15 pecheurs disparus en mer. - Page 3 - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #21 (permalink)  
Vieux 06/03/2007, 13h19
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev


Bernard,du bateau de pêche au gros Horizon, remettant à un membre de la National Coast Guard de Grand-Baie le gilet de sauvetage du King Fish V récupéré au large d'Albion dans la journée d'hier










Le onzième jour de la disparition au large de l'archipel de Saint-Brandon des 16 membres d'équipage des King Fish II et V a marqué en quelque sorte un tournant dans la Search and Rescue Operation coordonnée par la National Coast Guard (NCG). Alors que jusqu'au dernier week-end on n'avait aucune trace du King Fish V, la journée d'hier a permis de récupérer les premiers débris de cette unité de pêche de Hassen Taher Seafoods (Mauritius) Limited, à quelque 40 milles nautiques au nord-nord-est de Grand-Baie, et également deux gilets de sauvetage du même bateau flottant à quelque cinq kilomètres au large du phare d'Albion.
La Search and Rescue Operation a connu depuis le début de la semaine une nette intensification avec le retour du Sea Treasure, bateau appartenant à la compagnie, sur la zone de recherches, le départ du CGS Guardian pour Saint-Brandon dans la journée d'hier et le survol quotidien de longue durée des lieux du sinistre par un Transall de l'armée de l'air française basé à l'île de La Réunion. Le principal objectif est de retrouver les traces du canot de sauvetage de 20 places du King Fish II, dans lequel auraient pris place les membres d'équipage des King Fish II et V au plus fort du naufrage, selon une des dernières hypothèses de survie. Les spécialistes soutiennent que la zone de dérive du canot de sauvetage des éventuels miraculés se situeraient davantage plus proches de la côte est de Madagascar qu'ailleurs.
Bahim Taher, de la compagnie de pêche portant son patronyme, interrogé par Le Mauricien, après les développements d'hier est catégorique : " Les débris repérés, hier matin par l'équipage du bateau de pêche au gros, le Paille-en-Queue II de la compagnie Sport Fisher, au Nord-Nord-Est de Grand-Baie sont bien ceux du King Fish V.C'est ce que les membres l'équipage du Sea Treasure, qui connaissent bien le King Fish V, m'ont fait comprendre après les avoir récupérés sur la zone. D'autre part, la description donnée par le skipper du bateau de pêche au gros va dans le même sens. "
Couchette
Ainsi, le Sea Treasure, qui était en route pour les bancs de Saint-Brandon, a fait un détour dès la découverte de ces débris à quelque 40 milles nautiques au Nord-Nord-Est de Grand-Baie. Les membres de cet équipage ont récupéré avec une vive émotion une couchette de bateau, des poutres en provenance de la cale du King Fish V et du papier toilette utilisés spécialement par la Hassen Taher Seafoods (Mauritius) Limited. Ces détails ont été communiqués à la compagnie après l'opération d'hier.
Le Sea Treasure a repris sa route pour la zone de recherches en vue de retrouver les traces du canot de sauvetage, qui aurait dû se trouver sur le King Fish II, qui est resté drossé sur les récifs au large de l'Ile-aux-Cocos. " Nous n'allons pas baisser les bras en ce qui concerne les recherches. Nous redoublerons d'efforts tant que nous ne retrouverons pas le Life Raft du King Fish II. Nous sommes convaincus que les marins-pêcheurs ont pris place dans ce canot de sauvetage, qui serait à la dérive dans l'océan Indien ", devait faire comprendre Bahim Taher.
En effet, les recherches ont enregistré un nouveau souffle dès hier matin. Le Paille-en-Queue II de la compagnie Sports Fisher de Grand-Baie avait appareillé très tôt hier matin avec des touristes en vue d'une partie de pêche au gros. " Nous devions nous rendre sur le banc Tommy dans le Nord. Ce banc est très réputé auprès des amateurs de pêche sportive. Mais en raison du mauvais temps, les touristes ont eu le mal de mer et nous avions préféré rebrousser chemin en cours de matinée en vue de retrouver un endroit où le tangage serait moindre ", témoigne Stéphan, le Skipper, un véritable loup de mer.
" Letan, nou ti pe retourne depi lapas Tommy, monn trouv enn bann debri pe flote lors delo. Monn koste. Monn trouv omwin trwa plans madriye de trwa a kat pye ki ti pe flote. Apre, inpe anba nivo lamer mo inn trouv enn lakok bato en fib de ver kouler ver. Li ti koumadir entre deux eaux ", poursuit Stephan alors que le bateau de pêche Paille-en-Queue II est amarré à son mouillage habituel près du Sunset Boulevard à Grand-Baie.
