Journée mondiale de l'environnement - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 05/06/2007, 17h03
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Journée mondiale de l'environnement

La fonte des glaces au centre de la Journée mondiale de l'environnement
Porteuse de rares promesses et surtout de risques, la fonte des glaces sera le thème central de la Journée mondiale de l'environnement, traditionnellement célébrée le 5 juin.
La ville-hôte des principales manifestations sera cette année la cité norvégienne de Tromsoe, dans l'Arctique, une région qui se réchauffe deux fois plus vite que la planète.
"L’Arctique et l’Antarctique, étant les premiers à éprouver toute évolution thermique, forment le système d’alerte précoce de la Terre aux phénomènes climatiques", souligne le directeur du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), Achim Steiner.
A la fois cause --la glace réfléchit la chaleur alors que l'eau l'absorbe-- et conséquence du changement climatique, la disparition progressive des surfaces glacées et enneigées affecte déjà les 4 millions d'habitants de l'Arctique.
Pour cause de recul de la banquise sur laquelle ils chassent le phoque et l'ours polaire, les Inuits peinent à perpétuer leur mode de vie traditionnel.
Les accidents mortels dus à l'amenuisement de la couche de glace sont plus fréquents dans ces communautés du Grand Nord et les chasseurs troquent de plus en plus leurs chiens de traîneaux, qu'ils doivent parfois abattre faute de pouvoir les nourrir, pour des canots à moteur.
Espèce emblématique de l'Arctique, l'ours polaire est, lui, tout simplement menacé d'extinction dans les décennies à venir en raison de la disparition de son habitat.
Côté positif, le retrait de la banquise pourrait permettre l'ouverture de deux routes maritimes, plus courtes que les itinéraires actuels, entre les océans Atlantique et Pacifique le long du Canada et de la Russie.



Image satellite de la Nasa montrant la concentration de glace dans l'Arctique en septembre 2005 par rapport à 1979 (en jaune)



Il devrait aussi faciliter aussi l'accès aux gisements d'hydrocarbures de l'Arctique, qui recélerait un quart des réserves de pétrole et de gaz naturel restant dans le monde, selon l'US Geological Survey.
Mais la fonte des glaces se fera ressentir bien au-delà des seules régions polaires ou montagneuses.
"Ce qui arrive dans l’Arctique et l’Antarctique (...) nous concerne tous directement, que l’on soit un habitant du Bassin du Congo, de l’Outback australien, ou de la Chine rurale, ou même un citadin de Berlin, de New Delhi, de Rio de Janeiro ou de Washington", affirme M. Steiner.
Selon des chercheurs canadiens, la fonte de la calotte glaciaire du Groenland, seconde réserve d'eau douce de la planète après l'Antarctique, provoquerait une élévation de sept mètres des océans, lesquels engloutiraient des îles et des zones côtières, y compris des Etats du Pacifique.
La seule Indonésie pourrait perdre 2.000 îles d'ici 2030, selon son ministre de l'Environnement.
Un tel phénomène obligerait le déplacement de dizaines de millions de "réfugiés climatiques" auxquels s'ajouteraient par ailleurs des légions d'hommes et de femmes fuyant sécheresses et inondations liées au réchauffement de l'atmosphère.
Selon le Giec, la stabilisation des concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère permettrait de limiter à environ 2°C l'élévation du thermomètre et ne coûterait que 0,12% de PIB mondial.
Mais, malgré la proposition la semaine dernière par le président George W. Bush d'une "nouvelle initiative" pour la réduction des gaz à effet de serre, les Etats-Unis, principaux émetteurs actuels de CO2, rechignent toujours à prendre des engagements contraignants.
La question devrait être l'objet d'un nouveau bras de fer entre les Américains et leurs alliés occidentaux au sommet du G8 qui se tiendra au lendemain de la Journée de l'environnement, du 6 au 8 juin, à Heiligendamm en Allemagne.
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 06/06/2007, 18h21
Avatar de fergeo
Fan RM
 
Date d'inscription: juillet 2006
Messages: 975
Merci DEV pour ce post qui permet d'en savoir plus sur l'environnement et les conséquences désastreuses pour la planéte.
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 07/06/2007, 13h52
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Citation:
Posté par fergeo Voir le message
Merci DEV pour ce post qui permet d'en savoir plus sur l'environnement et les conséquences désastreuses pour la planéte.
De rien Fergeo , aujourd'hui il y a le sommet du G8 où on parle de l'environnement mais il y a un protocole qui existe celui de Kyoto mais cela na jamais été ratifié par Mister George Bush.
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 07/06/2007, 16h53
Avatar de SISTA
Super Fan RM
 
