RENCONTRE DEAN NOOKADU:pianiste - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Musicales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 15/03/2009, 14h49
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
RENCONTRE DEAN NOOKADU:pianiste

À LA UNE : RENCONTRE DEAN NOOKADU

Jazzin N Jammin'


La quête du perfectionnement l'a conduit à devenir l'un des plus grands pianistes de Maurice. Ce succès, il préfère le gérer avec discrétion, se faisant instrument d'une musique qu'il veut voir évoluer. Ce qui compte c'est que l'expression musicale reste libre par delà les limites des genres. Du classique au jazz, Dean Nookadu demeure ouvert aux autres courants, à de nouvelles expériences. Son trio jazz a été créé pour offrir de l'espace à d'autres instruments, voix et sonorités. Puisque la musique est aussi partage, le professeur veut permettre aux nouveaux talents d'émerger. Le 21 mars, avec la collaboration du Lions Club de Pamplemousses, le Dean Nookadu Jazz Trio sera au Conservatoire de Musique François Mitterrand pour un concert aux accents blues, RnB, lyrique et gospel. De prestigieux invités seront présents de même que quelques talents que les organisent souhaitent faire découvrir.
Jazzin N Jammin' c'est finalement ce que fait Dean Nookadu depuis que la musique l'a happé.
En dépit de votre réputation confirmée le grand public n'a pas souvent l'occasion de vous voir au devant de la scène. Une raison particulière à cela ?
Est-ce peut-être à cause des activités que je fais ? Je suis toujours le même. Mais c'est vrai que je ne vais pas forcément au devant de la scène. Entretemps, je joue à l'hôtel, j'enseigne aussi. Le Conservatoire Chopin prend beaucoup de mon temps avec l'administration, l'organisation. J'accompagne aussi les élèves qui se préparent à des examens...
Ce qui vous place dans une bonne position pour parler de l'intérêt que suscite la musique en ce moment ?
La musique suscite un intérêt permanent. Il y a l'amour de la musique Les gens sont toujours intéressés à apprendre sérieusement la musique.. Beaucoup de parents sont conscients du rôle qu'elle peut jouer au développement et l'épanouissement de l'enfant. Un enfant qui fait de la musique, forcément, fera bien à l'école. Il ne s'engagera pas dans des voies déviées. La musique a aussi une vraie portée pédagogique.
Que peut faire une personne de ce qu'elle acquiert à travers l'apprentissage à la musique ?
Au conservatoire, nous commençons la formation de l'enfant dès l'âge de 6 ans. Idéalement, on souhaite qu'il obtienne tous ses diplômes et qu'il arrive à un niveau professionnel vers 15 ans. De là, il peut choisir une avenir professionnel classique ou continuer la musique. Nous avons eu des cas où certains ont choisi les deux. D'autres ont fait des études supérieures à l'étranger pour se professionnaliser davantage.
L'absence d'opportunités donne quand même l'impression qu'aspirer à devenir musicien professionnel semble souvent utopique ici ?
Le concept de musicien professionnel est différent. C'est comme être médecin. Être capable d'intervenir et d'assurer en studio ou pour des concerts quand on reçoit des appels. Plusieurs font cela. Certains se tournent aussi vers l'enseignement. D'autres accompagnement des chanteurs ou d'autres professionnels. Il y a finalement plusieurs opportunités, y compris dans des hôtels.
Les choses s'améliorent ?
La situation évolue à Maurice. Il y a aujourd'hui beaucoup plus de gens qui font de la musique. Et tout ce monde veut s'améliorer et se perfectionner davantage. On n'est plus à cette époque où les musiciens se contentaient de ne connaître que quelques accords à la guitare. Il y a une réelle recherche qui est en cours. Elle a été poussée en avant par la technologie moderne, les nouvelles qualités de son dont nous disposons, et autres matériels. On n'accepte plus que le niveau soit médiocre.
Qu'est ce qui viendrait améliorer le sort des musiciens à Maurice ?
Je crois qu'il ne faut pas s'attendre à ce que les gens fassent des choses pour nous. Il faut qu'on agisse. C'est ce que j'ai fait, et aujourd'hui, j'ai mon école. Que l'on fasse ce dont a envie sans attendre à ce que le gouvernement, un sponsor ou quelqu'un vienne le faire pour nous. Tant que l'on attend les autres, rien ne se fera. Personne ne fait rien pour nous, logiquement c'est à nous d'agir si on veut voir les choses changer. C'est ainsi que les choses se font. Parce qu'elles se font. Peut-être pas comme on l'aurait souhaité, mais ça avance. Il ne faut surtout pas comparer la situation ici avec ce qui se fait ailleurs. Nous avons notre réalité, notre culture. Notre situation est unique. Nous vivons dans une société multiraciale, et c'est là que nous devons créer. Il y a des gens qui l'ont fait. Ernest Wiehé, par exemple, a permis au jazz d'exister ici. Il a porté Maurice à un autre niveau C'est grâce à lui que nous avons un tel niveau dans les hôtels. C'est quelqu'un reconnu comme un grand arrangeur, un très grand musicien, mais il a eu un apport encore plus considérable. Comme Philippe Oh San. On le connaît surtout comme ayant été le Chef d'Orchestre de la police. Mais il a fait des choses plus grandes. A l'époque, par exemple, il avait pris le séga - qui était mal vu - et l'avait intégré dans des bals. Les gens ont adoré. Petit à petit, les autres ont suivi et un tabou a été brisé. Finalement, je suis convaincu que l'on fait son bonheur.
Le gros engouement que suscite aujourd'hui les musiques électroniques ne provoque-t-il pas une perte d'intérêt pour les genres plus classiques ?
On peut ici entrer dans un réel débat. On peut, par exemple, parler du rôle des média et autres à ce sujet. Mais je crois que c'est dans le courant des choses. Si les médias ne parlent pas de musique classique, cela ne veut pas dire qu'il n'y en a pas. L'intérêt pour ce genre demeure. Pas uniquement pour les examens, je pense que les gens ont compris que la musique classique c'est une forme d'expression. Ils viennent dans nos concerts, se documentent à travers internet. En même temps au niveau de la musique électronique on peut noter qu'il y a une recherche au niveau du son, etc.
