Rencontre avec Francis Cabrel - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 19/09/2006, 20h14
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Rencontre avec Francis Cabrel

RENCONTRE: Francis Cabrel


"Une star à sa façon"


Loin de toutes les futilités et tous les artifices dont s'encombrent certaines "stars" du show-biz, Francis Cabrel, maître incontesté de la chanson française, avec quelques autres grands de sa génération, sert une belle leçon d'humilité. D'une désarmante simplicité, une gentillesse innée, franc, direct et l'humour au bout de la langue malgré un semblant d'impassibilité, l'auteur de Petite Marie, Je l'aime à mourir, L'encre de tes yeux… se livrait hier, à l'hôtel Dinarobin, au Morne. Ce soir, au Centre Vivekananda, à Pailles, le chanteur se produit à l'initiative d'Immedia. Rencontre avec "Une star, à sa façon" …
Empruntons, le temps d'une rencontre emplie d'humanité et de douceur, le titre d'une de ses propres compositions, pour rendre hommage à ce grand défenseur de la chanson française. Star à sa façon est une de ses premières compositions, parue sur son deuxième album "Chemins de traverse", sorti en 1979 et sur lequel on retrouve aussi Je l'aime à mourir. Artiste qui est resté en marge du star-system tout au long de sa belle carrière - 30 ans au compteur, l'an prochain ! - Francis Cabrel se produit ce soir pour un unique concert mauricien, au Swami Vivekananda Centre de Pailles. L'initiative est de l'agence Immedia, qui organise, pour la deuxième fois, un concert de Francis Cabrel à Maurice. L'artiste lui, s'il avoue " venir souvent en vacances, avec ma famille, à Maurice ", en est, pour sa part, à son quatrième concert sous le ciel mauricien.
" La dernière fois que je suis venu remonte à dix ans. Ça commençait à faire long ! ", confie-t-il, reconnaissant que " je ne m'étais pas rendu compte que cela faisait autant de temps ! " Des " tournées françaises longues ", entre autres, l'ont tenu loin de "son" public local. Un public qu'il décrit affectueusement, d'ailleurs. " J'ai le souvenir de gens qui chantent avec moi quand je suis en concert ici ; des gens qui connaissent mes chansons. Je n'ai que de bons souvenirs de mon public mauricien. " Et Cabrel se rappelle surtout d'un de ses concerts à La Citadelle… " Il pleuvait… ", se remémore-t-il, souriant. À ses côtés, sur la balançoire où ils ont pris place, Rama Poonoosamy, initiateur de sa présente venue chez nous, le rassure, car le Swami Vivekananda est une salle couverte. Questionné quant à l'âge de son public et s'il arrive à réconcilier ceux qui le suivent depuis ses débuts à la fin des années 70 et la génération actuelle, nourrie de télés-réalités, Cabrel lâche simplement : " Je ne porte pas de lunettes quand je chante sur scène… " Oscillant entre humour et sérieux, le chanteur promet, pour se faire pardonner de ses fans locaux, de sa longue absence, " de me donner à fond. Jusqu'au petit matin, même… À quelle heure est-ce que le jour se lève ici ? "
Dialogue et harmonie
Avouant aimer " toutes mes chansons, sans distinction ", quand il réalise " la douleur que j'ai eu à les composer ", Francis Cabrel évoque le métier qui est le sien. Composer, pour lui, relève de l'effort du cruciverbiste. " Je joue avec les mots. Je monte des phrases, des expressions ; je les démonte et les remonte. " Tout cela pour dire " des sentiments humains ; ce que la vie fait de nous… " Ainsi sont les chansons de Cabrel ; des tranches de vie, d'amour, de solitude, de peines. Certes, depuis ses débuts rock, ou plutôt, contestataire, de la veine des Ma place dans le trafic, Tourner les hélicos, Saïd et Mohamed, Question d'équilibre, Encore et encore… aux morceaux plus calmes de ses derniers opus, Cabrel s'est "assagi". Mais l'auteur-compositeur-interprète continue à " être interpellé par des choses comme la montée de l'intégrisme ; le manque de dialogue entre les gens ; l'harmonie manquante auprès de certains… Ce sont des choses qui me perturbent, sur lesquelles je m'interroge. " L'écologie également sollicite son attention. Des thèmes que ses fans retrouveront sur son prochain album, " qui sortira l'année prochaine, pour marquer mes 30 ans de carrière. "
Proche de la vie politique de sa ville natale, Astaffort, dont il a été le conseiller municipal en 1989, et fervent supporter de l'équipe de rugby d'Agen, qu'il admet être quasiment inconnue, Francis Cabrel récuse toute proximité avec la vie politique. " La politique, témoigne-t-il, ce n'est pas dans mon tempérament. Et je ne pense pas que c'est le rôle d'un artiste de faire le jeu des politiques. Les hommes politiques se servent des artistes quand ils ont besoin de ces derniers et ensuite, les abandonnent. " De la même manière, il estime que l'artiste a un rôle social mais avec des limites.
Disant son admiration pour les jeunes tels que Vincent Delerme, M ou encore Cali, qui " écrivent de belles petites histoires bien ficelées ", Cabrel, du haut de ses 30 ans de carrière, reste l'artiste hors normes, qui récuse toute étiquette et qui a su injecter ce qu'il faut de fraîcheur et de nouveauté à son œuvre pour qu'elle défie les limites du temps.
Ce soir, le temps d'un tour de chant d'à peu près 120 minutes, Francis Cabrel et ses musiciens nous feront vivre, une fois encore, un rêve éveillé… Rappelons que ce soir le concert sera joué à guichets fermés, les billets étant épuisés depuis samedi dernier.

Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 20/09/2006, 08h32
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Cabrel, une parole et de “Beaux dégâts”


HIER, AU CENTRE VIVEKANANDA
Cabrel, une parole et de “Beaux dégâts”

Il devait venir en février. Malheureusement il avait dû annuler à cause de l’épidémie de chikungunya. Mais il avait promis que ce ne serait que partie remise. Francis Cabrel a tenu parole. Avec ses potes, ils ont fait de “Beaux dégâts”, hier soir au Centre Vivekananda, à Pailles…

“Il va chanter presque deux heures”, promettait, avant le concert, l’agence Immédia. L’organisateur principal du concert était tout heureux d’avoir réussi à faire revenir le chanteur. “Francis m’avait affirmé qu’il chanterait deux fois plus que ce qu’il aurait fait s’il était venu en février…” La star de la chanson française a interprété des extraits de son dernier album. Et quelques-uns de ses plus beaux succès, L’encre de tes yeux, Sabarcane, La cabane du pêcheur.

Francis Cabrel n’avait plus donné de concerts à Maurice depuis dix ans. Il débarque régulièrement sous le soleil mauricien, en famille, pour des vacances. Et son premier concert mauricien date de vingt ans, déjà. “Ça n’a pas beaucoup changé”, rassure-t-il. Francis Cabrel se définit volontiers comme un têtu. Il s’accroche à ce qu’il aime. En musique, c’est surtout le blues. Ce qui l’interpelle ? Les intégrismes, le manque d’humanisme entre les peuples, les problèmes écologiques…

Sa relation avec le public mauricien ? “Ça s’est toujours très bien passé.” Et de le prouver lors de son tour de chant, quand les spectateurs, conquis, reprennent en chœur des chansons apprises par cœur.

Mais Maurice, ses paysages, voire ses belles plages, n’ont jamais été une source d’inspiration pour Francis Cabrel. Dommage… Il préfère jouer avec les mots. “C’est ce qui m’inspire, le travail littéraire, la marqueterie.”

Francis Cabrel était parmi nous et il est déjà ailleurs. Après le concert éclair d’hier soir, où il a mis le feu aux Pailles, il s’attellera à son prochain album. Celui qui marquera trente ans de carrière et qui devrait voir le jour en 2007.
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 20/09/2006, 15h39
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Citation:
Posté par Dev

HIER, AU CENTRE VIVEKANANDA
Cabrel, une parole et de “Beaux dégâts”

hier soir au Centre Vivekananda, à Pailles… La star de la chanson française a interprété des extraits de son dernier album. Et quelques-uns de ses plus beaux succès, L’encre de tes yeux, Sabarcane, La cabane du pêcheur.
j'aurais bien aimer être au Centre Vivekananda hier soir ziste pou écoute "L'encre de tes yeux" et "Sabarcane" deux parmi bann chanson ki mo préféré.