Date d'inscription: novembre 2004
Localisation: paris
Messages: 1 742
Envoyer un message via Yahoo à SISTA
On verra le résultat de ce g8 !
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 08/06/2007, 14h28
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev


Réchauffement


Observée le 5 juin, la journée internationale de l'Environnement rappelle les graves dangers auxquels la Terre est exposée avec le réchauffement de la planète. Des élèves du New Educational Collège, à Bel-Air Rivière Sèche, y ont réfléchi et ont commencé à agir.
Nécessité
Karishma Budia (19 ans) : Avec le réchauffement de la planète, les êtres humains seront affectés. Le niveau de la mer montera et la couche d'ozone disparaîtra. Les rayons du soleil affecteront les individus gravement.
Samuel Beeharry (19 ans) : Le réchauffement menace l'humanité. C'est une menace réelle. Ce sont les gens qui sont responsables de cette situation. Nous commettons un véritable sacrilège. On peut toujours arrêter le massacre. Mais, il faut sensibiliser la population sur cette question.
Chaytun Mungur (19 ans) : La sensibilisation est nécessaire parce que beaucoup ne savent pas comment se fait le réchauffement de la planète. On brûle de la saleté, on pollue sans réfléchir aux conséquences.
Kumar Raghoober (17 ans) : Les gens ont toujours été négligents et cette négligence nous détruit aujourd'hui. C'est pourquoi nous travaillons pour la sensibilisation du public.
Khousbou Calleka (17 ans) : La déforestation continue. Les arbres sont abattus dans l'indifférence totale. Sans arbres, l'air ne sera plus filtré alors que la pollution continue.
Nitishi Rajhoonath (19 ans) : Les produits contenant du CFC, dont les déodorants, sont toujours utilisés. Et cela détruit la couche d'ozone.
Conscients
Karishma : Il est important de sensibiliser les jeunes pour les encourager à protéger l'environnement.
Kumar : Il faut faire des campagnes, des causeries, distribuer du matériel pour sensibiliser les gens. Les médias doivent aider dans cette tâche. Parce qu'il faut aider les populations à comprendre la présente situation et les encourager à prendre des mesures appropriées.
Samuel : Il faut prendre des actions dès maintenant parce que le problème nous concerne tous. Nous serons tous affectés de la même manière si une catastrophe écologioque intervient. Il faut aussi changer la mentalité des gens.
Faites
Kumar : Plantez des arbres au lieu de continuer la déforestation. Arrêtez d'utiliser les pesticides et les insecticides qui affectent l'environnement. Arrêtez de polluer l'air et arrêtez de gaspiller de l'essence. Pour les petits parcours, allez-y à pieds ou à vélo plutôt que dans un véhicule qui brûle de l'essence. Apprenez aussi à voyager en groupe plutôt que d'utiliser une voiture par personne.
Samuel : Réduisez votre consommation d'électricité. Parce que plus on en consomme, plus on doit brûler du carburant et ça pollue. Utilisez des ampoules économiques. Votre facture d'électricité sera moins élevée et vous consommerez moins d'électricité. Nous conseillons aussi aux parlementaires de s'organiser pour aller au Parlement dans un même autobus. Cela contribuera à réduire la pollution.
Chaytun : Pourquoi ne pas utiliser l'énergie solaire ? C'est plus économique et cela ne pollue pas. Cette énergie est totalement gratuite.
Karishma : La Banque Mondiale offre des financements pour la création de projets favorisant l'utilisation de l'énergie solaire. Le gouvernement aurait pu chercher à obtenir ces fonds. Cela nous aiderait grandement.
Kumar : Trop de personnes ne se sentent pas concernées par ce problème… Le gouvernement doit prendre les actions qu'il faut pour protéger la population.
Avenir
Karishma : Quand on entend parler de raz-de-marée aussi souvent, cela fait peur. J'ai peur pour l'avenir.
Kumar : Trop de personnes ne se sentent pas concernées par ce problème. Le gouvernement doit prendre les actions qu'il faut pour protéger la population.
Samuel : Les générations d'avant n'ont rien fait pour prévenir cette catastrophe. Si chacun prend des précautions, nous serons à l'abri. Si rien n'est fait, il n'y aura pas d'avenir. Il n'y aura plus de vie sur terre. Tout aura été brûlé ou noyé après la fonte des glaces.
Chaytun : Si cette fonte intervient, l'île Maurice sera particulièrement menacée. Où trouverons-nous refuge ?



