Tous la loi vine lalouesse dans moris - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 28/10/2008, 14h16
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Tous la loi vine lalouesse dans moris

Otan la loi ki nou ena, dimoune nepli respecter zote, c'est une honte pou nimporte ki gouvernement. Kand ene groupe na pena l'education ca paret ene menace pour le civisme et la classe sociale.

Rocco

Absents des bancs avant 16 ans
Une éducation universelle, gratuite et obligatoire jusqu’à 16 ans. C’est ainsi qu’on voyait la chose en 2004. Malgré la volonté de bien faire, de nombreux adolescents quittent l’école avant cet âge, et ce, pour diverses raisons. Les autorités n’ont, en fait, pas les moyens de leurs ambitions.

La législation est claire à ce sujet depuis 2004. L’école est obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans. Tout du moins, dans le texte. Car dans les faits, ils sont nombreux ces adolescents à ne plus fréquenter les bancs de l’école au sortir du Certificate of Primary Education (CPE). Il n’y a pas de statistiques officielles à ce sujet. Néanmoins, plusieurs travailleurs sociaux parlent de plus d’un millier de jeunes adolescents ne fréquentant plus les établissements scolaires. En vérité, ils sont peut-être même davantage. D’autant que le système éducatif actuel, élitiste, laisse sur le carreau, dès le CPE, entre 25 % et 30 % des jeunes âgés de 9 à 12 ans.

L’ancien ministre de l’Education, Kadress Pillay, s’interroge sur la pertinence d’un système éducatif qui repose sur la sélection et non la certification d’aptitudes, comme cela devrait être le cas. «Il y a tout un ensemble de facteurs qui font de l’école obligatoire jusqu’à 16 ans un mythe. D’abord, le CPE ne devrait pas reposer sur la sélection car cela ne fait que retranscrire les inégalités sociales au sein du système éducatif. L’argent est un élément qu’on ne peut pas occulter dans l’éducation. Les enfants ne sont pas tous égaux. Alors, comment s’assurer qu’un enfant restera sur les bancs de l’école jusqu’à 16 ans si on tient compte du taux d’échec au CPE et de l’environnement socioprofessionnel ?»

En effet, le système éducatif actuel et les moyens des autorités ne permettent pas de garantir la présence d’un élève à l’école jusqu’à 16 ans. Par ailleurs, «rien ne sert à un élève d’aller jusqu’au School Certificate (SC)», estime Kadress Pillay. Selon lui, l’école aurait pu être obligatoire jusqu’à 14 ou 15 ans, soit l’année précédant la sélection des sujets à composer en SC. «Les enfants atteignent à cet âge la maturité neurologique suffisante à la prise de décision.»

Le spécialiste en sciences de l’éducation et ancien directeur de l’IVTB, Suresh Munbodh, se montre très ferme. «L’école n’est pas une garderie», tonne-t-il. Pour lui, la question de l’obligation de suivre une scolarité jusqu’à 16 ans se pose autrement. Il faut se recentrer sur l’enfant, fait-il entendre. «Le système éducatif actuel n’est pas adapté aux besoins très différents des élèves. Il n’est donc pas possible de garder un enfant en classe jusqu’à 16 ans s’il ne s’y retrouve pas dans ce qu’on lui enseigne en cours.»
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 28/10/2008, 15h11
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Mo pensé qui GM fine base lors la loi francaise qui stipule qui l'éducation est obligatoire jusqu'à 16 ans. Peut être qu'à Maurice ce n'est pas adapté. Ici en France quand on est en echec scolaire on oriente vers un contrat d'apprentissage c'est a dire demande sa jenune de 16 ans travaille comme ne apprenti cotte en patron. Patron la gagne l'aide de létat pour aide so apprenti vine ene ouvrier spécialisé. En france manque beaucoup de plombiers , menuisiers etc. C'est pas ene travail dégradant mais ene boulot cot to gagne honnetement to la vie
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 28/10/2008, 20h12
Avatar de devhi
Foreman
 
Date d'inscription: avril 2006
Messages: 393
En france les parents ne dirigent plus assez leurs enfants qui sont en échec scolaire vers les métiers de menuisiers, plombiers, garagistes etcc to éna raison Dev pa ène travail degradant zot kapav gagne bcp cash ici, faut changer les mentalités surtout.
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 30/10/2008, 09h47
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Atelier Joie De Vivre à Chemin-grenier

ATELIER JOIE DE VIVRE À CHEMIN-GRENIER
Echec à l’exclusion

«J’ai d’abord appris à lire et à écrire. Je sais maintenant confectionner des bagues et des colliers.» La jeune fille qui parle avec autant d’assurance a suivi les cours de cette école de la vie comme beaucoup d’autres. Ces jeunes peuvent ainsi rattraper leur retard scolaire.

Portes ouvertes : l’occasion de montrer son savoir-faire aux visiteurs.L’Atelier de formation Joie de vivre (AFJDV) sur la route principale de Chemin-Grenier, qui s’occupe des enfants qui ont été exclus du système d’éducation primaire, lance un nouveau projet à partir de janvier.

La direction de cet atelier mettra en place une structure d’accueil pour permettre aux enfants défavorisés de la région de rattraper leur retard scolaire gratuitement.

Les élèves concernés sont ceux de la classe de 3e jusqu’à la Form III. Les cours débuteront à 15 h 30 et prendront fin à 17 h 30. Six éducateurs seront présents pour les encadrer. Les parents qui veulent inscrire leurs enfants pourront le faire le mardi 11 novembre à partir de 9 heures au même endroit.

