Raz-de-marée dans la région - Page 2 - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #11 (permalink)  
Vieux 15/05/2007, 08h43
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
ÉQUIPEMENT

Prévisions précises

■ La firme allemande Club Mistral spécialisée dans le Windsurf et le Kitesurf dans la région connue sous le nom de “One Eye” au Morne, possède un équipement sophistiqué capable de faire des prévisions avec une précision chirurgicale. Relié à un ordinateur, cet équipement plus petit qu’un décodeur prédit la vitesse et la direction du vent de même que le taux exact d’humidité. Le coût d’un tel équipement : Rs 200 000.
Réponse avec citation
Google
  #12 (permalink)  
Vieux 15/05/2007, 08h57
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Citation:
Posté par Dev Voir le message
ÉQUIPEMENT

Prévisions précises

■ La firme allemande Club Mistral spécialisée dans le Windsurf et le Kitesurf dans la région connue sous le nom de “One Eye” au Morne, possède un équipement sophistiqué capable de faire des prévisions avec une précision chirurgicale. Relié à un ordinateur, cet équipement plus petit qu’un décodeur prédit la vitesse et la direction du vent de même que le taux exact d’humidité. Le coût d’un tel équipement : Rs 200 000.
Si le PM serre so cintire ene maille lor ene de so prolifique visites, nous capave ashter ca lekipment la avec lizier fermer.

Rocco
Réponse avec citation
  #13 (permalink)  
Vieux 15/05/2007, 10h42
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Citation:
Posté par Rocco Voir le message
Si le PM serre so cintire ene maille lor ene de so prolifique visites, nous capave ashter ca lekipment la avec lizier fermer.

Rocco
c'est meme pas serre ceinture , GM besoin investir pour protege popoulaition moris , ici en europe si ene GM pas protégé so le pep , li gagne ene case en justice et li paye mari cher pour ban dimoune ki fine décédé.......
Réponse avec citation
  #14 (permalink)  
Vieux 16/05/2007, 09h06
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
RAZ-DE-MARÉE
Un autre risque naturel à connaître

Îles en eaux troubles... Des vagues, dont certaines de plus de dix mètres ont frappé la Réunion, Rodrigues et Maurice durant le week-end. Retour sur un mécanisme climatique qui serait appelé à se reproduire.

Les dégâts sont aussi importants que les vagues étaient inattendues.“Nous étions une douzaine d’amis qui campaient à Bel-Ombre samedi soir. Après avoir planté les tentes sur la plage, nous avons dû rapidement les déplacer parce que la mer montait. Nous étions sur la pelouse lorsqu’une première vague nous a déséquilibrés. Une seconde mais plus forte s’est abattue, noyant le camp. Nous avons décidé de rentrer sur Tamarin mais la route n’a pas été de tout repos avec des débris charriés par la mer et la route inondée. Le plus difficile a été de passer la radier de Macondé.” Christophe Cassio et ses amis s’en sont sortis indemnes. Comme beaucoup, ils ont été surpris par ces vagues venues de nulle part.

Un tsunami ? Encore ? “Je n’étais pas capable d’expliquer d’où pouvaient sortir ces vagues”, poursuit Christophe Cassio. Pour cause, ces vagues sont la résultante d’un phénomène climatique qui se passe loin au sud de Maurice. C’est un raz-de-marée d’une intensité que les services météorologiques de Vacoas ne soupçonnaient pas.

Le raz-de-marée est né de la conjonction de deux phénomènes : la confrontation entre un cyclone extra-tropical (ou polaire) de forte intensité et un anticyclone. Théâtre des opérations : la zone climatique tempérée sud, soit à près de 2 000 kilomètres (km) au sud de Maurice. Le mécanisme de formation d’un cyclone extra-tropical n’est pas le même que celui d’un cyclone tropical.

La masse d’air chaud de basse pression, plus légère, passe dans un mouvement oblique au-dessus de la masse d’air froid anticyclonique, plus dense. Dès lors, la zone de basse pression dégénère sous l’effet combiné des différentiels de températures, de pressions et de densités. La masse d’air chaud ou dépression, plus humide, gagne en instabilité. Elle s’anime de vents circulaires générés par la ligne de front entre elle-même et l’anticyclone.

Le cyclone polaire comporte des rafales supérieures à 200 km/heure. Les vents qui soufflent au niveau de cette ligne de contact sont violents. La zone de basse pression étirée, les vents se renforcent. La pression atmosphérique au niveau du cyclone polaire est inférieure à 860 hectopascals (hPa). Ceci explique la force de cette dépression. À titre de comparaison, la pression atmosphérique du cyclone Carol était de 952 hPa.

