Ce 8 mars,Journée internationale de la Femme - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 04/03/2007, 12h30
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Ce 8 mars,Journée internationale de la Femme

Ils font la une

Lindsey Collen en Équateur

Ce 8 mars, contrairement à ses habitudes, Lindsey Collen, ne célébrera pas la Journée internationale de la Femme à Maurice. La dirigeante de Lalit sera en Équateur (Amérique du Sud) dans le cadre d’une conférence internationale sur la nécessité d’éliminer les bases militaires étrangères dans le monde. Lindsey Collen parlera, très certainement, de la base militaire américaine de Diego Garcia. Au moins une dizaine d’organisations ont déjà signé une pétition en faveur de l’élimination des bases militaires étrangères du monde. Un document portant sur la nécessité de fermer celle de Diego Garcia a été rédigé le 20 mars 2004 dans le cadre d’une campagne mondiale contre la guerre et l’occupation des territoires par des armées étrangères.
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 04/03/2007, 12h34
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Les Celebrations De La Journee Mondiale

Ces femmes qui s’engagent


« De l’engagement à l’action » : le thème de la journée mondiale de la Femme, célébrée dans quatre jours, reflète bien la réalité. En politique, dans le social, ou dans la prise de décisions, les femmes sont de plus en plus actives. Voici un tour d’horizon de cette mobilisation, en marge du 8 mars.


Mieux vaut agir que parler. Ce leitmotiv, les femmes l’ont appliqué à la lettre. Proactives, militantes, elles prennent les devants ! Non, ce ne sont pas des suffragettes, ni des activistes, ou encore moins féministes.

Il s’agit tout simplement de femmes qui ont décidé de s’exprimer et de s’engager dans la défense des causes qui leur tiennent vraiment à cœur. Loin de se cantonner au rôle de mère, elles s’attellent désormais à celui de fonceuses et de créatrices.

Depuis quelques années, on assiste à une plus grande mobilisation de la gent féminine sur tous les fronts.

À Maurice, par exemple, depuis quel-ques années, on dénombre une plus grande représentation sur la scène politique, dans l’entrepreneuriat, la prise de décision, la profession.

Sur le plan social, elles sont encore plus actives. Face à la pédophilie, la maltraitance, le viol des femmes et des enfants, des mouvements de mobilisation ont vu le jour, des associations caritatives ont été créées pour dénoncer des injustices, œuvrer pour leur éradication ou axer sur la sensibilisation. Forte de ses motivations personnelles, de ses propres convictions ou prises de position, la femme agit. Et par ricochet, elle rallie les autres à sa cause.


Promouvoir les droits

Les autorités se sont, quant à elles, pleinement engagées pour promouvoir les droits des femmes. « Elles ont aujourd’hui plus accès aux informations. Nous avons entamé des campagnes agressives, lancé des symposiums, des ateliers de travail, des formations et aussi des instances d’écoute et d’intervention pour qu’elles soient plus au fait de leurs droits et pour qu’elles participent davantage à la société en général », soutient Mohini Bali, Acting Head de la Women Unit du ministère des Droits de la femme.

Maurice est aussi active sur le plan régional. Par exemple, elle est partie prenante de la Beijing Platform for Action, ainsi que de la SADC Declaration on Gender and Development, entre autres.


La voix des femmes a du poids

On assiste donc à un réveil des femmes pour mieux s’engager. Pourquoi ? « Ce militantisme dé-coule de l’aboutissement d’efforts et d’ouvertures pour qu’elles puissent entreprendre des actions. Par exemple, il y a une féminisation du monde du travail. On voit plus de femmes avocats ou médecins. Les parents, quant à eux, changent un peu d’attitude et investissent davantage dans l’éducation, dotant les filles de meilleures facilités d’acquisition de formation et d’expression de leur personnalité », constate la sociologue Chandra Rungasawmi.

