News de France - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 17/07/2007, 08h32
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
News de France

le «paquet fiscal» adopté par l’Assemblée


Eric Feferberg AFP/Archives ¦ Le texte appelé "paquet fiscal", qui regroupe les promesses emblématiques de Nicolas Sarkozy pendant sa campagne électorale, a été voté dans la nuit de lundi à mardi par l'Assemblée, après avoir été étoffé par la majorité, mais avec du retard du fait de la mobilisation de la gauche.


Avec trois jours de retard, les députés ont finalement adopté dans la nuit de lundi à mardi, en première lecture, le projet de loi relatif au travail, à l'emploi et au pouvoir d'achat (Tepa), dit «paquet fiscal». A partir du 25 juillet, ce sera au tour des sénateurs d’examiner ce texte controversé.

13,6 milliards d'euros en régime de croisière

Le groupe UMP, qui détient la majorité absolue, et le groupe Nouveau centre (NC) ont voté pour. Les groupes Socialiste, radical et citoyen (SRC) et Gauche démocrate et républicaine (GDR), très critiques, ont voté contre.

Ce projet de reprend une série de
mesures phares sur lesquelles Nicolas Sarkozy s'est engagé pendant sa campagne présidentielle. La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a évalué son coût à 10,1 milliards d'euros pour l’année 2008 et à 13,6 milliards d’euros en régime de croisière.

«Cadeaux fiscaux pour une infime minorité»

Si, pour la ministre, le texte a pour objet «de mettre en oeuvre une véritable politique du travail», l'opposition estime, comme Jean-Louis Idiart (SRC), qu'il est un catalogue de «cadeaux fiscaux pour une infime minorité et de mesures non financées qui pèseront sur les comptes publics».

En bref, le paquet fiscal prévoit l’exonération de charges salariales et d’impôt sur le revenu des heures supplémentaires à compter du 1er octobre, la défiscalisation du travail des étudiants de moins de 26 ans dans la limite de trois fois le smic, la déduction, pendant les cinq premières années, des intérêts d'emprunt pour l'achat d'une résidence principale, la quasi-suppression des droits de succession, un bouclier fiscal porté de 60% à 50%, un encadrement plus sévère des parachutes dorés et enfin la mise en place du RSA (revenu de solidarité active).

Plusieurs amendements

En outre, les députés UMP ont étoffé le texte en faisant adopter plusieurs amendements. Ils ont notamment obtenu une hausse de 20 à 30% de l'abattement d'ISF sur la résidence principale. Ils ont également réussi à porter de 20.000 à 30.000 euros la possibilité de donation en numéraire par une personne de moins de 65 ans et de 50.000 à 150.000 euros l'abattement pour les donations et les successions en faveur d'une personne handicapée si elle n'est pas l'héritière directe.
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 17/07/2007, 08h35
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Un impôt minimal pour les riches?

Un impôt minimal pour les riches?


Stéphane De Sakutin AFP/Archives ¦ Les candidats à la présidentielle affirment unanimement vouloir améliorer la qualité des services publics et favoriser leur égal accès sur tout le territoire, mais les moyens pour y parvenir divergent.


Bouclier fiscal abaissé à 50%, abattement porté à 30% sur la résidence principale, réduction de 75% pour ceux qui investissent dans des PME... Le gouvernement a si bien taillé dans l’impôt sur la fortune (ISF) que certains, y compris au sein de la majorité, craignent de voir des contribuables fortunés totalement exonérés d’impôt.

Le député Pierre Méhaignerie (UMP) a donc défendu un amendement vendredi, dans le cadre de l’examen du projet de loi sur le travail, l’emploi et le pouvoir d’achat (Tepa)
examiné par l’Assemblée depuis mardi dernier. Celui-ci oblige le gouvernement à «présenter au Parlement, le 15 octobre 2007, un rapport sur les modalités de mise en place d'une imposition minimale sur le revenu des personnes physiques» en vue d'un examen dans le projet de budget 2008.

