Rama Valayden condamné à payer Rs 220 000 à Jayen Cuttaree - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 17/09/2006, 08h28
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Rama Valayden condamné à payer Rs 220 000 à Jayen Cuttaree


Rama Valayden condamné à payer Rs 220 000 à Jayen Cuttaree















Rama Valayden, trouvé coupable de diffamation, a été condamné vendredi par le juge Paul Lam Shang Leen à payer des dommages de Rs 220 000 à Jayen Cuttaree, qui lui en réclamait Rs 5 millions. Le juge se montre très critique de l'attitude de l'Attorney General et de son homme de loi, Me Jacques Panglose, le premier pour son "bad faith" et son "total absence of any apology", contrairement à Week-End, souligne le jugement, qui avait présenté des excuses dès le début du procès. Et le second qui "was indeed wearing blinkers". Le juge considère "most inelegant that the Court should be used as a political platform for opponents of political parties to settle scores".
Les propos incriminés qui sont à la base du procès en diffamation intenté par le deputy leader du MMM Jayen Cuttaree avaient été tenus lors d'une conférence de presse tenue par le leader du Mouvement Républicain, le 14 juillet 2001, et rapportés par Week-End, le lendemain, 15 juillet 2001. Dans son jugement, le juge Paul Lam Shang Leen revient sur les faits et souligne que Rama Valayden avait annoncé une série de meetings et avait "hinted that he would make revelation of the birthday party celebration of the plaintiff which was said to have been organized and financed by a hotel found in the north for 200 guests". Jayen Cuttaree avait célébré ses 60 ans le dimanche 23 juin à l'hôtel Maritim.
Malgré les démentis et preuves apportés, Rama Valayden avait, tout le long du procès, maintenu sa position. "Despite that, in his defence made in February 2003, it was averred that the payment was effected only after the comment was made", écrit le juge. Qui rappelle aussi que "the plaintiff deponed as well as the financial controller of the Maritim Hotel. The defendant did not put an appearance but two witnesses were called on his behalf".
Poursuivant, le juge ne manque pas de relever une énorme contradiction entre Rama Valayden et son avocat. "Despite the plea that the payment had been effected allegedly after the comment had been made by the defendant, nonetheless, learned counsel for the defendant went into challenging the fact that payment had been made", déplore le juge Paul Lam Shang Leen. Ce dernier ne manque pas de s'appesantir sur le fait que "a photocopy of the receipt of payment issued by the hotel was produced and it revealed that the payment was effected on July 10, 2001. It was clear that payment was effected before the press conference of the defendant thereby giving the lie to the defence which was given in February 2003".
Le juge relève là aussi une autre contradiction entre Rama Valayden et Jacques Panglose. "Again learned counsel for the defendant submitted that no weight should be attached to the photocopy despite the fact that he did not challenge the testimony of the financial controller of the said hotel who had under oath stated that payment for the reception had been effected".
"Blatantly false"
Et d'ajouter que "moreover, when it was obvious that what the defendant had stated on July 14 was blatantly false, learned counsel for the defendant tried to salvage a hopeless defence in attempting to submit what was not his case namely that the plaintiff had obtained favours from the hotel". À ce sujet, le juge écrit que "learned counsel for the defence was indeed wearing blinkers and if those were his instructions from the defendant, that would be aggravating his case having regard to his defence", en dépit du témoignage du contrôleur financier de l'hôtel Maritim.
Le juge estime également que Me Panglose n'est probablement pas au courant de certaines pratiques et autres facilités accordées à des clients. Il statue que "there is nothing sinister about the facilities granted having regard to the package deal and anyway that was not the case for the defence". Aussi, le juge conclut que "the plaintiff has proved beyond doubt that the statement made by the defendant that the birthday party of the plaintiff was financed by the hotel is untrue".
Quant à l'invocation du "fair comment" par la partie défenderesse, le juge Paul Lam Shang Leen considère que "the defendant had not shown any substratum upon which his defence of fair comment was based and anyway, no evidence had been ushered by him to discharge the burden of proof which rests upon him. Consequently, that defence must fail. I therefore find that the defendant is liable".
Avant d'en venir au montant de dommages qui sera accordé, le juge rappelle que "it is common ground that the plaintiff is a politician and an opponent of the defendant in the same constituency. Again being a public figure and above all, being then a minister of the government, his acts, public or private, would come under the scrutiny of any political opponent trying to score points and it is now admitted and recognised that the public interest requires that a man's public conduct shall be open to the most searching criticism. But that does not entitle any person to defame him".
La critique, écrit aussi le juge, doit être faite de bonne foi. "A plea of fair comment would fail, if the publication was prompted by personal spite against the plaintiff. Anyway, the good faith of a person can be gauged from his stand once he found out that he had made a horrendous mistake and which mistake amounted a "faute" and which has caused prejudice to the person concerned. One must be bold enough to recognize and regret that the criticism was made through an honest mistaken belief".
"The defendant had aggravated his case"
Quant à la réputation du plaignant, le juge Paul Lam Shang Leen note que la défense "was relying on the testimony of a self confessed conspirator, Mr Tyack, who had been found guilty of conspiracy to defraud his employer, The Air Mauritius Ltd, to establish on one occasion, which was blurred in the mind of the witness, money was given to the plaintiff to finance the newspaper belonging to plaintiff's political party".
Sur ce point, le juge note que Jayen Cuttaree "had made it clear that he had no dealings at all with witness Tyack", et qu'il a confirmé avoir été interrogé par des officiers de la défunte Economic Crime Office "on an issue which had nothing to do with what witness Tyack had stated".
Le juge Paul Lam Shang Leen poursuit en ces termes: "I have much doubt as to the veracity of the testimony of Mr Tyack since the latter admitted that at no time did he did mention the name of the plaintiff to the police in relation to payment effected from a fund of Air Mauritius when the police was enquiring into the so called Air Mauritius scandal".
Revenant sur l'argument du "fair comment", le juge écrit que "in the light of the stand of the defence at the trial, I consider that the defendant had aggravated his case in insisting that the comment was fair", alors qu'il a été démontré que le paiement a été effectué le 10 juillet 2001 et qu'il a soutenu que cela a été fait après la conférence de presse de Rama Valayden, le 14 juillet 2001.
Le juge est également d'opinion que la défense "had lamentably failed to prove on a balance of probabilities that the plaintiff had a general bad reputation" et que sa réputation à l'étranger n'a pas été remise en question, même s'il y a eu des insinuations sur les dépenses effectuées pour promouvoir sa candidature au poste de directeur général de l'OMC.
Cela dit, le juge écrit que "I cannot obliterate the matters to be taken into consideration… more specially the conduct of the defence at the trial. Furthermore, the bad faith of the defendant had been shown having regard to the trend of cross-examination by his counsel going against the plea given and canvassing matters which were not an issue".
Le juge Paul Lam Shang Leen souligne aussi que "there was a total absence of any apology on the part of the defendant unlike the newspaper which had published the information". C'est de Week-End qu'il s'agit. À cet effet, le juge note que notre hebdomadaire, "at the start of the trial, had unreservedly apologized for having published in good faith an erroneous information which had been accepted by the plaintiff resulting in the case against that newspaper being struck out".
Avant de dire qu'il accorde des dommages de Rs 220 000, plus les frais de l'affaire, le juge considère "most inelegant that the Court should be used as a political platform for opponents of political parties to settle scores".
Pour ce procès, Jayen Cuttaree était représenté par le Senior Counsel Ivan Collendavelloo, Veda Baloomoody et l'avoué Sheffick Sookia.
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 17/09/2006, 08h29
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
"Nous allons systématiquement réclamer la démission de Rama Valayden"