Pour la psychologue Christiane Fok Tong, cet engagement plus soutenu démontre qu’il y a une prise de conscience que la voix des femmes a du poids et une volonté pour faire bouger les choses : « Auparavant, la condition de la femme ne permettait pas cette liberté individuelle. Donc, on peut penser qu’effectivement, l’engagement plus visible des femmes de nos jours est un signe que la condition féminine a évolué. »


On ne peut que saluer leurs efforts

Évolution certes et émergence d’une nouvelle génération, con-cède Jane Valls, de Soroptimist et de Women In Networking (WIN). « Nos mères se sont battues pour le droit au vote. Aujourd’hui, notre génération arrive à mieux se positionner et à s’adapter au monde masculin. La génération émergente va demander à ce qu’il y ait une so-ciété plus égale où elles peuvent mieux s’exprimer. La femme assume aujourd’hui plusieurs rôles : de la mère, à l’épouse, en passant par la professionnelle. Elle a plus confiance en elle désormais. »

Sentiment qui lui a permis de mieux s’affirmer et de multiplier les actions pour défendre sa cause. À quelques jours de la journée mondiale qui leur est dédiée, on ne peut que saluer leurs efforts. Comme le dit si bien l’écrivain français Christian Le Guillochet : « Il faut créer l’action, parce que l’action crée le mouvement, et que le mouvement entraîne les individus ! » Gageons pour que nos compatriotes persévèrent dans cette voie et puissent maintenir le cap.


LES CELEBRATIONS DE LA JOURNEE MONDIALE

Le 8 mars ne serait pas l’unique jour pour rendre hommage à la femme. Le ministère des Droits de la femme a dressé un calendrier étoffé jusqu’au 30 mars avec de nombreuses activités pour marquer l’événement. Le 8 mars, l’inauguration officielle du National Women Development Centre de Phœnix est prévue. Cette instance agira comme une one stop organisation et regroupera notamment l’Entrepreneur Development Centre, avec des formations et lieux d’exposition et de vente des produits des femmes entrepreneurs, un Information Technology Centre, un Home Economics Resource Centre, un Keep Fit Centre, de même que le Family Support Bureau des Plaines-Wilhems. Le lancement se fera à 10 heures. Le même jour, des visites aux femmes en détresse à Cité La Cure, Bois-Marchand et Triolet, aux employés expatriés de Star Knitwear auront également lieu. Les jours suivants, d’autres visites se feront dans différentes régions de l’île. Le 13 mars, le ministère procédera à la pose de la première pierre d’un centre pour femmes à Notre-Dame. Le 21 mars, la Women Sports Association sera inaugurée au Serge Alfred Sports Complex, à 10 heures. Cette organisation visera à encourager les femmes à pratiquer du sport. Et le 30 mars, une autre pose de première pierre est prévue à Triolet pour un centre favorisant l’empowerment des femmes.
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 04/03/2007, 12h35
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Ben, mo souhaite toute les femmes une belle journee pour le 8 Mars.

Rocco
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 04/03/2007, 15h37
Avatar de Princesslafaya
Enflé
 
Date d'inscription: février 2007
Localisation: London, UK
Messages: 165
Bonne fete a toutes les femmes - enn bon celebration pou journee mondiale.
V
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 05/03/2007, 11h05
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Tous les jours c'est la journée de la femme, bonne fête pour sa journée spéciale du 8 mars.

Réponse avec citation
  #6 (permalink)  
Vieux 06/03/2007, 14h36
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Journée de la Femme : Non à la violence ! Oui à la justice !

Journée de la Femme : Non à la violence ! Oui à la justice !

La Journée internationale de la Femme sera célébrée le 8 mars, date à laquelle l’Assemblée Générale des Nations Unies a donné une signification importante dès 1977. Cette journée sera l’occasion pour diverses associations féminines de par le monde de se manifester et de militer pour plusieurs raisons, notamment les droits et la condition de la femme.

