Sale temps pour être flic - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 03/10/2008, 10h34
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Sale temps pour être flic



TÉMOIGNAGE : POLICE

Sale temps pour être flic


Il ferait de moins en moins bon d'être policier. En témoignent les cas d'agressions contre agents rapportés. Le non-respect auquel certains se retrouvent de plus en plus confrontés va au-delà. Plusieurs raisons expliquent cette situation. D'une part, les changements négatifs qui frappent la société. De l'autre côté, les nombreux écarts de certaines brebis -souvent soutenus par le système- ont bel et bien entaché l'éclat de l'uniforme. Beaucoup parlent d'une situation frustrante.
Il se dit "humilié" et "totalement découragé!" Récemment, il a été sauvagement agressé par une foule tandis qu'il intervenait pour calmer et rétablir l'ordre lors d'une bagarre entre deux groupes d'individus. "Je ne me suis senti complètement affaibli. J'avais l'impression d'être entre la vie et la mort. Pour mes agresseurs, je n'étais plus un homme, mais un uniforme contre lequel ils se défoulaient." Plusieurs semaines plus tard, il se dit encore en état de choc. C'était aussi lors d'une banale intervention lors d'une bagarre que cet autre constable rencontré a été battu. Il s'en est sorti avec un bras fracturé. "Il est clair que les choses ont beaucoup changé pour la police. Les gens ont de moins en moins de respect pour nous." Ce genre d'incident serait de plus en plus courant depuis quelques temps. Les policiers, semblerait-il, peinent à se faire respecter. Une situation qui selon certains "démotivent et frustrent plus d'un parmi eux."
L'honneur perdu. Deleurs propres aveux, nos interlocuteurs disent être "au bout du rouleau". Les derniers incidents n'ont fait qu'accentuer ce malaise qui avait déjà touché certains au sein de la force policière. "Cette situation nous démotive et aboutit à une perte de dignité. On ne sent plus l'estime et le respect qu'inspiraient le métier", dit un constable. Quelques uns se laissent même gagner par le découragement. Il y a 5 ans, Nazim avait décidé de prêter serment parce que : "Mon père était policier et l'aspect sécuritaire du métier m'avait séduit." Mais la réalité n'est plus la même. Et le travail s'avère de plus en plus dangereux. "Je me demande si j'ai fait le bon choix", se lamente-t-il. D'autres, las des réalités du métier, se contentent désormais de fournir un travail médiocre. "Moi aster mo nek guet ler passer. Mo fer mo 8 heures temps trankil. Ki serti mo ale fer héro ? Sirtou kan ou ena fam et zenfan. Mone trouver vo mieux mo reste dan mo coin" affirme un père de famille. Un état d'esprit que partage un bon nombre de policiers. Inévitablement, le laxisme gagne du terrain chez certains membres des forces de l'ordre. Une situation qui risque de pauser un problème de sécurité.
Brebis. Par ailleurs, il demeure aussi important de savoir situer les responsabilités. Si nombre de policiers ont su se montrer digne de leurs uniformes, les agissements des quelques "brebis galeuses" ont contribué à ternir l'image de la profession. Ces histoires de policiers hors la loi, ivres, corrompus, irrespectueux du public et de ses droits continuent. Surtout, que dans le cas présent, l'abus de pouvoir dont sont coupables les policiers crée un sentiment d'injustice profond qui provoque colère et frustration à l'égard de l'uniforme. À cela, les policiers interrogés répondent que les "brebis galeuses" existent dans tout métier. "Garde la li ene humain après tout. Et pomme d'amour pourri exister dan tou secteur" explique un jeune constable. Mais ceux conscients des répercussions tiennent un tout autre discours. "Kan ene garde faner, pou public ces la police entière ki pa bon. Même to pe fer to travail bien, to senti twa degrader kan to tanne bane remarque la", ajoute un constable proche de la retraite. L'autre évidence est que c'est souvent le système lui même qui devient complice de ceux qui abusent de leur situation en leur offrant une certaine impunité.
Épine. Pour certains des fonctionnaires de la police, la raison de ces bavures est à chercher dans le ras-le-bol qui affecte les forces de l'ordre face aux incohérences de la justice et de la politique. "Bien que nous sommes censés représenter la loi. Ironiquement, la loi ne nous protège pas. Par exemple, en cas d'émeute, même si les badauds foutent le désordre et nuisent à l'ordre générale, nous n'avons pas le droit de tirer sur eux. Personne n'osera donner l'ordre pour tirer. Et si on prend sur nous, c'est tout le monde qui nous tombe dessus. Si en cas de crise, nous ne pouvons agir. Il est normal que le public finisse par ne plus nous respecter." Il naît alors un sentiment d'injustice : les policiers frustrés se retrouvent coincer entre le désir de bien faire leur travail ou de rendre justice eux-mêmes. D'autres profitent simplement de leur pouvoir pour abuser des droits des autres et pour s'accorder des privilèges non-mérités.
D'autant plus, ceux interrogés fustigent unanimement l'ingérence politique qui selon eux entravent le bon fonctionnement de leur travail. "Politik gate travail la encore plus. To kav touye twa dan travail et bane la zot vini casse partout" fait ressortir un policier amèrement. Et malgré le remaniement ministériel, nos interlocuteurs restent pessimistes sur leur sort. "Nous sommes des laissés-pour-compte. Pourquoi cela changerait ? Et le fait demeure que la force policière va à la dérive" laisse entendre un des policiers.