Qu'en est-il de la créativité ?
En matière de musique classique, la composition est souvent liée à la demande. A Maurice, nous n'avons pas de tradition de compositeur de musique classique. En Allemagne la musique classique est une tradition. Il y a Bach, Beethoven, etc, en France il y a De Ravel, de Bussi... A Maurice, les choses sont différentes. Il y a une musique plus populaire, une musique que nous vivons. Il y a beaucoup de recherche au niveau de la musique moderne. C'est aussi le cas pour le séga. Tout cela fait partie de notre paysage musical et j'ai énormément de respect pour ce qui se fait. Puis, il y a des petites cellules où des gens font de l'opéra, jouent au violon, au piano. Parfois les gens ont tendance à dire que chez nous, on enseigne de la musique classique. Ce n'est pas le cas. On enseigne de la musique tout simplement. Évidemment, pour cela il faut commencer quelque part. Mais on ne peut dire qu'une musique est plus importante qu'une autre. Ce n'est pas comparable. Ce sont des chemins différents qui mènent toute vers l'expression musicale.
Que répondez-vous quand on vous demande ce qu'est la musique pour vous ?
C'est toute ma vie. Tout est lié à elle. Je ne peux vivre sans... Je ne vois pas un autre terme. Le métier lui même, la manière dont ma vie s'est déroulée... Au fil du temps, j'ai appris à accorder encore plus d'importance à la technique du piano, à la connaissance, au partage. C'est très important pour moi. La musique est un grand moment de partage. Certes, un musicien joue pour lui. Mais ce faisant, il partage ce qu'il fait.
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 15/03/2009, 14h50
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Quel a été ce moment qui a tout déclenché chez vous ?
Quand on raconte son expérience - qu'importe ce que dit son press-book et ce que l'on aura fait après - on se rend compte qu'il y a des histoires du début qui sont déterminantes. Chez moi, j'ai toujours vécu dans un environnement musical et j'ai toujours eu un intérêt pour la musique. J'avais 5 ou 6 ans, je prenais des cours de piano et je me souviens de la musique d'une publicité qui m'avait fortement marquée. A chaque fois que la pub était diffusée, j'étais bouleversé. Je voulais à tout prix pouvoir jouer la même musique. J'avais développé un véritable amour pour le jazz. Puis, j'ai une fois vu une émission où quelqu'un jouait du rock'n'roll au piano. J'en ai été impressionné. Mais à 6 ans, on me disait que j'étais trop vieux pour aller au conservatoire, etc. Mais j'ai voulu apprendre et j'ai appris tout ce qu'il fallait. J'ai rencontré de grands musiciens, des grands pianistes, des gens qui sont devenus des amis. J'ai eu beaucoup de chance. J'ai passé toute ma vie à avoir un son précis. Et c'est ça qui m'a motivé à avancer. Aujourd'hui quand je joue une note, c'est le son que j'imagine dans ma tête. Mais il y a 20 ans, même avec tous les diplômes que j'avais j'étais incapable de produire le son que j'avais dans la tête. Cette quête a été longue. Ca a été une lutte. Finalement je suis content d'avoir trouvé ce son. Je suppose que dans 10 ans, l'effet sera encore différent. L'un de mes professeurs m'a appris que les diplômes n'indiquent pas ton niveau musical. Ton niveau, me disait-il, se mesure par celui du dernier concert que tu as donné. Un musicien actif qui joue tous les jours évolue. On n'arrête jamais d'évoluer. Je reste ouvert à tout. Je ne suis ni pianiste classique, ni pianiste de jazz. Je suis simplement pianiste.
Quels sont les objectifs du concert que vous donnerez le 21 mars ?
L'un des premiers objectifs est la levée des fonds organisée pour combattre les maux sociaux. Vient ensuite le fait que je crois que nous adultes devons savoir offrir des tremplins à la jeune génération. Parce que si on est là, c'est parce que d'autres adultes nous ont aidés avant. Quand la proposition m'a été faite pour ce concert, j'aurais pu me contenter de quelque chose de traditionnel. J'ai plutôt voulu permettre de découvrir des gens que l'on ne connaît pas. Des jeunes seront avec nous sur scène. Ils viendront avec un répertoire que les gens connaissent et présenté dans l'esprit jazzin' jammin/jammin jazzin'.
Dans quel état d'esprit avez-vous préparé ce concert ?
Je l'envisage comme une grande fête. Ce qu'on a voulu faire, c'est présenter quelque chose de différent. L'esprit c'est de faire les jeunes chanter des choses qu'ils aiment tout en prenant ce qu'il y a dans le RnB en le jazzifiant. Sans faire de fusion, sans enfermer la musique dans une catégorie. Le jazz a toujours été une musique ouverte avec une bonne base. Quelque part, je pense que les choses se sont mises en place seules. La rencontre des gens à un certain moment fait qu'il y a des choses qui se déclenchent et tout se met en place naturellement. Le calcul se fait surtout au niveau des arrangements et des autres détails plus techniques. Le projet lui est venu de manière très naturelle. C'est une rencontre de gens, une idée qui a évolué et qui a pris forme.
On devra s'attendre à un public quelque part connaisseur dans la salle. Que direz-vous cependant à un néophyte pour le convaincre aussi d'être présent ?
Je lui dirai de venir. De venir s'il aime la musique, qu'il s'agisse de jazz, de blues, de gospel ou autres. De venir s'il aime la musique qui a une couleur blues. Il va découvrir des choses complètement différentes au niveau de l'approche musicale. Ce sera différent dans les arrangements et de la couleur que nous tenterons d'apporter. La musique apporte des sensations. Elle fait appel aux sens.
Trio


