conduite à Moris - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 25/10/2006, 13h34
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
conduite à Moris

souvent kan zot conduire Moris , zot surpris par la conduite couma dire ena rodeo , bizin roule vite , pena aucun respect de la vitesse ou des autres conducteurs. Voila ene l'article intereesant , , donne zot l'opinion ban RM........

Sécurité routière


Double zéro de conduite


Dans les romans de Ian Flemming, seuls les agents au code 00 - dont le plus célèbre, le 007 James Bond - sont licenced to kill pendant leurs opérations. On pourrait penser que des Mauriciens pensent aussi avoir le " feu vert " de ce code, quand on les voit conduire, même dans les limites de vitesse. Mais la " conduite dangereuse " dans sa définition légale est rarement sanctionnée…
Tahéee… Tonn trouv sa ! " Expression trop souvent entendue sur nos routes. Admiration ? Non : surprise, désapprobation, voire choc. Face aux inconscients dans leur voiture, bus ou camion ou sur leur moto, qui doublent sans visibilité et à vitesse folle dans des courbes ou des bosses ; qui prennent des virages en faisant crisser les pneus ; qui s'entêtent à vouloir doubler alors qu'un véhicule est déjà proche sur la voie opposée ; qui roulent comme des tortues mais qui accélèrent quand un autre véhicule les dépasse ; qui se jettent brutalement dans l'espace laissé entre deux véhicules qui respectent les distances de sécurité ; qui font du 90km/h en pleine zone habitée ; qui surgissent d'une route secondaire pour s'arrêter avec la moitié du véhicule déjà sorti… afin de vérifier si la voie est libre ; ou qui sans prévenir font zigzaguer leurs deux-roues a quelques centimètres du pare-choc de la voiture qui les suit. Liste longue, mais malheureusement non exhaustive, de conduite irresponsable, dangereuse… mais rarement rapportée, verbalisée et sanctionnée.
Et pour cause : la conduite dangereuse, sur route ou dans n'importe quel espace public comme un parking, est un état qui implique plusieurs facteurs, rarement mesurables (voir le texte de loi en hors-texte) … et sans qu'il y ait nécessairement accident, indique le sergent Barlen Munnusami, de la Road Safety Unit de la police. L'excès de vitesse, la conduite en état d'ivresse ou avec un portable accroché à l'oreille, sont des situations qui peuvent mener a la conduite dangereuse, mais qui sont qualifiées sous " leurs " clauses dans le Road Traffic Act. La conduite dangereuse ou imprudente a aussi sa " définition " séparée, sous la loi. Et la détecter et la prouver est relativement compliqué.
Non mesurable
" Il y a très peu de données sur le dangerous driving dans les statistiques ", admet le sergent Barlen Munnusami, " L'éducation et la prise de conscience sont nécessaires pour contrer le dangerous driving et nous tentons de promouvoir cela, par exemple dans les medias et dans la formation des policiers pour le contrôle. "
Plusieurs facteurs expliquent ce manque de chiffres selon lui : la nécessité pour un policier d'observer le délit (ce qui suppose qu'il se trouve au bon endroit au bon moment) ; l'effet du constat à l'amiable et la réticence des usagers de la route eux-mêmes à rapporter des cas à cause de la lourdeur de la procédure judiciaire ; la difficulté à agir quand l'action se passe rapidement et que le fautif s'éloigne à grande vitesse…
On ne peut avoir un policier pour surveiller chaque conducteur. Oui mais… Question entendue à l'occasion : à quoi sert le réseau de communication de la police, qui peut permettre la coordination des actions pour arrêter des fous du volant qui n'auraient pu être arrêtés par ceux qui les ont vus ; et à quoi servent ces puissantes motos qu'on voit rouler plus souvent à vive allure pour ouvrir les cortèges ministériels que pour pincer par exemple, les slalomeurs d'autoroute, brûleurs de feu rouge ou fous de vitesse en quartier résidentiel ? Pour Barlen Munnusami, certaines chasses peuvent être dangereuses et par ailleurs, sur des tronçons très fréquentés comme l'autoroute à la sortie de Port-Louis l'après-midi, les équipes se concentrent sur la tâche de fluidifier le trafic.
Statistiques
Reste aussi un constat, qui peut donner à réfléchir… L'excès de vitesse et l'alcool au volant sont le plus souvent désignés comme les principales causes d'accidents. Une affirmation que les autorités basent sur les statistiques des accidents et des amendes infligées. Ce qui semblerait entièrement justifié si ces statistiques couvraient effectivement tous les délits. Mais l'excès de vitesse et l'alcool au volant sont les plus facilement détectables et mesurables : un radar et un éthylomètre suffisent. La conduite dangereuse évolue dans un flou relatif qui mène parfois, selon une source travaillant dans ce domaine, à ce que le délit finalement choisi pour la poursuite soit la conduite imprudente ou, en cas de décès par accident, l'homicide involontaire. De plus, l'existence de " quotas " d'amendes à remplir par les motards de la police est un secret de polichinelle. " Peut-on alors leur reprocher d'accorder plus d'attention aux délits qui peuvent être plus facilement et rapidement verbalisés, comme les excès de vitesse, les clignotants défectueux ? " se demande une source qui évolue dans ce milieu et qui tient à garder l'anonymat.