Coordonnées géographiques
Il devait être vers les 11 heures, hier. Le premier réflexe du Skipper du bateau de pêche au gros a été de se mettre en contact-radio avec son QG à Grand-Baie pour communiquer ces informations aux autorités. Il ne pouvait faire plus vu que ses passagers n'allaient pas bien. Il devait également communiquer les coordonnées géographiques des débris à la dérive.
Les détails furent relayés au QG de la NCG aux Salines. Une importante opération de confirmation était déclenchée sur la zone. L'hélicoptère de la police devait confirmer la présence de cette épave à une quarantaine de milles nautiques au Nord de Maurice. Le Dornier, qui rentrait de la première partie de la mission de quadrillage des parages de Saint-Brandon, fut dérouté pour une nouvelle mission de confirmation.
Entre-temps, l'équipage du CGS Guardian devait recevoir l'ordre de mettre le cap sur la zone des débris à la dérive. Mais le Sea Treasure devait être plus rapide pour l'opération de récupération des débris. Le CGS Guardian a ratissé les lieux indiqués avant de reprendre la route vers Saint-Brandon pour renforcer les dispositifs de la Search and Rescue Operation.
Parallèlement aux développements dans le Nord, sur le coup de 14 heures, hier, deux bateaux de pêche sportive croisant à l'ouest devaient récupérer deux gilets de sauvetage appartenant au King Fish V. Les deux équipements, qui n'auraient pas été utilisés selon Bahim Taher, ont été remis aux postes de la NCG d'Albion et de Grand-Baie, hier après-midi.
En quittant Grand-Baie, hier matin, l'Horizon avait pris à son bord deux touristes namibiens, John Foster et Gehard Dutoit. En longeant la côte ouest, les touristes ont pris un superbe thon, la satisfaction de la journée. Au moment de remettre le cap au nord pour regagner Grand-Baie, le barreur, un certain Bernard, devait apprendre par un message radio qu'un autre bateau de pêche avait récupéré un gilet de sauvetage du King Fish V au large d'Albion. Il était environ 14 heures.
" Mo ti a labar. Mo inn dir mo mem si mo get bien, mo kapav trouv kitsoz interesan lor lamer. Nou ti pe ale kan enn kout mo trouv enn zafer oranz ki pe flote lor lamer. Mo inn fer demitour pou al gete e mo inn trouv sa zile sovtaz ", raconte Bernard en présence de son collègue Renaud, du patron du bateau, M. Duvivier, et des deux touristes namibiens.
A ce stade, John Foster, même s'il ne comprenait ce qui se disait, devait se joindre à la conversation pour expliquer comment ils ont dû tenter à trois reprises de récupérer le gilet de sauvetage en mer. Horizon se trouvait alors à quelque cinq kilomètres au large du phare d'Albion. " The boat was redirected towards the orange on the sea. It was not easy to have the life-jacket gutted. We tried three times before being successful ", ajoute John Foster.
C'est à ce moment que les deux touristes namibiens devaient apprendre la nouvelle du naufrage des King Fish II et V à Saint-Brandon. " When I first heard about the wreck of the fishing vessels and when we found the life jacket, I thought that there must be a person under the water. Unfortunately, there was none. But I'll always remember this fishing trip ", devait conclure John Foster en posant avec le gilet de sauvetage pour le photographe de Le Mauricien.
D'autre part, dressant le bilan de la journée d'hier, le commandement général de la NCG confirme que " off lagoon patrols by NCG posts have been increased and personnel are maintaining a lookout for any liferaft sighting ". Au sujet des opérations d'hier sur la zone de débris dans le Nord de Maurice, la NCG note que " Dornier of the NCG was deployed off Grand Bay to investigate report of debris in the area. Police helicopter was also utilised for the search. Only a couple of wooden planks were sighted. Further investigation is in progress ". La direction générale de la NCG soutient que " searches by NCG Dornier and ships are being planned for today, The National Coast Guard intends to keep up the search till the time there is any reasonable chance and hope of finding the survivors ". Dans cette perspective, " the search and rescue probability area is being continuously re-appreciated based on wind and tide data provided by the Meteo Vacoas and is being attempted to be searched holistically with all available assets ".
Réponse avec citation
Google
  #22 (permalink)  
Vieux 06/03/2007, 13h21
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Recherches entre La Réunion et Madagascar