Jeu des niches fiscal


Objectif : éviter que des contribuables puissent échapper à l'impôt par le jeu des niches fiscales. Le rapport devra étudier les méthodes «de détermination du revenu de référence à partir duquel serait calculé l'imposition minimale sur le revenu», en tenant compte des charges de famille.

La ministre de l’Economie, Christine Lagarde, s’est engagée à respecter cet amendement, promettant d'examiner «avec la plus grande attention toutes les pistes» possibles. Je reprends à mon compte les premières lignes de l'amendement Méhaignerie, on ne peut être plus clair», a-t-elle déclaré.
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 25/07/2007, 16h04
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Immigration: Hortefeux ignore le code du travail

Immigration: Hortefeux ignore le code du travail

Par Zineb Dryef (Rue89) 02H08 25/07/2007Les inspecteurs du travail protestent contre un décret du ministre qui les fait passer pour des auxiliaires de police.

Après les historiens, c’est au tour des inspecteurs du travail de s’élever contre Brice Hortefeux, le ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale. Quatre syndicats de l’inspection du travail ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat contre un
décret d’attribution du ministre</STRONG> qui lui permet d’utiliser les inspecteurs du travail dans la recherche des travailleurs étrangers illégaux.
"Nous attendons la décision du Conseil d’Etat." Le commentaire laconique du service de la communication du nouveau ministère de l’Immigration</STRONG> témoigne de l’embarras dans lequel se trouve Brice Hortefeux. Dans ce ministère hybride, le mot d’ordre principal semble être, pour le moment, "expulsions". A tel point qu’un "décret Hortefeux" publié le 1er juin suscite la colère des inspecteurs du travail.
Ce décret permet de placer la Direction générale du travail sous l’autorité du ministère de l’Immigration, alors même que son référent principal est le ministère du Travail, en conformité avec la convention n°81 de l’Organisation internationale du travail (OIT), qui garantit l’indépendance de l’inspection du travail.
En clair, avec ce nouveau décret, la police pourra entrer dans n’importe quelle entreprise, à n’importe quel moment, pour y effectuer des contrôles. Ce qui n’était pas le cas avant, l’autorisation d’un juge étant un préablable à tout contrôle effectué par les services de police. Les inspecteurs du travail ont, eux, ce droit de contrôle permanent sur les entreprises.
Pierre Mériaux, membre du bureau national du SNU-TEF</STRONG> (travail, emploi, formation) s’indigne de ce décret qui pose, selon lui, un "problème juridique et pratique grave".
Depuis 2005, une circulaire commune à Nicolas Sarkozy et à Gérard Larcher (alors ministre du Travail) prévoyait des contrôles communs de l'inspection du travail et de la police. Cette circulaire a été largement boycottée par les syndicats.
Aujourd'hui, un tel décret, s'il venait à être maintenu par le Conseil d'Etat, systématiserait ces contrôles et placerait l'inspection du travail sous l'autorité de Brice Hortefeux. Gérard Mériaux estime qu'il s'agit là d'une "violation flagrante de la convention 81 de l'OIT, ce qui est très grave car cette convention est précieuse pour nous, elle garantit l'indépendance de l'inspection du travail: sans cela, nous sommes soumis à tous les aléas de la vie politique alors que notre mission fondamentale est de veiller à l’application des dispositions du code du travail".
Un seul objectif: "Bourrer les charters"
Pour les quatre syndicats, représentant 80% de la profession, l'objectif de Brice Hortefeux est clair: "Bourrer les charters." Aspiration qui ne colle pas tout à fait à l'idée que se font de leur métier les inspecteurs du travail: "Les dispositions qu'on applique sont celles du code du travail, qui protègent les salariés..."
Démonstration: un inspecteur qui, lors d'un contrôle, tombe sur un employé sans-papiers est censé enclencher le dispositif de sanctions visant l'employeur. Le code du travail prévoit d'ailleurs que l'employé reçoive, quelle que soit son ancienneté, un mois de dommages et intérêts. Cette compensation financière vise à le faire reconnaître comme victime et à pénaliser l'employeur ainsi contraint de la verser. Or, lors des contrôles de police dans les entreprises, cette mesure permettant de recouvrer un mois de salaire n'est quasiment jamais mise en œuvre.
Là encore, les syndicats dénoncent une dénaturation de leur profession et une situation "intenable" du point de vue déontologique: "Nous devenons ainsi de simples auxiliaires de police", des "ouvre-boîtes".
La manifestation la plus claire de cette dérive policière reste sans doute la lettre de mission de Nicolas Sarkozy adressée à Brice Hortefeux et donnant le nombre d'expulsions à atteindre pour 2007: 25000. Pour Pierre Mériaux, le ministre de l'Immigration a, par ce décret, fait main basse sur l'inspection du travail
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 13/09/2007, 15h55
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
IMMIGRATION. Expulsion de sans-papiers : la pression monteLe quota de 25 000 expulsions en 2007 sera difficile à atteindre malgré la pression exercée hier par Brice Hortefeux sur une vingtaine de préfets priés d'améliorer leurs résultats. L'objectif demandé par le président Sarkozy est-il réalisable ?
Quinze mille en 2004, 20 000 en 2005, 25 000 en 2006 et... le même chiffre pour 2007. A la tête de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy avait inauguré la méthode : fixer un objectif global du nombre d'étrangers en situation irrégulière à reconduire aux frontières. Lui aussi réunissait les préfets, leur enjoignait de « doubler le taux d'éxécution » des expulsions. Candidat de l'UMP en campagne, il a martelé le même message. La « machine » à expulser, conçue comme l'outil principal d'un contrôle des flux migratoires, se grippe-t-elle ? La convocation hier rue de Grenelle par le ministre de l'Immigration Brice Hortefeux d'une vingtaine de préfets dont « la mobilisation » sur ce chapitre est jugée « insuffisante » en est-elle un indice ?

