Rentrée scolaire à Moris - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 28/12/2006, 11h56
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Rentrée scolaire à Moris

Année scolaire 2007


Le coût la rentrée prend l'ascenseur


Les parents n'attendent plus les premiers jours de l'an pour préparer la rentrée scolaire. Munis d'une liste comprenant les titres des manuels et d'autres items, ils investissent ces jours-ci les librairies. La course aux livres, crayons et uniformes a un coût et le boni de fin d'année est d'un apport non négligeable.
Noël derrière nous, c'est à nouveau la grande affluence dans les principales librairies du pays dès qu'elles ouvrent leurs portes, avec des files d'attentes qui s'allongent.
Pour éviter justement de se trouver dans la foule avec pour conséquences des achats à la va-vite, Anne et Lindsay R, parents de deux enfants, l'un au primaire et l'autre au secondaire, avaient même choisi de consacrer leur matinée du 24 décembre à ce type d'achats. Ils n'ont pas eu tort. " C'était très calme et il n'y avait pas beaucoup de monde. Les gens étaient occupés ailleurs ce jour-là ", témoigne la maman. Le couple prépare la rentrée de leur aînée en Form I dans un établissement catholique tandis que leur cadet passera en Std II.
" Comme pour tout parent le passage d'un enfant en Form I est un événement et nous ne voudrions pas qu'elle rate quoi que ce soit ", dit la jeune mère.
Mais la rentrée scolaire porte un sacré coup au porte-monnaie des parents. Cela représente une grosse sortie d'argent, surtout pour ceux ayant des enfants au collège.
" Pour la rentrée 2006, rien que pour un seul enfant en lower secondary, la famille avait déboursé entre Rs 2000 et Rs 2500. Cela pour les livres, les chaussures et l'uniforme mais pas les autres accessoires. Ce sera définitivement plus elevé pour 2007 ", dit Mosadeq Sahebdin, coordinateur de l'Institut pour la Protection des Consommateurs.
D'après les divers témoignages recueillis aux abords des librairies ces derniers jours, les parents devront débourser presque le double pour les classes du lower secondary et les dépenses peuvent atteindre sans exagération jusqu'à Rs 5 000. En tout cas, Anne et Lindsay pour la rentrée au collège de leur fille ne sont pas loin de cette somme. " Selon un premier calcul, nous débourserons plus de Rs 4 500 ". (Voir les détails de cette somme en encadré).
Les manuels pour le primaire sont distribués gratuitement aux enfants dans les écoles du gouvernement et grant-aided. Il n'en reste pas moins que l'uniforme, le sac à dos, les chaussures, la tente de tiffin et le reste du matériel scolaire est à la charge des parents. " Mo zanfan pou rant dans troiziem ; mal mal bizin met enn somm Rs 1 500 akote pou li rant lekol ", témoigne un père de famille à la recherche, hier, dans les rues de la capitale, d'une paire de soulye lekol pour son fils.
Le budget au secondaire devient plus lourd au fur et à mesure que l'adolescent passe à une classe supérieure. " Les manuels coûtent horriblement cher en upper secondary. Pour la Form IV, il faut compter un minimum de Rs 3 000. Savez-vous qu'un livre d'économie ou d'accounts coûte entre Rs 700 et Rs 800 ? Ceux qui choisissent la filière scientifique doivent dépenser encore plus. Et, en comptant tout ce dont l'enfant aura besoin, nous dépenserons pas moins de Rs 5000 ", signale une enseignante du secondaire qui déboursera, ajoute-t-elle, entre Rs 8 000 et Rs10 000 pour la rentrée scolaire de ses deux enfants.
Dépendant de leurs revenus et du nombre d'enfants scolarisés, dans certaines familles c'est le treizième mois de salaires qui est affecté au financement de la rentrée scolaire. " Avec le boni, on est un peu plus tranquilles et cela nous permet de ne pas nous endetter pour la rentrée " confie un employé de la Fonction publique.
Si les libraires voient une augmentation ponctuelle de leur chiffre d'affaires mensuel, il notent que la conjoncture reste difficile. " A cause de la dévaluation de la roupie, malheureusement, les parents devront débourser au moins 10% de plus que l'année dernière " confirme Ahmad Sulliman, directeur de Editions Le Printemps, principal distributeur de manuels et de matériel scolaires. Il affirme que les libraires essaient de maintenir les prix " au plus bas " malgré la pression du taux de change.
" C'est uniquement dans les cas exceptionnels que nous majorons le prix de certains manuels mais l'augmentation est insignifiante ", tente de rassurer le directeur de ELP qui est aussi le président de l'Association des libraires.
Pour permettre aux parents d'amortir le coût de la rentrée, plusieurs librairies très frequentées dont, entre autres, ELP, Desforges Bookshop, Librairie Bourbon, Coin des Etudiants et Antara Bookshop proposent des manuels de seconde main. Une pratique qui est fortement appréciée, à plus forte raison quand les manuels sont en bon état. Le couple Anne et Lindsay affirme avoir fait quelques économies et encourage les familles en difficultés financières à prendre avantage de ce système.
" Les livres à seconde main sont vendus à 40% moins cher qu'un livre neuf et nous avons demandé à voir la qualité de ces livres. Nous avons fait un mélange de livres neufs et de seconde main pour une somme totale de Rs 1500 ", raconte le couple.
Aux ELP on affirme que le système de seconde main marche à la satisfaction de tous, notamment des parents vendeurs, des parents acheteurs et du libraire. " Dépendant de l'état du livre, nous achetons du parent vendeur à 30% - 40% du coût du livre neuf. Ça marche très bien et la formule prend de l'ampleur à travers l'ile. Tout le monde est gagnant ", soutient Faiza Mooraby, chef de rayons à ELP.
À la sortie d'une librairie de la capitale, un papa est heureux d'avoir pu bénéficier d'une réduction de Rs 60 sur un livre de mathématiques neuf en échange d'un manuel de seconde main qu'il a proposé au libraire. Alors qu'une mère de famille qui prépare, elle aussi, l'entrée de sa fille en Form I, n'étant pas informée de la formule "seconde main", a déboursé une somme de Rs 2 600 uniquement pour l'achat des manuels.