Le leader du MMM

"Nous allons systématiquement réclamer la démission de Rama Valayden"


Le MMM réclame la démission de Rama Valayden comme ministre de la Justice et va insister pour qu'il le fasse tant en dehors du Parlement qu'à l'Assemblée nationale à la reprise des travaux parlementaires. Ainsi en a décidé le comité central de ce parti, lors de sa réunion de vendredi dernier, au cours de laquelle ses membres ont pris connaissance du jugement de la Cour suprême condamnant Rama Valayden pour diffamation contre Jayen Cuttaree.
À Week-End, hier matin, Paul Bérenger a déclaré que "nous estimons qu'il aurait dû de lui-même se retirer comme ministre, après les mots très durs que la Cour suprême a utilisés contre lui et aussi contre son homme de loi. Je rappelle que le Juge a surtout condamné son bad faith et la manière dont il s'est conduit et le fait qu'il ait essayé d'utiliser la Cour suprême comme une plate-forme politique. Il est inacceptable qu'il continue à siéger après de tels commentaires de la Cour suprême d'autant qu'il est un non-élu en plus".
"Voila un ministre de la Justice qui est condamné en des termes extrêmement sévères par la Cour suprême !" s'est exclamé le leader du MMM dont le parti, a-t-il annoncé, réclamera systématiquement sa démission tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Assemblée nationale.