Au ministère, on défend une « séance de travail » classique. Et un résultat, à quatre mois du bilan définitif, « bien au-dessus » des 11 800 expulsions comptabilisées au 31 juillet - mais que l'on ne souhaite pas communiquer. Venus avec les directeurs départementaux de la sécurité publique, de la gendarmerie et de la police, les préfets se sont vu répéter les « bonnes pratiques » : multiplier les interpellations, cibler davantage les lieux de vie des sans-papiers... Les difficultés « techniques » auxquelles se heurtent les procédures ont aussi été discutées. Le fait que « l'entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l'Union européenne ne permet plus d'expulser les ressortissants de ces pays » - qui représentaient 30 % du total l'an dernier - a été souvent évoqué comme raison du non-respect des quotas.

Des incidents violents

Jugé « maladroit parce que médiatisé » par un haut fonctionnaire, ce coup de pression est mal ressenti, sur le terrain, par une frange croissante de policiers et gendarmes. « On est en première ligne. Chasser la misère, ça nous plaît pas. Et quelle image ça donne de nous ? », s'interrogent certains. « On interpelle à tout va, ça multiplie les tensions. Or ce n'est pas de notre fait si les procédures de reconduite bloquent ensuite ! », insistent d'autres, rappellant l'obstacle le plus fréquent : la non-délivrance, par les pays d'origine, des laissez-passer consulaires nécessaires à l'expulsion.