Dépenses en Form I


Un couple fait le calcul
2 robes (220 x2) : Rs 440
3 blouses (100x3) : Rs 300
Chaussures : Rs 460
Chaussettes (3x50) : Rs 150
Sac à dos : Rs 250
Plumier : Rs 70
3 douzaines de cahiers (différentes dimensions) : Rs 310
Autre matériel (stylos, crayons, gommes, etc) : Rs 250
Manuels : Rs 1500
Autres dépenses pour badge, contribution PTA, Report Book, accessoires pour matières non-académiques : Rs 1 000
Total : Rs 4 730



Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 28/12/2006, 11h59
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
suite

Distributio en retard


Des parents dont les enfants sont en lower secondary (Form I à Form III) sont mécontents de n'avoir pas pu terminer l'achat de tous les manuels, cela parce qu'il en manque certains sur le marché. Il s'agit surtout de ceux prescrits par le ministère de l'Education et qui sont imprimés localement.
Les Éditions de l'Océan Indien, distributeurs de ces manuels, confirme un retard " pour quatre ou cinq ", cela sur un total de 50 titres publiés et distribués.
L'éditeur attribue ce retard à l'imprimeur " Tous sont imprimés à Maurice et nous ne les avons pas encore reçus de l'imprimeur. D'ici à vendredi ces livres seront disponibles dans les librairies ", rassure Shaffick Osman, directeur des EOI. Il manque par exemple le manuel de Commercial Studies, celui de Social Studies ainsi que ceux destinés à l'étude des langues orientales.
Il y a eu, cette année, une réimpression de tous les 50 titres et l'augmentation du coût de production de ces manuels de Form I à Form III aura un impact sur la bourse des parents. " Le prix des livres sera majoré de 8% et nous ne pouvons faire autrement car nous sommes une compagnie privée ", souligne le directeur des EOI. Mais, dans les librairies, certains vendeurs, citant des cas précédents, craignent un retard prolongé dans la distribution de ces manuels.




