, 11h29
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Projet d'autoroute Terre-Rouge-Verdun: Du goudron au parfum de scandale!



Infrastructure routière
"

Projet d'autoroute Terre-Rouge-Verdun: Du goudron au parfum de scandale!


Rs 3,2 milliards pour 15,7 kilomètres de goudron! C'est la facture du méga-contrat que le gouvernement s'apprêterait à signer avec une des quatre compagnies chinoises qui ont soumis leurs offres pour la réalisation du projet d'autoroute Terre-Rouge Verdun au terme d'un appel d'offres réservé exclusivement au marché chinois. Cette affaire, puisque c'en est une dans le milieu local, fait sourciller en raison d'une possible surévaluation du coût des travaux de réalisation. Les premières estimations indiquent que le surcoût dépasserait le Rs 1 milliard, somme que le gouvernement aura à puiser des poches des contribuables en sus d'un emprunt de Rs 1,3 milliard accordé par une banque chinoise pour financer ce projet. Enquête sur ce projet d'autoroute et ce contrat public dégageant un étrange parfum de scandale.
La réalisation des infrastructures routières ne finit pas de faire parler ces dernières années. Après l'autoroute du Sud-Est, le pont de Macondé ou le rond-point de Caudan, c'est le projet d'autoroute de Terre-Rouge Verdun qui, cette fois, qui risque de faire grand bruit dans les jours à venir. Ce projet est en fait le premier "major project" que l'actuel gouvernement se prépare à mettre en chantier dans le cadre de sa stratégie de créer une route alternative pour réduire le problème de congestion routière sur Port-Louis. La première fois que ce projet routier fût évoqué date de 2003. C'est après des années de tergiversation et de nombreuses modifications apportées à l'alignement de cette nouvelle route que ce projet a atteint, aujourd'hui, la phase finale dans les modalités administratives (voir plus loin).
En effet, la Terre Rouge-Verdun Link Road n'est qu'une partie du projet de route alternative. Le projet global consiste de construire une nouvelle autoroute à double voie qui permettra de raccorder Ebène à Terre Rouge en passant par Verdun. Le tracé, soumis par la Road Development Authority (RDA) et approuvé par le gouvernement, sera un tronçon de 22 kilomètres. La première phase du projet comprendra ainsi la construction 15,7 kilomètres de route pour relier Terre Rouge à Verdun. La seconde phase concerne l'extension du tronçon jusqu'à Ebène. La RDA avait fait appel la firme française BCEOM pour réaliser son alignement et la faisabilité du projet, dont le but est de donner la possibilité aux automobilistes d'accéder ou de quitter les Plaines du nord sans passer par Port-Louis. Les experts estiment qu'une fois opérationnelle la nouvelle route devrait absorber entre 15% à 20% le flot de véhicules utilisant le corridor Caudan-Quai D pour atteindre d'autres destinations.
Cette nouvelle autoroute est d'autant plus considérée comme une composante majeure dans le développement futur de la cybercité d'Ebène et les projets envisagés à Réduit, sans compter la nouvelle ville d'Highlands. D'où la décision du gouvernement de négocier un emprunt avoisinant les Rs 1,3 milliard l'Export Import Bank of China (EXIM) pour financer la première phase des travaux. Une des conditions des bailleurs de fonds chinois était toutefois que l'appel d'offre pour la réalisation des travaux soit réservé exclusivement aux compagnies chinoises. L'exercice d'appel d'offres lancé en août dernier, le Central Procurement Board (CPB) rendu public les compagnies présélectionnées la semaine dernière. Et le CPB devrait sélectionner celle qui décrochera le contrat d'ici le mois prochain au terme d'une évaluation technique et financière des "bids". Parmi les quatre compagnies qui sont dans la course pour l'obtention de ce méga-contrat, c'est Beijing Construction Engineering Group qui a soumis l'offre la moins élevée, soit Rs 2,8 milliards (Rs 2,818,049,200 ). Puis suivent China International Water and Electric Corporation (Rs 2,967,546,992), Beijing Zhuzong Group (Rs 2,988,066,406) et China Jiangsu International (Rs 3,254,148,596) - ces chiffres n'incluent pas la VAT.
"Ils font du dumping!"
