Le Prix des cinq continents de la Francophonie à une Mauricienne - Page 3 - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Nouvelles de l'Ile Maurice

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #21 (permalink)  
Vieux 22/06/2007, 14h02
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Troisième vie pour Eve…

Troisième vie pour Eve…

Ananda Devi confiait en octobre dernier à notre confrère Week-End que le Prix des Cinq Continents venait donner un nouveau souffle à son livre Eve de ses décombres. Lancé au mois en janvier 2006 dans la prestigieuse collection NRF de Gallimard, il était en passe de céder la place dans les librairies aux livres de la rentrée littéraire de septembre.

Puis l'attribution du Prix des Cinq Continents de la Francophonie le 24 septembre, à Bucarest, en marge du XIè sommet de la Francophonie, est venu lui donner une seconde vie.

Depuis lors, Eve de ses Décombres est régulièrement l'objet de présentations au public, soutenues par l'Organisation Internationale de la Francophonie, telles que la semaine de la langue française à Berne, en Suisse, le Salon du Livre à Paris, ou prochainement le 21è congrès mondial du Conseil international d'études francophones, à Cayenne.

Il se pourrait qu'Eve de ses Décombres connaisse une troisième vie, cinématographique cette fois, avec le concours du réalisateur et également époux d'Ananda Devi, Harrikrisna Anenden. Après La Cathédrale qui continue d'être présenté dans des festivals, Harrikrisna Anenden travaille à l'adaptation d'Eve de ses décombres et à la recherche de financements, visant un tournage en français l'année prochaine.

A l'écoute des jeunes lecteurs

Les Centres de Lecture et d'Animation Culturelle (CLAC) ayant été créés sous l'égide de l'Organisation Internationale de la Francophonie, il tombait sous le sens pour les organisateurs de la tournée d'Ananda Devi à Maurice qu'elle visite l'un d'entre eux. La rencontre a eu lieu le jeudi 14 juin, en fin de journée, au centre d'Abercrombie.

La petite salle était remplie de jeunes lecteurs, des adolescents et pré-adolescents à partir de 9 ans, accompagnés de quelques parents. Ici, le comité de soutien, véritable pilier du CLAC, est notamment animé par Julien Lourdes et Nicole Tranquille.

L'écrivain a démarré une brève allocution sur ce que lui évoque le nom du prix qu'elle a reçu : " Le nom du Prix des Cinq Continents, c'est un peu ce que nous sommes à Maurice… Nous appartenons à plusieurs continents, nous sommes hybrides, et c'est très important d'aller chercher cette diversité au fond de nous. " Elle devait ensuite insister sur l'importance que revêtent ces rencontres pour elle, bien plus que les réceptions officielles où elle a parfois l'impression de perdre son temps :

" A Maurice, je reçois beaucoup en vous rencontrant, comme j'ai beaucoup reçu hier des prisonnières à Beau-Bassin. " L'occasion d'écouter les enfants du CLAC lui a été donnée à plusieurs reprises, entre quelques questions sur la vie d'écrivain. " Sur le chemin des écoliers/ S'en allaient deux petits souliers… " est le début d'un poème qu'un des enfants les plus actifs du centre a déclamé avec un talent époustouflant. Un camarade a exprimé à travers un slam au vitriol toute la violence qu'il peut ressentir dans son environnement. Pour un autre, c'était un appel aux autorités pour venir en aide aux enfants de la rue, ou encore un poème sur le thème de la paix.

Le CLAC d'Abercrombie est fréquenté par près de 1 500 lecteurs qui viennent de Sainte-Croix, Roche-Bois et des environs.

Brigitte Masson, Shenaz Patel, Ananda Devi et Lindsey Collen lors de la table-ronde organisée par le Centre Charles Baudelaire.
Réponse avec citation
Google
  #22 (permalink)  
Vieux 08/11/2007, 14h38
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Indian tango de (Ananda Devi )

Indian tango: Auteur (Ananda Devi )

Editeur Gallimard


Indian tango : dégage une atmosphère envoûtante. Servi par une éloquence rageuse, le dernier roman d’Ananda Devi est un hymne au chant assourdissant des sens.