Ras-le-bol de fonctionnaires, protestations de syndicats d'inspecteurs du travail et de personnels aériens, mobilisations « citoyennes » croissantes dans les écoles et les mairies... Et surtout, multiplication des incidents violents. Hier, à l'instar du petit Ivan cet été à Amiens et d'un jeune Congolais à Lyon, un homme soupçonné d'être en situation irrégulière s'est blessé à Grenoble en se défenestrant pour échapper aux gendarmes. Hier encore, deux enfants d'une famille kazhake en instance d'expulsion ont été « baptisés » par le maire socialiste d'Angers - un parrainage républicain réalisé en dépit de la mise en garde des préfets quant à l'illégalité de ce genre de cérémonie. A Cahors aussi, une manifestation a réuni une centaine de personnes en soutien à une famille de Géorgiens. Autant de « signes » montrant les limites d'une « politique du chiffre » dénoncée par de nombreuses associations à quelques jours de la présentation, par le gouvernement, du projet de loi sur l'immigration.


Pascale Égré

Le Parisien , jeudi 13 septembre 2007

QUARTIER DE BELLEVILLE (PARIS, XIXe), MARDI. Une trentaine de parents de l'école Rampal ont manifesté leur soutien à une mère de famille chinoise (à gauche) qui vient de recevoir son avis de reconduite à la frontière. (LP/CAROL AMAR.)
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 14/09/2007, 05h04
Avatar de SISTA
Super Fan RM
 
Date d'inscription: novembre 2004
Localisation: paris
Messages: 1 742
Envoyer un message via Yahoo à SISTA
Bien triste ce genre de sanctions !
Réponse avec citation
  #6 (permalink)  
Vieux 14/09/2007, 10h51
Avatar de brunoyaka
Sirdar
 
Date d'inscription: juillet 2004
Localisation: Paris
Messages: 282
Heureusement que tous les francais ne sont pas d'accord avec le gouvernement sur le thème des expulsions et qu'ils s'opposent activent :
http://www.educationsansfrontieres.org/
Je ne fais de pub, c'est juste pour montrer que des choses se passent en France sans qu'elles soient très relayées par les médias.
Le site indiqué ci-dessus contient également des infos pratiques pour ceux qui auraient à faire face au problème...
Réponse avec citation
  #7 (permalink)  
Vieux 17/09/2007, 12h53
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Citation:
Posté par brunoyaka Voir le message
Heureusement que tous les francais ne sont pas d'accord avec le gouvernement sur le thème des expulsions et qu'ils s'opposent activent :
http://www.educationsansfrontieres.org/
Je ne fais de pub, c'est juste pour montrer que des choses se passent en France sans qu'elles soient très relayées par les médias.
Le site indiqué ci-dessus contient également des infos pratiques pour ceux qui auraient à faire face au problème...
Merci Bruno pour to site, c'est très bien et faudé pas oublié alerté tou dimoune dés qui ena nouveau projets de loi et fer tou ban cam ki pena papiers fer attention. Dans métro RER Train ena de plus en plus de controles et si to get bien c'est controle de faciés qui pé pratiqué
Réponse avec citation
  #8 (permalink)  
Vieux 18/09/2007, 15h11
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
IMMIGRATION
Hortefeux face à la polémique Pascale Egré
mardi 18 septembre 2007 | Le Parisien

(AFP/PHILIPPE MERLE.)

Les députés examinent à partir d'aujourd'hui le nouveau projet de loi sur la maîtrise de l'immigration, présenté par Brice Hortefeux. Les débats s'annoncent houleux, la droite elle-même étant divisée sur un texte qui durcit les conditions d'entrée.
TROIS LOIS en cinq ans sur l'immigration et l'asile sont passées dans un quasi-silence. Sur son texte court, qui parachève le durcissement des précédents, Brice Hortefeux, ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale, n'a pas cette chance. Les débats sur le projet de loi qu'il présente aujourd'hui à l'Assemblée s'annoncent virulents.

La polémique fait rage, y compris dans son propre camp. Même le Vatican a critiqué hier ce texte. La tempête a été lancée par la convocation de préfets sur les quotas d'expulsions. Elle n'a plus cessé avec l'amendement de Thierry Mariani (UMP) sur l'utilisation de tests ADN en vue de la délivrance de visas au titre du regroupement familial (lire ci-dessous). Deux députés de la majorité, Etienne Pinte et François Goulard, avaient fait part de leur inquiétude dès son adoption en commission des Lois. Une autre élue UMP, Marie-Jo Zimmermann, a annoncé hier qu'elle pourrait voter contre.