L'encre de tes yeux
par Francis Cabrel

Puisqu'on ne vivra j'amais tous les deux
Puisqu'on est fou,puisqu'on est seuls
Puisqu'ils sont si nombreux
Même la morale parle pour eux
J'aimerais quand même te dire
Tout ce que j'ai pu écrire
Je l'ai puisé à l'encre de tes yeux.

Je n'avais pas vu que tu portais des chaines
Atrop vouloir te regarder
J'en oubliais les miennes
On rêvait de Venise et de liberté
J'aimerais quand même te dire
Tout ce que j'ai pu écrire
C'est ton sourire qui me la dicté

Tu viendras longtemps marcher dans mes rêves
Tu viendras toujours du côté
Où le soleil se lève
Et si malgré ça j'arrive à t'oublier
J'aimerais quand même te dire
Tous ce que j'ai pu écrire
Aura longtemps le parfum de regrets

Mais puisqu'on ne vivra j'amais tous les deux
Puisqu'on est fou,puisqu'on est seuls
Puisqu'ils sont nombreux
Même la morale parle pour eux
J'aimerais quand même te dire
Tout ce que j'ai pu écrire
Je l'ai puisé à l'encre de tes yeux
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 20/09/2006, 15h58
Avatar de zotsaaa
Fan RM
 
Date d'inscription: août 2005
Messages: 580
Bien Romantik sa santé la....
Mo sire tous kamouade in perce Vivekananda, ek zot briquet, la mé la O pé aprecié sa ti lécaille la
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 20/09/2006, 16h12
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Citation:
Posté par monica__95
j'aurais bien aimer être au Centre Vivekananda hier soir ziste pou écoute "L'encre de tes yeux" et "Sabarcane" deux parmi bann chanson ki mo préféré.

L'encre de tes yeux
par Francis Cabrel

Puisqu'on ne vivra j'amais tous les deux
Puisqu'on est fou,puisqu'on est seuls
Puisqu'ils sont si nombreux
Même la morale parle pour eux
J'aimerais quand même te dire
Tout ce que j'ai pu écrire
Je l'ai puisé à l'encre de tes yeux.

Je n'avais pas vu que tu portais des chaines
Atrop vouloir te regarder
J'en oubliais les miennes
On rêvait de Venise et de liberté
J'aimerais quand même te dire
Tout ce que j'ai pu écrire
C'est ton sourire qui me la dicté

Tu viendras longtemps marcher dans mes rêves
Tu viendras toujours du côté
Où le soleil se lève
Et si malgré ça j'arrive à t'oublier
J'aimerais quand même te dire
Tous ce que j'ai pu écrire
Aura longtemps le parfum de regrets

Mais puisqu'on ne vivra j'amais tous les deux
Puisqu'on est fou,puisqu'on est seuls
Puisqu'ils sont nombreux
Même la morale parle pour eux
J'aimerais quand même te dire
Tout ce que j'ai pu écrire
Je l'ai puisé à l'encre de tes yeux
Bien Momo , t'es romantique , c'est une des chansons de Cabrel que j'aime le plus. Mo sure nous envoyé spécial Rocco ti percé la bas
Réponse avec citation
  #6 (permalink)  
Vieux 20/09/2006, 16h29
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Citation:
Posté par Dev
Bien Momo , t'es romantique , c'est une des chansons de Cabrel que j'aime le plus. Mo sure nous envoyé spécial Rocco ti percé la bas
Mais oui mo trés romantique,nou envoyer spécial Rocco pas a Maurice en ce moment li finn ale en vadrouille pou 2 semaines
Réponse avec citation
  #7 (permalink)  
Vieux 20/09/2006, 17h13
Avatar de dorine421
Fan RM
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Enghien-Belgique
Messages: 870
seryé sa santer là, mo ti p fer karaoké ar sa...mari seryé pou santer...
Réponse avec citation
  #8 (permalink)  
Vieux 21/09/2006, 08h29
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Cabrel en état de grâce