Combien de temps faut-il, ici, pour cesser d’être étranger ? Chaque femme n’est-elle pas étrangère à la famille de son mari, venue de l’extérieur, acceptée le plus souvent à contrecœur et avec résignation, comme si elle ne serait pas tout à fait digne d’en faire partie ? A-t-elle jamais cessé d’être une étrangère aux yeux de Mataji ? N’a-t-elle pas toujours été regardée avec mépris par cette femme dont la seule supériorité lui vient d’avoir enfanté ce mâle, même si au fond le spécimen n’est pas particulièrement remarquable ? " Dans le New Delhi d’avril 2004, en pleine campagne électorale, Subhadra se soucie peu de savoir si Sonia Gandhi deviendra ou non le prochain premier ministre du pays. À cinquante-deux ans, mariée depuis trente, pleine et charnue, elle s’interroge sur celui qui la suit depuis des mois. Cédera-t-elle à sa séduction ? Dans cette ville tentaculaire et téméraire qui ne s’épargne aucun contraste, Subhadra voit le monde se creuser d’une rainure en son milieu : elle commence seulement à comprendre qu’elle n’a pas encore vécu. Alors que sa belle-mère veut l’emmener au pèlerinage de renoncement à la vie matérielle des femmes ménopausées, elle ressent la vie comme une tentation. Une femme morte depuis longtemps devient vivante, quoi de plus banal ? La peur, le doute et la liberté qui, d’un coup, devient effrayante

Mot de l'éditeur

«Elle s'est tournée pour partir sans même me voir, rentrée en elle-même, inatteignable. Elle a resserré le pan de son sari sur ses épaules. Sous la finesse du tissu, l'échancrure de la blouse laisse entrevoir une poitrine abondante. Peut-être n'est-elle même pas consciente de son attrait? Peut-être n'y-a-t-il eu personne pour le lui apprendre et réveiller en elle quelque orgueil endormi, quelque secrète vanité? J'ai perçu en elle la promesse d'une musique qui n'avait pas encore été jouée et qui, même désaccordée, contiendrait sa secrète harmonie. Suffirait-il de jouer en virtuose de l'instrument pour l'allumer de lumières et de couleurs nouvelles et franchir ses ténèbres?» Avril 2004, New Delhi. L'Inde est en pleine campagne électorale. Sonia Gandhi – l'Italienne, l'étrangère – deviendra-t-elle le prochain Premier ministre?… Mais pour Subhadra, cinquante-deux ans, grande, plutôt ronde, une femme ordinaire, la préoccupation est autre : ira-t-elle à ce pèlerinage de renoncement des femmes ménopausées que lui propose sa belle-mère pour marquer la fin de sa féminité? Ou cédera-t-elle au contraire à la mystérieuse séduction de l'autre qui la suit depuis un mois dans les rues de Delhi? Un étrange pas de deux, chassé-croisé amoureux qui lui offre une chose que personne ne lui a jamais offerte : son propre corps...
Réponse avec citation
  #23 (permalink)  
Vieux 18/11/2007, 15h37
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Des nouvelles d'Ananda Devi

INTERVIEW

Des nouvelles d'Ananda Devi



En marge de la Journée internationale des écrivains africains observée la semaine dernière, Ananda Devi oriente ses propos vers l'universalité qu'aspire tout écrivain. Installée en Suisse, la romancière parle également du dépassement des frontières dont celle de la mort. Elle confie être habitée par Maurice et évoque aussi ce paradis qu'on ne trouve jamais. Sa plume continue résolument à sonder les failles et ces déchirures qui habitent les êtres.

La Journée internationale des écrivains africains a été observée le 7 novembre. Diriez-vous que votre écriture s'inscrit davantage dans une universalité littéraire ?
Je pense que tout écrivain aspire à l'universalité, pas seulement littéraire, mais dans la portée de son propos. Qu'il s'agisse de parler d'un lieu, d'un pays, de personnages encastrés dans une culture particulière, les comportements humains, leurs motivations, leurs rêves, leurs espoirs et leurs tragédies sont souvent les mêmes. L'écrivain creuse dans ce terreau, dans l'univers qu'il connaît, pour en extraire la matière humaine et pour tenter de la déchiffrer et de la comprendre.