Assad Abdullatiff, responsable de l'ONG Jarya Memorial Trust (voir hors-texte) considère qu'il n'y a pas une initiative collective contre l'insécurité routière en général. " Faire des lois plus sévères, c'est bien. Mais, une loi en elle même ne vaut rien. Il faudrait un plan d'action : voir quelles sont les causes des accidents sur nos routes et y apporter des solutions. C'est un problème qui a plusieurs facteurs tels le manque de sensibilisation et l'état des routes elles-mêmes. À Maurice, on a tendance à faire les choses dans une piecemeal manner. ", deplore-t-il.
" Nos routes ressemblent pratiquement à une jungle ", ajoute-t-il, rejoignant ainsi l'opinion de Guy Toulet (voir ci-contre). Des pilotes comme lui ont appris à connaître les limites de leurs voitures (équipées d'arceaux de sécurité) et leurs propres limites physiques avant de tenter de faire le meilleur temps, seuls sur un circuit fermé à la circulation.
Les agents troubles au code de conduite noté en double zéro (et pas seulement à cause d'une vitesse excessive ou inappropriée) ; parfois gonflés au sentiment d'impunité, qui sévissent sur nos routes, évoluent, eux, en situation de conduite normale, qui implique la présence d'autres usagers. Et pourtant ils se croient seuls sur l'asphalte, au volant de véhicules dont ils ne connaissent pas toujours les réactions et les limites (voir ci-contre). Ce qui n'empêcherait pas certains de se lancer, semble-t-il, dans des courses illégales (comme celles des films Fast and Furious) au milieu de la nuit. Réalisées par des pilotes non confirmés, sans encadrement technique et médical, et courues sur des routes ouvertes à la circulation normale. Donc, non-permises par la police.
Et sans permis de tuer, ou de se tuer…
Réduire les accidents de 30% d'ici à 2010
La moyenne annuelle des accidents fatals dans le monde s'élève à 1,2 million de cas et quelque 50 millions de personnes sont blessées annuellement dans des accidents, selon Yusuf Abdullatiff, chairman du National Road Safety Council, qui opère sous le ministère du Transport.
149 accidents fatals par an à Maurice durant les dix dernières années : cela représente pour Yusuf Abdullatiff un " taux élevé. Pour moi et pour nous tous, un mort de plus est un de trop ". " Le nouveau gouvernement a décidé de reduire de 30 % le nombre d'accidents (kill & serious injury accident) jusqu'en l'an 2010. On verra ce que cela donnera. Le Conseil a fait pas mal de propositions dans ce sens. Par exemple, par rapport aux marchands ambulants et aux trottoirs inondés qui obligent les piétons à marcher sur la chaussée ".
M. Abdullatiff cite un autre exemple pouvant provoquer des accidents. " On a relevé 170 feux de signalisation défaillants à Maurice ! Nous avons demandé que les feux soient accompagnés d'un numéro de hotline pour que le public puisse avertir les autorités quand un feu ne fonctionne pas. Cela pourrait éviter des accidents ".
Jarya Memorial Trust
Le Jarya Memorial Trust a été mis sur pied par la famille et les amis de Jehan Ara Rookayya Abdullatiff, suite à son décès lors d'un accident de la route en 2003. L'association a pour but de travailler à la prévention d'accidents, de soutenir les victimes d'accidents de la route et leurs proches et d'initier des campagnes de sensibilisation liées à la sécurité routière.
Autre vocation de la fondation : identifier les facteurs à la source des accidents. Par ailleurs, diffuser des informations sur le sujet, sur les bonnes pratiques à adopter sur les routes. Aujourd'hui, toutefois, Assad Abdullatiff indique que les activités de l'association sont en quelque sorte en veilleuse.
" Il nous manque des personnes volontaires pour nous aider dans notre tâche. Il n'y a pas vraiment de victimes ou de proches de victimes qui sont venus nous voir. On a reçu plutôt des personnes qui se sentent concernées pas la sécurité routière. Mais nous, les membres, on continue à se voir. Quand on avait commencé, on avait pas mal de projets. Mais qui dit projets dit investissements. Or, il n'y a pas assez de volontaires. On favorise ainsi davantage les volets éducation, sensibilisation et collaboration avec les autorités concernées ". Contact : 216 7000. Fax : 216 7001. Courriel : a.abdullatiff@copex-group.com




Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 25/10/2006, 13h35
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Toulet (pilote de rallye et cadre du secteur automobile)


" C'est la loi de la jungle ! "


Conducteur à Maurice et à l'étranger depuis 30 ans, cadre technique chez un grand concessionnaire automobile mauricien, pilote de rallye depuis 2001, Guy Toulet en connait un rayon sur la conduite automobile. " C'est la loi de la jungle ! " lance-t-il, quand on l'interroge sur la situation de la conduite dangereuse dans l'île, " Le Mauricien en général ne respecte rien, et certainement pas le code de la route. Il applique la loi du plus fort. "
Bref, beaucoup de Mauriciens conduiraient n'importe comment… et mal. Plus précisément, il ne conduiraient pas leur véhicule comme il le faut, dans les circonstances adéquates (état de la route, circulation, vitesse, etc), et en tenant compte des limites de ce véhicule.
Exemple frappant : vouloir conduire un " double cab " comme une voiture, en croyant qu'on peut freiner, prendre des virages, et contrôler sa trajectoire comme on le ferait avec une voiture… " Or, sur les double-cabs, le poids est surtout sur l'avant, avec un caisson vide à l'arrière, le centre de gravité est placé plus haut, et les amortisseurs ne réagissent pas de la même façon ", dit Guy Toulet, " C'est donc un véhicule qui risque plus d'être entraîné dans un tête-à-queue, ou pire. L'ABS peut aider, mais… Et quand on pense que certains de ces gros double cabs ont des moteurs développant environ 130 chevaux, on réalise qu'il faut être conscient de ce qu'on peut faire avec. "
Même constat négatif au sujet de la puissance des voitures. Contrôler une petite 1100cc ou se retrouver au volant d'un monstre de puissance de 2500cc n'est certainement pas la même chose. " D'ailleurs, la flotte de voitures a beaucoup grossi à Maurice ces dernières années, et la puissance semble avoir suivi la tendance ", estime notre interlocuteur. Conduire un véhicule puissant, ça se fait en connaissant les limites de ce dernier et ses propres limites, affirme ce pilote de rallye. S'il admet conduire vite en dehors des routes, c'est en précisant qu'il le fait dans le respect des paramètres et des marges de sécurité en tenant compte des circonstances, des réactions connus du véhicule… et des autres usagers de la route. En une trentaine d'années derrière le volant, il dit déplorer un accident, pour lequel il n'était pas en tort.
" On voit des conducteurs sans expérience qui conduisent des voitures puissantes et qui se croient sur un circuit automobile quand ils roulent, en fait, sur des routes ouvertes à la circulation d'autres véhicules et de piétons ", déplore-t-il. Le pilote dénonce le " rallye " que se permettent de faire des fous du volant en plein trafic. Y compris à la sortie des courses organisées à Maurice. Trop souvent, des spectateurs de rallye rentrent chez eux en étant grisés - par la course et par d'autres choses - déplore le pilote : " Ils font les fous sur la route et causent parfois des accidents. "
Et tous ces conducteurs ont leur permis. Ils ont été jugés aptes à conduire un véhicule… Mais, regrette Guy Toulet, une fois ce permis obtenu, tout est… permis : un conducteur peut décrocher sa " licence " au volant d'une petite voiture d'auto-école conduite à vitesse réduite et se trouver, le lendemain, au volant de la puissante berline de son père, ou d'un double cab qui est trois fois plus grand et trois fois plus puissant. " Quelle expérience, quelle maîtrise a-t-il pour contrôler ce qu'il fait sur la route ? " Et quand on y ajoute le manque de considération des conducteurs de poids lourds (camions, bus) pour les autres usagers de la route, c'est véritablement la " loi du plus fort " qui s'exprime, relève le pilote.
" Que font les autorités ? Y compris dans le contrôle de la conduite sur nos routes, mais aussi au sujet des routes trop étroites, qui ne répondent plus aux besoins d'une flotte de véhicules qui n'a cessé de grandir ? " se demande Guy Toulet. " C'est écœurant de conduire à Maurice maintenant ! "
Selon le Road Traffic Act
Le Road Traffic (Amendment) Act de 2003 définit les paramètres de dangerous driving.
L'essentiel de la section 123A de ce texte de loi se lit comme suit :
(1) (a) : Any person who drives a motor vehicle dangerously on a road or other public place, or at a speed or in a manner, which is dangerous to the public, having regard to all the circumstances of the case including the nature, condition and use of the road or public place, and the amount of traffic which is actually, or which might reasonably be expected to be, on the road or public place, shall commit an offence and shall, on conviction, be liable for a fine of not less than 5,000 rupees nor more than 10,000 rupees and to imprisonment for a term not exceeding 6 months
(b) In the case of a second or subsequent conviction, the offender under paragraph (a) shall be liable of a fine of not less than 10,000 rupees nor more than 20,000 rupees and to imprisonment for a term not exceeding 12 months. "
Cette peine est de Rs 25 000 à Rs 50 000 d'amende et de trois ans de prison au maximum, si cette conduite dangereuse cause le décès d'une personne.
La section 123C définit le délit de " Driving without due care or reasonable consideration ". La partie principale se lit comme suit :
(1) Any person who drives a motor vehicle on a road or other public place-
(a) without due care and attention ; or
(b) without reasonable consideration for other persons using the road or public place,
shall commit an offence and shall, on conviction, be liable to a fine of not less than 3,000 rupees not more than 10,000 rupees and to imprisonment for a term not exceeding 3 months."
Cette peine atteint de Rs 5 000 à Rs 20 000 d'amende et six mois de prison au maximum en cas de récidive.




Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 25/10/2006, 13h36
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
STATISTIQUES


Accidents fatals en 2005 : 11,3 cas pour chaque 100 000 habitants


En 2005, 11,3 cas d'accidents fatals ont été enregistrés pour chaque 100 000 habitants à Maurice. C'est ce qu'indique le rapport Road Accidents in Mauritius - Statistics & Analysis compilé par la Traffic Management & Road Safety Unit (TMRSU). Publié en juillet dernier, ce rapport a été soumis au gouvernement le mois dernier. Il y est indiqué que la vitesse inappropriée est au centre des problèmes de sécurité routière.
Ce rapport a été préparé en vue de permettre une approche scientifique du problème de sécurité routière. Il fournit des statistiques plus détaillées et analyse les causes des accidents de la route. Au niveau des accidents fatals, 11,3 cas pour chaque 100 000 habitants à Maurice ont été enregistrés en 2005 contre 12 en 2004 et 11 en 2003. Au chapitre Overview of Road Accidents Killed and Serious Injury (KSI) in Mauritius, le rapport indique que la moyenne annuelle d'accidents fatals au cours des derniers dix ans a été de 149 et la moyenne d'accidents jugés sérieux (*) a été de 268. Et pris sur les cinq dernières années, la moyenne d'accidents fatals est descendue à 139. De l'autre côté, la moyenne d'accidents jugés sérieux a augmenté lors de ces cinq dernières années, 358 cas en 2005 contre moins de 300 cas pour les années précédentes. Toutefois, la raison évoquée de cette hausse est que plusieurs cas sérieux étaient classifiés comme slight injuries (**).
S'agissant des types de véhicules le plus souvent impliqués dans des accidents, les bus arrivent en premier avec un ratio de 17,5 sur 1 000 véhicules. Ensuite viennent les Light Goods Vehicles (3 sur 1 000) ; les Heavy Goods Vehicles (2,82 sur 1 000) ; les voitures privées et taxis (1,65 sur 1 000) et les motos et motocyclettes (1,42 sur 1 000).
Plus de véhicules
Par ailleurs, selon le document, les conducteurs de bus et de heavy vehicles impliqués dans des accidents ont souvent une faible visibilité des autres usagers de la route. " They often fail to recognize other road users caught in their blind spots - in the zones adjacent sides of their vehicles ".
Au chapitre des mobylettes et motocyclettes, le rapport relève qu'en dépit du fait que les lois aient été renforcées au regard du port des casques, " it is often observed that for short trips people just ignore this rule and wear the helmet without having it securely fastened, this contributes in aggravating the severity of accidents ".
Si certaines infrastructures routières ont été améliorées pour plus de sécurité routière, le rapport note que " unfortunately, with the increase in traffic demand generated by the socio-economic development of our country, there is increasing pressure on our road capacity thereby having a negative impact on road safety ". En effet, le nombre de véhicules - tous types confondus - a augmenté de 4,8 % environ en 2005. À décembre 2005, 305 496 véhicules étaient enregistrés contre 291 605 en décembre 2004.
La vitesse excessive et inappropriée - vitesse inappropriée par rapport à la route et au type de circulation - est selon le rapport au centre du problème de sécurité routière. De même, selon le rapport, " it is clear that road accidents are spread over long stretches of roads and do not always occur at a particular spot, hence the concept of black spots does not apply much in the treatment of accidents in Mauritius ".
D'autre part, il est indiqué que ce sont surtout des hommes qui sont à la source des accidents. Et que la jeunesse et le manque d'expérience - 26 à 35 ans - font grimper les risques d'accidents KSI. Les autres facteurs contribuant à augmenter les risques d'accidents chez les jeunes conducteurs sont le facteur psychologique - désir de prendre des risques, recherche de sensations fortes entre autres -, l'alcool, la fatigue et une vitesse excessive.