Jacques Panglose:Un appel au conseil privé envisagé


Si l'Attorney General n'a pas jusqu'ici réagi officiellement et publiquement à l'annonce du jugement rendu par le Juge Paul Lam Shang Leen vendredi, alors qu'il animait un congrès à Rose Hill dans la soirée, son homme loi, Jacques Panglose a, lui, annoncé le même jour qu'un appel au conseil privé est envisagé. Il a aussi déclaré qu'il s'agit, selon lui d'un "mauvais jugement". Quoi qu'il en soit, une décision sera arrêtée demain après des consultations entre Rama Valayden et son avocat.


Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 17/09/2006, 08h30
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
opinion

Cherchez le diable…
Josie Lebrasse


Voilà que ce que nous écrivions, le 16 juillet dernier, il y a à peine deux mois: "Rama Valayden, qui a le track record que l'on sait, est à la limite du burlesque. Il a peut-être oublié qu'il a été le champion des allégations de corruption, tous azimuts et dont aucune n'a abouti, contre Anil Baichoo, qu'il étreint frénétiquement depuis qu'ils sont dans la même alliance, contre le président de la Cargo Handling Corporation en marge de l'affaire de location des portiques et qu'il a pris pour son grade dans le rapport Glover sur cette affaire après qu'il se soit débiné, contre Veda Baloomoody, à qui il a dû présenter des excuses en Cour après l'avoir diffamé, contre la MFA et la FIFA autour du Goal Project, qui n'a eu aucune suite, contre un laboureur de la Municipalité de Curepipe qui se faisait soi-disant remplacer par son frère, contre Prakash Maunthrooa parce qu'il était candidat à la partielle du No 7, sans compter celles formulées contre Mukeshwar Choonee, Jayen Cuttaree - dont le procès en diffamation est en attente d'un jugement - Satish Faugoo, Alan Ganoo et Moorty Sunassee. Il y a eu pire dans l'affaire de l'épouse de Hatim Oozeer sans que les institutions ou le Bar Council ne s'en émeuvent."
Ce n'est pas de coutume dans cette rubrique de revenir sur ce qui a été écrit mais ce passage, qui est un rappel des hauts faits de celui qui officie actuellement comme Attorney General, est tellement proche des conclusions du Juge Paul Lam Shang qui l'a condamné, vendredi, pour diffamation à l'encontre de Jayen Cuttaree, qu'il était nécessaire d'y revenir. On aurait pu également évoquer la saga de la maison de Curepipe dans laquelle vivotent, depuis 14 mois, cinq familles et dont le propriétaire, M. Daby vient de saisir la justice pour une réclamation Rs 2 millions à Rama Valayden et à son attaché de presse, sa propriété, destinée au moment de la location à d'autres fins que de loger des squatters, ayant été dégradée.
Mais il faut avant tout parcourir ce jugement de 12 pages pour constater à quel point la Cour suprême s'est montrée critique de la conduite de l'Attorney General et de son avocat Me Jacques Panglose durant ce procès. Le Juge Lam Shang Leen met en exergue le fait que le défendeur "did not put in an appearance", alors que le plaignant s'y est prêté de bonne grâce, mais qu'il a envoyé deux témoins dont le "self confessed conspirator" Gérard Tyack pour essayer de démolir la réputation de Jayen Cuttaree, ce qui suggère une dérobade. Le ton est le même dans tous les paragraphes de ce jugement. Les prétentions du défendeur comme de son avocat, la "mauvaise foi" de l'un et les "visières" de l'autre sont amplement soulignés par le Juge.
C'est Week-End qui avait rapporté les propos incriminés tenus par Rama Valayden le 14 juillet 2001 lors d'une conférence de presse de son parti annonçant des révélations lors d'un meeting à Bar Chacha dans le cadre du démarrage de la campagne pour les municipales. Il avait été néanmoins battu dans le premier arrondissement à ces élections qui avaient été tenues en octobre 2001. C'est le compte-rendu de Week-End qui avait fait l'objet du procès en diffamation entré par Jayen Cuttaree qui était alors ministre de l'Industrie et du Commerce International du gouvernement MSM/MMM. Et si cela se passait aujourd'hui ?
Si un opposant s'amusait à faire des révélations sur Rama Valayden et que la presse les rapportait, comment aurait réagi l'Attorney General et ses amis qui demandent aux journalistes de ne pas "parler de la vie privée des gens" et de ne pas les "diffamer". On pourrait peut-être profiter du prochain passage de Lord Mackay pour lui remettre une copie de ce jugement-entre deux de ses "longs entretiens avec le Premier ministre et l'Attorney General" - qui est inédit dans la mesure où il condamne un membre du gouvernement et son porte-parole auto proclamé qui parle de tout et de rien, tous les jours dans les journaux comme sur les radios.
Et c'est ce même Rama Valayden qui va administrer la justice à Maurice et c'est aussi celui qui est censé rédiger le projet de Media Bill du gouvernement, une urgence absolue, paraît-il, pour la rentrée parlementaire et qui veut réglementer la presse pour soi-disant l'amener à "exercer son pouvoir avec responsabilité". Quelle suprême ironie ! On aurait ri un bon coup si ce n'est pas la Cour suprême qui avait infligé un tel blâme à celui qui fait office d'Attorney General de la république de Maurice. Dans des pays de l'Union Européenne, qu'est-ce qu'un ministre ainsi blâmé par la plus haute cour de justice du pays aurait fait ? Il aurait pris congé. D'autant que, comme le souligne le MMM qui réclame sa démission depuis vendredi, il n'est même pas un élu et qu'il doit son poste à une disposition constitutionnelle qui permet à un homme de loi et même, à l'occasion, au Solicitor General, d'occuper les fonctions d'Attorney General
A un congrès de son parti, le MR, le 3 septembre dernier, émulant le Premier ministre qui avait comparé les journalistes aux "prostitués", le diffamateur de Jayen Cuttaree, selon la Cour Suprême, avait trouvé mieux en disant que certains étaient comme des "diables". Après le jugement de vendredi, les journalistes peuvent dire: cherchez le diable…
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 22/09/2006, 09h15
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Rama Valayden conteste sa condamnation

