#1 (permalink)  
Vieux 16/09/2006, 08h14
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
King en concert

King
«On garde le gospel, mais on aborde d’autres styles»

«Le plus difficile a été de se faire entendre et d’être accepté. Une fois que c’est parti, c’est bien parti.»King sera en concert le dimanche 17 septembre au Centre Vivekananda à Pailles. Le show commence à 15 h. Le billet coûte Rs 225. Nous en profiterons pour faire un tour d’horizon sur l’actualité du king du gospel.

Que vous est-il arrivé après l’énorme succès de Let me Fly, l’an dernier ?

Après Let Me Fly, j’ai été approché par des gens de l’extérieur, différents producteurs. Le problème était que je n’étais pas directement en contacte avec les maisons de productions directement, mais à des sociétés intermédiaires.

Quand j’ai écrit la chanson, je ne savais pas ce que cela valait. Elle s’est bien vendue même si je ne l’ai pas fait pour être commercialisé. Mais maintenant je sais que j’ai le potentiel. Je préfère attendre et proposer quelque chose d’encore meilleur.


Qu’est-ce que vous entendez par bien vendu ?

Je vis de la musique depuis longtemps, mais avant c’était du gospel. Les billets pour le concert sont déjà presque tous vendus. Il y a aussi beaucoup d’invités et j’ai été contacté par SOS Village. On a donné des billets aux enfants. Let me Fly s’est vendu à Maurice à 12 000 exemplaires et le DVD à 3000 et il se vend toujours.


Est-ce que vous allez faire moins de gospel et de spirituel pour pouvoir répondre aux attentes d’un plus large public ?

On gardera toujours notre identité gospel, mais on doit aussi travailler pour un autre public, pour qu’il ne se sente pas à l’écart. On garde le côté gospel, mais on aborde aussi d’autres choses, styles ou thèmes.


Comme quoi ?

Comme le social par exemple. Mon dernier titre s’intitule Stop Suicide. Et après tout, la mission de l’Eglise c’est aussi de parler des problèmes de société et il y a des gens qui peuvent aussi se retrouver là-dedans.


Vos prochains titres ont-ils la même couleur électro qui avait fait le succès de Let me Fly ?

Non, c’est plus exotique. C’est un mélange de ragga et de musique des années 80, un Boney M mélangé.


Avez-vous une appréhension particulière après le carton de Let Me Fly ?

Non. On avait déjà notre public, rien qu’avec le gospel, et les gens qui ont découvert Let Me Fly, s’ajoutent à ce public. Je ne m’en fais pas. Le plus difficile a été de se faire entendre et d’être accepté. Une fois que c’est parti, c’est bien parti.

Les gens peuvent venir écouter d’autres choses que Let Me Fly. Des gens m’ont dit, qu’ils venaient surtout pour écouter la musique. Et je n’ai pas peur parce qu’en toute modestie, on sait quand on fait quelque chose de bien, de juste et d’honorable.


Votre public, quel est-il ?

Il n’y a pas que des jeunes qui me disent «sérié». Il y a des personnes de tous âges. Un policier un peu âgé m’a dit qu’il aimait bien. Les enfants aussi aiment bien. On a un côté amusant et des mélodies faciles.


Demain vous faites une nouvelle scène. Vous n’en faites pas beaucoup, pourquoi ?

Ce n’est pas mon style. Je préfère organiser un gros concert et que tout le monde vienne. Aussi, quand c’est moi qui organise, je présente exactement ce que je veux, au niveau de la musique, de la sono, des lumières.


Qu’avez-vous prévu justement au niveau technique ?

Ce sera encore mieux que la dernière fois. On a fait venir de l’équipement de l’étranger et j’ai travaillé avec un ami, Mathieu Goinsamy qui est le Light Designer, pour que la lumière soit précisément adaptée à la musique. Pour le son, j’ai fait déplacer un ingénieur du son de la Réunion. Pour la scène, il y aura trois podiums, un pour les musiciens et deux pour la chorale. Il y aura aussi un écran géant. Et des surprises.


Et un prochain album ?

Le nouvel album sera prêt pour fin octobre. Ce sera un album de quatre titres avec peut-être en bonus une version remixée de Let Me Fly.