Tour à tour, deux ministres « d'ouverture » du gouvernement Fillon, Bernard Kouchner et Fadela Amara, ont, dès dimanche, émis des réserves sur ces tests. « Ce n'est pas comme cela qu'on réglera le problème de l'immigration », a avancé le ministre des Affaires étrangères. Interrogé hier au sujet du refus de visa d'un étudiant guinéen défendu par une cinéaste néerlandaise, il a en outre regretté : « Ce n'est malheureusement plus moi qui m'occupe de ce genre de visas et d'immigration mais M. Hortefeux. » Allusion aux crispations que suscite au Quai d'Orsay la « participation » du nouveau ministère - également en charge du Codéveloppement - aux politiques de coopération ? Fadela Amara, secrétaire d'Etat chargée de la Politique de la ville, en visite à la Cité de l'histoire de l'immigration à Paris, s'est dite « heurtée » : « Cela jette l'opprobre sur les étrangers qui veulent venir chez nous », estime-t-elle.
Le flot des critiques déborde donc - comme sur le dossier des enfants de sans-papiers scolarisés - le champ de l'opposition parlementaire et des associations de défense des droits des étrangers classées à gauche (dont plusieurs appellent à manifester aujourd'hui devant le Palais-Bourbon). La défenseur des enfants, Dominique Versini, a livré hier un avis très négatif sur le texte, jugeant certaines des conditions du regroupement familial « contraires à l'intérêt supérieur de l'enfant ». Pourtant plutôt conservatrice, l'Union nationale des associations familiales demande « le retrait de ce projet » de tests ADN. « Une famille n'est pas un conglomérat de gènes ! » s'est indigné Enfance et Famille d'adoption. Quant au volet asile du projet de loi, dont le Quai d'Orsay perd la tutelle, il vaut aux députés une lettre de l'ONG américaine Human Rights Watch, leur demandant de renforcer « les garanties » accordées aux étrangers risquant des persécutions en cas d'expulsion.
Réponse avec citation
  #9 (permalink)  
Vieux 21/09/2007, 14h05
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
La loi sur l'immigration et les tests ADN votés

La loi sur l'immigration et les tests ADN votés



Le vote a eu lieu hier matin à 4 h 20, en présence de vingt-trois députés. L'Assemblée nationale a donc adopté dans la nuit de mercredi à jeudi le projet de loi sur l'immigration, qui durcit fortement les conditions du regroupement familial. A été notamment acté l'amendement sur les tests ADN pour prouver sa filiation, mais dans une version rectifiée par le gouvernement. Le dispositif est autorisé à titre expérimental, et sous contrôle annuel d'une commission, jusqu'au 31 décembre 2010. L'examen génétique, facultatif et fait après consentement du demandeur, lui sera remboursé si le visa est accordé.
Une nouveauté qui continue de soulever la controverse. Le président du Mrap, Mouloud Aounit, a estimé hier que l'Assemblée « vient de marquer ce jour du sceau de la honte ». Accusant le gouvernement de « criminaliser l'immigration », l'association en appelle au Conseil constitutionnel. Les députés socialistes, qui ont voté contre, ont d'ores et déjà annoncé qu'ils saisiront le Conseil. De son côté, Martin Hirsch, haut-commissaire aux Solidarités, membre du gouvernement, s'est dit hier « pas favorable » à ces tests ADN. L'ancien président d'Emmaüs a ajouté qu'il « comptait sur le Sénat [qui examine le projet de loi prochainement] pour ne pas s'engager sur cette voie ».
Autres durcissements prévus par la loi : un renforcement de l'évaluation de la connaissance du français pour les candidats à l'immigration et l'augmentation du niveau de ressources exigibles pour le regroupement familial, au moins un smic.
Réponse avec citation
  #10 (permalink)  
Vieux 21/09/2007, 14h08
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Quota Immigration