Uniformes


Quand l'habit ne fait pas le moine


Du côté des vêtements, c'est la ruée vers les boutiques vendant des uniformes en prêt-à-porter. A chaque école, sa tenue… et son prix !
Au lendemain de Noël, hier matin, c'était la ruée des parents d'élèves vers les boutiques d'uniformes : rentrée oblige, il n'y a plus une minute à perdre. À l'entrée du magasin School Shop, à Candos, hier, il y avait foule. La patience était de mise, pour que les enfants essaient leur nouvelle tenue et que leurs parents passent à la caisse.
" Trois shorts, cinq blouses et un uniformeLorette : 1 350 roupies, Madame ". Mme O. tend sa carte de crédit et soupire : cette année, ses trois enfants, qu'elle élève seule, sont au collège, dont sa fille de onze ans qui vient d'être admise en Form I au collège de Lorette de Quatre-Bornes et des uniformes neufs sont nécessaires. Montant des dépenses pour cette rentrée, uniformes, livres de classe et autres frais inclus : près de dix mille roupies.
" C'est très difficile. On parle d'éducation gratuite mais le porte-monnaie sait bien que ce n'est pas le cas… ", ironise un père, venu acheter, lui aussi, de quoi vêtir son fils pour la rentrée.
Au hit-parade des uniformes onéreux : celui du SSS Sodnac, qui prévoit le port d'un pantajupe, dont le prix varie de Rs 275 à 325, d'une blouse (prix : Rs 150-195) et d'un gilet. Pour l'hiver, un pantalon et une cravate complètent cette tenue. " La matière de cet uniforme est plus épaisse que les autres, c'est la raison pour laquelle, il est plus cher ", explique la vendeuse du magasin.
Au School Shop, l'on trouve des uniformes de collèges privés, d'État, et même d'écoles maternelles. Ainsi les bouts d'chou de deux ans et demi, admis aux écoles Step Ahead ou Safe and Sound dans quelques jours, auront leur tenue pour la rentrée. Bien que la séance d'essayage se révèle plus mouvementée qu'avec les plus grands, les parents ont du mal à cacher leur fierté de voir leurs bambins haut comme trois pommes en uniforme.
Plus loin, une maman hésite entre deux tailles : " Vous pourrez échanger après, ne vous en faites pas ", lui dit la vendeuse.
Même si c'est bien commode de pouvoir apporter l'uniforme chez soi pour que l'enfant l'essaie, les parents auraient souhaité ne pas avoir à revenir faire la queue pour un échange : c'est qu'en cette fin d'année, avec les récents résultats du CPE et l'inscription dans un collège, ils ont eu leur quota de files d'attente et passeraient bien ces derniers jours de vacances en famille.
Une autre maman, venue avec ses trois enfants, acheter l'uniforme de son aînée, appréhende déjà l'an prochain : " Cette année, ça va, je n'ai qu'un enfant qui entre à l'école mais, l'année prochaine, mes trois enfants seront scolarisés. Avec les livres de classe, le matériel scolaire, l'assurance et le mois d'avance à payer, je crains le pire. " Elle a choisi d'attendre les premiers jours de l'hiver pour revenir acheter les pullovers de sa fille inscrite dans une école curepipienne.
Mary Prayag, la directrice de School Shop, nuance ces avis. Pour elle, avec la qualité de tissu qu'elle offre pour ses produits, les parents s'en sortent à peu de frais, en comparaison avec d'autres magasins. Elle a choisi de faire l'acquisition des tissus d'uniforme, localement, car elle estime qu'ils sont de meilleure qualité que ceux importés de Chine ou d'Inde.
" C'est vrai qu'il faut un minimum de trois blouses par semaine, mais il faut aussi réaliser qu'avec moins de Rs 400, un parent a une panoplie complète avec blouse, short ou robe et chaussettes, pour son enfant ", souligne-t-elle.
Un peu plus loin, les commerces avoisinants se mettent à l'heure de la rentrée des classes. A Kashik Boutik, un nouvel arrivage de soulye tenis de Chine est disponible à partir de Rs 225 la paire. Et pour terminer ce re-looking scolaire, les fillettes peuvent acheter les accessoires de cheveux assortis à leur uniforme : ainsi pour Rs 35, un "chouchou lorette" ou un "cercle Hindu Girls" vient apporter une touche de coquetterie à l'ensemble.
A Beau-Bassin, un nouveau magasin d'uniformes, Jinchi Fashion, s'est ouvert. En plus des tenues, il offre la possibilité d'acheter, sur place, sacs d'école - en bandoulière ou sur le dos - lunch box et gourdes en plastique. Des chaussures de la marque Yasaki sont également disponibles à partir de Rs 420 la paire. " Pourvu que cette année, il garde un peu plus longtemps sa paire de chaussures " murmure un parent.
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 28/12/2006, 12h30
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Citation:
" C'est très difficile. On parle d'éducation gratuite mais le porte-monnaie sait bien que ce n'est pas le cas… ", ironise un père, venu acheter, lui aussi, de quoi vêtir son fils pour la rentrée.

