Meme aux Urgences to capave mort sans ki dimoune prend toi compte - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 08/09/2008, 09h32
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Meme aux Urgences to capave mort sans ki dimoune prend toi compte

Après un accident de la route : elle meurt, abandonnée aux urgences




Dimanche dernier, une septuagénaire, Aissoo Hossunnally, une habitante de Phoenix, a été victime d’un accident de la route, rue Farquhar, à Port-Louis. Ce sont les éléments de l’Emergency Response Service qui la conduisent à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo vers 9 h 45.

Selon nos recoupements, elle est prise en charge par une infirmière qui fait le nécessaire pour qu’elle soit vue par un médecin. Ce dernier lui recommande un examen de radiographie. À un certain moment, l’infirmière aurait demandé à un collègue de prendre le relais. La patiente aurait été ensuite vue par le même médecin qui l’a ensuite référée à un orthopédiste.

Puis, c’est le flou. La dame – blessée aux pieds – est abandonnée seule dans son fauteuil roulant aux urgences. S.L., un quinquagénaire habitant Moka, en témoigne. Il se trouvait également aux urgences vers 14 heures. Il venait voir son beau-frère, victime d’un accident. Il a aperçu Aissoo Hossunnally, inconsciente sur son fauteuil roulant. Craignant qu’elle ait déjà rendu l’âme, il abordera un médecin, quinze minutes plus tard, pour l’en aviser. Le médecin constatera effectivement le décès de la vieille dame. « Une domestique est ensuite venue nous dire qu’elle a vu la patiente vers 9 heures et que c’est un policier qui l’avait emmenée aux urgences. Il paraît que la dame est restée seule des heures durant, sans aucun soin. En tout cas, il n’y avait aucun infirmier ni domestique qui l’accompagnait alors elle était inconsciente dans son fauteuil roulant », assure S.L.

Cependant, une autre source de l’hôpital nie que la patiente soit restée ‘unattended’ quatre heures durant. « La patiente a été prise en charge comme il se doit », indique cette source. « Sauf qu’elle a rendu l’âme avant d’être vue par l’orthopédiste ». Cette même source avance que c’est concernant l’examen radiographique que se poserait le problème. L’examen se serait limité aux seuls pieds de la victime et non à sa colonne vertébrale. Reste qu’une enquête interne sera menée à l’hôpital pour déterminer les circonstances du décès d’Aissoo Hossunnally.

Chez les Hossunnally, à Phoenix, l’on plaide l’ignorance. Nul ne connaît les circonstances exactes dans lesquelles Aissoo a rendu son dernier soupir aux urgences de l’hôpital Dr A.G. Jeetoo. Tout ce que sait la famille, c’est qu’elle est morte après un accident à Port-Louis et que le corps se trouvait à l’hôpital de Port-Louis.

Zones d’ombre
Rahima, la soeur de la septuagénaire, raconte que la triste nouvelle lui est parvenue vers 17 heures. Deux policiers du poste de Phoenix sont venus la lui annoncer.

Lorsque les proches se sont rendus à l’hôpital de Port-Louis, ils devaient apprendre que le corps avait été transporté à l’hôpital Victoria à Candos aux fins d’autopsie. L’examen postmortem pratiqué

par le Dr Satish Boolell a attribué le décès à une « dislocation fracture of cervical spine ».

Ayant pris connaissance du témoignage obtenu par Le Défi-Plus, la famille d’Aissoo estime que certaines zone d’ombres autour de ce décès méritent d’être éclaircies. « Zot ti bizin faire nous koné ki line faire accident dépi boner. Nous pas comprend ditout », soupire Rahima.

La septuagénaire, affirment ses proches, menait une vie solitaire. Mère de sept enfants, dont l’un est décédé, elle vivait seule dans sa maison. Son compagnon l’avait quittée depuis longtemps. Pour meubler son temps, Aissoo sortait régulièrement. Sa fille, habitante de Rivière-des-Anguilles, venue lui rendre visite, ne l’a ainsi pas trouvé chez elle, samedi.

L’ERS a confié la patiente à une « charge nurse »
L’Emergency Response Service de la police est catégorique. Il a agi efficacement à la requête des passants à l’angle des rues Pasteur et Farquhar. Un responsable de cette unité explique qu’une équipe, composée de trois policiers, dont un sergent, était en patrouille au moment des faits, vers 9 h 45.