A Maurice comme partout ailleurs, les femmes célèbreront, de différentes façons, cet événement qui représente des années de lutte pour l’égalité, la justice, la paix, le développement et l’épanouissement. Le 8 mars est donc une journée où le développement des femmes à titre économique, politique et social est mis en avant aux quatre coins du monde.
Cette année, le thème retenu par les Nations Unies est ´Mettre fin à l’impunité des auteurs d’actes de violence à l’égard des femmes et des filles´.

"L’élimination de la violence contre les femmes demeure l’un des défis les plus préoccupants et les plus pressants de notre époque. Face à la violence, notre devoir à tous est d’agir. Chacun d’entre nous doit promouvoir un milieu politique et social qui exclue à tout jamais la violence contre les femmes et les filles ; où amis, parents, voisins, hommes et femmes, agissent pour que les auteurs de tels actes ne restent pas impunis." (Source : Site web des Nations Unies)

Promouvoir le progrès et la protection

A Maurice, le ministère des Droits de la Femme, du Développement de l’Enfant et du Bien-être de la Famille, a choisi d’associer au thème des Nations Unies un thème philosophique – De l’Engagement à l’Action – qui guidera les célébrations en vue de la journée. L’objectif est de démontrer la volonté du gouvernement à transcrire en action les nombreux engagements pris au niveau international, régional et national, afin de promouvoir davantage le progrès et la protection des femmes, et aussi l’égalité des sexes.

Durant le mois de mars, le Ministère des Droits de la Femme prévoit d’inaugurer le National Women Development Centre et de remettre des certificats aux femmes ayant participé aux séances de formation dans divers domaines : Home Economics, artisanat, coiffure, soins et esthétique, entre autres ; le ministère procèdera également au lancement d’une association sportive pour les femmes (Women’s Sports Association) et enfin, il organisera plusieurs activités à Rodrigues, en collaboration avec l’Assemblée Régionale de Rodrigues.
Réponse avec citation
  #7 (permalink)  
Vieux 06/03/2007, 19h57
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Ena encore des decenis avant ke les femmes soit reconues dans ene pays machio coma moris.
Mais fodrer pa zote baisse les bras.

Rocco
Réponse avec citation
  #8 (permalink)  
Vieux 07/03/2007, 14h46
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Date symbole pour l'octroi de droits humains fondamentaux

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME

Date symbole pour l'octroi de droits humains fondamentaux

" As we go marching, marching, we bring the greater days ;

The rising of the women means the rising of the race.

No more the drudge and the toil where one reposes,

But a sharing of life's glories, bread and roses, bread and roses"

James Oppenheimer (1912)

Le 8 mars de chaque année, partout dans le monde, des millions de femmes célèbrent la journée internationale de la femme. C'est une date symbolique de la lutte des femmes, une occasion de célébrer le progrès accompli dans la promotion des droits des femmes et d'évaluer les difficultés et les problèmes auxquels elles sont encore confrontées. C'est avant tout une commémoration du pouvoir collectif des femmes, dans le passé et le présent, à remettre en question et transformer les conditions de leur vie, tant dans les sphères économique, socioculturelle, familiale que religieuse.

Historique

La création d'une Journée internationale des femmes, fut proposée pour la première fois le 8 mars 1910, à la conférence internationale de femmes socialistes tenue à Copenhague au Danemark par la socialiste Allemande Clara Zetkin. Elle proposa la création de cette journée internationale, en vue de la campagne pour le droit de vote des femmes. La date n'était toutefois pas encore fixée. Le 23 février 1917, qui dans le calendrier Grégorien correspond au 8 mars du calendrier Julien, des ouvrières manifestèrent, à Saint-Pétersbourg, dans la rue, pour réclamer du pain et le retour de leurs maris partis à la guerre. La tradition du 8 mars se mit ainsi en place. Les Américaines revendiquèrent toutefois la "maternité" de cette date symbolique dont l'origine, selon elles, remonte à la grève des femmes du 8 mars 1857 et de celle de 1911 à New York. Ces femmes avaient réclamé de meilleures conditions de travail, la journée de 10 heures et des droits égaux à ceux des hommes.