Dépenses en Form I


Un couple fait le calcul
2 robes (220 x2) : Rs 440
3 blouses (100x3) : Rs 300
Chaussures : Rs 460
Chaussettes (3x50) : Rs 150
Sac à dos : Rs 250
Plumier : Rs 70
3 douzaines de cahiers (différentes dimensions) : Rs 310
Autre matériel (stylos, crayons, gommes, etc) : Rs 250
Manuels : Rs 1500
Autres dépenses pour badge, contribution PTA, Report Book, accessoires pour matières non-académiques : Rs 1 000
Total : Rs 4 730
Mo pas trouve aucun gratuité dans sa sistême éducation la sa va de pire en pire !!!C'est bien malheureux de voir ki tous bann ti mauricien pas pou gagne droit ale l'école pendant ce temps prémier ministre pé profite so christmas pudding
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 29/12/2006, 09h40
Avatar de jrr
jrr jrr est déconnecté
Foreman
 
Date d'inscription: décembre 2004
Messages: 351
lol monica enfin sa mo croire la situation devaluation nou pauvre ti roupie ki pa gagne problem tini avec les autres c dommage mais maurice ti bizin ena ene system HP lere la li ti pou ok mo croire enfin mo espere li possible
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 29/12/2006, 13h16
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Citation:
Posté par jrr Voir le message
lol monica enfin sa mo croire la situation devaluation nou pauvre ti roupie ki pa gagne problem tini avec les autres c dommage mais maurice ti bizin ena ene system HP lere la li ti pou ok mo croire enfin mo espere li possible
lollll jrr toute est possible la prochain fois ki to partage enn christmas pudding harrod's avec Navin soufflé li sa dans so zoreille aprés zot va danse macaréna
Réponse avec citation
  #6 (permalink)  
Vieux 29/12/2006, 14h54
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Citation:
Posté par monica__95 Voir le message
lollll jrr toute est possible la prochain fois ki to partage enn christmas pudding harrod's avec Navin soufflé li sa dans so zoreille aprés zot va danse macaréna
Ki to pensé Monica si nous invite nous aussi pour sa Xmas pudding et glisse à Navin dans so zoreille ce qui nou oulé de bien pour nous pays
Réponse avec citation
  #7 (permalink)  
Vieux 29/12/2006, 19h05
Avatar de fergeo
Fan RM
 
Date d'inscription: juillet 2006
Messages: 975
Rentrée scolaire à moris

Comment voulez-vous que les parents envoient leurs enfants à l'école dans de telles conditions alors que leur situation financiére est pour bien nombre d'entre eux difficile sinon précaire.Pourtant l'éducation est primordiale et ne saurait être que bénéfique pour le pays.Que fait le gouvernement de l'argent amassé par le tourisme.Puis on s'étonne des dérives des jeunes vers des occupations plus néfastes:drogue-vol-!!!!
Le temps que ceux-ci passent dans les écoles les empêchent de trainer la rue qui est l'endroit le plus néfaste pour leur équilibre social.
Réponse avec citation
  #8 (permalink)  
Vieux 29/12/2006, 19h37
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Citation:
Posté par fergeo Voir le message
Comment voulez-vous que les parents envoient leurs enfants à l'école dans de telles conditions alors que leur situation financiére est pour bien nombre d'entre eux difficile sinon précaire.Pourtant l'éducation est primordiale et ne saurait être que bénéfique pour le pays.Que fait le gouvernement de l'argent amassé par le tourisme.Puis on s'étonne des dérives des jeunes vers des occupations plus néfastes:drogue-vol-!!!!
Le temps que ceux-ci passent dans les écoles les empêchent de trainer la rue qui est l'endroit le plus néfaste pour leur équilibre social.
Malheureusement Fergeo comme je l'ai déjà dis , L'ile maurice roule à 2 vitesses, une pour les riches qui ont largement le moyen d'envoyer leurs enfants à l'école et les autres qui font partie de la majorité des gens qui veulent envoyer les enfants à étudier mais ne le peuvent pas. Les gens vont dire que je fais vieux jeu mais à mon époque , tu achetais ton morceau de toile et t'allais voir le tailleur pour qu'il te fasse ton "uniforme", les bouquins on se les passaient entre freres et soeurs ou entre voisins.Les mauriciens étaient plus solidaires maintenant avec le "ranking" tout le monde veut placer ses enfants avant les autres.
Réponse avec citation
  #9 (permalink)  
Vieux 06/01/2007, 10h38
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Rentrée chaude pour le porte-monnaie
La semaine prochaine sonne la grande rentrée pour le primaire et le secondaire. Et la bourse se retrouve sonnée aussi avec le matériel scolaire, les uniformes, les chaussures…