SOS

Le réchauffement est une menace pour la planète. Si rien n'est fait pour arrêter les agressions faites contre l'environnement dans un futur proche, la vie sur terre sera infernale ! Le sort de la planète et de toute la vie qu'elle renferme est entre les mains de chaque individu. Chacun a le devoir et la capacité d'améliorer la situation en commençant, par exemple, par des gestes simples visant la protection de l'environnement. Mais, peu sont-ils à être conscients de leurs responsabilités et des conséquences de leurs actes. À Bel-Air Rivière Sèche, un groupe d'élèves du New Educational College a décidé de s'engager dans la sensibilisation de tout un chacun à travers des manifestations favorisant dialogue et éducation. Interpellés par la question alors qu'ils se préparaient pour un concours, dont le thème était le réchauffement planétaire, ils sont restés actifs, organisant des activités au niveau de leur collège et dans la région. Favorisant une approche directe, ils sont régulièrement sur le terrain pour en parler ou pour procéder à la distribution de matériel visant la sensibilisation. Soutenus par les responsables de l'établissement et aidés de leurs enseignants, dont MM. Rehaz Ally Seroo et Leerish Ramsurn, ils utilisent aussi l'outil informatique pour se faire entendre. À ce jour, 3 686 courriers électroniques ont été envoyés aux décideurs et autres personnes influentes, ici comme ailleurs. Leurs observations sont aussi partagées à travers leur blog : http://stopglobalwarming.nec.ac.mu/


Réponse avec citation
  #6 (permalink)  
Vieux 08/06/2007, 15h13
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Un accord sur le climat bradé ?

Les journaux sont sceptiques sur la portée de l’accord sur le climat obtenu à l’arraché jeudi par le G8.
«Concession ou commodité ?» s’interroge le journal britannique «
The Guardian»
«L’approche britannique et allemande consistait à "placer la barre très haut" lors de ce G8. L’échec (d’un accord avec objectif chiffré ndlr) pourrait être désastreux sur un plan politique, selon un conseiller. Mais ce dernier a promis à la délégation britannique que Tony Blair se battrait bec et ongles pour que les Etats-Unis s’engagent à rejoindre un nouveau cadre de travail sur le changement climatique et à reconnaître la nécessité de réduire les émissions de carbone de 50% d’ici 2050. Certains argueront que le résultat d’hier n’a pas atteint ces objectifs.»

«Sauver la face»

Pour le «
International Herald Tribune», il s’agit surtout de sauver la face, notamment pour la chancelière allemande, très engagée dans la lutte contre le réchauffement climatique . «Merkel, hôte de ce sommet, a présenté l’accord comme une victoire majeure. Elle a placé le changement climatique en haut de l’agenda de ce rassemblement et exercé une forte pression sur Bush ces derniers jours afin qu’il assouplisse sa position.»

Sauver la face, l’expression revient également dans le quotidien français «Libération», qui dénonce «
un accord tiède sur le réchauffement».
«Angela Merkel a sauvé les apparences et sauvé des eaux un compromis (a minima) sur le climat. Le cérémoniel en dit long : la chancelière allemande a présenté en personne hier après-midi le deal ficelé sous sa présidence et censé, sinon mettre fin au conflit entre Européens et Américains sur le sujet, du moins permettre aux huit pays riches de sauver la face.»

«Note positive»

Si pour «le Figaro», «l'échec sur le dossier environnemental a été évité», il ne subsiste des négociations qu’«
un accord a minima». «Après de nombreux atermoiements, le sommet du G8 devrait se clore aujourd'hui sur au moins une note positive.»
Le quotidien souligne néanmoins le faible poids d’un tel accord, qui n’engage finalement à rien.
«Reste à évaluer la portée d'une telle décision, non contraignante (…) Le G8 n'est en effet pas l'instance appropriée pour en négocier les modalités. Ce principe général devra être précisé dans le cadre de la négociation sur l'avenir du protocole de Kyoto, qui a lieu en décembre prochain sous les auspices de l'ONU à Bali.»




Sa. C.
Réponse avec citation
  #7 (permalink)  
Vieux 10/06/2007, 08h27
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Journée mondiale de l’Océan : Tous citoyens de l’océan !

