Brutalite policiere - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 08/11/2008, 15h20
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Brutalite policiere


Brutalité policière : doublement victime, il poursuit l’État


« Après mon arrestation, ma femme m’a quitté... »
C’est un homme traumatisé et perdu. Depuis que Jean Claude S., 52 ans, aurait été victime de brutalité policière, et d’arrestation arbitraire, le 5 février dernier, son épouse a quitté le toit conjugal. Or, cet ancien professeur clame son innocence. Jean-Claude, habitant de Rose-Hill, est robuste et petit de taille. Il est titulaire d’une licence en statistiques. De 1978 à 1986, il a été instituteur dans un collègue des Plaines-Wilhems. En 1986, il quitte l’enseignement pour se lancer dans le textile en tant que chef de fabrication. Le 5 février dernier, Jean-Claude revenait d’un voyage d’affaires à Madagascar. Il se rend chez un mécanicien, prénommé Roger, rue La Bourdonnais, à Rose-Hill. Il veut faire réparer le siège de sa motocyclette. En arrivant au garage, le mécanicien lui demande de lui prêter son engin pour se rendre chez un ami, à quelques mètres du garage.

Tout confiant, Jean-Claude remet sa motocyclette à Roger sans se douter un instant que sa vie va basculer. Alors qu’il explique à Roger la réparation à faire sur son engin, voilà que le mécanicien s’exclame : « Banne Missié…! » Jean-Claude précise qu’il n’a pas compris les paroles de Roger qui prend soudain la fuite.

Humiliation
Six membres de la brigade antidrogue pénètrent dans le garage et informe Jean-Claude qu’ils sont venus appréhender le dénommé Roger.

Les policiers fouillent la cour du garage et se saisissent d’un sachet contenant plusieurs seringues. « Roger m’a impliqué dans cette affaire », soutient Jean-Claude. « Il aurait dit aux policiers que certaines des seringues m’appartenaient. J’ai réfuté ces allégations et je leur ai dit que je venais au garage faire réparer mon engin. »

Jean-Claude dit s’être senti humilié lorsque les policiers entreprennent une fouille corporelle sur lui, bien qu’il ait clamé son innocence. « Les policiers m’ont insulté. L’un m’a dit « B... ou ...l... ti.... toi aussi to pou aller ». Je ne savais pas quoi faire. J’ai tenté de leur dire que je n’ai rien à voir avec ces seringues. Ils ont continué à m’insulter et l’un d’eux m’a giflé », relate-t-il.
« J’ai été conduit de force au poste où on m’a encore insulté. On m’a obligé à signer une déposition pour recouvrer la liberté. Mais les policiers n’ont pas tenu leur promesse... »

Le quinquagénaire ajoute avoir été victime de brutalité policière. Lors de son interrogatoire, dit-il, les policiers l’ont mis à nu et ont fait des commentaires désagréables dans le but de l’humilier. Il a même été obligé de se retourner pour montrer ses fesses. « Tourne-toi mo pou guette to fesse inpé ! » lui aurait lancé un policier. « Le traitement reçu était particulièrement dégradant et inhumain », déclare Jean-Claude.

Autre humiliation : celle qu’il a subie quand on a perquisitionné son domicile. Rien de compromettant n’y a été trouvé, mais le 6 février, c’est menotté qu’il a été mené à sa maison. Après la fouille, il est reconduit en cellule avant d’être traduit en Cour de Rose-Hill. « Les policiers m’ont fait marcher depuis le poste jusqu’au tribunal, escorté par un agent et les mains menottées. Cette scène, je ne veux pas la revivre ! J’ai eu l’impression que tous les passants croyaient que j’étais un dangereux criminel. Or, je suis un innocent qui a été piégé », dit-il. L’homme a retrouvé la liberté conditionnelle après avoir fourni une caution de Rs 5 000. Une accusation provisoire de possession d’héroïne est retenue contre lui.

Cette arrestation a eu une conséquence catastrophique pour lui : sa femme l’a quitté. « J’ai essayé de la raisonner, en vain ! Elle m’a dit qu’elle retournerait si je suis innocenté. Depuis ce jour, je suis perdu, traumatisé. J’ai suivi une thérapie avec un psychologue », raconte Jean-Claude. Père de deux garçons, de 25 ans et 23 ans, il voit son couple se briser après 26 ans de mariage, « alors que je n’ai jamais eu des démêlés avec la police depuis 52 ans ».

Le 9 février, Jean-Claude a porté plainte au Complaints Investigation Bureau. Il accuse les membres de l’Adsu de brutalité et d’abus de droit et de pouvoir le jour de son arrestation, qu’il qualifie d’arbitraire et d’illégale. Le 2 juillet, il a servi une mise en demeure au Commissaire de Police et à l’État, leur réclamant Rs 500 000 de dommages. Le procès sera appelé en Cour, le 8 décembre
Réponse avec citation
Google
Réponse

Tags
brutalité, policière

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Brutalité Policière Rocco Discussions Générales 10 28/09/2008 06h00
BRUTALITÉ POLICIÈRE Affaire Rajesh Ramlogun Dev Nouvelles de l'Ile Maurice 4 30/08/2008 17h05
1 lote K de brutalite policiere. Rocco Discussions Générales 13 20/02/2007 21h44
Brutalité policiere...... suite Dev Discussions Générales 2 19/09/2006 20h10
Brutalité policière alléguée : Justice discute de la question Dev Discussions Générales 0 16/09/2006 21h49


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 10h00.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com