A la mi-journée, selon les indications disponibles, les recherches en cours en vue de retrouver les traces des canots de sauvetage des King Fish II et V se concentraient sur la zone entre La Réunion et la côte est de Madagascar. Il est en effet connu que les grands courants marins ont un drifting dans cette direction.
De son côté, la National Coast Guard attire l'attention sur le fait que " neighbouring maritime rescue coordination centres of La Réunion, Madagascar and Seychelles have also been requested to keep aircraft and vessels in the vicinity informed to keep a sharp look out for the vessel or liferafts ". Pour sa part, la direction de Hassen Taher Seafoods (Mauritius) Limited a tenu à rassurer ses clients, notamment les groupes hôteliers, quant à sa capacité à honorer ses engagements contractuels en matière d'approvisionnement en poissons et fruits de mer. " La flotte comprend dix unités de pêche. Avec les problèmes des King Fish II et V, nous disposons de huit autres bateaux de pêche. Nous n'avons aucun problème à fournir nos clients et le marché. Il n'y a aucune crainte à ce sujet ", devait faire comprendre Bahim Taher à la mi-journée.
Réponse avec citation
  #23 (permalink)  
Vieux 06/03/2007, 13h48
Avatar de SISTA
Super Fan RM
 
Date d'inscription: novembre 2004
Localisation: paris
Messages: 1 742
Envoyer un message via Yahoo à SISTA
ayo li pas facile du tout reste dans le doute coumçà ! bann fami là p passe ene mové moment !
Réponse avec citation
  #24 (permalink)  
Vieux 06/03/2007, 20h04
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Enfin, nou mette tous dans la main du createur.

Rocco
Réponse avec citation
  #25 (permalink)  
Vieux 06/03/2007, 20h33
Avatar de SISTA
Super Fan RM
 
Date d'inscription: novembre 2004
Localisation: paris
Messages: 1 742
Envoyer un message via Yahoo à SISTA
oui li tou sel koné ki finne arrivé !
Réponse avec citation
  #26 (permalink)  
Vieux 06/03/2007, 20h45
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Banne recents developements commencent paraite sombre.

Rocco
Réponse avec citation
  #27 (permalink)  
Vieux 08/03/2007, 20h08
Avatar de bomli
Fan RM
 
Date d'inscription: septembre 2005
Localisation: FR
Messages: 1 276
NAUFRAGE King Fish II et V


