ban rodriguais victimes de ventes à la barre? - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 25/09/2006, 09h39
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
ban rodriguais victimes de ventes à la barre?

Dina Moussa : mon hôtel de Rs 25 M vendu à Rs 8, 5 M







Louis Emilien (à gauche), partiellement aveugle, dit avoir été victime d'une grosse escroquerie d'un proche avec la complicité d'un notaire. A ses côtés, Harish Boodhoo lors de la conférence de presse d'hier








Plusieurs nouvelles "victimes" du système de vente à la barre - dont certaines venant de Rodrigues - ont été présentées à la presse, hier matin, dans les locaux de "Sunday Vani", par Harish Boodhoo, qui revient lui-même, d'un séjour de quatre jours dans l'île et principalement à Port-Mathurin. Après avoir pris connaissance de ces divers témoignages - dont celui poignant de Jacques Louis Emilien (voir hors-texte) - recueillis sur place, M. Boodhoo considère que le pays est " malade " et qu'on serait au bord d'une véritable " catastrophe ".
Dina Moussa a vu, en 2004, son hôtel de 28 chambres de Port-Mathurin, Le Beau Soleil, estimé à Rs 25 M par la Banque de Développement - à qui il a emprunté la somme de Rs 8, 5 M - être vendu à la barre pour Rs 8, 5 M. Là où il y aurait maldonne, selon MM. Moussa et Boodhoo, c'est que le propriétaire de l'hôtel avait d'abord retenu les services d'un avoué - afin de gagner du temps pour pouvoir régler ses problèmes financiers.
C'est ainsi, dit-il, qu'il a successivement payé des sommes de Rs 20 000, de Rs 35 000 et de Rs 35 000 à cet avoué afin de renvoyer à chaque fois la date de la saisie et de la vente de l'hôtel. Puis, un beau jour, poursuit-il, l'avoué s'est présenté, accompagné d'une autre personne. " Mon avoué m'a dit que cette personne voulait visiter mon hôtel dans le but de m'aider financièrement ", dit-il.
Par la suite, son hôtel devait être mis à la barre avec une mise à prix de Rs 25 000. Et qui plus est : l'hôtel devait être vendu à cette même personne - qui devait supposément l'aider financièrement, raconte M. Moussa qui dit habiter aujourd'hui une petite maison en tôle en compagnie de sa mère.
Autre cas : celui de Mme Lalande, 81 ans, qui a également fait le déplacement de Mont-Lubin, Rodrigues. Elle affirme avoir perdu 120 arpents de terre. Dans sa démarche pour retrouver les biens de ses ancêtres, dit-elle, un policier lui avait conseillé de voir un avoué, à qui elle aurait remis Rs 20 000 afin qu'il puisse faire le nécessaire pour résoudre son problème. Mais à ce jour, dit-elle, rien n'a été fait.
Et pourtant, elle dit avoir fait le déplacement au moins quatre fois vers Maurice pour cela. Aussi, dit-elle, lors d'une des visites de Harish Boodhoo à Rodrigues, à qui elle a fait part de ses problèmes, une déposition a été faite à la police de Port-Mathurin pour faire état de ce déboursement de Rs 20 000 à l'avoué en question.
" Vie de martyr "
" Zamé pas finn arpante. Se enn clear case de swindling ", dira, de son côté M. Boodhoo qui précise même, en parcourant son calepin, que la date où Mme Lalande a consigné sa déposition contre cet avoué au poste de police de Port-Mathurin était le 28 septembre 2004 à 13h15. Soulignons que Mme Lalande s'est également d'avoir perdu beaucoup de terrains à Maurice et notamment à Plaine-des-Roches ; Mapou ; Bambous et Flacq par voie de prescription.
Quant à Inous Antooarou, la soixantaine passée, qui habite Latapie, Bon-Accueil, il dit vivre " une vraie vie de martyr " pour une question de bornes. Afin de régler sa situation, il a essayé de retenir les services d'une dizaine d'avocats, d'avoués et d'arpenteurs. Durant ses démarches, il a dépensé plus de Rs 100 000 sans obtenir satisfaction. Au contraire, il devait être agressé par ses voisins alors que, selon M. Boodhoo, le DPP devait décider de son côté : " No further action. "
Pour un autre couple - M et Mme Chedumbrum - de Henrietta, c'est également un problème de terrain auquel ils ont à faire face. M. Chedumbrum dit avoir remis Rs 20 000 à une avouée pour qu'elle résolve ses problèmes. " Sa madam-la pann fer narye. Mo oule ki li rann mo kas ", devait lancer M. Chebumbrum.
Le cas de Mme Roopun de Chamouny est également édifiant. Pour avoir emprunté une somme de Rs 235 000 pour laquelle elle devait signer pour un montant de Rs 400 000 à un casseur, sa maison à étage de six chambres sera mise à la barre jeudi prochain. Et pourtant, le casseur en question ne détient pas de permis pour opérer comme tel, devait rappeler M. Boodhoo.
Rappelons que, ce matin, les représentants de l'Association des Victimes du Sale by Levy, Salim Muthy et Sarita Boodhoo, rencontreront les représentants des fédérations syndicales, au Centre social Marie-Reine-de-la-Paix.



Louis Emilien (partiellement aveugle) dépossédé de sa maison


Un témoignage bien poignant est celui de Jacques Louis Emilien, 62 ans et qui habite Cité-L'Avenir, St-Pierre. Partiellement aveugle, donc incapable de lire les documents légaux, il se voit subitement être dépossédé de sa maison et cela de la façon la plus odieuse qui soit - selon sa version des faits. En effet, selon M. Emilien, un jour, un proche, l'avait invité à l'accompagner chez un notaire " pou met so pous lor enn dokiman " afin de soi-disant renouveler le bail sur lequel se trouve sa maison.
Or, telle ne devait être l'intention réelle de ce proche qui, en fait, aurait ainsi induit en erreur M. Emilien pour faire transférer la maison à son nom. Et, ici, M. Boodhoo devait intervenir pour affirmer que le notaire qui a rédigé le papier de vente se serait également rendu coupable de complicité dans cette action hautement condamnable. D'ailleurs, dit-il, brandissant d'autres documents, M. Emilien est un homme bel et bien marié civilement alors que le document du notaire dit tout le contraire.
Réponse avec citation
Google
Réponse

Tags
ban, barre, rodriguais, ventes, victimes

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
AIDER LES VICTIMES DU CYCLONE HENNIE Rocco Discussions Générales 1 25/03/2005 09h44


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 17h01.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com