Maintenance d’avions : la sécurité des passagers avant tout - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 20/10/2008, 15h55
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Maintenance d’avions : la sécurité des passagers avant tout

AVIATION
Maintenance d’avions : la sécurité des passagers avant tout

Le moindre détail compte. A l’aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam, les techniciens le savent et agissent en conséquence. Les avions sont «déshabillés» et examinés à la loupe…

Il faudra pas moins de trois semaines à ces hommes pour remettre cet ATR 72 en état. Plus aucun siège. Même pas de plancher. Dans le hangar de la compagnie nationale d’aviation, à l’aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam, à Plaisance, l’ATR 72 d’Air Austral a été complètement «déshabillé». Il s’agit de sa «plus grande visite», celle qui se fait tous les huit ans. «Sa structure sera examinée dans les moindres détails. On en a pour trois semaines environ», souligne Jacques Gentil, Executive Vice President, Technical Services.

Car on ne joue pas avec la sécurité des passagers. Tout a son importance. C’est ainsi qu’après un certain nombre de lavages, les housses qui recouvrent les sièges sont détruites. «Même ça, c’est contrôlé car au bout d’un certain temps, après un bon nombre de lavages, elles deviennent inflammables.» L’homme, qui a 30 ans dans le domaine de l’aviation au compteur, explique comment, pour en arriver au stade du déshabillage, il a fallu beaucoup de préparation. Que tout a été planifié. A chaque jour, sa série de tâches à être effectuée. Qu’à une date préalablement établie, l’avion devra quitter le hangar en parfait état. Et pour cela, chaque maillon de la chaîne compte.


Inspection visuelle

Comme au football, les joueurs, ici les techniciens, se passent la balle jusqu’à arriver au but. C’est l’ingénierie qui donne le coup d’envoi en inspectant l’avion et en recommandant les réparations à effectuer. Au tour de l’approvisionnement de commander les pièces nécessaires lorsqu’ils ne l’ont pas dans leur réserve. Le «planning», lui, établit quand les travaux peuvent être faits. Dans l’immédiat mais également à court, moyen et long termes. «Eux peuvent savoir quand l’avion sera à terre et à ce moment-là, combien de personnes seront disponibles pour travailler dessus. Ils préparent le plan de travail et le gèrent», explique Jacques Gentil.

C’est alors à la production de jouer car les employés de ce département ont le savoir-faire pour effectuer les travaux. «Ces quatre piliers sont contrôlés par l’assurance qualité qui fait régulièrement des audits.» L’aviation civile mauricienne et l’European Aviation Safety Agency (EASA) ont également un droit de regard. La maintenance d’avions étrangers est également assurée par la compagnie d’aviation nationale.

Ailleurs, dans chaque pays où atterrissent les avions d’Air Mauritius, les autres sont aux petits soins. En France, c’est Air France qui s’y colle, à Singapour, Singapore Airlines et en Angleterre, Virgin Atlantic. Bien sûr, la condition sine qua non, c’est d’avoir de l’expérience sur le même type d’avions. Ces «visites de transit» durent alors «à peine une heure». Rien que le temps de faire le plein. L’inspection est purement visuelle. Mais les hommes de la maintenance savent où regarder. Tout comme le pilote et le copilote qui, à leur tour, inspectent l’avion avant d’en prendre possession.

Et même là, il est possible qu’une fois les passagers confortablement installés à bord de l’appareil, celui-ci ne décolle finalement pas. «C’est comme une télé. Chez le réparateur elle fonctionne mais à la maison, non.» Comme en Italie il y a quelques semaines. Quand il a fallu changer… le moteur. Rien que ça. Il a alors fallu ramener un moteur ainsi qu’une équipe de Paris. «Heureusement que cela n’arrive pas souvent», lâche Jacques Gentil.


«On ne peut pas prendre de risque»

Bien qu’avec un seul moteur sur deux, un A340 peut voler, pour la sécurité des passagers, la procédure veut qu’il fasse demi-tour s’il vient de décoller ou alors se pose à l’aéroport le plus proche. «En général, quand il y a un problème, on le fixe avant de laisser partir l’avion mais si c’est un problème mineur et que la réparation peut attendre, on attend», explique Jacques Gentil. Avec la technologie qui est passée par là, les redondances dans le système font que «si un ordinateur tombe en panne, un autre continue ce qu’il faisait».

Mais pour la douzaine d’avions de la flotte d’Air Mauritius, les services techniques partent du principe que «si c’est cassé, c’est cassé. On ne peut pas prendre de risque». Bien sûr, si «c’est une des toilettes qui ne marche pas, on la condamnera et on laissera l’avion partir».







Valérie OLLA
Réponse avec citation
Google
Réponse

Tags
avant, des, d’avions, maintenance, passagers, sécurité, tout

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Des passagers du MK 640 racontent le cauchemar MorisPress Nouvelles de l'Ile Maurice 0 03/09/2007 07h21
21 passagers n’ont pu embarquer sur le vol 122 de la British Airways MorisPress Nouvelles de l'Ile Maurice 0 12/08/2007 16h40
Securité A Morise Dan Maison Retraite france marie Discussions Générales 19 11/02/2007 14h15
Probleme de sécurité pour les utilisateurs de skype jerry Discussions Générales 2 23/12/2005 15h20


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 18h59.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com