On m’avait déjà proposé de remixer le titre mais je n’avais pas donné l’autorisation. J’en profite aussi pour dire que Let Me Fly a été piraté à la Réunion, dans une compilation. J’ai signalé le problème à la Masa mais rien n’a été fait pour l’instant. n
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 16/09/2006, 21h44
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Trois heures avec (le) King…


Ce dimanche 17 septembre, le King, Jenkins Kheejoo, offrira à ses fans, de plus en plus nombreux, trois grandes heures de joie et de partage. Dès 15 h, la salle du Swami Vivekananda Centre de Pailles retentira de ses hymnes à la vie, célébrant la création et chantant les louanges du créateur. Une invite à fly avec ce bouillant jeune artiste de gospel sur les cimes du pur bonheur musical.
Let me fly est devenu l'hymne de pratiquement tous les Mauriciens en moins de deux, l'an dernier. Aux intonations techno, mêlant un groove jazzy à une voix feutrée, la chanson a permis à King de passer du statut de l'artiste méconnu à la star nationale. Et pour témoigner de sa sincérité et de sa fidélité, tant envers celui qu'il célèbre dans toutes ses compositions, Dieu, que vers le public, King ne fait rien au petit bonheur.
Ce dimanche, et après l'immense succès remporté lors d'un précédent concert à pareille époque l'an dernier, King et toute sa cour proposent trois heures de partage et de joie autour de sa musique. " Avec le succès de Let me fly, explique-t-il, les Mauriciens ont voulu mieux me connaître par le biais de mon œuvre. Et le concert de ce dimanche comprendra, justement, une sélection de tous nos précédents albums ; incluant des extraits inédits. " Qui composeront son prochain opus. De Rendez-vous dans cité céleste (1997) à Let me fly (2005), en passant par Dan l'unité (199, Parfum nou lavi (2000), Papa éternel (2001) et les VCD Christ vibrations (2003), Actes 29 (2004), le jeune artiste poursuit son petit bonhomme de chemin.
Classé au rayon gospel, King ne se réclame pourtant pas exclusivement de la spiritualité. " La musique est pour moi plus qu'une passion, confie-t-il. Je vis cette expérience comme un "commitment" envers Dieu, avant tout, et envers tous ceux qui m'aiment et me soutiennent. " Artiste par amour, son aspiration est " d'offrir à celui qui nous a tout donné et qui représente la perfection, un hommage aussi proche de la perfection. " En ce sens, l'artiste tient à soigner le plus méticuleusement possible chacun de ses actes. Exemple : le concert de dimanche.
" Le public qui nous écoute connaît notre style électro présent sur nos albums, explique notre interlocuteur. Or, il n'est pas toujours évident de rendre un tel style en live, sur scène, et en acoustique, surtout ! Cependant, dans notre souci de toujours donner le meilleur de nous, nous avons planché sur la question. " Le résultat se fera entendre, dimanche, résonnant aux quatre coins de l'amphithéâtre du Swami Vivekananda Centre. " Nous avons réussi à 99% !, prévient déjà, très joyeux, le principal concerné. Ce sera de l'électro-acoustique, serti de différents instruments, les voix ont été travaillés, et il y aura même un ordinateur sur la scène, afin de pouvoir réaliser le show le plus proche de ce que le public sait et attend de nous. "
Œuvres de mécènes
La grande armada est déployée dans ce sens : trois scènes ; deux de 8 par 6 mètres et l'un de 8 par 14 mètres. " Une chorale de 200 personnes, comprenant 60 enfants, m'accompagnera ", souligne le jeune chanteur. Une douzaine de musiciens, dont François Macaly, à la basse, Amal Jearee à la batterie, Gilbert Sunee et Baby Adaken aux guitares, Emmanuel Sidien aux claviers, Eric Nadal au trombone, Fanio Gaspard et Leviano Daté aux saxos, assureront la partie musicale.
Sur le plan strictement technique, rien n'est laissé au hasard, non plus. Damoo se charge du son tandis que DB Vision s'occupe de tout en matière de lumières, avec un jeu spécial (voir plus loin), " avec le concours de Matthieu Goinsamy ", précise King. Ce deuxième concert de King à Pailles " revêt un caractère particulier ", indique l'un des parrains de l'entreprise, l'agence Logos, de Cyril Palan. Les équipes sont à pied d'œuvre sur ce projet depuis déjà six mois. " Je dois, à cet effet, remercier tous ces innombrables bénévoles, de toute la nation mauricienne, indépendamment de leurs appartenances religieuses, qui se sont investis dans les différents aspects de l'organisation de ce spectacle, ajoute King. C'est dans un élan de générosité de cœur que tous ont joint leurs efforts. " Le chanteur en profite pour faire ressortir que " c'est dommage que les autorités concernées et des structures qui devraient aider ne soutiennent pas suffisamment ce type de manifestations artistiques. " Il remercie, par la même occasion, les " mécènes qui, bien qu'ils ne disposent pas de grands moyens, sont toujours fidèles à nous soutenir. Par la grâce de Dieu, nous réussissons, ensemble, à faire de belles choses. "
Jenkins Kheejoo rappelle que " la musique n'a pas de frontières ni de barrières. " King n'impose aucune limitation quelconque. " Notre musique comporte des styles différents, alliant séga, ballade, electro, techno, variétés…, rappelle l'artiste, et s'adresse à un public de 3 à 77 ans ! Nous avons le devoir de plaire à tous. " D'ailleurs, les morceaux de King ne gravitent pas qu'autour d'un unique thème. Pour preuve, son dernier single, "Stop : suicide pa enn solisyon", en témoigne. " Nous sommes conscients de ce qui se passe dans la réalité ", indique le chanteur. Lors du concert de ce dimanche 17, une équipe placée sous la direction de Cédric Palan, aura pour tâche de filmer le spectacle. Un DVD sera réalisé à partir de ces images et sera sur le marché d'ici la fin de l'année. Un moyen de soutenir cet artiste… Quelques billets, à Rs 225, sont toujours disponibles chez Jumbo, à Phœnix, dans les magasins Solid Gold, et au centre commercial de Trianon, à Shoprite. Ils seront également en vente le jour du concert à Pailles
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 17/09/2006, 06h52
Avatar de sistajah
Supervisor
 
