Toa getter combien de temps li pou prend! - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 30/10/2008, 13h57
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Toa getter combien de temps li pou prend!

Kand prix monter li prend banne commersio une heure de temps pou ajuster le nouvo prix, mais kand prix baisser, li prend six mois pou zote ajuster le nouvo prix.
Vivre a moris coma dire to frekante ene casino tou les jours, nimporte cote to aller pour tes achats, to pou perdi to largent.
Rocco




Sithanen : " A "very strong case" en faveur des baisses de prix "










Rama Sithanen se dit confi ant que le prix du riz Basmati connaîtra une baisse



L'évolution des prix, en particulier celle des produits alimentaires et autres commodités de base, est une des préoccupations majeures du VPM et ministre des Finances, Rama Sithanen, en cette période de fin d'année, vu que l'indice de l'inflation alimentaire pour les neuf premiers mois de l'année se situe déjà à 11,4 %. Dans cette perspective, il a convoqué en début de semaine les responsables de la Chambre de Commerce et d'Industrie afin de passer en revue la question des prix des produits alimentaires et pour leur faire comprendre qu'il est temps de répercuter sur les étiquettes les baisses de prix.
" Je l'ai dit aux responsables de la CCI et je répète que, dans la conjoncture, there is a very strong case pour répercuter les baisses de prix des produits alimentaires et des commodités en tenant compte des principaux paramètres sur le plan international ", a indiqué au Mauricien, ce matin, Rama Sithanen en commentant les discussions engagées en début de semaine.
" J'ai fait un appel aux opérateurs dans le secteur commercial pour que les retombées, avec la tendance baissière des cours mondiaux, soient passées aux consommateurs dans les meilleurs délais possibles. Le fait indéniable est que les prix des produits alimentaires et des commodités de base sont à la baisse. En sus de cela, il y a la dépréciation des devises de pays fournisseurs, comme un taux de dépréciation de 20 % du rand sud-africain ou encore l'évolution à la baisse du taux de change de la roupie indienne et du dollar australien. Le taux de fret se retrouve de moins en moins sous pression. Le consommateur mauricien doit pouvoir tirer avantage de cette situation au niveau des prix ", a soutenu le vice-Premier ministre et ministre des Finances.
Rama Sithanen s'est dit également conscient que dans certains cas les factures d'importation sont libellées en dollars américains ou encore que des importateurs mauriciens sont liés de manière contractuelle avec les sources d'approvisionnement à l'étranger. Une première indication de l'évolution des prix devra intervenir avec la décision de la Chambre de Commerce et d'Industrie de demander aux importateurs et revendeurs de riz Basmati d'ajuster leurs prix à la baisse. Au cours de ces deux derniers mois, le prix du riz de qualité supérieure à l'importation a enregistré une baisse de 20 %.
Le Grand Argentier se dit confiant que le front des prix devra connaître dans les mois à venir une accalmie. " Des baisses de prix du riz Basmati, de la farine et d'autres produits alimentaires devront intervenir. Avec le nouveau prix obtenu lors du récent exercice d'appel d'offres du Central Procurement Board pour l'approvisionnement en farine, nous avons approché Les Moulins de La Concorde pour étudier la possibilité de mettre en pratique une baisse du prix de la farine avant le 1er janvier prochain. Ce qui est sûr c'est que le prix de la farine devra baisser au plus tard à partir de janvier de l'année prochaine ", devait confirmer M.Sithanen.
Concernant les prix des produits pétroliers, le VPM et ministre des Finances s'en remet au calendrier de l'Automatic Price Mechanism (APM), dont la prochaine séance est programmée au début de l'année prochaine. " Si la tendance des cours pétroliers se maintient et que le taux de change du dollar se situe au niveau des Rs 33, l'on devrait s'attendre à une baisse substantielle des prix pétroliers à partir de janvier 2009. Nous avons adopté un système de fixation de prix, qui protège les consommateurs quand le cours pétrolier est en hausse sur le marché mondial. Momem mo pa Happy avec APM. Mais il nous faut savoir ce que l'on veut. Veut-on d'un APM quotidien ? Certains veulent un APM échelonné sur une plus longue période alors que d'autres veulent raccourcir le délai ", a-t-il poursuivi suite à une question du Mauricien pour savoir si le gouvernement compte rajuster les prix des produits pétroliers dans la conjoncture.
Au chapitre de la crise financière, Rama Sithanen maintient que des consultations régulières sont menées au niveau du ministère des Finances en vue de toute intervention requise. " Le secrétaire financier discute avec la Banque de Maurice chaque semaine et à mon niveau, je discute avec le gouverneur de la BoM chaque quinzaine. Jusqu'ici, Maurice n'a pas besoin de recourir aux mécanismes d'intervention des institutions internationales comme la Short Term Liquidity Facility du Fonds monétaire international (FMI). La réforme économique engagée depuis juillet 2005 nous permet de faire face à la situation des plus difficiles au plan international. Mais la vigilance en cette période économique internationale, marquée par l'absence de visibilité, s'impose ", devait-il conclure.
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 31/10/2008, 14h25
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Exactement ki mo ti dire hier.