Entre désenchantement et ras-le-bol


Pierre et Raj font partis des nouveaux policiers qui ont récemment enfilé l'uniforme. Mais frustration et confusion ponctuent déjà leur quotidien. Entre horaires difficiles, manque chronique de moyens et une vie sociale inconstante. Les deux amis réalisent que le métier de policier relève d'un véritable parcours du survivant.
"J'ai toujours rêvé d'être policier. Mais depuis que je suis passé de l'autre côté, je suis désillusionné" avoue Paul. Quant à Raj, le côté danger l'a toujours séduit.
"Au début, l'aventure me plaisait beaucoup. Mais maintenant que je suis flic, je me demande chaque jour dans quelle galère, je me suis laissé embarquer" confie Raj, "Nous travaillons dans des conditions déplorables à tous les niveaux. Nous frôlons la mort quotidiennement. Et l'ironie du sort est que nous n'avons même pas de risque allowance" précise-t-il. Souvent mal compris dans leur entourage, ces derniers avouent ne pas toujours bien gérer la pression. " Nou regler problem tou dimoune nou: problem lacaz, travail, mai personne pa regler nou problem. Li ti pou bon si chaque policier ti kav gagne ene suivi psychologique."
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 03/10/2008, 17h12
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Si banne flics ti ena calibre, competence, certificat et gagne job la par merite, jamais zote ti pou en danger coumeca. Mo pointe les doits lor banne politichiens ki faire mette zote coleres la fiche dans uniforme la policire.
Si azordi jour ena anarchie a moris, C les politichiens ki ena tort avec zote coruption.

Rocco
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 03/10/2008, 18h36
Avatar de fergeo
Fan RM
 
Date d'inscription: juillet 2006
Messages: 975
Il fut un temps où le port de l'uniforme qu'arboraient les policiers êtait respecté.Mais actuellement,que ce soit à Maurice où ailleurs les personnes ne respectent plus les représentants d'une justice dépassée par le manque de coalition interne à elle même.Trop de magouilles ou de ripoux ont fait perdre la confiance des administrés.Seul une réforme sévére peut changer cette situation et réhaussser le niveau de responsabilité de la police!!
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 04/10/2008, 17h33
Manev
 
Date d'inscription: janvier 2008
Messages: 14
Wink

Citation:
Posté par fergeo Voir le message
Il fut un temps où le port de l'uniforme qu'arboraient les policiers êtait respecté.Mais actuellement,que ce soit à Maurice où ailleurs les personnes ne respectent plus les représentants d'une justice dépassée par le manque de coalition interne à elle même.Trop de magouilles ou de ripoux ont fait perdre la confiance des administrés.Seul une réforme sévére peut changer cette situation et réhaussser le niveau de responsabilité de la police!!
Tu as tout trouvé mais heureusement il reste encore quelques bons flics
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 04/10/2008, 17h44
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Citation:
Posté par meggy Voir le message
Tu as tout trouvé mais heureusement il reste encore quelques bons flics
Tu as raison Meggy mais c'est très très rare de nos jours
Réponse avec citation
Réponse

Tags
etre, flic, pour, sale, temps

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Temps pour la délivrance du passeport Lp Nouvelles de l'Ile Maurice 6 12/10/2007 14h52
sale temps SISTA Discussions Générales 14 26/01/2007 19h31
Karwa Chauth: jeûner pour le bien-être de son époux Dev Nouvelles de l'Ile Maurice 0 10/10/2006 13h54
ETRE VOUS FIER D"ETRE MAURICIEN COMME MOI??? Rocco Discussions Générales 20 01/05/2005 10h16


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 04h03.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com