Il est en outre noté que les risques pour les usagers de la route qui ne sont pas bien à l'abri - les piétons, les deux-roues - sont plus conséquents pendant les heures de pointe. Les facteurs associés à ces risques sont : une faible visibilité, manque d'éclairage, le temps, l'absence d'accessoires protecteurs tels des vêtements aux couleurs visibles dans le noir et des casques.
Selon le rapport, la manière dont étaient collectées les données concernant les accidents dans le passé " did not provide room for management of the road safety problem ". Dans l'esprit d'améliorer la collecte de ces données, le Fourot Form, datant de 1980, a été remplacé en 2002 par le New Road Accident Data Report Form, le PF 178. Cette nouvelle fiche recueille davantage de détails - une centaine - sur tous les cas d'accidents rapportés à la Police. " Par exemple, si un accident est survenu à Coromandel, à la route royale, on n'avait pas plus de détails concernant le lieu exact. La nouvelle fiche fournit des détails quant à l'heure exacte de l'accident, l'état de la route, si le temps était pluvieux ou sec ", indique un des collaborateurs à ce rapport.
* accidents jugés sérieux : la personne est admise à l'hôpital ou présente des fractures, des commotions cérébrales, des lacérations, chocs sévères nécessitant des traitements médicaux. ** Slight injury : une entorse, une contusion, une coupure légère
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 25/10/2006, 21h03
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Kand to conduire a moris, to besoin ena ene diplome dans telepathie, to obliger deviner ki chofere devant toi, ou a sence inverse la pe penser.
Coma li faire ene fosse move, to dans difer.

Rocco
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 26/10/2006, 09h08
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Citation:
Posté par Rocco
Kand to conduire a moris, to besoin ena ene diplome dans telepathie, to obliger deviner ki chofere devant toi, ou a sence inverse la pe penser.
Coma li faire ene fosse move, to dans difer.

Rocco
Aster mo comprend qui faire to communique par téléphatie , bon fer
ene demarche lance sa diplome la Moris
Réponse avec citation
  #6 (permalink)  
Vieux 13/12/2006, 09h39
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Bob, pour en finir avec l’alcool au volant

Bob, pour en finir avec l’alcool au volant

La soirée bat son plein, tout le monde s’éclate, on danse, on chante et…on trinque, sauf celui-là, qui sans bouder la partie, ne consomme pas une goutte d’alcool. Lui, on l’appelle Bob. De lui dépend le happy end, car c’est lui qui reconduira les joyeux drilles, une fois la fête terminée, les ramenant sains et saufs à la maison.

Concept ayant fait ses preuves en Europe, Bob sera introduit à Maurice sur l’initiative du ministère des Transports, dans le cadre d’une campagne de tolérance zéro à l’alcool au volant. Cela après l’échec des tentatives pour décourager nos compatriotes de boire avant de prendre le volant.

Du 20 décembre au 4 janvier, les Mauriciens seront initiés à cette formule. Noreyna Benydin, responsable de Communication pour le chef ingénieur de la Traffic management and Road Safety Unit, a expliqué son fonctionnement Dans la discothèque, Bob bénéficiera d’un traitement de faveur. On le reconnaîtra, par la marque d’un tampon qu’il portera au poignet. Il aura droit à des boissons non alcoolisées offertes gratuitement par la maison.
La police sera d’une extrême vigilance durant cette période de fêtes de fin d’année. Elle déploiera tout un dispositif pour pallier la conduite en état d’ivresse.