La US Coast Guard se joint aux recherches de la NCG


La Search and Rescue Operation en cours sous la supervision du commandant de la National Coast Guard, Mahendra Negi, pour retrouver les seize marins pêcheurs portés disparus depuis le 23 février suite au naufrage des bateaux King Fish II et V, bénéficie d'une étroite collaboration de la US Coast Guard, dont le QG est basé en Californie aux Etats-Unis. Ce développement est intervenu ce matin alors que les recherches sont appuyées par le Dornier, le CROSS de l'île de la Réunion ayant informé le commandement de la NCG que le Transall de l'armée de l'air française ne sera pas disponible aujourd'hui. De son côté, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, qui a voulu marquer sa solidarité avec les familles, a donné la garantie que tous les efforts nécessaires seront déployés dans le cadre des recherches engagées de manière continue depuis ce drame. Cet après-midi, la ministre de la Sécurité sociale, Shiela Bappoo, rencontrera de nouveau les parents des marins pêcheurs par rapport aux efforts de solidarité en leur faveur.
La direction générale de la US Coast Guard MRCC, basée à Alameda aux Etats-Unis, a pris contact avec le commandement de la NCG au 14e jour du naufrage des deux unités de pêche de la compagnie Hassen Taher Seafoods Ltd pour apporter sa contribution à la Search and Rescue Operation. Selon les informations disponibles ce matin, " the US Coast Guard has offered help in planning and it is expected that a search area based on the calculation of the MRCC California may be received soon ".
Pour l'instant, cette coopération de la US Coast Guard se limitera au niveau stratégique vu que " assistance in the form of ships/aircrafts may not be possible at the moment ". À la réception des données américaines au sujet de la Search Area, le commandement de la NCG procédera à une analyse comparative avec la Search and Rescue Probability Area délimitée sur la base des " Wind and Trade Data provided by Meteo Vacoas ".
Pour les recherches aujourd'hui, la NCG devra compter sur ses propres moyens en raison de l'indisponibilité du Transall de l'armée française. Le Dornier devra passer la barre des 60 heures de vol cumulatif, soit le quadrillage visuel de quelque 75 000 kilomètres carrés. Le CGS Guardian se trouve toujours dans les parages de Saint-Brandon.
De son côté, le Premier ministre a soutenu : " Je donne la garantie aux parents des marins pêcheurs portés disparus que tous les efforts et moyens possibles ont été déployés dans la Search and Rescue Operation. L'aide des pays amis a été sollicité et je dois les remercier pour la spontanéité de leur geste. Je sais que ces proches passent par une épreuve difficile. Je suis solidaire avec eux de même que l'est mon gouvernement. Je suis l'évolution des recherches de très près. " Navin Ramgoolam a confirmé qu'une enquête a été initiée par le Central CID en vue de faire la lumière sur les circonstances de ce drame lors du passage du cyclone tropical Gamede dans les parages.
Ainsi, cet après-midi, les familles des membres d'équipage des King Fish II et V ont de nouveau rendez-vous au ministère de la Sécurité sociale. Sheila Bappoo, ministre de tutelle, et d'autres membres du gouvernement, dont Madan Dulloo, Rama Valayden, James Burty David, devront également être présents lors de cette rencontre. Dans le cadre d'un premier effort de solidarité, le gouvernement s'apprête à puiser du fonds destiné aux familles en détresse du ministère de la Femme pour leur venir aide, en attendant la conclusion des procédures officielles au ministère de la Sécurité sociale.
En parallèle, les limiers du Central CID sous la supervision du surintendant Lollbeeharry poursuivent leur enquête en vue d'élucider d'éventuelles zones d'ombre dans cette affaire. Après avois consigné la version initiale des faits de la direction de Hassen Taher Seeafoods Limited, ils ont entendu les proches des ressortissants sri-lankais, qui font partie de l'équipage des King Fish II et V, notamment les capitaines Jayantha et Vasantha de Vesar. Des proches des parents des marins pêcheurs mauriciens sont également appelés à enregistrer des dépositions auprès du Central CID.
Contacts radio
Les responsables du Bureau du Port, autorité responsable des mouvements de bateau à partir de Port-Louis, coopèrent à cette enquête en fournissant des détails sur les procédures établies avant le départ de tout bateau pour les bancs de pêche. Ils ont été très explicites quant à la fréquence des contacts radio avec les bateaux croisant dans la région, ou encore les unités de pêche sur les bancs, en période cyclonique de même que les avertissements émis. Les membres de la direction de la compagnie de pêche ont été appelés à fournir des compléments d'information sur les mouvements du bateau. " Le capitaine est seul maître à bord ", ont-ils répondu aux enquêteurs, qui voulaient savoir pourquoi la compagnie n'a pas donné l'ordre aux équipages de se mettre à l'abri vu la proximité du cyclone tropical Gamede dans les parages de Saint-Brandon le vendredi 23 février dernier.
Réponse avec citation
  #28 (permalink)  
Vieux 13/03/2007, 13h28
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
SEARCH AND RESCUE Lors des sorties du CGS Guardian


Une ancre récupérée entre les îles Raphaël et Sirène







L'INS Sarvekshak, unité de la marine indienne, qui se trouve à Port-Louis, participe à la "Search and Rescue Operation" de la NCG en vue de retrouver les 16 marins-pêcheurs disparus au large de St Brandon depuis le 23 février dernier