Journée mondiale de l’Océan : Tous citoyens de l’océan !

Prendre conscience que l’océan est vital et agir pour sa préservation chacun à son niveau, voilà l’ambition de la Journée mondiale des Océans, célébrée comme chaque année le 8 juin, sous l’égide de la Commission Océanographique Intergouvernementale (COI) de l’Unesco.

La Journée de l’Océan vise à nous rappeler le rôle des océans comme source de vie partout dans le monde. Il s’agit d’une célébration internationale proclamée il y a dix ans à l’occasion du Sommet de la Terre et des Nations Unies tenu à Rio de Janeiro. Après des débuts timides, cet événement a aujourd’hui une grande ampleur dans le domaine de la sensibilisation à la santé des océans et celui d’une meilleure gestion de l’Océan et de ses ressources.

Tous citoyens de l’Océan !
Il n’existe qu’un seul et unique Océan qui relie tous les continents entre eux et participe à tous les mécanismes à la base de la vie sur la Planète. L’océan, patrimoine commun de l’Humanité, joue un rôle prépondérant dans le maintien de la stabilité du climat, du cycle de l’eau et de la vie terrestre, comme de nos sociétés. Aujourd’hui, il échappe au contrôle fondamental des citoyens. Cette absence de contrôle doit être compensée par un travail important de sensibilisation, afin de construire une véritable citoyenneté de l’océan mondial, notamment auprès des Jeunes.

Or, l’Océan reçoit 7 millions de tonnes de déchets chaque année. 75% des stocks de poissons sont surexploités ou ont atteint leur limite d’exploitation. Par ailleurs, les conséquences du réchauffement climatique mettent en péril la qualité de
vie des populations dans de nombreux points du globe.

Nous pouvons changer cela. En modifiant nos comportements et en prenant conscience que l’avenir des générations futures passe par la préservation de l’Océan.

Un événement international
Simultanément sur les 5 continents, les aquariums, centres de sciences, musées, associations et institutions d’éducation à l’environnement marin du Réseau Océan Mondial proposent à leur public des festivités pleines d’animations ludiques et d’actions concrètes. Ateliers artistiques et pédagogiques, conférences, nettoyage de plages/de ports, films, contes et concours sont organisés simultanément sur l’ensemble de la semaine ou du week-end autour du 8 juin. Des opérations sont prévues sur les cinq continents, aussi bien en France, qu’en Mauritanie, Italiem Etas-Unies, Australie ou Danemark.

Ce que nous faisons au sein de notre communauté peut avoir des effets positifs ou négatifs sur nos océans. L’eau passe de nos océans à l’atmosphère, puis aux terres avant de retourner dans les océans. Les ressources en eau sont limitées et nous ne disposons que de quantités existantes sur Terre. La protection de nos océans commence par celle de nos bassins hydrographiques*, et nous devons nous en assurer.

*Zone géographique où toutes les eaux s’écoulent vers le point le plus bas et se rejoignent pour former un cours d’eau, un lac ou une nappe souterraine.

Les objectifs de cette journée :
- L’adoption d’une nouvelle perspective en encourageant les individus à réfléchir à ce que l’eau signifie pour eux et aux raisons de lui attacher une grande valeur ;
- La sensibilisation : un grand nombre de gens ne réalisent pas la profusion de créatures vivantes et d’habitats dont la beauté n’a d’égale que la diversité, que renferment nos rivières et nos océans, ni l’impact de nos actions sur ces ressources ;
- Le changement de nos habitudes : les citoyens doivent être encouragés à devenir les gardiens de nos eaux afin de les préserver pour les générations futures ;
- La célébration : que vous habitiez à l’intérieur des terres ou sur la côte, vous pouvez organiser des événements sur le thème de l’eau ou y participer.