Cabrel en état de grâce


120 minutes de pur bonheur, les cœurs battant la chamade aux moindres riffs exécutés par le maestro de la soirée. Ainsi peut se résumer le concert de Francis Cabrel, hier soir au Swami Vivekananda Centre de Pailles. Immedia a visé juste, en invitant un artiste immense et complet. En témoigne la présence des quelque 4 000 spectateurs présents, les refrains repris en chœur, les rappels et cette évidente complicité entre l'artiste et "son" public local.
Francis Cabrel en état de grâce. C'est ainsi que son public mauricien l'a retrouvé, hier soir, le temps d'un concert de deux heures au Swami Vivekananda Centre de Pailles. C'est la quatrième fois que Francis Cabrel, habitué de nos côtes pour des vacances familiales, se produit chez nous. L'invité de l'agence Immedia, qui devait se produire initialement en février dernier et qui avait dû reporter sa venue pour cause du chikungunya dans l'île, s'est amplement racheté pour ce retard. Démarrant au quart de tour avec Chemins de traverse, l'une de ses toutes premières chansons, l'artiste a tenu une salle comble, contenant les quelque 4 000 spectateurs, en haleine d'un bout à l'autre de son concert.
Rares sont ceux qui peuvent parler d'amour trente ans durant et ne jamais lasser, ni être dépassés. Francis Cabrel est de ces happy few. L'encre de tes yeux, Je l'aime à mourir, Petite Marie, C'est écrit… ne datent pas d'hier. Mais chacune de ces chansons traduit l'immense talent de ciseleur de mots qu'est Cabrel. Car chacune de ces chansons déclenche des déferlantes d'émotions à l'état brut. Ceux présents à Pailles, hier soir, peuvent en témoigner. D'autant que la majorité de ceux qui se sont déplacés pour l'applaudir et reprendre avec lui ses refrains les plus connus ne sont pas de la génération des années 70 et 80 ; mais bien des jeunes de la présente génération !
Qu'il soit accompagné de ses excellents musiciens ou seul à la guitare, le poète d'Astaffort égrène ses tranches de vie ; certaines fleurant bon la campagne française (Les murs de poussières) ; d'autres rappelant ses démons intérieurs, et les nôtres, aussi, par-là même (Encore et encore) ; celles traduisant ses joies de la vie (Sarbacane), son amour pour sa femme, Mariette, devenu l'hymne de tous les amoureux (Petite Marie)… La contrebasse, le violon alto et d'autres instruments viennent chaleureusement relever ses morceaux connus. Tantôt troubadour invoquant les étoiles, tantôt rockeur, Cabrel et ses musiciens ne marquent aucun temps mort.
Certes, le public n'a pas trop suivi sur les morceaux des Beaux dégâts, son dernier opus. Et sans pour autant que cela ne ternisse ni sa bonne humeur ni ses efforts. Cabrel a poursuivi, enchaînant ses tubes, que son public a repris, suivant timidement, au départ, puis en chœur, nourri d'applaudissements et de cris d'amour. Les " Francis, je t'aime " et les " Woooow " n'en finissent pas de pleuvoir. Le chanteur ne reste pas de marbre. Au contraire, ces témoignages semblent lui donner un coup d'adrénaline et le voilà qui reprend de plus belle. De sa voix limpide et claire comme l'eau sur les galets, le chanteur dialogue avec son public, le taquine, se tourne en ridicule, s'essaie à l'anglais pour chanter du Willie Nelson… C'est un public heureux d'avoir communié avec son idole qui a quitté le Swami Vivekananda hier soir, aux alentours de 23 h. Et pourtant, l'artiste n'a pas eu à fournir de très gros efforts pour mettre le feu dans la salle. Il a suffi de sa grande générosité de cœur, des élans d'amour simples et ce désir de se donner intégralement, sans concessions, sans barrières, qui a tout déclenché. De Beaux dégâts comme ceux-là, on en redemande tous les soirs sur terre
Réponse avec citation
  #9 (permalink)  
Vieux 22/09/2006, 14h07
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
L'homme qui marche…



