Besoin Conne La Loi - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 30/03/2007, 09h06
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Besoin Conne La Loi



Mieux comprendre nos droits






De même que beaucoup de Mauriciens sont conscients de leurs droits, il semblerait que peu d'entre eux soient réellement au courant des subtilités, voire du contenu, des lois qui les protègent dans différentes situations. Le point avec des membres des associations Right Now et Justice.
"On ne peut défendre un droit qu'on ignore." Shakti Callikan de l'association Right Now ne passe pas par quatre chemins. Elle affirme qu'une protection ou un droit, écrits dans un texte de loi, n'impliquent pas la mise en pratique effective dans la réalité quotidienne. Elle renchérit que cela est d'autant plus vrai si l'on est ignorant de ce que la loi prévoit à cet effet. Aussi, Shakti Callikan poursuit qu'on ne peut pas se défendre ou faire respecter ses droits en cas de préjudice, si l'on n'est pas informé. D'où le but et la nécessité de la campagne d'information menée par Right Now dans la région de Barkly, à Beau-Bassin, au courant de la semaine écoulée.
Informations pratiques. Notre interlocutrice devait aussi citer en exemple la violence à l'égard des femmes : "Des lois de protection existent, mais ce n'est pas pour autant que la violence domestique a disparu !". Ce qui, à son sens, est preuve de la nécessité d'une dissémination d'informations pratiques relatives aux droits. Ainsi, les habitants de la région Barkly ont pu se familiariser aux droits du travail et notamment au licenciement abusif ; aux procédures en cas de violence domestique et de discrimination sexuelle, parmi d'autres sujets évoqués.
Face à la police. Un des thèmes abordés attirant l'attention est sans doute celui des droits des citoyens en situation d'arrestation ou encore face à la police. Ainsi que le constate Vikash Boolell, également de Right Now, un grand nombre de Mauriciens ne seraient pas réellement conscients du contenu exact de leurs droits. Il observe que de même que d'aucuns sont au fait que la police peut venir fouiller leur maison, certains ne savent pas dans quelle mesure ils peuvent refuser l'accès à leur domicile.
Dysfonctionnement. Vikash Boolell s'appesantit aussi sur ce qu'il appelle le dysfonctionnement du système pénal. Il est déploré qu'un avocat commis d'office n'intervienne qu'au moment du procès et non avant. Comme l'explique cet intervenant, lors d'une arrestation, la police prend une déclaration (statement). En cas où le prévenu ne peut pas se permettre d'avoir un avocat, cette déclaration arrive en cour telle que consignée par les policiers. L'accusé n'est donc pas assisté par un avocat pour rédiger son statement. Ainsi, le respect des droits de la défense n'est pas pris en compte dès l'arrestation. Vikash Boolell note que ces droits devraient aussi être valables pour les victimes.
Suggestion. Jean-Claude Bibi, avocat et membre de l'association Justice, constate que plusieurs émissions sont consacrées à informer la population sur la violence à l'égard des femmes par exemple. Or, Me Bibi étant interpellé par la brutalité policière pense que le ministère de la Justice et des Droits humains aurait pu mettre sur pied des émissions explicatives par rapport au respect des droits. Ainsi que le préconise l'avocat, des représentants du ministère précité, de la force policière et de la société civile auraient pu travailler de concert pour dégager une telle campagne d'information.
Obligation. Dans cette même ligne d'idée, le public aurait même pu envoyer ses questions et ainsi être mieux informé relativement à ses droits, détaille Jean-Claude Bibi. Il poursuit que selon des traités internationaux à l'exemple de la convention des droits civils et politiques, "un gouvernement a l'obligation de diffuser les droits civils et politiques". Et de préciser que certains de ces droits figurent dans la Constitution mauricienne.
De même qu'un programme expliquant ces droits à la population aurait été idéal, Jean-Claude Bibi espère que les éventuels centres de droits humains préconisés par le ministère de tutelle seront impliqués dans la diffusion de ces informations auprès du grand public. Car l'avocat est d'opinion que "les Mauriciens ne sont pas conscients de leurs droits. Et les policiers aussi bénéficieront d'une telle campagne".
Éducation. Shakti Callikan est, quant à elle, d'avis que l'État devrait instaurer l'éducation civique dans les écoles. Afin que les citoyens soient au courant de leurs droits comme de leurs devoirs ; de ce que renferme la Constitution comme des valeurs prônées par le pays. Elle estime que beaucoup de problèmes auraient pu être réglés si les citoyens de Maurice s'étaient familiarisés avec ces concepts. Dans cette optique, Right Now prévoit de reproduire l'exercice d'information réalisé à Barkly.



RIGHT NOW: Campagne d'explication


L'ONG Right Now, menée par Shakti Callikhan, a mis sur pied durant trois jours à Barkly, Beau-Bassin, une campagne d'explication des droits de l'individu. Ce programme a pour but initial de familiariser les gens avec leurs droits ou de les faire en prendre conscience.
Au menu, des sessions de discussion avec les habitants de la localité. Des explications sur leurs droits et sur ceux des gardiens de la paix lors d'une interpellation ou d'une fouille corporelle. Sur ce point, plusieurs membres de l'assistance ont voulu en savoir plus. Ce à quoi l'animateur de Right Now a, tant bien que mal, essayé d'apporter des éclaircissements, sans pour autant y parvenir complètement.
L'ONG a aussi mis l'accent sur les jeunes, en les invitant à s'informer sur leurs droits et à partager leurs connaissances avec d'autres. "Un homme instruit est un homme libre. Connaître ses droits permet à l'individu d'être plus libre de ses actes", dit un des animateurs de Right Now. Lors de cette session d'explication, les habitants ont aussi été invités à regarder le film du réalisateur Stéphane Bellerose, Highway. Après Barkly (Beau-Bassin), Right Now proposera les mêmes sessions à Mahébourg.


Réponse avec citation
Google
Réponse

Tags
besoin, conne, loi

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
gaga to conné ki été sa? Dev Nouvelles de l'Ile Maurice 7 12/02/2007 16h33
Enn ti dialg... Pa Conné... DJ El-Syd Divers. Miscellaneous. 9 29/10/2005 13h35
eski kikène conne sa recette la? help jennifer_girl Divers. Miscellaneous. 3 04/07/2005 10h33
Santer la mo pas p conne so titre SheHzaD555 Discussions Musicales 7 25/02/2005 14h59
Comment zot ine conne Radio Moris???? MC Fab Discussions Générales 14 12/01/2005 07h49


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 00h37.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com