Mort dans les flammes à un an et demi - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 02/10/2006, 07h25
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Mort dans les flammes à un an et demi

Mort dans les flammes à un an et demi
Le petit Jean-Claude Sandouce a connu une fin atroce vendredi. L’on soupçonne qu’une bougie laissée allumée est à l’origine du sinistre.

Voilà tout ce qui reste de la maison de Nadège Sandouce. Cette dernière n’a plus que les yeux pour pleurer.Des poutres calcinées, un amas de ferraille tordue, quelques vêtements et des ustensiles de cuisine fondus, c’est à peu près tout ce qui reste de la bicoque de Nadège Sandouce. Perchée sur une petite colline à Cité Vuillemin, Quartier- Militaire, la masure en bois et en tôle a été réduite en cendres à la suite d’un incendie qui s’est produit vendredi matin. Pris dans les flammes, Jean-Claude, le fils de Nadège, âgé d’un an et demi, a été gravement brûlé. Il n’a pas survécu à ses blessures.

Les cris et les pleurs de son petit garçon résonnent encore à ses oreilles. Nadège Sandouce a encore en mémoire le corps ravagé de son bébé sur le lit d’hôpital. Le malheureux a agonisé pendant deux heures. Puis Nadège n’a plus rien entendu, sauf les mots de réconfort de ses proches murmurés comme dans un brouillard. « Mo nepli kone ki pou fer, kot mo ete. La mizer ki finn pran mo zanfan. Li ti enn si bon baba… », confie-t-elle, au bord des larmes.

Ce matin-là, Nadège pensait bien faire en laissant la bougie allumée dans la cuisine avant d’aller s’échiner dans un champ de cannes, à Quartier-Militaire. Jean-Claude dort alors dans une des deux chambres. Lorsqu’il se réveille, Axelle, sa sœur, le prend dans son lit qui se trouve dans la cuisine et le fait se rendormir jusqu’à ce qu’il soit l’heure d’aller acheter du pain. Pendant ce temps Marclen, l’aîné de la famille, va puiser l’eau à l’unique robinet qui dessert les sept familles. Aucun des deux ne s’inquiète de laisser le bébé sans surveillance.

C’est alors que le drame se produit. La maison devient subitement la proie des flammes. Alertés par les cris de Jean-Claude, Amanda, la voisine, accourt. Elle n’a pas le temps de réfléchir à sa propre sécurité et vole au secours de l’enfant. Mais il est trop tard. « So lekor ti brile net. Move dimal li ti pe gaigne », raconte-t-elle. Détail poignant, durant le trajet qui le mène à l’hôpital Victoria où il sera admis à la Burns Unit, le bébé ne cessera de réclamer sa mère.

Ce drame met en évidence la pauvreté dans laquelle vivent les habitants de Cité Vuillemin, là où pas une famille n’a échappé à la précarité. L’année dernière, l’express-dimanche soulignait l’enfer de la misère vécue au quotidien. La situation n’a guère évolué. Les habitants sont toujours aussi démunis et ils habitent dans des habitations délabrées, au beau milieu des ordures.


Du mal à joindre les deux bouts

N’était-ce la bonté de quelques particuliers et des ONG, ces personnes auraient bien du mal à joindre les deux bouts. Les hommes, quand ils ne désertent pas le toit familial, ne ramènent que rarement de quoi nourrir femme et enfants. Les mères, sans instruction, apportent, quant à elles, leur contribution au ménage en effectuant des petits travaux à droite et à gauche.

C’était le cas de Nadège Sandouce. La pension d’invalide qu’elle touche ne suffisait pas à élever seule trois enfants, son mari l’ayant abandonnée. Contre avis médical, la jeune femme s’était remise au travail et parvenait à récolter quelques roupies en travaillant dans un champ de cannes. Malgré les hauts et les bas, elle a toujours imaginé des jours meilleurs pour ses enfants. Mais son statut de squatter ne l’a pas menée bien loin.

« J’ai voulu nous sortir de cette situation. J’ai soumis une demande à la NHDC pour être relogée, je me suis rendue à deux reprises au CEB pour avoir l’électricité. Sans succès, puisque le terrain que j’occupe ne m’appartient pas », relate la mère éplorée. Sa maison détruite, elle a trouvé refuge avec ses enfants chez sa belle-famille. Elle ne veut pas s’éterniser ici. Mais où aller ?

Nadège Sandouce ne souhaite pas reconstruire sa vie sur les lieux qui ont vu mourir son fils, sauf si elle n’a pas le choix. Pendant ce temps, les lieux ont déjà trouvé preneur. Sous le regard indifférent des voisins, deux chiens décharnés fouillent désespérément des décombres à la recherche de quoi se nourrir. Un bien lugubre spectacle…
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 03/10/2006, 08h30
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Honte à vous !