Cartable classique, sac-à-dos branché ou sac-trolley, très tendance, on en trouve partout.par Corinne MINERVE

Les vacances tirent à leur fin. L’admission de la Std I est fixée au 10 janvier tandis que les autres classes du primaire ainsi que le secondaire reprennent le 11. Comme pour chaque grande rentrée, la liste des achats pour la rentrée s’annonce très longue. Cartables neufs, uniformes, chaussures, nouveaux livres et autre matériel scolaire se greffent sur le budget des parents. Cette année, les prix ont encore une fois pris l’ascenseur.


● Manuels scolaires

Aux Editions de l’Océan Indien (EOI), chargées de la distribution de manuels orientaux, le directeur général, Shafick Osman, affirme : «Tous les livres pour les matières obligatoires sont disponibles depuis décembre et dans les autres librairies depuis le 3 janvier. Pour les livres importés, surtout pour les School Certificate et le High School Certificate, 95 % des livres sont disponibles depuis une semaine.»

Il explique le manque des livres en langue orientale dans les librairies par une rupture de stock. «Sinon, tous les livres en hindi sont disponibles depuis samedi dernier chez nous et depuis mercredi dans les autres librairies. En revanche, pour les livres en urdu, arabe, tamil et telegu, quatre des sept prescrits seront disponibles le 13 janvier et trois autres, le 17 janvier.»

De son côté, Ahmad Sulliman, le directeur des Editions Le Printemps et président du Book Sellers Owners Association, assure que les seuls livres qui manquent à l’appel à ce jour sont les livres en langue orientale au niveau secondaire. Ce sont des livres de la MIE et de la NCCRD, distribués par les Editions de l’Océan Indien. Pour les livres importés, dit-il, il n’y a pas eu de retard drastique.

Les temps changent : le 3 janvier n’est plus le traditionnel rush pour l’achat des manuels scolaires. Signe que la campagne publicitaire visant à offrir en cadeau des sacs, trousses, calendriers et agendas, entre autres, a porté ses fruits. Le prix de son investissement dans tous ces cadeaux s’élève à Rs 1 million selon Ahmad Sulliman.

La rentrée 2007 est-elle plus chère ? Oui. «Pour les Form I à Form III, en moyenne, il y a une augmentation de 8 %. Pour les plus grandes classes où il y a plus de livres importés, il y a une hausse de prix de 10 à 15 %, répond Shafick Osman. La raison découle de la dépréciation de la roupie par rapport à l’euro, au dollar singapourien et surtout à la livre sterling. Il y a aussi l’augmentation du prix du papier, des coûts d’impression et la production. On s’est efforcé, dans le passé, de ne pas majorer les prix pour les Forms I à III mais ça n’a pas été possible cette année.»

Ce qui fait que pour la Form I, il faut débourser environ Rs 1 300 uniquement en manuels scolaires, Rs 3 000 pour la Form IV et Rs 3 500 pour la Form V. Pour Prithvi Fowdur, directeur d’Antara Bookshop, qui se trouve à la Discovery House à Quatre-Bornes, le choix de certaines écoles pour certains livres est «ridicule» eu égard au prix. «Rs 650 pour un livre de français pour la Form I, trois livres de français à Rs 1200 ! J’estime que c’est un faux investissement car il y a de très bons livres d’auteurs mauriciens à bien meilleur marché.»

Un conseil des libraires en cette période d’achat, c’est d’attendre un peu pour les past papers. «Si les parents sont trop pressés, les élèves n’auront pas l’édition incluant les examens de 2006.»


● Uniformes

Concernant les uniformes, si vous préférez l’option prêt-à-porter plutôt que la confection maison ou par une couturière, il existe plusieurs adresses. Notamment le School Shop Unlimited Uniforms Ltd. au Centre Commercial La Colline à Candos, l’Uniforms Shop à la rue Rémy-Ollier, à Port-Louis et la rue Royale, à Beau-Bassin et le magasin Petronic à la rue Jummah-Mosque à Port-Louis, entre autres.