Les trois agents se sont approchés d’un attroupement. Ils découvrent, au milieu de la route, une vieille dame dans les bras d’un passant. La dame était consciente, mais semblait perdue et elle saignait du nez. Les policiers n’auraient pas remarqué qu’elle était blessée aux pieds. Les policiers la conduisent aussitôt à l’hôpital. En route, si la septuagénaire leur révèle son nom et son adresse, elle est bien incapable de leur expliquer ce qui lui est arrivé.

Entre-temps, les agents informent le poste de Trou-Fanfaron, qui a juridiction sur la région, de l’accident et de la découverte de cette femme blessée.

Selon l’ERS, une fois arrivés à l’hôpital, les policiers ont placé la victime sur un fauteuil roulant avant d’enregistrer son cas et de la confier à la ‘Charge Nurse’. Peu après, ils se rendent au poste de Trou-Fanfaron où un chauffeur d’autobus est venu rapporter l’accident dont il était l’auteur. L’ERS insiste qu’il incombait au poste de police de Trou Fanfaron d’informer la famille de la victime de cet accident. Au poste de Trou Fanfaron, nul ne veut piper mot sur cette affaire. Néanmoins, l’Operations Room d’Abercrombie confirme que l’auteur de l’accident s’est effectivement rendu à la police.


Alleged homicide
Cette affaire a été, dans un premier temps, traitée comme un « alleged homicide ». L’autopsie pratiquée par le Dr Satish Boolell révèle que la victime a succombé à un violent coup au cou : « dislocation fracture of cervical spine ». A l’issue de son constat, le médecin légiste a ordonné l’ouverture d’une enquête sur ce décès où il soupçonne un « foul play ».

Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 09/09/2008, 00h09
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Citation:
Posté par Dev Voir le message
Après un accident de la route : elle meurt, abandonnée aux urgences




Dimanche dernier, une septuagénaire, Aissoo Hossunnally, une habitante de Phoenix, a été victime d’un accident de la route, rue Farquhar, à Port-Louis. Ce sont les éléments de l’Emergency Response Service qui la conduisent à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo vers 9 h 45.

Selon nos recoupements, elle est prise en charge par une infirmière qui fait le nécessaire pour qu’elle soit vue par un médecin. Ce dernier lui recommande un examen de radiographie. À un certain moment, l’infirmière aurait demandé à un collègue de prendre le relais. La patiente aurait été ensuite vue par le même médecin qui l’a ensuite référée à un orthopédiste.

Puis, c’est le flou. La dame – blessée aux pieds – est abandonnée seule dans son fauteuil roulant aux urgences. S.L., un quinquagénaire habitant Moka, en témoigne. Il se trouvait également aux urgences vers 14 heures. Il venait voir son beau-frère, victime d’un accident. Il a aperçu Aissoo Hossunnally, inconsciente sur son fauteuil roulant. Craignant qu’elle ait déjà rendu l’âme, il abordera un médecin, quinze minutes plus tard, pour l’en aviser. Le médecin constatera effectivement le décès de la vieille dame. « Une domestique est ensuite venue nous dire qu’elle a vu la patiente vers 9 heures et que c’est un policier qui l’avait emmenée aux urgences. Il paraît que la dame est restée seule des heures durant, sans aucun soin. En tout cas, il n’y avait aucun infirmier ni domestique qui l’accompagnait alors elle était inconsciente dans son fauteuil roulant », assure S.L.

Cependant, une autre source de l’hôpital nie que la patiente soit restée ‘unattended’ quatre heures durant. « La patiente a été prise en charge comme il se doit », indique cette source. « Sauf qu’elle a rendu l’âme avant d’être vue par l’orthopédiste ». Cette même source avance que c’est concernant l’examen radiographique que se poserait le problème. L’examen se serait limité aux seuls pieds de la victime et non à sa colonne vertébrale. Reste qu’une enquête interne sera menée à l’hôpital pour déterminer les circonstances du décès d’Aissoo Hossunnally.

Chez les Hossunnally, à Phoenix, l’on plaide l’ignorance. Nul ne connaît les circonstances exactes dans lesquelles Aissoo a rendu son dernier soupir aux urgences de l’hôpital Dr A.G. Jeetoo. Tout ce que sait la famille, c’est qu’elle est morte après un accident à Port-Louis et que le corps se trouvait à l’hôpital de Port-Louis.

Zones d’ombre
Rahima, la soeur de la septuagénaire, raconte que la triste nouvelle lui est parvenue vers 17 heures. Deux policiers du poste de Phoenix sont venus la lui annoncer.