Dans une large mesure Maurice reste le point de convergence de vos écrits. Diriez-vous que vos romans, dans une certaine mesure, élargissent les frontières de votre île natale ?

Les frontières de l'île sont celles que chacun y impose ou celles que chacun souhaite franchir pour aller plus loin. Je ne vois pas de frontières à Maurice. Chacun de mes livres tend au dépassement et au franchissement des frontières, y compris l'ultime frontière de la mort. Pour moi, l'île est le monde. Ce que j'ai à dire à propos du monde part de ce que j'ai à dire à propos de mon pays. Intérieurement, émotionnellement, passionnellement, j'y habite depuis toujours et j'y habiterai toujours. Ses frontières sont ses horizons. Nous sommes dans un monde où l'individu construit ses propres frontières et ses propres limites, et peut-être l'écrivain tente-t-il de les détruire pour mieux révéler à chacun ses propres infinis, ses propres possibles.

L'empathie semble guider votre écriture dans un voyage au bout de vous-même. Vers où mène-t-il ?

J'espère que ce voyage n'aura pas de fin. Qu'il se terminera quand je me terminerai, quand la vie sera close. Je crois que l'empathie et l'intuition sont les deux voix qui se font écho dans mes livres, et que j'écris mes personnages, même les plus cruels ou les plus tourmentés, avec un amour infini. Cela me permet-il de me comprendre moi-même ? Sans doute. Jusqu'où irai-je dans cette recherche qui, comme le dit si bien T.S. Eliot, ramène au lieu d'où on est parti et que l'on découvre pour la première fois ? Vers le lieu de mon enracinement, vers le début de mon destin littéraire, vers cette étincelle qui, un jour, a tendu ma main vers une plume. Savoir pourquoi j'écris est peut-être le secret que je n'ai pas encore résolu…

La tourmente autant et le déchirement sont des thématiques très présentes dans votre œuvre. Pourrait-on suggérer que votre écriture porte des blessures ?

Bien sûr. Je parle de gens qui souffrent, je parle des tragédies ordinaires, j'écris à partir des failles et des déchirures qui habitent les êtres, et cette sensation de désespoir, d'impuissance, parfois, de révolte souvent, me force d'aller de plus en plus loin dans cette exploration de la souffrance et de son pendant: la cruauté.

Quel regard portez-vous sur votre dernier ouvrage Indian Tango ?

C'est un livre qui m'a libérée. C'est un livre où je parle beaucoup de mon rapport à l'écriture, ce rapport ténébreux, énigmatique et complexe, et où je parle aussi de l'énigme des femmes. J'ai l'impression d'avoir réussi pour la première fois à rassembler tous les thèmes que j'ai l'habitude de traiter dans mes livres, et d'en avoir trouvé le cœur.

Les vrais paradis sont ceux qu'on a perdus, disait, en substance, Marcel Proust. Que vous inspire cette phrase par rapport à votre éloignement ?

Je disais plus tôt que Maurice m'habite depuis toujours, que je n'en suis jamais vraiment partie. Cela dit, je ne l'idéalise pas et je ne pense pas que ce soit un paradis. On ne peut pas perdre un paradis parce qu'en fait on ne le trouve jamais.

Peut-on anticiper que votre prochain ouvrage portera sur humanisme et liberté ?

Je pense que mon prochain ouvrage portera aussi sur l'enfermement à l'intérieur de soi-même, et sur le désespoir de ne jamais être à la hauteur de ses rêves.
Réponse avec citation
  #24 (permalink)  
Vieux 18/11/2007, 15h38
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Ananda une vie