«Si ou aste la twal, pri la pou vinn parey, commente Chaya Vydelingum, dont la fille passe en Form III cette année. Ek Rs 350 monn gagn de iniform ek so de blouz kot Petronic.» Amrita Mungur, responsable de ventes chez l’incontournable School Shop Unlimited Uniforms Ltd, explique : «Les prix varient en fonction de la taille, de la qualité du tissu, entre autres facteurs. Par exemple, le trois-pièces du SSS de Sodnac tourne autour de Rs 375.»

Dur, dur le début d’année pour Mimose Lau Tim Ling, directrice d’Uniforms Shop. «Il était prévu qu’on accepte les commandes jusqu’en décembre seulement, mais certains parents se plaignent de n’avoir pu venir plus tôt et cela nous fait beaucoup plus de travail. De plus, on offre des rectifications si besoin est.»


● Cartables

Une fois qu’on a acheté les livres, cahiers, plumier, plumes, crayons, taille-crayon et tutti quanti, il faut bien les ranger. Et c’est dans le… sac ! Il y en a de tous les modèles dans les hypermarchés, les magasins et pratiquement dans tous les coins de rue. Du cartable classique au sac-à-dos branché en passant par le sac trolley très tendance, à roulettes et manche à Rs 400 quand même. Pour les petits, les petits sacs sont à petits prix. Il ne faut pas oublier les tentes à tiffin, les gourdes, les crayons de couleur ou la boîte de peinture qui plument le porte-monnaie de quelque Rs 800.


● Chaussures

Bon pied, bonne rentrée, c’est avec les chaussures bien sûr. On en trouve partout et en vaste choix et à tous les prix. Chez Bata à Port-Louis, les chaussures de tennis sont dans la fourchette de Rs 229 à Rs 435. Il paraît que la marque Power importée de Chine est plus durable. C’est ce qu’indique Senden, un responsable de ventes. Et pour ne pas être à côté de ses baskets, il vaut mieux porter des chaussettes. A Rs 24, la paire, c’est assez abordable chez School Shop, à Candos.







Les livres d’occasion

Les livres d’occasion sont d’un grand secours pour beaucoup de parents. Ils sont plusieurs à y avoir recours. Comme Shalini, une habitante de Belle-Rose, qui a pu économiser quelque Rs 300 suite à l’achat de quatre livres d’occasion. «Zot pri normal, se Rs 150. Monn resi gagn zot lor Rs 75.» Comment procèdent les librairies qui parient sur les livres d’occasion ? Ils les échangent avec le propriétaire mais à condition qu’ils soient en bon état. C’est le cas à ELP «On a fait cet exercice en décembre, parce qu’en janvier, c’est un peu tard. On échange des livres qui sont vieux d’un an environ. Si c’est plus vieux que cela, il y aura trop de changements dans les livres.» Mais pas de transaction en espèces : les manuels d’occasion sont échangés contre d’autres articles éducatifs. En revanche cela se fait à la librairie Bourbon à Port-Louis. «40 % du prix du livre revient au client, explique la directrice, Monique Allagapen. Je note une plus forte tendance vers des livres d’occasion cette année du fait que les livres sont un peu plus chers. Mais, si les enfants veulent apprendre, il n’y a pas de vieux livres ou de livres neufs qui comptent. Pourvu qu’il n’y ait pas beaucoup de changements dans le livre.»
Réponse avec citation
  #10 (permalink)  
Vieux 06/01/2007, 10h48
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Les grands changements

Les grands changements

Contrairement à la pratique, les manuels scolaires ne seront pas introduits au premier trimestre pour les élèves de la «Std I».Dès la rentrée en ce 10 janvier, la nouvelle année scolaire s’annonce comme celle de la mutation. C’est même la plus grande qui intervient dans l’éducation depuis des décennies même s’il faudra des années pour la compléter.

En effet, des changements profonds auront lieu dès la prochaine rentrée du 10 janvier, dont les premiers pas d’une nouvelle orientation qui met l’accent sur le développement inclusif de chaque enfant. Le plus grand changement se fera au niveau de la Std I avec la rentrée de la Nouvelle École. Contrairement à la pratique, les manuels scolaires ne seront pas introduits au premier trimestre mais bien plus tard.