La surface océanique, balayée par ces vents du sud-sud-ouest, est vaste. “Le système a généré des vagues de forte intensité au niveau même de la zone de contact entre l’anticyclone et la dépression. Ces vagues ont été poussées en direction des Mascareignes par des vents violents. En soufflant sur une longue distance, ils ont transformé les vagues en houles dont la force tient à l’inertie du mouvement qui déplace les masses d’eau en profondeur”, nous apprend le Dr Beenay Pathack, ancien directeur adjoint de la station météorologique de Vacoas.

La topographie sous-marine a aussi contribué à la force du phénomène. Le raz-de-marée, en s’approchant d’un obstacle terrestre, se renforce car “la masse d’eau en mouvement bute sur des reliefs sous-marins et c’est en surface que l’incidence se fera sentir : les vagues seront plus hautes et l’intensité du phénomène renforcée”. Pour le Dr Pathack, “si on prévoit une houle océanique de trois mètres, on peut donc raisonnablement s’attendre à des vagues littorales de l’ordre de six mètres, dépendant de la topographie”.

La houle, de par sa force d’inertie, peut voyager sur plusieurs milliers de kilomètres. Les Maldives ont été touchées par des vagues de quatre mètres. Si la mer a été houleuse du côté de St.-Brandon, ni ses îles ni Agalega n’ont été inquiétées par le raz-de-marée.

Les populations des côtes sud et ouest ont été tragiquement surprises par les énormes vagues. Les services météorologiques, tant de Maurice que de la Réunion, ont sous-estimé l’intensité du phénomène. “Nous avons fait une erreur d’appréciation”, reconnaît un officier de la station vacoassienne. Si notre météo peut prévoir ou émettre des bulletins avec efficacité pour les cyclones, tsunamis, pluies torrentielles ou glissements de terrain, force est de reconnaître qu’elle n’avait pas la capacité de prédire avec exactitude la force de ce phénomène.

Il faut bien voir que l’île est sujette à des raz-de-marée en cette saison. Cependant, jamais des houles australes d’une telle intensité n’ont touché les côtes mauriciennes. C’est un nouveau type de risque naturel à rajouter à la liste du Cyclones and Other Disasters Committee. C’est surtout un nouveau système d’alerte à mettre en place pour un risque naturel appelé à se reproduire.


Gilles RIBOUET





Les trois éléments nécessaires

Trois éléments doivent être réunis pour la formation d’un raz-de-marée aussi remarquable que celui de ces derniers jours. La vitesse du vent : elle génère des vagues importantes au niveau même du système initial. La migration, en l’occurrence vers l’est, du système extra-tropical anticyclone – dépression : plus cette migration est lente, plus la force des vents produite se maintient, voire s’intensifie. À noter que le cyclone polaire se déplace vers le sud-est, étant attiré par les masses d’air polaire. Le “fetch” : il s’agit de la distance sur laquelle les vents issus de la zone de convergence maintiennent une direction et une vitesse sur la mer, transformant ainsi les vagues en houles.
Réponse avec citation
  #15 (permalink)  
Vieux 16/05/2007, 09h08
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Tôle ou béton, rien n’a résisté à la violence des vagues au sud du pays.Petit lexique

Anticyclone : masse d’air froid constituant une zone de haute pression (bien supérieure à 1 015 hectopascals), peu humide, stable et dense.

Dépression : masse d’air chaud constituant une zone de basse pression (bien inférieure à 1 015hp), humide et instable.

Raz-de-marée : mouvement d’une masse d’eau océanique né d’un phénomène climatique entraînant des vagues d’une fréquence et d’une intensité importantes.

Tsunami : mouvement d’une masse d’eau océanique né d’un séisme dont l’épicentre se trouve sous la mer.





Inconscients du danger, Mauriciens et touristes ont passé un dimanche comme un autre ou... presque.Le danger toujours présent

La menace des vagues impressionnantes qu’on a vu s’abattre sur nos côtes ces derniers jours plane toujours. La station météorologique de Vacoas a enregistré, hier, des vagues de quatre mètres. Elle en prévoit d’autres durant les prochaines 48 heures. Toutefois la situation devrait s’améliorer vendredi après-midi. Les régions les plus à risque sont le littoral sud, sud-ouest et sud-est. C’est ce qu’a fait ressortir le météorologue, Ram Dhurmea, hier soir. Il est conseillé aux public de ne pas s’aventurer en mer.

Le prévisionniste explique que selon les observations faites hier, il y a eu des vagues de trois à quatre mètres dans le sud, le sud-ouest et le nord. “Ce sont les bouées qui permettent généralement de mesurer la hauteur de vagues, toutefois nous ne disposons pas de bouée.” Il précise que la station météo travaille en collaboration avec la National Coast Guard (NCG) sur la question.