Honte à vous !


* Honte à vous qui avez permis par votre indifférence et votre immobilisme coupables qu'un nourrisson de 18 mois meurt dans un effroyable incendie, dans un endroit-dépotoir, à Quartier-Militaire ! Honte à vous qui êtes restés sourds aux demandes et supplications, depuis sept années maintenant, de Mme Sardouce et de ses voisins pour un logement décent, un peu d'eau et un peu d'électricité ! Honte à vous qui permettez que des Mauriciens ici et là vivent dans la misère la plus abjecte coincés entre quatre feuilles de tôle pourries et un sol détrempé pour lit ! Honte à vous qui laissez des familles entières survivre dans ces conditions sous-humaines !
Honte à vous qui dans vos bureaux confortables et climatisés restez insensibles à ces situations de pauvreté extrême, à ces enfants en bas âge (et la semaine dernière un bébé de quelques jours) qui sont confrontés aux affres de la mendicité en plein centre de Port-Louis à quelques pas de nos vitrines alléchantes pour touristes !
Rassurez-vous, bonnes gens, les affaires continuent, business as usual, et sont toujours aussi florissantes. Pour le dernier exercice financier, plusieurs secteurs économiques ont engrangé des profits de plusieurs centaines de millions de roupies, dont Mauritius Telecom avec des profits de Rs 1,2 milliard, et la Mauritius Commercial Bank avec des profits de Rs 2 milliards ! Des profits quasi-indécents quand à côté perdure une pauvreté criante du désespoir des autres, de ceux qui n'ont rien, de Mme Sardouce, de ses enfants et de ses voisins, laissés-pour-compte d'un pays qui avance à plusieurs vitesses. À la traîne, à l'âge de pierre les plus pauvres, les plus démunis.
* Heureusement qu'il existe quelques bouées de sauvetage, des organisations non gouvernementales qui ont fait le choix des plus pauvres, des malmenés de la vie. À l'instar de Terre de Paix qui a vu le jour grâce au prophétique Julien Lourdes et qui fait œuvre toujours utile à Albion, malgré des ressources financières insuffisantes, grâce au dynamisme et à la rigueur de son directeur Alain Muneean, bien entouré d'une équipe performante au service de la cause des plus défavorisés.
Avec un budget annuel qui tourne autour Rs 3,6 millions, Terre de Paix, terre de chaleur humaine pour nombre d'enfants, (un enfant en milieu résidentiel coûtant Rs 147 par jour ; un enfant à l'atelier du savoir, Rs 153 par jour ; un enfant à la maternelle Rs 80 par jour), Terre de Paix ne reçoit qu'une aide de 27 % de son budget annuel du gouvernement.
L'action exemplaire de Terre de Paix comprend : i) la prise en charge - a) d'enfants dans des familles d'accueil et b) d'adolescents dans le cadre d'un projet visant à leur donner des compétences pour être autonomes ; ii) le fonctionnement d'une école maternelle gratuite accueillant actuellement une soixantaine d'enfants venant de familles démunies ; et iii) la gestion d'un Atelier du Savoir ouvert à 40 jeunes, exclus du circuit scolaire et à qui sont dispensées une éducation et une formation appropriées.
Pour faire face à ses responsabilités et aux dépenses y relatives, Terre de Paix (tel : 238 4196) vient de lancer avec la collaboration de plusieurs artistes son opération annuelle de cartes de vœux. Un dîner de charité aura également lieu sous peu.
Soutenons Terre de Paix dans son œuvre hautement méritoire auprès des enfants abandonnés, en difficulté, en situation d'échec scolaire. Jean-Clément Cangy
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 03/10/2006, 19h04
Avatar de fergeo
Fan RM
 
Date d'inscription: juillet 2006
Messages: 975
Mort atroce d'un enfant

Quelle fin atroce pour cet enfant et quel désespoir pour une mére de devoir subir la mort de son enfant dans de telles circonstances.Quand l' on voit l'argent mis dans des constructions hors du commun.Le gouvernement mauricien devrait mettre ses citoyens dans des conditions de vie meilleur afin de limiter de tels accidents.Beaucoup de regrets et de sympathies à cette famille si durement éprouvée.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
dans, demi, flammes, les, mort

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Les couples mixtes! tipima Discussions Générales 61 23/04/2007 17h28
Une Blague Africaine Rocco Discussions Générales 22 16/10/2006 12h54
"Le taux grandissant de suicides chez les jeunes traduit le mal-être dans la société" Dev Discussions Générales 1 10/09/2006 07h17
Prostitution étrangère Dev Discussions Générales 1 08/09/2006 19h38
Tonton chappe dans lamort. Rocco Discussions Générales 5 02/01/2006 15h06


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 07h14.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com