Ananda une vie

La Mauricienne Ananda Devi est une des romancières les plus en vue de l'océan Indien. Au fil de ses publications, elle a su conquérir un public francophone exigeant. Son écriture vigoureuse et fine, ses personnages torturés et l'omniprésence du contexte indo-mauricien créent un univers sans nul autre pareil. Maurice dans sa splendeur et sa diversité humaine est au cœur de l'œuvre d'Ananda Nirsimloo-Anenden. Cette native de Trois-Boutiques est ethnologue de formation - docteur en anthropologie sociale (University of London) - et traductrice de métier. Elle explore ainsi avec une grande acuité de nombreux caractères humains qui ne sont pas moins analysés que recréés. Ses romans et ses nouvelles intègrent le créole et l'hindi. Son style incisif, lyrique et pénétrant offre de nouvelles dimensions culturelles et linguistiques liées à Maurice. Ananda Devi vit actuellement à Ferney-Voltaire, près de Genève, après avoir passé quelques années au Congo-Brazzaville. La romancière est considérée comme une figure centrale et des plus prolifiques. Son œuvre à la fois tragique et poétique - qui met en scène l'autodestruction causée par différentes sortes d'enfermement - est déclinée dans ses romans, un recueil de poèmes et plusieurs nouvelles. De l'une de ces nouvelles, Harrikrisna Anenden en a fait le long-métrage La Cathédrale.



Bibliographie

Pagli (2001), Collection Continents noirs, Gallimard ; Soupir (2002), Collection Continents noirs, Gallimard ; Le long désir (2003), Collection Continents noirs, Gallimard ; La vie de Joséphin le fou (2003), Collection Continents noirs, Gallimard ; Ève de ses décombres (2006), Collection blanche, Gallimard ; Indian tango (2007), Collection blanche, Gallimard.
Réponse avec citation
  #25 (permalink)  
Vieux 18/11/2007, 15h56
Avatar de brunoyaka
Sirdar
 
Date d'inscription: juillet 2004
Localisation: Paris
Messages: 282
Le dernier livre d'Anada Devi, il vaut vraiment le coup. Je viens de le commencer et son écriture a beaucoup de force.
Une petite info pour ceux qui seraient sur Paris et qui voudraient peut-être acheter le livre, il y en a quelques exemplaires en promo à la librairie Gibert Jeune, boulevard Saint-Michel, 1er étage, rayon littérature "afrique et caraïbes".
Réponse avec citation
  #26 (permalink)  
Vieux 20/11/2007, 11h02
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Citation:
Posté par brunoyaka Voir le message
Le dernier livre d'Anada Devi, il vaut vraiment le coup. Je viens de le commencer et son écriture a beaucoup de force.
Une petite info pour ceux qui seraient sur Paris et qui voudraient peut-être acheter le livre, il y en a quelques exemplaires en promo à la librairie Gibert Jeune, boulevard Saint-Michel, 1er étage, rayon littérature "afrique et caraïbes".
Merci Bruno pour ton info, en ce moment c'est dure d'aller a St Michel avec les grèves
Réponse avec citation
  #27 (permalink)  
Vieux 23/04/2009, 07h26
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
LONG MÉTRAGE Roman d'Ananda Devi