Hier, le radier de Macondé était inondé et la route impraticable parce que des coraux et autres détritus y ont été charriés par les vagues, explique le chef inspecteur Ben Buntipilly, responsable de la SOS safety Unit, qui était sur place hier. La route a donc été fermée à la circulation à 15 heures et jusqu’à nouvel ordre. Une décision prise aussi en raison des risques considérables que des vagues emportent les véhicules. Les automobilistes qui empruntent les routes du littoral sud et sud-est sont appelés à faire preuve de vigilance, à ralentir pour éviter tout dérapage et à jeter un coup d’œil en direction de la mer en empruntant ces routes.

Le corps de Ramchandar Babooa, 41 ans, a été retrouvé dans le lagon de Mahébourg hier matin après avoir été porté manquant pendant 48 heures. Il était en compagnie de trois amis dans une pirogue samedi quand il a été surpris et emporté par une vague. L’autopsie attribue le décès à une asphyxie due à la noyade.

À Rodrigues la police a intensifié les recherches hier matin pour retrouver les deux éléments de la NCG et de trois pêcheurs disparus à Port-Sud-Est mais en vain. Selon le nouveau dispositif, quatre bateaux de la NCG patrouilleront dans le lagon, au nord de l’île, où les deux policiers de la NCG ont disparu. Même nombre de bateaux pour le sud de l’île où trois pêcheurs ont disparu à Port-Sud-Est.

L’avion Dornier a aussi survolé la zone pendant que des pêcheurs et des volontaires participaient aux recherches à bord d’une vingtaine de bateaux. Une cellule de crise, présidée par le chef commissaire, Johnson Roussety, gère la situation. L’Assemblée régionale de Rodrigues a signifié son intention d’accorder une compensation de Rs 15 000 à chacune des familles des pêcheurs. Entre-temps la Commission de la sécurité sociale étudie la possibilité de leur remettre une somme de Rs 5 000.

Hier après-midi, le commandant de la NCG, Mahendra Nagy, et le Deputy Commissioner of Police, Jean Bruneau, ont regagné Maurice. Ils étaient allés à Rodrigues en vue de coordonner les recherches pour retrouver les pêcheurs disparus et les deux officiers de la NCG. Le Dr Sudesh Kumar Gungadin, Principal police medical officer, a été dépêché à Rodrigues hier.

Kursley THANAY





Bulletin spécial de la météo

La station de Vacoas émettra un bulletin spécial en cas de fortes houles et les gardes-côtes dissuaderont le public d’entrer dans une mer démontée. C’est ce qu’a annoncé Navin Ramgoolam hier dans sa déclaration à la suite du raz-de-marée qui a fait six victimes à Rodrigues et Maurice. Des abris seront prévus pour ceux dont les maisons sont endommagées et les routes inondées seront interdites. Le PM a souligné que la météo avait conseillé au public de ne pas s’aventurer en mer. Il a précisé que les conditions qui ont prévalu, ces derniers jours, étaient exceptionnelles et que même à la Réunion, c’était du jamais vu…
Réponse avec citation
  #16 (permalink)  
Vieux 17/05/2007, 06h37
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Le phénomène des houles australes

Houles australes et cyclone polaire pas étrangers au changement climatique

Vishal Oogarah
Port-Louis, 16 mai

Le phénomène des houles australes qui se sont abattues sur le pays depuis la nuit de samedi ne serait pas étranger au changement climatique. Encore moins le cyclone polaire qui est la cause de ces vagues dévastatrices. C'est ce qu'a déclaré Vassen Kauppaymuthoo, océanographe, au Matinal. "Ce cyclone polaire intense est un phénomène intéressant. Il y a un lien entre le réchauffement climatique et ce cyclone polaire", a-t-il dit.
Selon Vassen Kauppaymuthoo, ce cyclone polaire possède une puissance consi-dérable. "Nous avons observé des phénomènes extraordinaires liés au changement climatique depuis quelques années. Il y a eu tellement de cyclones aux Etats-Unis cette année qu'il ne leur restait aucun nom pour baptiser leurs cyclones à un certain moment. Le changement climatique y est pour quelque chose et le climat se fait de plus en plus instable', a observé l'océanographe.
En ce qui concerne les houles qui s'abattent sur le pays, le phénomène devrait durer encore deux jours. Avec le volume d'eau dans l'océan, dû au marais lunaire, les vagues varieront entre 3 et 3.5 de mètres en moyenne. Les régions du Sud seront toujours sous l'influence de ces vagues. Idem pour Rodrigues. En ce qui concerne l'île de la Réunion, la station météorologique prévoit que les houles seront inférieures à 4 mètres de haut.