Cinquante et un ans plus tard, le 8 mars 1909, les femmes travaillant dans les usines textiles manifestèrent pour protester contre leurs conditions de travail. Elles demandèrent entre autres, le droit de vote, la fermeture des sweatshops et l'arrêt du travail des enfants. Elles manifestèrent avec des pancartes sur lesquelles était inscrit le slogan : " We want bread and roses too. " Elles revendiquaient ainsi non seulement un salaire adéquat mais aussi le droit à une vie décente et humaine. Bread and roses inspira le chansonnier James Oppenheimer à écrire une belle chanson qui est, jusqu'aujourd'hui, chantée dans les manifestations et les fêtes des femmes en Europe et en Amérique.

L'important, c'est que les femmes, particulièrement les ouvrières, se soient, malgré la répression policière, mobilisées pour leurs droits et pour de meilleures conditions de vie. La journée internationale de la femme est ainsi une date souvenir, une date commémorative de ces luttes pour l'amélioration de notre condition de vie, en tant que femmes. " Les femmes ne sont peut-être pas des savants mais elles font beaucoup de miracles … ", cette phrase d'une militante inconnue résume l'histoire de la marche continue des femmes vers l'émancipation et la libération.

Toutefois, en Afrique du Sud, c'est le 9 août, jour férié, et non le 8 mars, qui est la journée nationale de la femme parce que cette date marque une étape très importante dans la lutte contre l'apartheid. Le 9 août 1956, les femmes avaient marché sur Pretoria, protestant contre l'obligation de toujours avoir en leur possession le fameux pass qui visait à contrôler les lieux où les noirs pouvaient vivre, travailler et se déplacer.

La journée internationale des femmes est reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977. Cette année marque donc le 30e anniversaire de cette journée et le thème adopté par les Nations Unies pour marquer cette journée est : Mettre fin à l'impunité des actes de violence contre les femmes et les filles. Nous craignons que ce thème ne devienne qu'une déclaration d'intention à Maurice ou pire un slogan politicien car, à part quelques discours, le travail des Ong contre la violence envers les femmes et les filles, peut-être reconnu, n'est pas soutenu.

La journée internationale de la femme est un jour férié dans plusieurs pays du monde mais c'est surtout une date symbole de la longue lutte des femmes pour l'octroi de droits humains fondamentaux.

Elle sera toujours d'actualité tant que l'égalité de droits entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte.

Le 8 mars doit être célébré pour les acquis du passé et du présent ainsi que pour le futur.

Rada Gungaloo
Réponse avec citation
  #9 (permalink)  
Vieux 08/03/2007, 09h33
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Le temps des femmes
pour un nouveau partage des rôles


Quelques interventions de Mme Dominqiue Meda :