Le président Nicolas Sarkozy s'est clairement prononcé jeudi en faveur de quotas d'immigration afin de limiter le nombre d'étrangers accueillis chaque année sur le territoire français.
"Je le dis de façon très claire, je souhaite que nous arrivions à établir chaque année, après un débat au Parlement, un quota avec un chiffre plafond d'étrangers que nous accueillerons sur notre territoire", a déclaré le chef de l'Etat sur TF1 et France 2.
Les propos de M. Sarkozy ont suscité les critiques de plusieurs associations de défense des droits de l'Homme et des étrangers qui ont réagi auprès de l'AFP.
"Je souhaite également qu'à l'intérieur de ce chiffre plafond, on réfléchisse à un quota par profession, par catégorie", a également dit le président de la République."Seuls 7% de l'immigration d'aujourd'hui est une immigration de travail. Comment s'intégrer en France si on n'a pas de travail? Je souhaite porter le chiffre de l'immigration du travail à au moins un sur deux", a ajouté M. Sarkozy.
Lors du Conseil des ministres du 29 août, le chef de l'Etat s'était prononcé en faveur d'un "débat pédagogique" sur des quotas d'immigration. "Il ne s'agit pas de faire des quotas de personnes venant d'Afrique, du monde arabe ou d'Asie, il s'agit juste de dire que c'est une question légitime" de savoir "combien on veut d'ouvriers agricoles, d'ingénieurs, d'informaticiens, de techniciens", avait déclaré le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez en rendant compte de ce conseil.
Sur le même thème de l'immigration, Nicolas Sarkozy a déclaré jeudi soir "ne pas être choqué" par l'amendement autorisant le recours aux tests ADN voté plus tôt dans la journée avec le projet de loi sur l'immigration. M. Sarkozy avait prôné pendant la campagne présidentielle un concept "d'immigration choisie", qui a été dénoncé par de nombreuses associations et dans beaucoup de pays d'émigration, notamment en Afrique francophone.
Après l'entretien télévisé du chef de l'Etat jeudi soir, France terre d'Asile (FTA) a réagi en disant notamment : "selon les spécialistes, les quotas n'ont jamais fonctionné dans les pays qui ont souhaité les appliquer: dans les professions les plus qualifiées, on n'atteint jamais les quotas par contre on les dépasse dans les professions ouvrières".
"Le président est dans le prolongement du candidat: l'utilisation du terme de quotas est scandaleux parce qu'il s'agit de vies humaines pas de cheptels ou de mètre cubes de béton ou d'acier !", a affirmé Richard Moyon, porte-parole de Réseau Education sans frontières (RESF). "Une fois de plus, on a la confirmation d'une ligne politique portée sur une logique égoïste, utilitariste et unilatérale", a estimé de son côté Mouloud Aounit, président du Mrap.
Dominique Sopo, président de l'association SOS Racisme, a déclaré : "Lorsque Nicolas Sarkozy prétend rééquilibrer immigration familiale et l'économique, il faut rappeler quelques réalités: aujourd'hui, ce n'est pas qu'il y a trop d'immigration familiale, c'est qu'il n'y a plus d'immigration économique car les vannes ont été fermées depuis la crise de la fin des années 70!".


© 2007 AFP
Réponse avec citation
Réponse

Tags
france, news

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Ki News? christian1 Discussions Musicales 0 05/06/2007 12h57
News de Vikash... Ticia Divers. Miscellaneous. 5 30/03/2007 19h18
Good news, mosafu Discussions Générales 9 13/01/2006 14h11
News du Séga Ramaye Discussions Générales 1 28/08/2004 17h12
Good News,Good news Lewis Nadal Divers. Miscellaneous. 2 12/08/2004 19h42


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 01h46.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com