Les animateurs bénéficient du soutien de l’Adolescent Non Formal Education Network (ANFEN). (voir plus loin). Les projets sont financés par l’Union européenne (UE), la Fondation espoir et développement (FED) et d’autres sponsors.

L’objectif des responsables de Joie de Vivre est aussi offrir à ces enfants livrés à eux-mêmes, des opportunités en les éduquant à travers les différentes phases de leur développement personnel. «Nous leur faisons confiance car ils peuvent eux aussi apporter leur contribution de manière significative à la société même si notre tâche n’est pas toujours facile», confie Mirella Chaton-Boquet, directrice de l’AFJDV. L’atelier s’est fixé comme mission d’aider ces enfants à prendre leur propre destinée en main, d’avoir de l’espoir pour le futur et de s’assurer que chaque individu soit traité de manière égale sans distinction de race, de caste, de sa croyance religieuse ou de sexe.

Ils sont déjà une quarantaine, garçons et de filles de la région âgés entre 12 et 18 à fréquenter cet atelier. Les adolescents sont des victimes du cycle de pauvreté et du système éducatif. Ces adolescents sont (i) ceux qui arrêtent l’école avant leur CPE (Certificat d’étude primaire (ii) ceux qui choisissent de ne pas refaire le CPE même s’ils sont éligibles (iii) ceux qui n’ont pas réussi leurs examens après deux tentatives et qui ne savent pas où s’orienter et ceux qui n’ont jamais été scolarisés en raison d’un manque de finances.

Les élèves de Joie de Vivre ont un emploi du temps bien rempli. Dès qu’ils arrivent chaque matin, ils assistent à des sessions réservées aux classes académiques. Dans l’après-midi, ils suivent des classes de couture, d’artisanat et font du jardinage.

«Neuf de nos élèves ont pris part aux examens du CPE la semaine dernière. Parmi eux, il y avait ceux qui ne savaient ni lire ni écrire un mot quand ils ont franchi pour la première fois le seuil de Joie de Vivre», témoigne Mirella.

Ayant passé plus de 15 ans au sein de cette institution, la directrice est heureuse lorsqu’elle croise sur sa route les anciens élèves qui fréquentaient cette «école» et qui sont devenus aujourd’hui pères et mères de famille. «Ils nous apporté leur sourire et leur joie de vivre et nous avec l’aide des animateurs et des volontaires , nous avons fait de notre mieux pour leur redonner l’espoir .»

Virginie Petite, 14 ans, habite à Chemin-Grenier. Elle fréquente cet atelier depuis l’année dernière grâce à sa sœur Cindy qui y était avant elle. «J’ai dû abandonner l’école car je subissais trop de pressions pour des raisons que j’ignore encore. Malgré cela, je me disais dis que je reprendrais le chemin de l’école dès que l’occasion se présenterait.»

Courageusement, Virginie s’est fait inscrire à l’atelier. Elle n’a pas eu tort . «J’ai d’abord appris à lire et à écrire. J’ai aussi appris la couture, à confectionner des bagues et des colliers, à faire la cuisine. Je suis très contente. J’espère pouvoir un jour travailler dans un grand hôtel.»

Toute personne qui souhaite parrainer un ou une élève peut le faire. Le parrainage coûte Rs 200 par mois soit moins de Rs 8.00 par jour. Les responsables ont organisé vendredi une journée portes ouvertes. Sylvie Mayer, la coordinatrice du projet, a accueilli ce jour-là Aschim Schaffer, Meenakshee Singelee, de l’Union européenne, et Nisha Rambarran, du Decentralised Cooperation Programme. Le but était de permettre au public d’acheter les réalisations des élèves, les travaux d’artisanat surtout, vendus à des prix raisonnables pour une collecte de fonds.

Fondée en l’an 2000 à l’initiative de l’UNICEF, ANFEN est une fédération des associations-écoles non gouvernementales et non confessionnelles. Ces associations offrent une éducation alternative aux adolescents qui sont sortis du système éducatif.

Cette association regroupe environ 17 membres et dispose d’un réseau de 16 centres accueillant 650 adolescents en échec scolaire.








ANFEN

Les Services offerts

■ Un service de formation pour les animateurs de centres et autres Organisations – Non Gouvernementales (ONG) un soutien pédagogique et psychologique dans les centres. L’ANFEN forme des formateurs en quête de nouvelles opportunités pour dynamiser l’apprentissage dans les centres et initie des programmes adaptés pour que les adolescents puissent se frayer un chemin dans les milieux professionnels.






La pause-déjeuner des stagiaires.


Jocelyn ROSE
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 30/10/2008, 21h03
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Gouvernement fier trop lor banne ONG, le GM ti dire ki la loi pou exige ki tous zenfants quittes lecole a 16 ans. Cote la loi la fine aller?
Ena des elements ladans ki dire moi ki morice pe assise lor ene poudriere.

Rocco
Réponse avec citation
Réponse

Tags
dans, lalouesse, loi, moris, tous, vine

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Vine Met Dialogue Dans Nu Chat ZahoOL Annonces RM 21 04/07/2008 20h45
Moris pe vine coma ca banne p'tit villages de l'Indre et l'Afrique. Rocco Discussions Générales 3 31/03/2008 08h38
Mo besoin vine encore dans mo lere break Rocco Discussions Générales 11 07/01/2008 12h02
Prix Essence ine vine Rs 40.60 le litre dans Moris! ZahoOL Nouvelles de l'Ile Maurice 2 03/10/2006 15h48
Moris.net - Vine Forme Parti Plis Grand Evenement Mauriciens Sur Le Net !!! ZahoOL Annonces RM 7 05/07/2006 02h20


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 22h52.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com