Cette mesure a été annoncée par le caporal Stellio Jogool de la Road Safety Unit lors d’une réunion avec Ajay Beegoo, président de l’Association des propriétaires de discothèques. Celui-ci adhère entièrement au concept Bob. Tout en promettant sa collaboration, il a souhaité que la police ne cible pas que les boîtes de nuit, mais aussi les restaurants, où débutent bon nombre de soirées un peu trop arrosées.
Réponse avec citation
  #7 (permalink)  
Vieux 13/12/2006, 12h05
Avatar de fergeo
Fan RM
 
Date d'inscription: juillet 2006
Messages: 975
Bob pour en finir avec l'alcool au volant

Certes,c'est une des possibilites pour éviter les accidents,mais il faut aussi compter sur les autres personnes qui ne prennent pas conscience de leur état et dont vous pourriez croiser sur votre trajet.Pourtant, c'est le meilleur moyen pour passer les fêtes dans la tranquillité.
Réponse avec citation
  #8 (permalink)  
Vieux 13/12/2006, 12h31
Avatar de SISTA
Super Fan RM
 
Date d'inscription: novembre 2004
Localisation: paris
Messages: 1 742
Envoyer un message via Yahoo à SISTA
Trés bonne initiative !
C'est déjà un grand pas pour leur faire prendre conscience du danger !
Réponse avec citation
  #9 (permalink)  
Vieux 13/12/2006, 12h32
Avatar de jrr
jrr jrr est déconnecté
Foreman
 
Date d'inscription: décembre 2004
Messages: 351
there's is only one reason for the kind of thing on the road if the police did do there work as they should do every drivers would have been careful but unfortunately those drivers are not punish severly just with a few bobs to the traffic officers and away he goes .defore all clear up the laws with in the traffic police force and then we shall see changers
Réponse avec citation
  #10 (permalink)  
Vieux 21/12/2006, 10h32
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Alcool au volant, stop ! Une campagne soucieuse de notre sécurité


Alcool auvolant, stop ! Une campagne soucieuse de notre sécurité

Le Ministère des Infrastructures Publiques, du Transport Intérieur et de la Marine entame à partir du 20 décembre une campagne de sécurité routière intitulée ´L’alccol au volant, stop !´. Cette campagne, d’une durée de quinze jours, vise à sensibiliser la population mauricienne sur les dangers liés à la prise d’alcool, surtout en cette période de festivités. A cet effet, des clips éducatifs seront diffusés à la télévision et à la radio. Des posters seront également placés et visibles aux quatre coins du pays, pour dissuader les chauffeurs à prendre le volant en état d’ivresse.

Le concept Bob introduit chez nous
Le concept européen Bob sera aussi introduit durant cette campagne. Bob, c’est celui qui ne boit pas lors des soirées et qui reconduit les invités chez eux sains et saufs. La Compagnie Nationale de Transport propose d’assurer un service de nuit spécial (entre minuit et 5 heures du matin) à proximité des discothèques pour raccompagner les fêtards alors que la Police du Transport y sera plus présente pour assurer la sécurité. La campagne L’alcool au volant, stop ! est primordiale en cette période d’autant plus que l’alcool a fait 14 victimes sur nos routes en décembre 2005. Pour cette année, le nombre d’accidents fatals s’élève à 100 et le nombre de morts à 110 personnes. L’année 2005 avait enregistré 103 accidents fatals et 118 morts.

La force policière accordera son soutien à cette campagne et effectuera des alcootests régulièrement. Les chauffeurs retrouvés avec un taux d’alcool dépassant la limite autorisée seront passibles d’amende allant jusqu’à la suspension de leur permis. 161 permis de conduire ont été suspendus depuis le 7 août 2006, avec l’entrée en vigueur du Road Traffic Amendment Act.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
conduite, moris

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Eski le vrai Mauricianisme existe a Moris??? Rocco Divers. Miscellaneous. 10 15/09/2008 08h47
Bane Nouvo Sega Moris?????? Mauritiustyles 97... Discussions Générales 4 09/09/2008 12h04
faire zot quitte moris eddytamby Discussions Générales 85 26/02/2007 21h21
Le gagnant du concours Disque de l'Année Radio Moris 2004 DJ El-Syd Discussions Générales 12 02/01/2006 21h05
Fête de la Musique RadioMoris Discussions Générales 12 22/06/2005 18h55


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 00h59.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com