Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice (http://www.radiomoris.com/forum/)
-   In English (http://www.radiomoris.com/forum/english/)
-   -   some good news for diego (http://www.radiomoris.com/forum/english/5261-some-good-news-diego.html)

PALAPEE 08/03/2007 09h22

some good news for diego
 
President's threat over Chagos
http://www.radiomoris.com/forum/cid:...760B2.DA15B790
The islanders were exiled to make way for a US airbase
The Mauritius president has threatened to leave the Commonwealth in protest at the UK's "barbarous" treatment of the people of the ChagosIslands.
Sir Anerood Jugnauth says he may take the UK to the International Court of Justice over the islanders' plight.
The ChagosIslands, a British colony in the Indian Ocean, were leased to the US in the 1960s to build a military base.
The residents were forced out and many now live in poverty in Mauritius, or as refugees in the UK.
Many have fought for the right to return to the islands, or for more help to improve their living standards in the UK.
The American base was built on the large island of Diego Garcia within the Chagos archipelago.
Royal prerogative
It was crucial during the Cold War and has gained new significance in recent years as a key launching point for bombing missions in Iraq and Afghanistan.
In 2000, the courts ruled that Chagossians could return to their homes in 65 of the islands, but not to Diego Garcia. Then Foreign Secretary Robin Cook said the government would not appeal.
But in 2004 the government used the royal prerogative, powers that allow action without reference to Parliament, to effectively nullify the decision.
http://www.radiomoris.com/forum/cid:...760B2.DA15B790
Sir Anerood Jugnauth is appalled by the UK's stance
But last year the High Court overturned the order and rejected government argument that the royal prerogative, exercised by ministers in the Queen's name, was immune from scrutiny.
The government's behaviour towards the Chagossians was described as "repugnant".
Sir Sydney Kentridge QC said then that there was no known precedent "for the lawful use of prerogative powers to remove or exclude an entire population of British subjects from their homes and place of birth".
Now the government has taken the case to the Court of Appeal, saying it prevents legislation relating to security and seriously affects the legal relationship with overseas territories.
Foreign Secretary Margaret Beckett is currently challenging that decision and a judgement is expected soon.
An interview with the Mauritian president will be broadcast on Radio 4 at 1100 GMT on Wednesday 7

Dev 08/03/2007 10h38

Good news???:confused: mo un peu sceptique lors là , Americain zamais pour largue Diego so base strategique dans l'ocean indien. Diego ine vine ene base militaire et ban ricains pour bouche lizié GM en leur offrants d'autres facilités.:mad:

Dev 08/03/2007 14h30

CHAGOS Dans une interview à la BBC


SAJ évoque un éventuel retrait de Maurice du Commonwealth


Le président de la République, Sir Anerood Jugnauth, a dans une interview accordée à la BBC, hier, affirmé que Maurice est disposée à quitter le Commonwealth sur le contentieux qui oppose le pays à la Grande-Bretagne concernant l'expulsion des Chagossiens de l'archipel des Chagos.
Sir Anerood Jugnauth - une des rares personnalités encore en vie à avoir participé à la Conférence de Lancaster House lorsque les Chagos furent détachés de Maurice - pourrait en dernier recours soulever la question devant la Cour internationale de Justice.
La déclaration de sir Anerood semble avoir pris à contre-pied l'hôtel du gouvernement, où l'on soutient que cette remarque du Président a été faite sans consultation avec le gouvernement. " Une telle décision doit être prise par le cabinet et le Premier ministre ", a déclaré le Premier ministre, Navin Ramgoolam, à la presse qui l'interrogeait à l'issue de la cérémonie d'inauguration du Women Development Centre à Phoenix, ce matin.
" Cette position avait été celle adoptée par le gouvernement MSM/MMM et avait entraîné une détérioration des relations entre la Grande Bretagne et Maurice. Depuis l'arrivée de l'Alliance sociale au pouvoir, l'approche gouvernementale est une basée sur le dialogue. Navin Ramgoolam a déjà évoqué la question avec le Premier ministre britannique, Tony Blair. Le dossier a été évoqué à nouveau lors de la Conférence du Commonwealth à Malte, l'année dernière, en marge de laquelle le Premier ministre avait rencontré son homologue britannique ", fait-on comprendre dans les milieux du gouvernement.
L'interview du président est également reprise par l'agence Reuteurs. Cette dernière souligne que " asked whether he would be prepared to pay the price of leaving the Commonwealth to pursue the legal battle, the president said : "I believe that yes" "
Sir Anerood Jugnauth a affirmé qu'il croit que Maurice, qui a accédé à son indépendance de la Grande Bretagne en 1968, a aussi souffert d'injustice. " We have always claimed Chagos from the British. Our position has always been very clear on that. We were the first victim, we were deprived of part of our territory and this is against all the United Nations resolutions ", a-t-il dit Interrogé sur le fait si un retrait du Commonwealth représenterait une grosse perte pour Maurice, Sir Anerood Jugnauth a répondu : " I won't say (it is) a very high price. We are in the Commonwealth, we get some benefit out of it, but there's not much that we get ", a-t-il dit.

Sophia 08/03/2007 17h44

weps, moi aussi mo sceptique lor la.

SISTA 08/03/2007 17h56

li pa pou facile du tout bann là pa pou largue diego aussi facilement ! peut etre pou ena certains arrangements ! bon courage !

christian1 08/03/2007 18h07

Well I do not want to sound too pesimistic about it, but the HS M.Beckett will not be able to do much in this respect. Precedent or not, when it comes to Royal Prerogatives, the British Govt. will find a way out of it. America will not relinquish the Army base, that's for sure - although Communism is no longer a threat, now the West has got this (political) polarity with Islam, and the island of Diego Garcia is, as always has been, a strategic location. This base is too sophisticated and so crucial for America for them to discontinue there - to renounce claim to this important location. However, having said that, I wish they would eff off.