A mesure que passent les jours, les chances de retrouver sains et saufs les 16 marins-pêcheurs des deux unités de la compagnie Hassen Taher Seafoods Limited, les King Fish II et V s'amenuisent. Dans certains milieux proches de la Seach and Rescue Operation (SAR) sous la supervision du commandement général de la National Coast Guard (NCG), l'on n'hésitait pas au 19e jour du naufrage de qualifier les chances de retrouver des survivants comme étant " very dim " même si aucune des sources n'a voulu se prononcer sur le Timing du Calling Off de la Search and Rescue Operation dans la région. Entre-temps, le Central CID, qui s'est vu confier la responsabilité d'initier une enquête sur ce double naufrage, devra soumettre aujourd'hui un premier rapport préliminaire au commissaire de police, avant l'institution d'une Court of Investigation. Avec le retour du CGS Guardian en rade de Port-Louis pendant le week-end, les enquêteurs de la police se retrouvent avec un élément d'information de taille : une ancre, possiblement appartenant au King Fish V, a été récupérée au fond de l'océan entre les îles St Raphaël et Sirène et ramenée à Maurice.
Interrogé sur ce nouveau développement, un porte-parole officiel de la NCG devait confirmer au Mauricien que " the anchor belongs possibly to one of the two fishing vessels which went missing in the night of the 23 rd and 24th February last ". " The NCG has handed over that piece of equipment to the Central CID, which is in charge of the enquiry. The anchor has been found in the same place where the two King Fish vessels had anchored ", ajoute notre interlocuteur.
Les recoupements d'informations effectués indiquent que cette ancre a été repérée et récupérée à l'endroit où avaient jeté l'ancre les King Fish II et V avant leur départ " without warning and notification " de Saint-Brandon dans la nuit du 23 au 24 février. Dans un premier temps, les éléments de la NCG et les limiers de la CID se trouvant à bord du CGS Guardian devaient remarquer une corde utilisée en général pour amarrer des bateaux qui flottaient à cet endroit situé entre les îles St-Raphaël et Sirène.
Les plongeurs de la National Coast Guard furent appelés à la rescousse pour une première identification. Par la suite, la décision fut prise en vue de remonter à bord du CGS Guardian cette pièce maîtresse qui gisait sur un banc de sable dans l'archipel de Saint-Brandon. Le porte-parole de la NCH devait confirmer que deux morceaux de corde étaient noués à cette ancre, confirmant la présence de deux unités de pêche à un moment donné.
En ce début de semaine, les responsables de la compagnie de pêche devaient être convoqués au QG du Central CID en vue de procéder à l'identification formelle de cette ancre. Cette dernière pièce sera ensuite envoyée au Forensic Science Laboratory (FSL) en vue d'une expertise complète. D'autre part, les limiers du Central CID menés par le chef inspecteur Ramasawmy étaient attendus à bord du Sea Treasure, qui est amarré au port de pêche de Trou-Fanfaron, dans la matinée.
Débris
Le Sea Tresaure, unité de pêche appartenant à Hassen Taher Seafoods Limited, est rentré à Port-Louis, samedi, après avoir effectué des recherches pour retrouver les traces des 16 pêcheurs portés disparus. Ce bateau a également récupéré au large de l'île Ronde des débris appartenant au King Fish V. Les membres du CID devaient prendre possession de ces débris, comprenant entre autres une couchette, au moins quatre poutres provenant de la cale du bateau et des sacs de papier toilette.
D'autre part, le Central CID s'apprête aujourd'hui à soumettre un premier rapport préliminaire sur l'enquête menée à Saint-Brandon et à Maurice sur les circonstances du drame des King Fish II et V. Le rapport comprend principalement un relevé de tous les contacts-radio entre la base de la NCG à l'Île-Raphaël et les deux bateaux de pêche. Lors d'un des échanges, probablement le jeudi 22, le commandant du King Fish V devait faire comprendre aux officiers de la NCG qu'il avait cherché refuge à côté de l'île Sirène parce qu'il attendait un autre bateau de pêche, en l'occurrence le King Fish II.
Dans les milieux officiels, l'on soutient en ce début de semaine, qu'une décision formelle par rapport au démarrage des auditions d'une Court of Investigation devrait intervenir d'ici à la fin de la semaine. Les compléments d'informations recueillis par le Central CID dans le cadre de l'identification des débris ramenés des lieux du sinistre devraient être versés au dossier de l'enquête policière. La mise sur pied de cette Court of Investigation est considérée comme une séquence logique vu les dispositions du Merchant Shipping Act à ce chapitre.
Recherche d'indices
En ce qui concerne les recherches en cours, la NCG a obtenu la collaboration de l'Indian Naval Ship (INS) Sarvekshak, qui est arrivé à Port-Louis dans le cadre d'une mission officielle pour des relevés hydrographiques. " En arrivant à Maurice, cette unité de la marine indienne a participé aux recherches dans des zones qui lui ont été attribuées par le commandement général de la NCG. Ce matin, elle est sortie en mission de recherches dans d'autres zones bien délimitées. La zone de dérive se situe davantage au Sud de Maurice au fur et à mesure que les jours passent ", indique-t-on du côté du QG de la NCG.
D'autre part, les hélicoptères se trouvant sur le bâtiment de la marine française, la Jeanne D'Arc, ont participé à d'importantes opérations en vue de relever le moindre indice sur la présence des rescapés et des débris des King Fish II et V. La Jeanne d'Arc est arrivée à la Réunion, hier matin, alors que la frégate anti-sous-marine Georges-Leygues, qui a participé aux recherches, se trouve actuellement en escale à Port-Louis.
Le Dornier a effectué des sorties dans la journée de dimanche et devait prendre son envol ce matin pour deux Back-to-Back Sorties quotidiennes sur la zone. Selon des sources officielles, pour chaque sortie du Dornier, les Police Headquarters doivent prévoir un budget variant entre Rs 175 000 et Rs 200 000, soit Rs 400 000 par jour.