L’exception ?
Par Raj MEETARBHAN

Les prix des denrées alimentaires baissent sur les marchés mondiaux, mais les consommateurs mauriciens ne voient pas encore la différence dans leur porte-monnaie. La question des prix demeure, en tout cas, une vaste mystification. Seules les hausses se répercutent sur le marché local. Les baisses ne profitent jamais aux consommateurs.

Les commerçants trouvent souvent des prétextes pour ne pas ajuster leurs prix quand les cours mondiaux baissent. Ils invoquent des facteurs liés au taux de change ou au coût du fret pour justifier le maintien des prix qu’ils pratiquent.

La solution à ce problème ne passe pas, bien entendu, par des prix administrés. Il faut tout simplement instaurer des mécanismes des prix transparents et des règles pour contrôler les cartels et les ententes.

L’Etat est mal placé pour donner des leçons de transparence aux opérateurs privés. Il faut d’abord qu’il remplisse sa part du contrat. Car, la STC, organisme parapublic, a la réputation d’être opaque. Il est difficile, voire impossible, d’obtenir les détails des contrats qu’il négocie avec ses fournisseurs. De plus, comment les dirigeants peuvent-ils demander aux opérateurs privés d’ajuster à la baisse leurs prix alors que la STC, elle, est incapable de répercuter à la pompe la chute des cours mondiaux du pétrole.

La réaction de Mahmood Cheeroo, secrétaire général de la Chambre de commerce et d’industrie, à l’appel lancé par le ministre des Finances en vue de baisser les prix, est positive. «Certains prix devraient certainement baisser avant la fin de l’année», promet le porte-parole de la CCI. Ses propos devraient donner de l’espoir aux masses de travailleurs durement affectés par la perte de leur pouvoir d’achat et qui redoutent un régime maigre pendant la période des festivités. Les baisses annoncées ne peuvent que les réjouir.

Mais, il y a loin de la coupe aux lèvres. Prenons l’exemple du riz basmati. Les importateurs reconnaissent qu’il y a un recul des prix à l’importation. Pourtant, cette denrée n’a pas encore enregistré de baisse sur le marché local. «Avec les nouvelles récoltes, le prix du riz pakistanais a chuté de 30 % à 40 % sur le marché mondial», révélait l’importateur Siddick Rostom. Les étiquettes des supermarchés ne reflètent pas encore ces mouvements de prix.

Tous les indices montrent que la situation agricole mondiale est brillante. Cette semaine, le journal «Le Monde» a parlé de «la décélération du prix des denrées alimentaires». Le FMI prévoit que, pour la région Moyen-Orient et Asie centrale, l’inflation «fléchira légèrement en 2009 en raison de la baisse des prix alimentaires mondiaux». Le directeur général de la FAO, Jacques Diouf, a expliqué que «les prix des denrées sont en train de baisser, essentiellement face aux perspectives favorables de récolte mais aussi, entre autres, d’un ralentissement de l’économie mondiale». Maurice ne saurait être une exception à la règle.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
combien, getter, pou, prend, temps, toa

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Zocriste, si to pa comprend Toto, moi ki pou prend rotin are toi! Rocco Discussions Générales 2 04/06/2008 11h58
K-Dina prend son envol ZahoOL Discussions Musicales 0 04/12/2007 14h50
Exportation de singes : Le business prend de l?essor MorisPress Nouvelles de l'Ile Maurice 0 16/07/2007 09h52
sale temps SISTA Discussions Générales 14 26/01/2007 19h31
Zotte Pe Prend Le Peuple Pu Couyon maligaie Discussions Générales 9 11/01/2007 10h12


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 06h36.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com