Textile : "L'avenir est sombre pour les PME" - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 19/06/2008, 07h43
Avatar de vanemillie
Sirdar
 
Date d'inscription: mars 2008
Localisation: France
Messages: 239
Textile : "L'avenir est sombre pour les PME"

Port-Louis, 18 juin

La hausse de prix du pétrole, le démantèlement des barrières tarifaires, l'incapacité de produire avec économie d'échelle et l'isolement du pays sont des facteurs auxquels sont confrontés en ce moment les moyens et petits opérateurs du secteur textile et de l'habillement. Avec la mise en liquidation de deux usines engagées dans la confection de produits textiles, l'incertitude s'est installée parmi eux.
"Nous sommes dans le rouge. Les grossistes ne veulent plus acheter de nous. Ils préfèrent importer de la Chine, qui leur coûte meilleur marché. Certains ne font qu'importer des vêtements de Chine et y collent une griffe locale avant de les exporter. Alors qu'est-ce qui nous reste ?", se demande Rajack Coojah, qui gère une petite entreprise de confection de sous-vêtements à cité Martial, Port-Louis.

Ainsi, si les grosses entreprises trouvent quelques problèmes de routine sur le plan international, pour les petites entreprises, cela implique définitivement une obligation de fermer boutique.
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 13/12/2008, 19h31
Avatar de devhi
Foreman
 
Date d'inscription: avril 2006
Messages: 393
SECTEUR MANUFACTURIER Septembre 2007 à septembre 2008


Baisse d'environ 4 300 emplois dans les entreprises exportatrices













Le secteur manufacturier d'exportation, qui englobe les entreprises de l'ancienne zone franche et celles enregistrées depuis octobre 2006 au Board of Investment, a enregistré la perte de quelque 4 300 emplois entre septembre 2007 et septembre 2008.
C'est le Bureau Central des Statistiques (BCS), dans sa dernière édition des indicateurs socio-économiques, rendue publique ce matin, qui révèle ces chiffres.
Quant aux exportations, pour la période janvier-septembre 2008, elles se sont élevées à environ Rs 25,5 milliards, soit Rs 2,5 milliards de moins que pour la période correspondande de 2007.
Le secteur manufacturier d'exportation comptait 413 entreprises à fin septembre 2008, soit 4 de plus par rapport à fin septembre 2007. Le nombre d'entreprises a augmenté de six au cours troisième trimestre de cette année et cela malgré le fait qu'il y a eu fermeture de 10 entreprises, dont quatre dans le sous-secteur de l'habillement. Celui-ci comptait 170 entreprises à la fin du troisième trimestre contre 182 une année de cela. Pour ce qui est des emplois, les données du BCS sur la période septembre 2007/septembre 2008 font voir qu'il y a eu une réduction de la main-d'œuvre (- 4 319 emplois) qui est passé à 62 828 (25 908 hommes et 36 920 femmes). L'industrie de l'habillement est celle qui a perdu le plus grand nombre d'emplois (de 50 040 à 45 032) au cours de ces douze mois. On remarque également que l'emploi total dans le courant du 3ème trimestre 2008 a chuté de 1 820. Selon le BCS, il y a eu création de 1 864 emplois pendant cette période mais cela n'a pas suffi pour compenser les 3 584 licenciements. Encore une fois, ce sont les entreprises textiles qui ont été les plus touchées.
Pour ce qui est des exportations, elles se sont chiffrées à Rs 25,5 milliards pour les neuf premiers mois de l'année, soit une réduction de 8,9% par rapport aux mois correspondants de 2007. Les exportations de produits d'habillement ont chuté de Rs 2,3 milliards alors que celles des produits de la mer ont augmenté de Rs 185 millions. Le Royaume-Uni, la France et les Etats-Unis demeurent les principaux marchés du secteur manufacturier d'exportation, achetant pour un montant de Rs 16,8 milliards, soit 66% du montant total. Les exportations vers le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont diminué de 4,4% et 24,1% respectivement contrairement à la France qui enregistré une progression de 1,8%. Dans la région, les exportations vers l'Afrique du Sud ont été stables à Rs 1,1 milliard alors que celles vers Madagascar ont fléchi de 21% pour descendre à Rs 869 millions.
Tenant compte des importations de l'ordre de Rs 15,3 milliards pour les trois premiers trimestres 2008, les exportations nettes se chiffrent à Rs 10,2 milliards. Signalons, par ailleurs, que même pour le troisième trimestre de cette année, les exportations du secteur ont été inférieure (-2,5%) à celles du 2ème trimestre. Elle est due en grande partie à une baisse dans la valeur des exportations de produits vestimentaires.