L'homme qui marche…




</B>


Lundi, après son arrivée de La Réunion, où il a donné quatre concerts, Francis Cabrel rencontrait la presse pour un tour général. Exercice auquel il s'est plié avec simplicité et complicité…
La dernière fois, c'était il y a dix ans. Un soir d'avril, se souvient-il… il pleuvait. Mais, en 1996, entre les murs de la Citadelle, tout comme en 1992, au stade de Rose-Hill, et auparavant au Plaza, le public avait ajouté de la dimension à ses concerts. De cela aussi, Francis Cabrel se souvient. Dans ses souvenirs, les Mauriciens sont des spectateurs qui chantent et qui répondent avec, sans doute, cette même chaleur qu'il a retrouvée quand il est revenu au pays pour des vacances. Mais, voilà, dix ans après son dernier passage sur une scène mauricienne, après le renvoi de son concert initialement prévu en février, le chanteur est arrivé dans l'île, lundi, avec le sentiment d'avoir à se rattraper. L'idéal serait pour lui de jouer "jusqu'au lever du soleil." D'accord, c'est un peu exagéré… mais, disons qu'il était dans ses intentions d'offrir un p'tit plus à ceux qui ont fait le déplacement vers le Centre Sw. Vivekananda, à Pailles, hier.
C'est écrit. Entre-temps, si sa chevelure et sa moustache de poète hippy des années 70 ont laissé place à un look plus sobre, Cabrel raconte qu'au fond, pas grand-chose n'a changé. Son amour pour la musique et les écrits demeure aussi ardent. Et c'est aussi l'amour qui le fait toujours chanter. Passée la période de L'Encre de tes yeux, Je l'aime à mourir, Petite Marie et autres, ce qui a peut-être aussi changé, ce sont ces nouveaux titres qui se sont ajoutés à son répertoire, une maturité qui a grandi au fil des expériences et ces sujets qui sont venus l'interpeller. Pour l'auteur,ce qui dérange désormais, c'est cet intégrisme religieux qui amène les hommes à ne plus s'entendre, alors que la préservation de l'environnement reste une de ses préoccupations. Un peu de ce qu'il chante sur son dernier album, Les beaux dégâts. Certes, il est disposé à s'engager, mais pas sur la scène politique, parce que Francis Cabrel ne voit pas ce que ferait un artiste aux côtés des politiciens. Surtout que ces derniers ont souvent tendance à oublier ceux sur qui ils se sont appuyés durant les campagnes électorales, note-t-il.
Tout comme il l'avait fait des années auparavant, avant la sortie de son premier album, Les murs de poussière, en 1977, c'est avec la même méticulosité qu'il s'applique à composer quand lui vient l'inspiration. Sa poésie prend corps, les phrases sont revues "jusqu'à ce qu'elles deviennent fluides et faciles à chanter." C'est ce qui l'a amené à être considéré comme l'un des grands de la chanson française, bien que lui-même semble peu disposé à s'encombrer de superlatifs du genre.
Beaux dégâts.Invité à parler de la nouvelle chanson française, M ou encore Vincent Delerm sont de ceux qui retiennent son attention de par les thèmes qu'ils abordent. Mais, ce n'est pas Francis Cabrel qui fera des pronostics devant ces jeux télévisés où les stars d'un moment sont produites à la chaîne. S'il se garde de critiquer ouvertement, lui n'y croit pas trop à ces belles gueules qui tentent de convaincre par des reprises.
De 1977 - Les murs de poussière à 2004 - Les beaux dégâts, Francis Cabrel est resté fidèle à lui-même, entraînant avec lui des générations entières. L'homme n'a pas tout dit… L'année prochaine, il prévoit quelque chose d'exceptionnel pour marquer ses 30 ans de carrière.