Lorsque les proches se sont rendus à l’hôpital de Port-Louis, ils devaient apprendre que le corps avait été transporté à l’hôpital Victoria à Candos aux fins d’autopsie. L’examen postmortem pratiqué

par le Dr Satish Boolell a attribué le décès à une « dislocation fracture of cervical spine ».

Ayant pris connaissance du témoignage obtenu par Le Défi-Plus, la famille d’Aissoo estime que certaines zone d’ombres autour de ce décès méritent d’être éclaircies. « Zot ti bizin faire nous koné ki line faire accident dépi boner. Nous pas comprend ditout », soupire Rahima.

La septuagénaire, affirment ses proches, menait une vie solitaire. Mère de sept enfants, dont l’un est décédé, elle vivait seule dans sa maison. Son compagnon l’avait quittée depuis longtemps. Pour meubler son temps, Aissoo sortait régulièrement. Sa fille, habitante de Rivière-des-Anguilles, venue lui rendre visite, ne l’a ainsi pas trouvé chez elle, samedi.

L’ERS a confié la patiente à une « charge nurse »
L’Emergency Response Service de la police est catégorique. Il a agi efficacement à la requête des passants à l’angle des rues Pasteur et Farquhar. Un responsable de cette unité explique qu’une équipe, composée de trois policiers, dont un sergent, était en patrouille au moment des faits, vers 9 h 45.

Les trois agents se sont approchés d’un attroupement. Ils découvrent, au milieu de la route, une vieille dame dans les bras d’un passant. La dame était consciente, mais semblait perdue et elle saignait du nez. Les policiers n’auraient pas remarqué qu’elle était blessée aux pieds. Les policiers la conduisent aussitôt à l’hôpital. En route, si la septuagénaire leur révèle son nom et son adresse, elle est bien incapable de leur expliquer ce qui lui est arrivé.

Entre-temps, les agents informent le poste de Trou-Fanfaron, qui a juridiction sur la région, de l’accident et de la découverte de cette femme blessée.

Selon l’ERS, une fois arrivés à l’hôpital, les policiers ont placé la victime sur un fauteuil roulant avant d’enregistrer son cas et de la confier à la ‘Charge Nurse’. Peu après, ils se rendent au poste de Trou-Fanfaron où un chauffeur d’autobus est venu rapporter l’accident dont il était l’auteur. L’ERS insiste qu’il incombait au poste de police de Trou Fanfaron d’informer la famille de la victime de cet accident. Au poste de Trou Fanfaron, nul ne veut piper mot sur cette affaire. Néanmoins, l’Operations Room d’Abercrombie confirme que l’auteur de l’accident s’est effectivement rendu à la police.


Alleged homicide
Cette affaire a été, dans un premier temps, traitée comme un « alleged homicide ». L’autopsie pratiquée par le Dr Satish Boolell révèle que la victime a succombé à un violent coup au cou : « dislocation fracture of cervical spine ». A l’issue de son constat, le médecin légiste a ordonné l’ouverture d’une enquête sur ce décès où il soupçonne un « foul play ».

Banne cas comme ca ena par tone a morice, mais seulement ti dimoune na pena support pou faire zote la voix entendre.

Rocco
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 09/09/2008, 12h45
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Citation:
Posté par Rocco Voir le message
Banne cas comme ca ena par tone a morice, mais seulement ti dimoune na pena support pou faire zote la voix entendre.

Rocco
To ena raison Frero , si to pena moyen , to cas téigne vite , combien dimoune fine mort dans accidents , cote ban chauffeurs pas fine gagne aucun poursuite et zot encore la azordi pé roulé sans aucun remords.
Combien dimoune qui fine rentre l'hopital pour ban zaffaire benigne et qui fine mort sans aucune raison si to pena moyen ou conne garnd dimoune to zaffaire classé rapidement
Réponse avec citation
Réponse

Tags
aux, capave, compte, dimoune, meme, mort, prend, sans, toi, urgences

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
K-Dina prend son envol ZahoOL Discussions Musicales 0 04/12/2007 14h50
Wai RM ena Fan meme la bas... wai la bas em sa ZahoOL Discussions Générales 9 27/12/2006 20h25
Ce qui compte le plus à vos yeux.. mamzelle_crapo Discussions Générales 11 03/08/2006 20h51
Y'a que la vérité qui compte! mamzelle_crapo Divers. Miscellaneous. 19 08/02/2006 11h57
Avoir un compte d'éditeur sur paroles.radiomoris.com RadioMoris Paroles de Chansons. Song Lyrics. 2 06/05/2005 21h03


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 13h51.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com