Rama Valayden conteste sa condamnation
N’étant pas satisfait du jugement de la Cour suprême, Rama Valayden, attorney general, a donné avis d’appel hier. Il conteste ainsi la décision du juge Paul Lam Shang Leen du 15 septembre le condamnant à verser des dommages de Rs 200 000 à Jayen Cuttaree pour diffamation.

Sa demande tient en 17 points. Il assimile à un “déni de justice” les commentaires du juge selon lesquels “It is most inelegant that the court should be used as a political platform for opponents of political parties to settle scores”. Il estime que les juges ne doivent pas décider quel litige trancher.

Ces commentaires, dit Rama Valayden, démontrent que le juge n’a pas accordé à la défense, et n’a jamais eu l’intention de le faire, un procès équitable, par un tribunal indépendant, contrairement aux dispositions de l’article 10 ( de la Constitution qui garantit le droit à un tribunal impartial dans les affaires civiles.

Il estime également que le langage utilisé à son égard dans le jugement est si “acide qu’il est évident que le juge avait un parti pris contre (lui) tout au long du procès”. Rama Valayden considère que le juge s’est trompé en soutenant qu’il n’a pas prouvé sa “plea of justification and fair comment”, d’autant plus qu’il avait prouvé que Jayen Cuttaree avait bénéficié d’avantages (gratuity) de l’hôtel Maritim. Il dit qu’il a démontré qu’il n’a pas seulement profité des boissons gratuites et de l’utilisation gratuite de la salle de danse, mais que Jayen Cuttaree a aussi été autorisé à apporter ses propres boissons alcoolisées à l’occasion de son soixantième anniversaire.

Le juge, poursuit-il, s’est trompé en soutenant qu’il était de pratique courante pour les clients de l’hôtel d’apporter leurs propres boissons, puisqu’il n’existe aucune preuve à cet effet.

L’Attorney General déclare aussi que le juge s’est trompé sur le témoignage du témoin Gérard Tyack qui, selon lui, a démontré que Jayen Cuttaree a accepté des fonds douteux et, a ainsi prouvé la teneur de sa défense.

Rama Valayden a retenu les services de Mes Jacques Panglose, avocat et de Pazhany Rangasamy, avoué.
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 22/09/2006, 10h07
Avatar de zotsaaa
Fan RM
 
Date d'inscription: août 2005
Messages: 580
Guete rOOpi qui pé marsé, kot sorti tou sa la...??? Ek nu compatriote!!!
Pov maléré qui a pé soufert lors sa la terre la...
Réponse avec citation
  #6 (permalink)  
Vieux 22/09/2006, 10h43
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Citation:
Posté par zotsaaa
Guete rOOpi qui pé marsé, kot sorti tou sa la...??? Ek nu compatriote!!!
Pov maléré qui a pé soufert lors sa la terre la...
Li soi disant ene avocat li , li fine fer promesse kan li ti dan l'opposition, zordi li lors pouvoir pé apprécié la jouissance de la vie mauricienne en tant que ministre.....
Réponse avec citation
Réponse

Tags
000, 220, condamné, cuttaree, jayen, payer, rama, valayden

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 14h28.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com