Agalega : vérifications sur l'île du Sud à la mi-journée


Suite à des rumeurs persistantes à l'effet que des débris du naufrage du King Fish II, et du King Fish V, auraient échoué sur les plages d'Agalega, qui se trouve à quelque 500 milles au nord de Saint-Brandon, un exercice de vérification a été engagé à la mi-journée. C'est ce qu'a appris Le Mauricien suite à un échange téléphonique avec une source à Agalega. Pendant le week-end, des indications sont parvenues à Maurice comme quoi des Flares auraient été aperçues dans le ciel d'Agalega et des débris, semble-t-il, aperçus dans les parages.
" Hier après-midi, lors de la cérémonie officielle du lever de drapeau pour marquer la fête nationale, nous avons entendu parler de cette affaire de torches et autres débris. Nous avons pris la décision de procéder à un exercice de vérification à l'île du Sud, notamment à l'endroit dit Grosse-Roche. Nous n'avons pas pu y aller plus tôt le matin en raison de la mer houleuse et de la forte brise liée au cyclone Indlala ", a-t-on indiqué au Mauricien ce matin. Mais à la mi-journée, des éléments du National Coast Guard (NCG) ont été dépêchés sur l'île du Sud pour des vérifications formelles auprès des habitants, qui sont une cinquantaine au total. Les membres du NCG devaient regagner l'île du Nord avec les informations en cours d'après-midi
Réponse avec citation
  #29 (permalink)  
Vieux 25/03/2007, 12h54
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Recherches toujours vaines !



Disparition de 16 pêcheurs

Recherches toujours vaines !


Trente jours après leur disparition en mer lors du passage du cyclone Gamede au large de Saint-Brandon, les noms des 16 membres d'équipage des King Fish II et V sont sur le point d'être ajoutés à la longue liste des personnes disparues en mer. 2007 se retrouve avec un très lourd bilan comparativement aux années précédentes. Jusqu'ici, la search and rescue operation sous la supervision du commanding officer de la National Coast Guard (NCG), le commandant Mahendra Negi, est demeurée vaine.
Depuis le début de la semaine écoulée, le Dornier, l'avion de la NCG, se trouve au hangar d'Air Mauritiuspour un serviving complet suite à la série de sorties quotidiennes depuis le 28 février dernier. Malgré tout, les recherches n'ont pas été abandonnées complètement car l'attention des cargos croisant dans cette partie de l'océan Indien est sollicitée en cas de dérive des canots de sauvetage des King Fish II et V.
" More than everything possible has been in the Search and Rescue Operation to find the survivors or the liferafts of King Fish II and V. During the last days, the boats had been doing the search around the West and the East coasts. The crude fact is that we have not been able to find the slight sighting of the survivors or the liferafts during almost the last thirty days ", a indiqué à Week-End un porte-parole officiel au QG de la NCG à Les Salines.
Pourtant, ce ne sont pas les moyens logistiques qui ont fait défaut pour les opérations de recherche.Initialement, les efforts de la NCG furent encadrés par une importante opération de quadrillage visuel avec l'aide du Transall des Forces armées françaises dans l'océan Indien avant l'intervention du porte-hélicoptères Jeanne d'Arc et de la régate anti-sous-marine Louis-Leygues. Le quartier général de la US Coast Guard en Californie a fourni des données informatiques relatives à la zone de dérive en complément à l'exercice déjà entrepris par le NCG. Puis, le bateau indien Sharvekshak s'est joint aux recherches.
Mais les recherches sont de moins en moins intenses depuis la semaine écoulée. Pour cause, le Dornier, qui a assumé un rôle pivot lors des opérations de recherches en mer, est en maintenance complète au garage depuis une semaine après son dernier vol de reconnaissance au large d'Agaléga. " Il était évident qu'après avoir sillonné l'océan Indien pendant autant de jours, le Dornier méritait un bon servicing. Mais les recherches n'ont pas été complètement abandonnées. Des messages demandant aux bateaux se trouvant sur la zone d'être aux aguets sont retransmis régulièrement, même si du côté de la Réunion l'on pense que ce serait peine perdue. L'on garde toujours espoir de retrouver quelque chose en mer ", ajoute-t-on du côté des police headquarters.
De son côté, Hassen Taher Seafods Limited, compagnie de pêche propriétaire des King Fish II et V,demande aux membres d'équipage des autres bateaux de pêche lui appartenant d'êtres vigilants lors des campagnes de pêche. Pas moins de trois unités de pêche de cette compagnie se trouvent de nouveau sur les bancs au Nord de Maurice depuis la semaine dernière.
Du côté des familles, l'angoisse de l'attente a cédé le pas à la cruelle réalité. Sauf miracle, les 16 marins-pêcheurs portés disparus depuis le vendredi 23 février ne reviendront jamais sur terre. Pour les proches des victmes, les délibérations de la Court of Investigation nommée par le conseil des ministres au terme du Merchant Shipping Act représenteront un maigre exutoire dans la mesure où, sur la base de certains témoignages, ils seront en mesure de mieux comprendre ce qui aurait pu se passer dans la nuit du 23 au 24 février dernier alors que Gamede battait son plein.
Mais, jusqu'ici, outre la décision d'instituer cette instance d'enquête, très peu de détails ont été communiqués. La composition de la Court of Investigation présidée par un sitting magistrate ou encore son calendrier de travail ne sont pas encore connus. Une communication officielle est prévue cette semaine avec les premières séances qui devraient avoir lieu au cours de la quinzaine initiale d'avril.