Quelque part, ce sont les circonstances - ces heureux hasards de la vie - qui ont réuni Dean Nookadu, Gérard Rvat et Denis Serret en un trio. Cette " cellule " a été constituée il y a quelques mois et a fait jusqu'ici plusieurs sorties. Mais, comme le souligne Dean Nookadu, le principe ici est d'offrir une base permettant de nouvelles expériences à travers ces partages qui s'opèrent quand d'autres artistes, chanteurs et musiciens, s'invitent à la fête. Et c'est ainsi que le trio évolue. Le concert du 21 s'appuie ainsi sur ce concept..




With Lions & Co


Jazzin N Jammin' with Lions sera un grand moment de la musique que présenteront le Lions Club de Pamplemousses et le Dean Nookadu Jazz Trio le 21 mars. " Style innovant pour ce concert basé sur un jazz inventif, souvent énergique et parfois sensuel. Le jazz est charnière, creuset sur lequel viennent se greffer d'autres teintes musicales : blues, lyrique, gospel et même R&B. Un véritable " melting pot " pour offrir un jazz à la fois novateur et accessible ainsi aider à promouvoir ce style musical à Maurice ", précisent les organisateurs. L'événement aura lieu au Conservatoire François Mitterrand.
Sur la scène : un trio de jazz et aussi plusieurs invités : Ernest Wiéhé, Philippe Thomas, Patrick Desvaux, Véronique Zuel-Bungaroo, Adeline Forget et de talents qui demandent à être connus et appréciés. Eric Triton viendra pour sa part clore la soirée.
Les fonds récoltés à travers ce concert serviront à financer les projets du Lions Club de Pamplemousses dans son combat contre la pauvreté et la toxicomanie.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
dean, nookadupianiste, rencontre

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Ramgoolam rencontre Sarkozy en juin Dev Nouvelles de l'Ile Maurice 6 12/01/2009 14h26
Menwar rencontre SaMemSa à Montréal samedi 10 mai 2008 à 20h30 ZahoOL Soirées et Concerts 12 26/05/2008 11h24
Rencontre avec Francis Cabrel Dev Discussions Générales 15 22/09/2006 19h50
Journée du Père Laval à Bruxelles + grande rencontre motizil Discussions Générales 47 21/10/2004 09h22


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 23h59.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com