Les ilôts valent de l'or - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 12/09/2007, 12h49
Avatar de brunoyaka
Sirdar
 
Date d'inscription: juillet 2004
Localisation: Paris
Messages: 282
Les ilôts valent de l'or

KOT NOU POU AL KASS ENN POZ TRANKIL ?.....

Les îlots valent de l'or


L'Express (Port Louis)

ACTUALITÉS
6 Septembre 2007 </B>
Publié sur le web le 6 Septembre 2007

By Thierry Chateau
Port Louis

Ils sont quelques dizaines, éparpillés autour de Maurice. Les îlots recèlent des trésors. Et pas seulement écologiques. Certaines compagnies seraient même en mesure de payer le bail annuel en une journée d'exploitation.
Rs 200 000 par jour pour l'îlot Gabriel. Jusqu'à Rs 80 000 par visite en moyenne pour l'île-aux-Aigrettes. Et un projet hôtelier ambitieux qui pourrait se chiffrer en milliards pour l'île aux Bénitiers. Nos îlots valent de l'or. Et certains promoteurs ne se gênent pas pour faire jouer les tiroirs-caisses.
GA_googleFillSlot("AllAfrica_Other_Inset");
Les îlots suscitent la convoitise. Celle-ci a évolué au rythme des années, au gré des politiques de développement touristique et de protection du patrimoine. Aujourd'hui, elle est plus grande que jamais. Deux îlots, et non des moindres, sont désormais en tête de la liste. L'îlot Gabriel, dans le Nord, et l'île-aux-Bénitiers, dans le Sud-Ouest, sont parmi les plus fréquentés de Maurice, tant par les touristes que par les Mauriciens eux-mêmes. Ils ont été alloués par le gouvernement à des entrepreneurs locaux pour des projets commerciaux.
Ces îlots peuvent rapporter gros, tant en termes d'utilisation directe qu'à longue échéance, à travers une exploitation hôtelière. Dans le cas de l'îlot Gabriel, une exploitation optimale peut rapporter, en moyenne, quelque Rs 200 000 par jour pour l'accès et un service de restauration (grillades).
La location de l'îlot coûte Rs 60 000 par an. Ocean Blue Island, l'entreprise qui a récemment obtenu le bail, propose un droit d'entrée de Rs 400 par visiteur (uniquement les touristes), incluant un repas complet. Cette somme est prélevée directement par les bateaux de plaisance qui fréquentent l'îlot depuis plusieurs années déjà. Ils y effectuent des excursions touristiques. Actuellement, plus d'une dizaine d'opérateurs viennent régulièrement sur l'îlot Gabriel.
Ces bateaux, principalement des catamarans, peuvent embarquer entre 25 et 50 personnes. Ils se rendent sur les îlots du nord durant toute la haute saison touristique mais évitent les mers houleuses d'hiver. En moyenne, les îlots du nord sont visités huit mois par an. Une sortie coûte quelque Rs 1 500. A ce stade, plusieurs centaines de touristes se rendent sur l'îlot Gabriel chaque jour. Cela représente un chiffre d'affaires de Rs 450 000 quotidiennement, en moyenne, mais ce chiffre peut augmenter.
L'exploitation de l'îlot Gabriel par la société Ocean Blue Island devrait, quant à elle, rapporter en moyenne Rs 120 000, avec un apport quotidien de 300 visiteurs. Elle paiera donc son bail annuel en une seule journée d'exploitation. "Nous avons déjà dépensé Rs 500 000 et prévoyons d'investir Rs 1,5 m en tout sur l'îlot", assure Jayraj Woochit d'Ocean Blue. Cette somme sert au nettoyage et à l'aménagement d'infrastructures légères sur un des 43 hectares de l'îlot.
Ocean Blue Island devra cependant faire face à la concurrence de l'îlot voisin, l'île Plate. Gérée par l'organisme parapublic Discover Mauritius depuis juillet, elle va, elle aussi, faire l'objet d'une exploitation éco-touristique. Si le bail est lui aussi de Rs 60 000, l'utilisation de l'île Plate sera à but non-lucratif, assure-t-on à Discover Mauritius. L'accès coûtera Rs 50. Un programme de valorisation écologique est prévu, dans un premier temps. Il y aura aussi un deuxième volet à l'exploitation éco-touristique de l'île Plate et Discover Mauritius est en train de peaufiner son plan d'action.
Les opérateurs du Nord qui ont déjà commencé à protester contre les tarifs pratiqués sur l'îlot Gabriel se tourneront-ils vers l'îlot voisin ? Avec le tarif pratiqué par les gérants de l'île Plate, la concurrence sera rude, même si c'est l'îlot Gabriel qui reste la plus accessible pour les bateaux.
Les îles du Nord suivent ainsi la piste tracée par d'autres îlots mauriciens. C'est l'île-aux-Aigrettes qui, la première, a exploré avec un certain succès, la piste de l'éco-tourisme. Sanctuaire naturel qui abrite des espèces végétales et animales endémiques, remis en état par la Mauritian Wildlife Foundation, l'île-aux-Aigrettes fait aujourd'hui partie des sites les plus visités de l'île.