Le Matinal
Réponse avec citation
  #17 (permalink)  
Vieux 17/05/2007, 14h27
Avatar de bomli
Fan RM
 
Date d'inscription: septembre 2005
Localisation: FR
Messages: 1 276
Citation:
Posté par Ticia Voir le message
Et en plus aucune chaine télé française n'a parlé des dégats à Maurice!
Il a fallu ke je lise l'express ce matin pr etre o courant!
Pas facile ça! Heureusement kil n'y a pas plus de dégats que ça...
Si Titi, aux infos sur la 2, zot fine coze ca et fine meme montré zimaze de la réunion...zot ine dire ki ti éna disparu à maurice et rodrigues.
Réponse avec citation
  #18 (permalink)  
Vieux 17/05/2007, 14h35
Avatar de bomli
Fan RM
 
Date d'inscription: septembre 2005
Localisation: FR
Messages: 1 276
RAZ-DE-MARÉE
La météo conseille au public de rester prudent
Si les vagues ont perdu de la hauteur ces derniers jours, elles n’en demeurent pas moins dangereuses. Prudence et vigilance sont toujours de mise vis-à-vis de ce phénomène climatique.

Trois Quatrebornais disent avoir vu des personnes disparaître, dimanche dernier, dans la mer démontée de Flic-en-Flac.Le phénomène des vagues impressionnantes qui ont déferlé sur l’île serait en régression. C’est ce que tendent à montrer les indications de la station météorologique de Vacoas. Celle-ci a, hier, enregistré des vagues de 3,5 mètres en haute mer contre celles de quatre mètres enregistrées mardi.

C’est ce qu’a affirmé le météorologue, Soobash Cahoolessur, hier soir. Des vagues de trois mètres sont attendues aujourd’hui pour atteindre les deux mètres vendredi. Le phénomène climatologique diminue en intensité mais il est toujours déconseillé au public de s’aventurer en mer.

Selon trois habitants de Quatre-Bornes, qui se trouvaient tôt dimanche sur la plage de Flic-en-Flac, des personnes ont disparu dans les vagues de à Flic-en-Flac. Toutefois, le surintendant Deepak Lakhabhay, de la National Coast Guard (NCG), affirme que jusqu’à présent, aucune déposition n’a été consignée à l’effet que des personnes ou une embarcation ont disparu dans cette région.


Risques de dérive

Néanmoins, les recherches se poursuivent avec des patrouilles régulières de la NCG à Flic-en-Flac. Il s’agit peut-être d’un “malentendu”, selon un haut gradé de la NCG.

Les recherches continuent en vue de retrouver les deux officiers de la NCG de Rodrigues, portés disparus. Ils sont les constables Judex Spéville et Joseph John Philippe. Les espoirs en vue de les retrouver vivants, après plus de 72 heures, s’amenuisent.

Dans les milieux concernés, on craint que les deux officiers ne soient en train de dériver du fait qu’ils portaient leurs gilets de sauvetage. Ce qui devrait maintenant élargir le périmètre de la zone délimitée pour les recherches. Les recherches se sont intensifiées depuis mardi avec la participation de pêcheurs rodriguais, de plongeurs mauriciens et l’aide du Dornier.

Hier les corps en état de décomposition des trois pêcheurs, disparus, depuis dimanche, à La Passe au sud de Rodrigues, ont été retrouvés. Ils sont Perrine Joseph Etienne, 35 ans, Evenor Gabriel Ahtion, 55 ans, et Pierre Louis Louloune, 42 ans. Partis en mer depuis 4 heures dimanche matin, ils ont sûrement été surpris par les déferlantes et leur embarcation a vraisemblablement chaviré. Cette dernière a, en effet, été retrouvée lors de la première opération de sauvetage.


Deux officiers manquants

Le lendemain matin, la NCG de Rodrigues rapportait que deux de ces embarcations, Oscar I et II, avaient chaviré. Quatre officiers ont été secourus tandis que le constable Anthony Legentil a pu nager jusqu’à la terre ferme. Deux de leurs coéquipiers, les gardes-côtes Spéville et Philippe, sont toujours portés disparus. Les recherches entreprises pour les retrouver sont demeurées vaines jusqu’ici.

Le Principal Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, se trouve actuellement à Rodrigues en vue de pratiquer les autopsies à l'hôpital Queen-Elizabeth II de Crève-Coeur.




Judex Spéville (à g.) et Joseph John Philippe, de la NCG de Rodrigues, n’ont toujours pas été retrouvés.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
dans, razdemarée, region

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Paroles de "La Saison Marée Noire" par Michel Legris SegaMan Paroles. Classées 1 02/06/2008 00h01
Un mauricien dans l'espace dans 20 ans. Rocco Discussions Générales 9 31/10/2006 21h14
Cherche un DJ mauricien pour paris region parisienne cents Discussions Générales 3 30/06/2006 21h21
Chappe dans poilon, tombe dans du feu: Rocco Discussions Générales 4 24/03/2005 12h19
zoine mauriciens sur region parisienne !!!! kinsou Discussions Générales 0 06/01/2004 16h56


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 03h19.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com