"Eve de ses décombres" porté à l'écran l'année prochaine



Le réalisateur Harrikrisna Anenden a récemment animé un atelier de travail à l'intention des principaux acteurs qui joueront dans son prochain film, une adaptation du roman "Eve de ses décombres", d'Ananda Devi, son épouse. Dans une rencontre avec Le Mauricien, le réalisateur indique que le film sera tourné en août ; cependant, il ne sortira pas avant l'année prochaine.
Pour ce deuxième long-métrage, le choix de Harrikrisna Anenden s'est porté sur "Eve de ses décombres". Pourquoi ? " Parce que le livre parle d'une réalité mauricienne, de gens très pauvres qui habitent dans des taudis et qui veulent s'en sortir. Une réalité qu'on a envie de porter à l'écran ", soutient notre interlocuteur. Le travail a démarré, en 2007, quelques mois après que le roman a obtenu le Prix des cinq continents de la Francophonie. Un ouvrage qui a reçu plusieurs autres reconnaissances. " Ananda Devi a travaillé sur le script et le scénario. J'y ai collaboré et l'année dernière on avait mis une annonce dans les journaux pour recruter les acteurs ", indique M. Anenden, en soulignant qu'une centaine de personnes - acteurs principaux, secondaires, et figurants - joueront dans le film. Il comptera, comme dans le roman, quatre personnages principaux, tous des adolescents de 17 ans, deux garçons et deux filles, à savoir Sad, Clélio, Eve et Savita. " On verra les parents de trois d'entre eux à l'écran ". M. Anenden était à Maurice pour travailler surtout avec les caractères principaux. " Je suis venu pour les diriger devant la caméra. C'est en cela que consistait l'atelier de travail ; Je reviendrai en août pour tourner le film ", dit-il. Certains acteurs, avance-t-il, sont connus, d'autres sont nouveaux. Il n'a pas souhaité dévoiler le nom de ces derniers en laissant, toutefois, entendre que " certains ont joué dans La Cathédrale(premier roman d'Ananda Devi porté à l'écran par son mari) ". Invité à commenter la performance des acteurs, M. Anenden affirme qu'il " n'est pas tout à fait satisfait ". D'ailleurs, poursuit-il, " de nature, je ne suis jamais satisfait. Je pense qu'on peut toujours faire mieux ". Il observe qu'il est très difficile de trouver des acteurs professionnels à Maurice. Selon lui, il y a de bons comédiens mais pas de bons acteurs. Ils sont, cependant, de bonne volonté, constate-t-il.
Seul à Maurice pour travailler avec les acteurs, Harrikrisna Anenden affirme qu'après de longues sessions de travail avec son épouse, il sent maintenant les personnages. " J'ai lu le roman à plusieurs reprises. On en a beaucoup discuté. Je respecte la vision de l'auteur ", soutient-il en affirmantêtre en mesure de choisir ceux qui habiteront mieux les personnages du roman. M. Anenden précise que le respect de la vision de l'auteur se fait dans la mesure où cela possible d'un point de vue cinématographique.
Le repérage des lieux a déjà été fait, indique le réalisateur. Il note toutefois qu'il faudrait qu'il en change un car " le Dockers Flat n'existe plus ". Le film sera tourné dans une école, dans un quartier pauvre de la capitale de même que dans le centre de Port-Louis, en six semaines. " On ne peut pas se permettre plus de temps pour le tournage. Ce serait trop onéreux et ce n'est pas possible non plus de le faire en moins de temps ". Le film sera d'une durée d'environ 110 minutes. La réalisation nécessitera un investissement de 600 000 euros, partiellement financé par l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), et une réponse est attendue de l'Union européenne qui a été approchée. Le ministère mauricien de la Culture a été approché. " On a eu un retour positif ", note Harrikrisha Anenden. Et pour quand est prévue la sortie du film ? " Cela dépend des sous, mais ce ne sera pas cette année ", répond notre interlocuteur.



Le Mauricien
Réponse avec citation
  #28 (permalink)  
Vieux 23/04/2009, 11h11
Avatar de brunoyaka
Sirdar
 
Date d'inscription: juillet 2004
Localisation: Paris
Messages: 282
c'est une bonne nouvelle le tournage de ce film.
Déjà parce que l'intrigue du roman d'Ananda Devi prend aux tripes. C'est d'ailleurs pas facile de mettre en images des mots ou des situations tendues.
Et puis c'est génial qu'un film soit tourné à Maurice, dans Port-Louis même. Je sais qu'il y a plein de jeunes (et de moins jeunes) qui se lancent dans la production de courts-métrages ou qui jouent dans des troupes de théâtre et si ça pouvait booster ce secteur artistique localement... on peut chacun croire à ses rêves et parfois ils se concrétisent.
Réponse avec citation
  #29 (permalink)  
Vieux 25/04/2009, 10h20
Manev
 
Date d'inscription: mars 2008
Messages: 2
J'adresse tout mes félicitations à Ananda DEVI. J'aurai souhaité échanger une correspondance avec elle.

George SAND
Réponse avec citation
  #30 (permalink)  
Vieux 25/04/2009, 13h54
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Citation:
Posté par George Sand Voir le message
J'adresse tout mes félicitations à Ananda DEVI. J'aurai souhaité échanger une correspondance avec elle.

George SAND
Bonjour et bienvenue sur le forum de RadioMoris George Sand.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
cinq, continents, des, francophonie, mauricienne, prix, une

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : oui
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
La situation fiscal a Maurice Rocco Discussions Générales 10 05/09/2006 15h47


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 07h04.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com