Louée à bail par l'Ong depuis 1986, elle ne coûte que Rs 150 par an, versés à l'Etat. Ce montant ne sera révisé qu'en 2016, selon les termes du bail et passera à Rs 225. L'îlot est ouvert tous les jours. Une visite coûte Rs 800 (Rs 200 pour les Mauriciens) par personne. Il peut accueillir jusqu'à 100 personnes par visite. La plupart des grandes agences de réceptifs la programment d'ailleurs dans leur catalogue.
L'île aux Bénitiers, quant à elle, ne figure pas dans les catalogues mais elle est, elle aussi, très fréquentée. Louée à bail à la société Nubheebuccus, elle abrite une cocoteraie. Selon les conditions du bail, c'est une zone de préservation naturelle et son accès est libre. Après avoir perdu le bail en 2003, la société Nubheebuccus hérite d'un nouveau contrat en 2005. Le loyer annuel est de Rs 40 000.
Or, l'îlot fait l'objet de convoitise de promoteurs hôteliers. Un premier projet de grand standing a été présenté puis abandonné en 2003. Un autre projet a refait surface. Il a été confirmé par le ministre des Terres et du Logement, Asraf Dulull, à une question du député Eric Guimbeau. "Mon ministère a reçu une demande pour un projet hôtelier et elle suit la procédure", a indiqué le ministre Dulull, le 7 août dernier à l'Assemblée nationale. La demande émane, selon lui, de la société Nubheebuccus.
Contacté, l'un des représentants de cette société reste cependant assez évasif sur le projet de développement de l'île-aux-Bénitiers. "Nous nous réunissons cette semaine pour en parler", déclare-t-il laconiquement. Créée par Soolaman Nubheebuccus, la société regroupe en effet six héritiers d'une même famille.
Au niveau du ministère du Tourisme, aucune demande officielle pour un nouveau projet hôtelier n'a encore été effectuée. Même son de cloche du côté du Board of Investment, où les projets encore en gestation demeurent "confidentiels", fait-on ressortir. Un site plan est cependant déjà en circulation, dans les milieux hôteliers "Tout développement de l'île-aux-Bénitiers est obligatoirement d'envergure vu la nature spécifique de l'îlot", indique un hôtelier qui connaît le dossier. Il ajoute qu'il devra aussi être "exclusif". Et que le coût d'un tel projet se chiffrerait en milliards
Ainsi, si les îlots viennent diversifier l'offre touristique, ils sont aussi une mine d'or. Importance balnéaire, opportunités commerciales et richesse écologique s'y bousculent. Ils sont devenus la dernière frontière du développement touristique.
Quarante îlots autour de Maurice
Il y a quarante îlots qui entourent Maurice. Certains sont de simples bancs de sable, d'autres de véritables places fortes naturelles. Quelques-uns sont habités par des propriétaires privés. Beaucoup sont très fréquentés du public et d'autres recèlent des trésors en matière de biodiversité. Mais tous les îlots sont surtout de véritables havres de dépaysement, à quelques encablures de la terre ferme.
Les îlots sont classifiés d'après le "Islets National Park Strategic Plan" établi en 2004. La plupart sont sous la responsabilité du ministère de l'Agro-industrie, dont le service des Parcs nationaux, pour les plus sensibles écologiquement. Ils sont classés en îlots à valeur touristique, patrimoniale et écologique.
La plus connue et la plus fréquentée est l'île aux Cerfs, qui abrite un parcours de golf du groupe hôtelier Sun Resorts, des restaurants, et est visitée par des centaines de personnes chaque jour. Les autres îlots fréquentés par les touristes et les Mauriciens sont l'île Plate, l'île aux Bénitiers, l'îlot Gabriel et l'île d'Ambre.
L'île Plate a également une valeur patrimoniale tout comme l'île de la Passe et l'île aux Fouquets. L'île Ronde et l'île aux Aigrettes sont classées comme des îlots à forte valeur écologique.
Les catamarans peuvent embarquer jusqu'à 50 personnes, touristes et Mauriciens, souhaitant aller sur les îlots du nord contre Rs 1500.
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 12/09/2007, 15h18
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
oui Bruno , ban ilots valent de l'or mais dommage pour tout ce qui écologique , ban hotels pe pousse couma champigons moris et mo pas croire c'est ene bon zaffaire pour Tizile
Réponse avec citation
Réponse

Tags
ilôts, les, lor, valent

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 11h47.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com