Source : site web des Journées mondiales et Réseau Océan Mondial
Réponse avec citation
  #8 (permalink)  
Vieux 29/06/2007, 16h16
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev


enfants : ENVIRONNEMENT

Les gardiens de la planète



</B>



"Papa, ferme le robinet, la planète manque d'eau !" Une remarque qui fait mouche. Les enfants sont de plus en plus sensibilisés à la protection de l'environnement. Dans certaines écoles, l'éveil commence dès la maternelle et dépasse le cadre de l'écologie pour s'étendre aux cultures. Pas plus haut que trois pommes, ils prennent très au sérieux leurs rôles de gardiens de la planète.
"Lakaz mo ti plant ziromon. Mo ti met so lagrin dan later, apre mo aroze. Bizin aroze sa, sinon li pou mor. Apre mo pou plant kalbas", dit Pravesh, 5 ans. Mettre une plante en terre, tous les élèves de la section préprimaire de l'école du gouvernement de Rivière des Créoles en ont fait l'expérience. Roomaisha, Nushrat, Yashveer, et les autres, ont aussi apporté leur plante dans la classe pour le projet One Child One Plant, initié par le Pre-School Trust Fund. Fleurs, fougères, aromates, plantes médicinales, telles que l'ayapana ou l'aloe vera embellissent ainsi la section, déjà très colorée par les différents travaux d'arts & crafts.
Expériences. Mais le travail ne se limite pas à la décoration. Plusieurs classes sur les plantes sont ainsi prévues et les enfants font aussi leurs propres expériences scientifiques. "Nous voulons donner l'occasion aux enfants de s'occuper des plantes. En se faisant, ils pratiquent également des activités scientifiques. Par exemple, nous prenons deux plantes. L'une sera arrosée, et l'autre non. Les enfants se rendent compte, par eux-mêmes, de ce qui se passe quand on n'arrose pas", dit Nadège Aliphon, institutrice.
Soins. Les enfants eux-mêmes prennent soin du coin nature. Chacun arrose à son tour, et apprend, en même temps, à identifier les plantes. De même, ils prennent connaissance des bienfaits des plantes médicinales. "Kan mo ti malad mo mama ti donn moi bwar dile safran", dit Yashveer, 4 ans. Les parents aussi participent à ce projet. En aidant leurs enfants à mettre les plantes en terre, ils apprennent aussi de nouvelles choses. "J'ai vu, par exemple, des parents qui ont envoyé des plantes dites dilé caillé, qui sont dangereuses pour les enfants, il faut leur en faire prendre conscience", ajoute pour sa part, Zabine Emambacus, Teacher Educator Supervisor du PSTF.
Protéger. La petite section, placée sous la responsabilité de Pyndiah Goonah a, elle, fait l'expérience de la germination. "Les enfants ont mis des graines en terre et ont arrosé tous les jours. Elles commencent tout juste à germer. Nous allons maintenant travailler sur différentes activités en relation avec cette expérience", avance-t-elle.
Qui dit planter, dit aussi protéger. On ne met pas une plante en terre, pour ensuite la détruire. "Les enfants prennent conscience de l'importance des plantes dans la vie de tous les jours. Notamment, pour produire de l'oxygène, nous permettant de respirer", poursuit Rookmatee Gukhool, autre institutrice. À cela, Nushrat lance: "Pa bon bril salte. Lafime pa kapav respire, apre li bril lizye."
Jeux. Autre école, autre approche, même but: éveiller la conscience des tout-petits. Regroupés sur un matelas, les élèves de Playgroup, à Curepipe, sautent en chantant la chanson du dinosaure. Une activité d'exercice physique, où ils prennent conscience de la disparition de l'espèce. "Retourne, retourne dinozor, pran mwa lao lor to ledo…", chantent-ils, d'abord en kreol, puis en anglais. Le chant est extrait du livre Dinododo, que Playgroup a lancé récemment et qui parle de dinosaures et du dodo, deux espèces disparues.
Connaissances. Les enfants se retrouvent ensuite autour de Veda qui tient une tige de capucine, plante sauvage, qu'on ne voit plus dans tous les coins de rue comme auparavant. "Kifer ena fey inn vinn zonn ?", demande-t-elle. "Akoz li pa gagn delo", répond d'emblée Evan. "Zot trouv so lagrin ? Lontan mo granmer ek mo granper ti pe met sa confi apre zot ti manze", poursuit-elle. Veda saisit ensuite une feuille de bégonia. "Zot kone kifer ek sa ? Atann mo pou montre zot." Elle prend un pot en cuivre et commence à frotter avec la feuille. "Ki finn arive ?", demande-t-elle. Et les enfants répondent en chœur: "li'nn vinn prop."
Cultures. Chez Playgroup, les trois trimestres sont divisés en trois thèmes différents: les humains, les animaux et les objets. À travers diverses activités, dont le chant, les histoires et le dessin, les enfants prennent conscience de leur environnement et réalisent qu'il faut le protéger. La panoplie de livres publiés par Playgroup, allant de Abu dan bwa, à Pekoy al lapes, en passant par Sinn sinn s'inscrivent dans cette philosophie. "Mais l'environnement ne se limite pas aux plantes et aux animaux. Les langues et les cultures sont aussi concernées", insiste Pushpa Lallah. Les plus grands élèves sont ainsi exposés aux histoires des peuples amérindiens, aborigènes et maoris. Avenir. Pushpa Lallah ajoute que souvent, les parents lui font remarquer que les enfants d'aujourd'hui sont plus intéressés à l'ordinateur qu'à l'apprentissage des langues ou à la mise en terre de plantes. "Je dis toujours aux enfants: si nous arrêtons de planter, qu'allons-nous manger ? Il faut les sensibiliser en ayant une approche scientifique qui va éveiller leur curiosité."
Réponse avec citation
  #9 (permalink)  
Vieux 29/06/2007, 16h16
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev

RÉCHAUFFEMENT : Les dangers expliqués aux enfants


L'eau. Savais-tu que seulement 1% de l'eau qu'on retrouve sur la terre est douce ? Cette eau-là est indispensable à toutes les formes de vie sur la planète. Mais la pollution provoquée par l'agriculture, les grandes industries et les activités domestiques comme la lessive font du tort à l'environnement, puisqu'elles émettent d'autres produits toxiques dans l'eau. Il y a également la surconsommation. L'eau est épuisable. Il ne faut pas la gaspiller en lavant inutilement sa voiture ou en la laissant couler pendant qu'on se brosse les dents ou prend son bain.
Les arbres. Comme une éponge, les arbres font en sorte de garder l'eau dans le sol. C'est donc grâce à eux si la végétation et les animaux peuvent être nourris. Les arbres régularisent aussi l'air. Ils conservent en eux le gaz carbonique que les humains rejettent quand ils expirent. Malheureusement, les humains abattent les arbres pour combler leurs besoins. Le gaz carbonique est alors remis en circulation et entraîne un appauvrissement de la qualité de l'air qu'on respire. Les gaz toxiques rejetés par les grandes industries et les véhicules motorisés polluent aussi l'air et c'est très nocif pour la santé.
La couche d'ozone. La couche d'ozone est comparable à un parasol géant de 20 km d'épaisseur. Le "tissu" invisible de ce parasol est formé d'un gaz appelé "ozone", qui retient la majorité des rayons ultra-violets nocifs du soleil, pour ne pas qu'ils viennent griller la planète. Si c'était le cas, les animaux auraient du mal à survivre et plus de gens souffriraient du cancer de la peau et de cataractes. Des produits chimiques comme le CFC ont abîmé la couche d'ozone. Si on réussissait à ne plus se servir de ces produits nocifs, la couche d'ozone pourrait apparemment se reformer d'elle-même un jour…
Déchets. Les grands pays industrialisés produisent des millions de tonnes de déchets. Au dépotoir ou à l'incinérateur, ils se transforment en gaz toxiques et en autres agents polluants. De plus, les métaux lourds et le plastique ne sont pas biodégradables. Alors, ils s'accumulent dans la nature.
Le climat. On parle beaucoup, en ce moment de changements climatiques. Ce sont des modifications influençant le climat, qui engendreront des conséquences au cours des prochaines années : froids et chaleurs plus intenses, précipitations plus abondantes, tornades et autres catastrophes naturelles plus fortes et plus fréquentes. Cela, à cause de l'augmentation des gaz à effet de serre dans l'atmosphère, produits par les industries et les activités humaines, comme le transport motorisé. Pour sauver la planète, il est du devoir de chacun d'entre nous de poser les bons gestes. Il n'en tient donc qu'à toi de t'y mettre pour changer ton monde, à la mesure de tes moyens !


Réponse avec citation
Réponse

Tags
journée, lenvironnement, mondiale

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Semaine Mondiale de l'Allaitement Maternel monica__95 Discussions Générales 1 20/05/2007 15h04
Journée Mondiale De La Santé Mentale Dev Nouvelles de l'Ile Maurice 1 11/10/2006 09h08
Journée mondiale contre la peine de mort, "échec de la justice" Dev Discussions Générales 0 10/10/2006 17h20
Journée mondiale de l'enseignement Dev Nouvelles de l'Ile Maurice 8 05/10/2006 22h36
31 Mai Journee Mondiale Anti Tabac ZahoOL Discussions Générales 7 01/06/2006 23h52


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 16h02.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com