«Le premier trimestre sera un prolongement du pré-primaire, indique un des architectes de la nouvelle réforme de l’éducation qui avait vu le jour en octobre dernier avec la publication du document Towards a quality curriculum : strategy for reform. C’est un moment crucial qui donnera le ton pour toute la scolarité de l’enfant et c’est primordial que cette transition se fasse en souplesse.» Le premier trimestre sera donc un prolongement de la maternelle. La transition du pré-primaire au primaire peut, pour certains enfants, se révéler une expérience traumatisante avec des répercussions psychologiques.

Durant les vacances scolaires, des formations ont eu lieu pour les profs de la Std I afin de pouvoir assumer leurs nouvelles responsabilités. De nouveaux manuels pour la première et seconde année du primaire, en cours d’élaboration, mettront davantage l’accent sur l’apprentissage à travers des jeux que l’apprentissage par cœur. «Ce sera un premier pas concret vers la réalisation de la réforme en attendant un Implementation document qui est préparation», a expliqué le ministre de l’Education Dharam Gokhool, à la mi-décembre.


Détections et solutions

Les enseignants auront également la tâche d’appliquer un système de profiling pour chaque enfant, notamment à travers des discussions et des observations. Un des objectifs est de détecter et de trouver des solutions à d’éventuels troubles d’ordre auditif, psychomoteur, oral, psychologique ou autre qui pourraient nuire à la scolarité de l’enfant.

«Le niveau atteint par l’élève est un autre élément capital. En bref, c’est une analyse complète de chaque élève qui sera faite», affirme un inspecteur du primaire. Les différentes matières devraient être «décloisonnées» pour être regroupées en Std I sous trois grands chapeaux, soit les: langues, les maths et la science.

Cette rentrée marque aussi la fin de la promotion automatique et l’introduction de l’évaluation continue durant les premières années du primaire. «Il est reproché, ajoute l’inspecteur, à l’école traditionnelle de se concentrer seulement sur le développement de l’intelligence langagière et logicomathématique et de délaisser les autres formes d’intelligence. Maintenant, nous allons commencer à mettre l’accent sur l’intelligence multiple de l’enfant et c’est un très grand pas en avant.»

Le grand malheur des examens tels que pratiqués à l’île Maurice, c’est que le développement global de l’enfant est oublié au détriment de l’apprentissage par cœur des sujets. A travers l’évaluation continue, les priorités devraient donc changer.

Un changement notable interviendra également en Std IV. «Durant le cours de 2007, assure Dharam Gokhool, nous mettrons en place les nouveaux mécanismes d’évaluation au niveau de la Std IV sur une base pilote. Un bon pilotage du système nous permettra de recueillir les informations nécessaires pour ensuite appliquer le dispositif et l’étendre graduellement à la Std V et VI.»

Un comité présidé par Pritam Parmessur, directeur du Mauritius Institute of Education, travaille sur les propositions du document de réforme. Un National Curriculum Framework, qui élaborera sur les compétences à être acquises aux divers paliers tant du primaire que du secondaire, est en voie de finalisation. Il guidera ceux qui ont la responsabilité de développer le nouveau programme d’études et les nouveaux manuels scolaires.

Ce document élaborera sur les différents modes et dispositifs d’évaluation à mettre en place aux étapes clés de la scolarité. Parmi ceux-ci : l’introduction du contrôle continu qui comptera partiellement pour la certification à la fin de la sixième année du primaire ou encore l’examen national qui sera introduit au niveau de la Form III d’ici quelques années. Ce nouveau système d’évaluation devrait être opérationnel d’ici trois à quatre ans.

De nouvelles matières seront ajoutées au secondaire. Dorénavant, les sciences seront obligatoires pour chaque étudiant et un plus grand choix de sujets sera proposé. Ainsi, un élève pourra opter por des filières comme le Travel and Tourism, l’Environment Management, la philosophie ou encore la psychologie pour ne citer que ceux-là.




Les plus grandes innovations concernent les élèves qui font leur entrée au primaire qui sera un prolongement du pré-scolaire.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
moris, rentrée, scolaire

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Le Sport Scolaire Pleure Un De Ses Lieutenants Dev Nouvelles de l'Ile Maurice 2 04/10/2006 14h26
Dja La rentree!!! vanessa_gater_doux Discussions Générales 9 13/09/2006 14h08
Comment c'est passé votre journée de la rentrée? Dev Discussions Générales 7 04/09/2006 20h11
bonne rentrée à tous!! Gatomoutay Discussions Générales 3 12/09/2005 21h09


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 20h11.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com