Le mauricien du 13/12/2008
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 14/12/2008, 11h14
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Crise économique

2009 : des menaces précises sur l'emploi






Dans le sillage de la crise financière internationale et de la récession sur les principaux marchés d'exportation pour Maurice, les menaces sur l'emploi en 2009 se font de plus en plus précises. Que ce soit du côté des opérateurs économiques ou encore à l'Hôtel du gouvernement, l'on dissimule difficilement les risques à l'emploi. Dans la conjoncture, très peu sont ceux qui osent s'aventurer pour quantifier ces pertes d'emploi même si dans certains milieux bancaires, l'on jette en pâture l'hypothèse qu'au moins un emploi sur deux dans le secteur de la zone franche manufacturière pourrait être emporté par la prochaine vague de la crise économique et financière. Entre-temps, les dernières statistiques officielles ne sont guère rassurantes vu la main-d'œuvre dans la filière de la confection, avec une régression de 10 % de la main-d'œuvre à fin septembre dernier comparativement à pareille époque en 2007 ou encore la baisse de la valeur des exportations sur les marchés américain et britannique pour les neuf premiers mois de l'année.
"Définitivement, des pertes d'emploi se profilent à l'horizon pour 2009. Les secteurs économiques, qui seront les plus touchés, demeurent ceux tournés vers les marchés extérieurs, notamment la zone franche manufacturière et le tourisme. A ce stade, il est extrêmement difficile de vouloir mettre un chiffre sur cette réduction du nombre d'emplois par manque de visibilité", a fait comprendre, hier, à Week-End le directeur du Joint Economic Council (JEC), Raj Makoond, peu avant une rencontre avec le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Rama Sithanen.
"Le secteur du textile comprend deux sous-secteurs avec neuf entreprises majeures et 300 unités dans la catégorie des petites et moyennes entreprises. Force est de constater que les grosses unités dans le textile alimentent les autres opérateurs de ce secteur. La stratégie, qui devra être élaborée et adoptée face à la crise internationale, devra avoir pour finalité le maintien en opération des grosses unités aussi bien que les petites en vue d'atteindre la masse critique minimale", a poursuivi le n°1 du JEC en guise de commentaires liminaires au sujet des effets de la crise internationale sur l'économie mauricienne.
"Pour les trois prochains mois, soit d'ici à mars de l'année prochaine, les prix obtenus par les exportateurs de textile vers les principaux marchés sont très difficiles pour assurer la survie alors que dans l'industrie touristique, les réservations pour le premier trimestre ne sont pas trop correctes, pour dire le moins ; les mois de janvier et février sont considérés très difficiles. Par contre, pour les créneaux économiques comme l'ICT et le Global Business, les perspectives présentent des caractéristiques de croissance saine", soutient Raj Makoond.
"La conjugaison de ces facteurs économiques présente des risques évidents pour l'emploi dans le contexte de l'accélération de la décroissance. Les parties concernées, que ce soit le gouvernement ou encore les opérateurs économiques et les banques, n'ont pas attendu pour initier des processus de consultations. Nous devrons adopter une stratégie de partage de risques. Les opérateurs économiques ne pourront pas porter à eux seuls les risques conjoncturels. Tel est également le cas pour le gouvernement. Le partage des risques représente une approche à être mise en opération pour sauver des emplois", s'est appesanti le directeur du JEC.
Le JEC se félicite du fait que la tendance baissière notée au niveau des prix de produits pétroliers ou encore des principales commodités sur le marché mondial ouvre la voie à une plus grande marge de manœuvre au chapitre de la politique monétaire. "Avec les risques atténués par rapport à l'inflation, les autorités devront être en mesure de faire encore d'efforts dans le sens d'une réduction du Repo Rate et du Cash Reserve Ratio pour accompagner le Risk Sharing Mechanism et sauver les emplois", a conclu le directeur du JEC.
Mais cette tâche s'annonce ardue dans la mesure où les dernières données officielles de la performance des Export-Oriented Enterprises (EOE) à septembre dernier, soit juste avant que les principaux marchés d'exportation ne soient frappés de plein fouet par la crise, ne sont guère brillantes. Ainsi, de septembre 2007 à septembre 2008, la filière du "Wearing Apparel" de la confection a connu un dégraissage de 10 %. Ce chiffre ne tient pas en ligne de compte la décision de Socota de procéder à la fermeture de son unité de tissage, installée à Phœnix depuis bientôt 20 ans. Quelque 500 emplois seront perdus.
La main-d'œuvre, qui se situait à un peu plus de 50 000 emplois en septembre 2007, s'élève maintenant à 45 032. La confection des pull-overs a enregistré une perte d'emplois de 1 842 alors que la baisse a été de 3 166 pour la catégorie des "Other Garments". Pour le seul troisième trimestre, la réduction dans les emplois a été de 3 584, principalement en raison de la compression du personnel ou de fermeture d'usine.
La valeur des exportations constitue un autre volet inquiétant des dernières statistiques consacrées à la performance de la zone franche pour la période de janvier à septembre de cette année. La régression de 8,9 % enregistrée se traduit par une baisse des recettes d'exportation des Export-Oriented Enterprises (de Rs 2,5 milliards), dont Rs 2,3 Md pour les "Manufactured Articles of Apparel and Clothing".
Le signe le plus préoccupant reste que deux des trois principaux marchés d'exportation pour le textile ont enregistré des chutes pour les trois premiers trimestres. La Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis représentent 66 % des exportations de textile de Maurice. A septembre dernier, la valeur des exportations textile vers le marché britannique a contracté de 4,4 %, soit une baisse de Rs 439 millions.
Malgré tout le tam-tam autour de la dérogation pour la Third Country Fabric sous l'Africa Growth and Opportunity Act, la baisse des exportations du textile "Made in Mauritius" a été de 24,1 % pour les neuf premiers mois, soit l'équivalent d'un manque à gagner de Rs 815 millions. Les exportations vers la France ont connu une progression nominale de 1,8 %, avec le marché sud-africain affichant la stabilité. Par contre, le marché malgache fait l'objet d'un effondrement, soit de 21,1 %.
"Ces chiffres remontent à septembre dernier, période à laquelle ni la Grande-Bretagne ni les Etats-Unis n'avaient été encore touchés par la récession. A cette époque, des chaînes de magasins, comme Gap aux Etats-Unis n'avaient pas encore demandé à ses fournisseurs en Inde de geler toutes les commandes de textile passées pour la fin de l'année. Woolworth, chaîne de magasins très connus en Grande-Bretagne, n'avait pas encore été placé sous administration judiciaire pour faillite", concèdent des observateurs économiques avertis, qui se disent conscients de la fébrilité sur les principaux marchés d'exportation au cours de ces derniers mois. La performance des secteurs d'exportation au cours du quatrième trimestre de 2008, qui prendra fin dans une quinzaine de jours est attendue dans des milieux des affaires comme un "Litmus Test" de ce que sera 2009…