Dominique Meda
Paris. Flammarion 202 pages 89 francs 13,57 euros
Le changement de position des femmes dans notre société constitue une évolution fondamentale. Elles sont de moins en moins dans une situation subordonnée dans la famille et dans le travail. Mais ce qui est parfois appelée une " révolution silencieuse " paraît singulièrement inachevée en France. Comment l’expliquer, quelles solutions privilégier et au nom de quelles finalités ? Telles sont les questions que Dominique Meda traite dans cet ouvrage clair, écrit dans un style alerte, dont l’intérêt ne se dément pas au fil des pages.
Le constat d’abord. Sans méconnaître les avancées des femmes depuis les années 1960, l’auteur pointe leur surnombre dans le chômage et l’emploi précaire, dans les inégalités salariales et leur concentration dans certains secteurs professionnelles, alors que les femmes sont désormais, en moyenne, plus diplômées que les hommes… L’explication majeure tient dans le poids des charges familiales et domestiques, la " double journée " mise en évidence depuis longtemps par les mouvements féministes. La société ne s’est pas adaptée à la nouvelle situation des femmes au travail qui souhaitent désormais travailler tout au long d’une vie professionnelle. La société, c’est-à-dire les lois, la fiscalité, les entreprises, les partis et les syndicats. Dominique Meda met bien en évidence le poids des réalités culturelles, sociales et politiques qui ont empêché une véritable conciliation des vies familiale et professionnelle, même si elle rappelle l’importance de la loi Roudy hier, et aujourd’hui, de la loi Génisson.
La partie la plus intéressante du livre porte sur les perspectives d’avenir. Dominique Meda récuse la rémunération du travail domestique. Il comporte une part affective qui ne se monnaye pas. Elle introduirait une spécialisation des rôles entre les hommes et les femmes alors qu’il faut aller justement dans le sens inverse. Dominique Meda plaide fortement pour une réorganisation en profondeur du travail et des rythmes de vie pour tous, pour les hommes comme pour les femmes. La question la plus urgente est alors d’assurer les services nécessaires aux femmes pour que l’emploi ne soit plus un problème mais une solution. L’auteur s’appuie, pour illustrer sa conviction, sur des expériences européennes de sociétés qui réalisent des adaptations importantes, la Suède, le Danemark, la Finlande qui ont fortement développé les services, les Pays-Bas où le temps partiel long devient un objectif pour tous, l’Italie avec le " temps des villes "…

Bref, il est temps d’avoir un grand débat politique comme le demande la conclusion de l’ouvrage. Car, il ne s’agit pas seulement d’une réflexion sur l’égalité entre les sexes (ce qui serait déjà important) mais aussi de propositions qui engagent la manière dont nous voulons construire une protection sociale moderne centrée sur l’emploi. Les mesures récentes prises par Ségolène Royal pour aider à la reprise d’activité des femmes indiquent le sens. Mais, il faut que les acteurs de la société française, le secteur privé comme le secteur public, s’engagent également.

Alain Bergounioux
----------------------------------
Madame Dominique Meda, Inspecteur à l’Inspection Générale des Affaires Sociales occupe actuellement les fonctions de chef de la mission "animation de la recherche" à la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques au Ministère de l’Emploi et de la Solidarité en France. Elle est également maître de conferences à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Auteur de nombreux travaux sur le travail des femmes, en particulier sur les répercussions de l’organisation des temps de travail sur les femmes.

Réponse avec citation
  #10 (permalink)  
Vieux 08/03/2007, 09h39
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Le Sexe Fort

News livres : CAPUCINE GRABY, MURIEL ROY-PRETET «Le Sexe fort»01/03/2007Quand deux femmes de la presse étudient la place de la femme dans la société, cela donne Le Sexe Fort.
Avec ce titre évocateur, les deux femmes tiennent un discours qui se trouve bien loin des clichés habituels. Ici, on ne traite pas de l’inégalité homme/femme. Les temps changent et comme le démontre la première partie de l’ouvrage, ce sont bien les femmes qui ont le pouvoir aujourd’hui.
Rappels historiques et études de la société actuelle appuient leurs arguments.
Et comme il n’y a pas de meilleur argument que les exemples, le livre propose dans un second temps 10 portraits de femmes «modernes», qui peuvent être carriéristes et mamans.
Très bien documenté, cet ouvrage fera certainement tomber un grand nombre de clichés sur la femme.
Aux éditions Bourin.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
femme, internationale, journée, mars

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Ier octobre: Journée internationale des personnes âgées Dev Discussions Générales 3 01/10/2006 22h45
Une journée de course au Champ De Mars Rocco Discussions Générales 46 08/06/2005 08h45
Fete Femme!!!! bisous Discussions Générales 7 10/03/2005 18h56
Les Mauriciens qui brillent sur la scéne internationale SheHzaD555 Discussions Générales 6 08/08/2004 15h12


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 13h38.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com