CONCERT : DU BEAU DÉGÂT


"Moi je marchais les yeux par terre, toi t'avais toujours le nez en l'air et c'est comme ça qu'on s'est connu. On avait chacun sa guitare, on n'était pas loin d'une gare, c'est le hasard qui l'a voulu…" C'est sur les paroles de Les chemins de traverse que Francis Cabrel a commencé son concert au Centre de Conférence Swami Vivekananda de Pailles, mardi soir. Un Francis Cabrel chantant et dansant, guitare en bandoulière, face à une salle de plus de 4 000 spectateurs conquis dès les premières notes. Accompagné de ses quatre musiciens au son des guitares, de l'accordéon, de la batterie et de la contrebasse, sans artifice, ni effet - comme il l'avait promis -, le chanteur a voulu permettre à ceux présents de faire partie de son spectacle. Durant la première partie de son concert, il a misé sur quelques-uns de ses titres les plus connus : La Cabane du pêcheur, La fille qui m'accompagne, entre autres. Une occasion pour lui, dès le départ, de rappeler que l'amour a toujours été l'une de ses principales sources d'inspiration. Pas de place pour autant pour la mélancolie… Cabrel avait, hier soir, choisi un brin d'humour pour inviter ce public, qu'il retrouvait après 10 ans, à le suivre en toute complicité… Et c'est ainsi que s'est poursuivie l'aventure Bodéga un mardi soir sur la Terre…

Réponse avec citation
  #10 (permalink)  
Vieux 22/09/2006, 17h42
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Citation:
Posté par Dev
C'est écrit. Son amour pour la musique et les écrits demeure aussi ardent. Et c'est aussi l'amour qui le fait toujours chanter. Passée la période de L'Encre de tes yeux, Je l'aime à mourir, Petite Marie et autres,
Trois santé Cabrel mo préféré de so albums "les chemins de traverse"

Je l'aime à mourir

par Francis Cabrel

Moi je n'étais rien
Et voilà qu'aujourd'hui
Je suis le gardien
Du sommeil de ses nuits
Je l'aime à mourir
Vous pouvez détruire
Tout ce qu'il vous plaira
Elle n'a qu'à ouvrir
L'espace de ses bras
Pour tout reconstruire
Pour tout reconstruire
Je l'aime à mourir

Elle a gommé les chiffres
Des horloges du quartier
Elle à fait de ma vie
Des cocottes en papier
Des éclats de rire
Elle a bàti des ponts
Entre nous et le ciel
Et nous les traversons
A chaque fois qu'elle
Ne veut pas dormir
Ne veut pas dormir
Je l'aime a mourir

Elle a du faire toutes les guerres
Pour être si forte aujourd'hui
Elle a dû faire toutes les guerres
De la vie,et l'amour aussi
Elle vit de son mieux
Son rêve d'opaline
Elle danse au millieu
Des forêts qu'elle dessine
Je l'aime a mourir

Elle porte des rubans
Qu'elle laisse s'envoler
Elle chante souvent
Que j'ai tort d'essayer
De les retenir
De les retenir
Je l'aime a mourir
Pour monter dans sa grotte
Cachée sous les toits
Je dois clouer des notes
A des sabots de bois
Je l'aime a mourir

Je dois juste m'asseoir
Je ne dois pas parler
Je ne dois rien vouloir
Je dois juste essayer
De lui appartenir
De lui appartenir
Je l'aime a mourir

Elle a dû faire toutes les guerres
Pour être si forte aujourd'hui
Elle a dû faire toutes les guerres
De la vie,et l'amour aussi
Moi je n'étais rien
Et voilà qu'aujourd'hui
Je suis le gardien
Du sommeil de ses nuits
Je l'aime a mourir

Vous pouvez détruire
Tout ce qu'il vous plaira
Elle n'aura qu'a ouvrir
L'espace de ses bras
Pour tout reconstruire
Pour tout reconstruire
Je l'aime a mourir
Réponse avec citation
Réponse

Tags
avec, cabrel, francis, rencontre

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Mariage avec un mauricien Myllie Discussions Générales 15 10/02/2012 18h43
Ki zot panser lor homosekswaliter. bolero Discussions Générales 109 11/08/2010 15h26
Cabrel un cran plus cher le 19 septembre Dev Discussions Générales 2 16/09/2006 08h12
Paroles de "Si to avec moi" par Nous Style SegaMan Paroles. Classées 0 06/12/2004 07h01


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 15h07.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com