Les personnes disparues en mer depuis 2002


Le double naufrage des King Fish II et V dans la nuit du 23 au 24 février au large de Saint-Brandon est l'un des plus tragiques depuis ces dernières années. Seize membres d'équipage sont portés disparus. Neuf se trouvaient sur le King Fish II, qui a quitté Port-Louis le 19 févrer dernier, soit :
le skipper Jayantila de Vesar, de nationalité srilankaise ;
Eroynston de Vesar, mécanicien de nationalité srilankaise ;
Ravienra Fernando, maître-pêcheur de nationalité srilankaise ;
Rosies Pasnin, pêcheur ;
Jean-Noël Menesse, pêcheur ;
Antoine Darga, pêcheur ;
Louis Marion Menesse, pêcheur ;
Elli Joseph Onno, pêcheur ;
Ramen Parsoomaren, pêcheur.
Les sept autres se trouvaient à bord du King Fish V, parti en campagne de pêche depuis le 13 février, soit :
Wasanta de Vesar, assistant skipperde nationalité srilankaise ;
Bolonghe Warniku, assistant maître d'équipagede nationalité srilankaise ;
Cyril Bontemps, mécanicien ;
Renaud Lemaître, pêcheur ;
Gino Auguste, pêcheur ;
Lincoln Elysée, pêcheur ;
Jean-Patrice Meunier, pêcheur.
Les précédents cas de personnes disparues en mer, soit depuis 2002 sont les suivants : le FV Variola avec cinq personnes à bord, qui avait quitté Port-Mathurin, deux cas en 2003, soit une personne à bird du FV Bonanza et deux autres personnes sur un autre bateau ; deux cas en 2004 avec deux portés disparus du FV Charlie et trois pêcheurs travaillant sur le FV Noor Star. Aucun cas ne fut enregistré en 2004. Quatre personnes furent portées disparues à bord du FV Olympe, qui avait quitté Trou-aux-Biches en 2006 pour ne jamais revenir.
Réponse avec citation
  #30 (permalink)  
Vieux 14/05/2007, 13h05
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev


Drame des King Fish II et V

Le rapport de la Court of Investigation attendu à la fin de juin


La Court of investigationinstituée pour faire la lumière sur les circonstances de la disparition des 16 marins-pêcheurs des King Fish II et V, présidée par le magistrat Benjamin Marie-Joseph, devrait être en mesure de soumettre son rapport d'ici la fin du mois de juin. C'est ce que Week-End a appris de source proche de la cour. Selon les indications recueillies, il ressort que les travaux présidés par le magistrat Benjamin Marie-Joseph entreront dans leur phase terminale à partir de la séance du 25 mai courant, séance à laquelle Hassen Taher, le propriétaire des deux bateaux, devrait être assigné comme témoin.
Selon les indications recueillies dans les milieux concernés, le magistrat Marie-Joseph et ses deux assesseurs, le capitaine Jean Wong Chung Toi et Bo Ronn s'apprêtent à auditionner les derniers témoins à être entendus par la Court of investigationà partir du 25 courant. Après avoir successivement auditionné les enquêteurs du Central CID,le responsable de la National Coast Guard (NCG) de St-Brandon au moment des faits, à savoir le sergent Kober Mohess, le skipperdu Sea Treasure, Noël Mario Monvoisin, qui avait participé aux recherches et récupéré du matériel du King Fish II, qui avait été retrouvé échoué sur les bancs de l'île Cocos, le coordonnateur de la compagnie Hassen Taher, Jimmy Jean-Louis, de même que plusieurs autres témoins, venant notamment des ministères de la Pêche, la cour souhaite entendre la version des faits du propriétaire des deux bateaux, à savoir Hassen Taher. Selon nos recoupements, ce dernier pourrait être convoqué pour la séance du 25 mai. Cependant, à hier, aucune convocation officielle n'avait encore été envoyée à Hassen Taher.
À ce stade des travaux de la Court of Investigation, le magistrat Marie-Joseph est en présence du témoignage capital du sergent Kober Mohess, qui était en contact visuel et radio avec les deux bateaux, et ce pendant plus de 30 heures, les 22 et 23 février dernier. Selon la version des faits du sergent, le King Fish II avait des avaries de moteur et s'était approché de St-Brandon en vue d'effectuer ces réparations. Le King Fish V était du reste, toujours selon le même témoin, venu à la rescousse du King Fish II.
"Confortables"
Le sergent Mohess a perdu tout contact visuel avec les deux King Fish aux alentours de 20h50 le 23 février, alors que les rafales de Gamede se faisaient sentir. Il avait aussi insisté sur le fait qu'il avait donné pour conseil aux deux skippers, à savoir les Sri-Lankais Jayantha et Wasantha de Vesar, de se diriger vers l'île Albatros pour être en sécurité. Les deux skippersauraient, selon le témoin, tout simplement fait fi de ses recommandations afin de mettre le cap vers l'île Sirène, en disant qu'ils étaient "confortables" en dépit du mauvais temps découlant de l'approche de Gamede et qu'ils avaient l'habitude de travailler dans de telles conditions.
Lors des deux dernières séances des travaux consacrées à l'audition de Jimmy Jean-Louis, des questions précises en relation au témoignage du sergent Mohess ont été posées au témoin. Jimmy Jean-Louis avait fait ressortir en cour que c'est à travers les comptes rendus des travaux de la Court of Investigationque la compagnie a pris connaissance du fait que le King Fish II avait des avaries de moteur qui nécessitaient des réparations et que le King Fish V était venu sur les lieux dans cette optique.
Par la suite, le magistrat Marie-Joseph a fait clairement comprendre que le témoignage du responsable de la compagnie, Hassen Taher, était nécessaire devant la Court of Investigation.Dans un premier temps, le magistrat a demandé au témoin depuis quand il travaille pour le compte de la compagnie Hassen Taher. Jimmy Jean-Louis a fait ressortir qu'il y est employé depuis janvier.
Après avoir entendu ce dernier durant deux séances, séances durant laquelle le coordonnateur de la compagnie a soumis tous les documents relatifs aux deux bateaux et aux équipements qui s'y trouvent, le magistrat Marie-Joseph avait déclaré, lors de la dernière séance, qu'il estimait que le témoignage de Jimmy Jean-Louis relevait du "ouï-dire". "Je pense que ce que vous avez donné à la cour comme information est du hearsay. Je pense qu'il faudrait savoir si les skippers ont été properly briefed par le propriétaire, etc. Pour la prochaine séance (NDLR : qui aura lieu le 25 mai), nous allons assigner la personne concernée", avait déclaré en substance le magistrat.
Mystère du 16e homme
Ce dernier avait aussi émis l'intention de la cour de procéder à la visite d'un autre bateau appartenant à la compagnie Hassen Taher, qui serait similaire au King Fish V. Pour rappel, le magistrat et ses assesseurs s'étaient également rendus à St-Brandon afin de visiter l'épave du King Fish II, de même que les locaux de la NCG qui s'y trouvent.
Autre point capital sur lequel s'est attardée la Court of Investigation :l'omission de Jean-François Ramen Parsuramen de la liste officielle des membres de l'équipage des deux King Fish. Autre élément fourni par le sergent Mohess à la cour : le nom de Jean-François Ramen Parsuramen faisait bel et bien partie des listes d'équipages communiquées à la NCG de St-Brandon le 22 février dernier. Le mystère du 16e homme a du reste été un des faits marquant de la dernière séance. Jimmy Jean-Louis avait alors fait ressortir à la barre que la compagnie n'était pas au courant de cette information. En fonction du calendrier établi par le magistrat et ses assesseurs, les auditions devraient normalement prendre fin au début de juin et le rapport prêt d'ici la fin du même moi.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
disparus, mer, pecheurs

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 13h55.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com