Dev 09/03/2007 12h27

Commonwealth : Pourquoi en faire partie ?
 
Commonwealth : Pourquoi en faire partie ?

Il a créé des vagues, Sir Anerood Jugnauth après l’interview accordée à la BBC Radio mercredi. Le président de la République estime que la dispute qui oppose Maurice à la Grande-Bretagne sur la souveraineté des Chagos devrait être soumise à la Cour internationale de justice. Or “une des règles est qu’un membre du Commonwealth ne peut en poursuivre un autre. Ou alors, il doit se retirer du Commonwealth”, explique Rajah Ramdoursingh, directeur du Commonwealth Development Corporation de 1990 à 2000. “Je ne dirais pas que c’est un prix très fort à payer. Nous faisons partie du Commonwealth, nous en tirons quelque bénéfice, mais nous ne gagnons pas énormément à en être membre”, lançait de son côté Sir Anerood Jugnauth lors de son interview. Quels sont les bénéfices dont tire Maurice ? “Maurice a bénéficié de d’assistance au développement à plus de £ 1,3 million durant ces cinq dernières années, en sus d’un programme d’assistance technique Pan-Commonwealth, qui vaut £ 5 millions”, fait ressortir Manoah Esipisu, porte-parole du Commonwealth Secretariat, basé à Londres. Le Commonwealth est aussi très impliqué au niveau des petits Etats en voie de développement afin de leur donner plus de poids dans la balance du commerce international. L’adhésion au Commonwealth offre aussi l’accès aux bourses d’études entre les pays membres, chaque année.

Mais un retrait du Commonwealth pourrait influer sur nos relations avec la Grande-Bretagne. “Je me demande si ses propos n’ont pas été mal interprétés. Je dis cela parce que, d’après le système parlementaire, c’est au Premier ministre et au cabinet de décider de la politique gouvernementale”, affirme de son côté Navin Ramgoolam.





Sharon SOOKNAH

christian1 09/03/2007 13h43

Exactement, Moris pa pou cave kit Commonwealth - ca c'est pas la francophonie. Enn ban demagozi - zot pa cave negocier par menace angleter ki zot pou retir zot dan commonwealth. Ask ourselves this question, who will be the loser?

monica__95 30/03/2007 12h54

Oui à un Diego Garcia libre
 
Lindsey Collen, citoyenne d'honneur de Quito
Sedley Assonne
Port-Louis, 29 mars

Oui à un Diego Garcia libre, et non à une base militaire sur cette île de l'archipel des Chagos. C'est à Quito, la capitale de l'Equateur, pays de l'Amérique latine, que Lindsey Collen, dirigeant de Lalit, a fait un vibrant plaidoyer pour le démantèlement de cette base américaine qui fait toujours l'objet d'un contentieux entre les gouvernements de la République de Maurice et de la Grande-Bretagne, et la communauté chagossienne, qui réclame un droit de retour dans l'archipel. Elle a été faite citoyenne d'honneur de la capitale du pays.
Participant à la première conférence mondiale organisée du 5 au 9 mars par le réseau "No Bases", Lindsey Collen y a présenté un mémoire sur Diego Garcia, l'île en forme de fer à cheval. Les délégués de quarante pays participants ont pu prendre la mesure du drame vécu par les Chagossiens, dès les années soixante, avant l'indépendance du pays.
La conférence se tenait au moment même où le président George Bush entamait une visite présidentielle en Amérique latine. Raphael Correa, président de l'Equateur, n'a pas manqué de demander le démantèlement de la base militaire américaine basée à Manta, région côtière de son pays.
Une marche de protestation a été organisée le 9 mars, et les marcheurs ont réclamé la fermeture de cette base. Les protestaires reprochent aux Américains d'utiliser cette base pour déstabiliser l'Equateur et la Colombie, pays frontalier.
Walden Bello, activiste politique d'origine philippine, et représentant de l'ONG Focus on the Global South, participait à la manifestation. Il est un candidat aux élections générales qui ont lieu dans son pays. Des représentants d'Hawai, Guam et Porto Rico ont réclamé leur indépendance des Etats-Unis et martelé les mots "Vieques, si ! Bases, no !". Ce qui peut se traduire, dans le cas de Maurice, par "Diego Garcia, oui ! Base non !".
Lindsey Collen a aussi eu des contacts avec les activistes du mouvement pacifiste Code Pink, ONG qui a été jusqu'à manifester aux portes de la prison de Guantanamo, à Cuba.
Elle en a rapporté un T-shirt Pink Code, offert à Muvman Liberasyon
Fam. Séquelles de son discours passionné sur l'île de Diego Garcia, Lindsey Collen a été fait citoyenne d'honneur de la ville de Quito.
Au nom des deux cents délégués participants à cette conférence, l'auteur de "Getting rid of it" a accepté cette distinction, et a donné des interviews à la télévision vénézuelienne, et pour une organisation pacifiste d'Okinawa, au Japon. Elle a pu convaincre les participants de la nécessité de fermer la base de Diego Garcia, et de rétablir les Chagossiens dans leurs droits civils.
La question de la souveraineté de la République mauricienne sur l'archipel a aussi été ardemment défendue par la représentante de Lalit. Elle a notamment condamné la Grande-Bretagne pour la création de "l'Etat fictif" qu'est le British Indian Ocean Territory. Elle a relaté les quarante ans de lutte pour amener le monde à comprendre le drame des Chagossiens.

Dev 30/03/2007 13h27

Bravo à Lindsey collen pou so plaidoyer , mais mo sceptique , ena ene dicton francais qui dire toi : quand les poules auront les dents....?


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 06h08.

Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com