Week-End 14/12/2008
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 14/12/2008, 13h38
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
C'est l'effet mondial de la crise qui pé affecté tizile , ici en europe ena tous les jours des licenciments ou chomage technique
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 14/12/2008, 19h22
Avatar de fergeo
Fan RM
 
Date d'inscription: juillet 2006
Messages: 975
Citation:
Posté par Dev Voir le message
C'est l'effet mondial de la crise qui pé affecté tizile , ici en europe ena tous les jours des licenciments ou chomage technique

C'est mondial,je dois constater que c'est la premiére fois que des banques sont affectées d'une telle façon dans ce genre de crise
Réponse avec citation
Réponse

Tags
textile

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
[DEM] Parole "Zoiseau" et "Ctyombo li" - Cassiya lekreol974 Paroles de Chansons. Song Lyrics. 0 23/03/2008 19h24
Idée de "Dessert pour les fêtes" monica__95 Discussions Générales 35 21/03/2008 12h26
Les acheteurs américains montrent un nouvel intérêt pour le textile mauricien Dev Discussions Générales 1 05/09/2006 12h01
sanz la vie bane morisien avec ene"Douloureuse surprise pour les contribuales" zilion Discussions Générales 15 25/09/2005 21h24
Pour ou contre " BASTER " sur RADIOMAURICE ? kinsou Discussions Musicales 23 26/11/2004 23h21


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 00h11.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com