Date d'inscription: juin 2005
Localisation: Flic en Flac- Ile Maurice
Messages: 402
Eskiz mwa mai meme si mo assez apprecier li, pena mwa al paye Rs225 pou get KING, wadir vrai em li p pren li pou n lerwa sa, appart let me fly pena okene santer extra. Pa pou paye sa tariff la pou al get 1 sel et unik santer ki mo trouve assez bien
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 17/09/2006, 07h09
Avatar de bomli
Fan RM
 
Date d'inscription: septembre 2005
Localisation: FR
Messages: 1 276
Abé moi mo pane akroche ditou! dépi so Let me fly ziska...pa konné !!! Mo pa fan de King !
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 22/09/2006, 14h10
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Alléluia !


KING

Alléluia !


Une belle assemblée de monde, venu de toute l'île, pour louer, chanter et célébrer ensemble. Un décor et une mise en scène de qualité pour exposer le fruit d'un long travail. Une tâche menée à bien avec l'aide "des ti dimounes au grand cœur." Pour son concert au Centre Swami Vivekananda, qui commence à devenir annuel, King, l'ambassadeur du gospel kreol, a livré une prestation élogieuse - avec le professionnalisme en fil rouge - devant une audience conquise d'avance.
Charismatique. Plus de 200 personnes sur scène, une conception scénique avec un jeu de lumière calibré signé Mathieu Goinsamy et une sonorisation de Damoo : il y avait là tous les ingrédients pour rendre ce cocktail musical savoureux. Encerclant King et ses musiciens, les 200 choristes revêtus d'habits pastel ont apporté une dimension charismatique aux chansons de King. Une musique vivante et puissante pour rendre grâce. Chants évangéliques proposés sur une musique éclectique, rock, reggae, séga, orientale… L'universalité prime et le public s'en rejouit.
Spirituelle. Marquant les esprits, King séduit les fidèles. Artiste en constante progression, il exprime le souci de partager avec son public sa musique libre, joyeuse et inspirée. Il est ainsi une belle invitation au voyage spirituel par le biais d'une voix naturelle. Sans artifice, avec délicatesse et faisant montre d'une présence marquante, Jenkins Kheejoo a assuré un des grands rendez-vous scéniques de cette année. Et il a promis de revenir de plus belle l'année prochaine avec deux concerts. L'événement de dimanche dernier à Pailles fera l'objet d'un DVD prochainement. Le produit sera dans les bacs avant la fin de l'année. Une façon pour ceux qui n'ont pas eu l'occasion d'assister au concert de s'envoler en images avec le roi du gospel kreol.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
concert, king

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Concert: King en VCD ZahoOL Discussions Musicales 0 19/06/2006 18h55
Eric TRITON, écho du concert. babas Discussions Générales 1 24/09/2004 06h43
Natty Jah et Linzy Bacbotte en Concert en avril 2004 luckywen Discussions Musicales 0 28/03/2004 16h12


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 18h41.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2014, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com