C'est justement l'évaluation financière des travaux qui fait sourciller aujourd'hui les ingénieurs de la RDA aussi bien que les opérateurs engagés dans la construction des infrastructures routières. "C'est un scandale", s'indigne un ingénieur à la RDA. Il s'appuie sur le rapport d'étude de faisabilité pour étayer sa réaction, car les experts de BCEOM, dans leur rapport, avaient estimé le coût des travaux à Rs 1,2 milliard (TVA inclue)! L'autre partie du tronçon (Verdun-Ebène), dont l'appel d'offres n'a pas encore été lancé, devrait coûter autour de Rs 800 millions selon le même rapport.
Qu'est-ce qui explique que le coût des travaux a plus que doublé, d'autant plus que si l'on retient l'offre la moins élevée (Beijing Construction Engineering Group) le coût net du projet sera alors de Rs 3,2 milliards? Dans le cas de China Jiangsu International (Rs 3,6 milliards), faut-il noter, le prix coûtera trois plus cher que l'évaluation initiale de BCEOM. "Cette estimation du projet a été faite l'année dernière. Si l'on se base sur le taux d'inflation ou le Construction Price Index (en moyenne 10% par an), c'est impossible que le prix puisse doubler. Même si on réajustait le coût en appliquant un taux d'inflation de 50%, le coût total n'atteindrait pas les Rs 2 milliards. Donc le prix est excessivement élevé", conclut un ingénieur à la RDA. Nous apprenons-nous que la RDA aurait demandé à BCEOM de se pencher à nouveau sur l'évaluation financière du projet.
Du côté du secteur privé, certains sortent même leur réserve pour réagir contre ce qu'ils qualifient de "dumping chinois" en raison du prix coté par les compagnies chinoises qui, généralement, sont réputées pour leurs prix très compétitifs dans le secteur. "Ce n'est pas normal qu'ils pratiquent ce genre de prix surtout avec leur main d'oeuvre bon marché. C'est du "dumping" qu'ils font, car nous, les contracteurs locaux, n'avons aucune chance de "compete" avec eux si un appel d'offres international est lancé pour la deuxième phase du projet. Car le fait qu'ils ont coté très fort pour la première phase, ils pourront réaliser la seconde phase à un prix très bas et défiant toute concurrence", explique un ingénieur au sein d'une entreprise de construction.
Le prix par km deux fois supérieures
Les experts dans le domaine vont plus loin dans leurs analyses en indiquant que le coût net du projet ne devrait en aucun cas dépasser les Rs 2,2 milliards! Même si les avis divergent, les chiffres avancés par les contracteurs locaux varient entre Rs 1,5 et Rs 2,2 milliards, tout en tenant en compte le prix de la main d'oeuvre locale et les risques de dépassement des coûts souvent occasionnés par les fluctuations de prix de certaines matières premières sur le marché international. C'est pour dire que les offres des compagnies chinoises donnent même le tournis aux autres experts dans l'ingénierie civile comparativement aux coûts réels des projets routiers.
L'analyse des offres permet également de conclure qu'un kilomètre de route réalisé par les compagnies chinoises coûtera entre Rs 203 millions et Rs 234 millions. Notre enquête, nous a permis de faire une comparaison aux prix actuellement pratiqués sur le marché. Le dernier projet de la SLDC concernant la création d'une nouvelle route à deux voies de 2,2 kilomètres (incluant pont, drains et passage souterrain des câbles et tuyaux) à Tour Koenig a coûté Rs 119 millions. Soit une moyenne de Rs 50 millions par kilomètre pour une route à deux voies - sur cette même base l'équivalent pour une route dotée quatre voies comme celle de Terre Rouge-Verdun devrait tourner autour ou légèrement plus de Rs 100 millions. Cet élément est renforcé par contrat que la RDA vient d'allouer à une compagnie locale pour l'extension d'une partie de l'autoroute entre Riche-Terre et Tianli. Ce projet comprend l'aménagement de quatre voies, incluant la construction d'un pont et de drains, sur une distance de 1 kilomètre. Le coût de l'ouvrage: Rs 101 millions!
La disparité est pour le moins accablant. Il reste à connaître les conclusions que livrera l'exercice de réévaluation des experts de BCEOM, ainsi que celles du comité d'évaluation du CPB concernant l'analyse technique et financière des offres. Jusqu'à preuve du contraire, il y a de quoi s'étonner des milliards de roupies qui, puisées de fonds public, seront englouties dans un projet de 15,7 kilomètres de route ne représentant même pas, au passage, l'objectif prioritaire du gouvernement dans son plan stratégique pour combattre la congestion routière. A moins que, à l'hôtel du gouvernement, on ait déjà les mains liées...






Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 09/11/2008, 11h29
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
De Malenga à Ebène...
Les étapes clés


Le projet de créer une route alternative pour éviter le passage des milliers de véhicules par le corridor "Rond point du Caudan-Quai D " est revenu au-devant de l'actualité il y a cinq ans. Ce projet a parcouru bien de "chemins" pour devenir un méga-projet coûtant aujourd'hui douze fois plus cher par rapport à l'époque où il avait été baptisé la Crève Coeur-Malenga Link Road. Ci-dessous les étapes clés de cette route qui finalement s'arrêtera à Ebène pour devenir l'autoroute de Terre Rouge-Verdun-Ebène.
2003
Avril
Le projet de créer une route alternative pour accéder au nord ou sortir du nord de l'île est évoqué dans les colonnes de Week-End. Un de nos lecteurs relance le projet de relier Malenga à Crève Coeur.
Août
La RDA considère que le projet peut être une solution partielle au problème de congestion routière de l'Autoroute A1. Elle travaille avec la BCEOM pour revoir le tracé et un nouveau tracé est proposé au gouvernement d'alors.
2004
Mai
Dans son discours du budget, Pavind Jugnauth, ministre des Finances, annonce que le gouvernement a fait provision d'une somme de Rs 240 millions pour le financement de la nouvelle route Malenga-Crève Coeur, longue de 4,2 km.
2005
Décembre
Le projet fait l'objet d'une réévaluation financière. Il est estimé à Rs 368 millions pour des travaux consistant à créer une nouvelle route et à réhabiliter des anciennes routes.
Juillet
La RDA avec la bénédiction du gouvernement décide de revoir le tracé Malenga-Crève Coeur Link Road et adopte la proposition de BCEOM, la Terre Rouge - Verdun - Ebene Link Road, une route de 22 kilomètres.
Décembre
L'Aide-mémoire de la Banque Mondiale préconisant un 12-year urban transport program (2006 à 201 souligne que le projet Terre Rouge - Verdun - Ebene sera un "bypass for traffic from the North to the South and to northbound traffic from the South." Le document confirme que la réalisation de cette nouvelle route est estimée à Rs 880 millions incluant les frais de "land acquisition."
2006
Aout
La Road Development Authority (RDA) sollicite la firme française BCEOM pour conduire une étude de faisabilité sur le projet sur le projet.
2007
Mars
BCEOM boucle son étude de faisabilité. Le rapport soumis à la RDA conclut que le projet est viable. Le projet est estimé à Rs 1,2 milliard (incluant la TVA).
Juin
Conformément aux exigences de la Banque Mondiale, la RDA commandite une étude d'impact environnemental. Luxeconsult (Mtius) Ltd décroche le contrat.
Octobre
La RDA décide de revoir l'alignement entre Verdun et Ebène en concertation avec la State Land Development Company (SLDC), en raison des projets de développement prévus dans la région. Une étude de "traffic demand" est conduite sur l'alignement proposé par la RDA (6,2km) et celui de la SLDC (7,4 km).
2008
Juin
Le gouvernement ayant obtenu le financement du projet auprès du gouvernement chinois (30 millions USD) décide d'aller de l'avant avec le projet. Un appel d'offre réservé exclusivement aux compagnies chinoises est lancé.
Septembre
L'Export Import Bank of China confirme qu'une somme de Rs 1,3 milliard sera débloquée pour financer la phase 1 du projet, notamment la partie de la route reliant Verdun à Terre Rouge (15,7km). L'autre partie de la route (phase 2) sera financée par un consortium de banques arabes.
Novembre 08 Quatre compagnies chinoises sont présélectionnées pour l'octroi du contrat après un "public opening" des offres au Central Procurement Board (CPB). Les offres financières varient en 3,2 milliards et Rs 3,6 milliards!
Réponse avec citation
Réponse

Tags
dautoroute, goudron, parfum, projet, scandale, terrerougeverdun

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Michaël Lebrasse, un Mauricien au Moulin Rouge Dev Nouvelles de l'Ile Maurice 0 16/05/2008 12h51
Arrêt des poursuites contre sir Harry : Jack Bizlall crie au scandale Dev Nouvelles de l'Ile Maurice 5 21/12/2007 14h23
Des bijoux au parfum de Maurice MorisPress Nouvelles de l'Ile Maurice 0 03/09/2007 08h00
ki san la chante 'Tapis rouge' Taryn Discussions Musicales 7 31/08/2007 14h50
Votre parfum préféré Bisoulili Divers. Miscellaneous. 19 22/06/2005 11h04


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 07h35.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com