1 lote K de brutalite policiere. - Page 2 - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

 
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 03/09/2006, 08h19
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
1 lote K de brutalite policiere.

Nouvelles allégations de brutalité policière contre la CID de Curepipe


Thierry Michaud, le suspect arrêté dans le cadre de l'enquête policière sur des cas allégués d'escroquerie, allègue avoir été victime d'actes de brutalité policière commis par par des éléments de la CID de Curepipe hier après-midi. Ses parents, à commencer par son père Jean-Noël Michaud qui ont eu l'occasion de rencontrer leur fils au cours de la soirée d'hier, ont pu constater des traces de brutalité sur plusieurs parties du corps du suspect, dont au dos, aux bras et au visage. Ils ont multiplié en vain les démarches en vue de le faire transférer à l'hôpital en vue de se faire examiner par un médecin de l'Etat et pour des premiers soins. Les proches de Thierry Michaud se sont heurtés à un véritable mur d'objection et de réticence policière. Ci-dessous la chronologie des événements d'hier.
Entre 12h et 13h: Le suspect, incarcéré jusqu'ici au poste de police de Rose-Hill, est transféré à Curepipe à la demande de la CID de Curepipe pour interrogatoire dans deux autres cas d'escroquerie en suspens.
Peu après 14h: La CID de Curepipe prend contact à deux reprises avec le père du suspect, pour lui demander de retenir les services d'un homme de loi en vue de l'interrogatoire du suspect. Jean-Noël Michaud dit à l'enquêteur qu'il fait le nécessaire et que lui-même se met immédiatement en route pour Curepipe.
Aux alentours de 15h: Jean-Noël Michaud arrive au siège du CID de Curepipe. Il y trouve son fils Thierry tremblant de tous ses membres. Le fils chuchote à l'oreille de son père pour l'informer du fait qu'il a été victime de coups administrés par des éléments de la CID de Curepipe. Il apprend également que la CID de Curepipe envisage d'emmener son fils à Midlands. Le suspect affirme ne pas vouloir y aller, tout en indiquant du regard les officiers qui l'ont agressé physiquement. Il portait des blessures au dos, aux lèvres et à la tête, selon son père.
Peu avant 16h: Alors que l'avocat, Me Navin Ramchurn, n'est pas encore présent, les officiers de la CID affirment que Thierry Michaud doit être emmené immédiatement à Midlands pour y être interrogé "pu enn case pli importan". Le père tente en vain de suivre les policiers.
Entre 16h30 et 18h: Thierry Michaud est interrogé et passe aux aveux relativement à deux affaires d'escroquerie pour lesquelles il était recherché. Il participe aussi à une reconstitution des faits, puis il sera de nouveau reconduit à la CID de Curepipe. Selon son père, lorsqu'il est revenu de Midlands, il est étonnamment serein et ne tremblait plus. Ses symptômes de manque de drogue auraient disparu.
Entre 18h et 20h30: Le suspect, son homme de loi et les officiers de la CID restent enfermés dans un bureau.
20h30: Lorsque Me Ramchurn sort du bureau de la CID, Jean-Noël Michaud lui dit que son fils a été battu et qu'il souhaite que ce dernier soit conduit au plus vite à l'hôpital. Me Ramchurn confirme à Jean-Noël Michaud cet état de choses. Par la suite, les officiers de la CID décident de reconduire le suspect à Rose-Hill. Première objection formelle contre la demande d'examen médical.
22h: Le suspect arrive au poste de police de Rose-Hill, où il est, dans un premier temps, bouclé en cellule. Jean-Noël Michaud insiste de nouveau afin que son fils soit conduit à l'hôpital. Thierry Michaud sera sorti de cellule pour un court instant, et sera de nouveau locked up par les officiers de la CID de Curepipe, sans avoir eu le temps de s'entretenir de nouveau avec son père.
0h: Jean-Noel Michaud prend conseil auprès de trois avocats vu que Me Ramchurn avait fait comprendre au père du suspect qu'il n'allait plus être en mesure d'assurer la défense de son fils. La raison officielle, selon Jean-Noël Michaud, est que Me Ramchurn est un des quatre avocats assurant les intérêts des éléments de la MCIT dans des "On-Going Cases". Les avocats lui conseillent tous d'alerter radios et journaux. Il se rend au poste de police de Line Barracks pour consigner une déposition sur l'état de santé de son fils. Nouveau refus de la part des policiers de service.
Des démarches sont entreprises pour que la déposition soit consignée dans un autre poste de police.











Réponse avec citation
Google
 

Tags
brutalité, lote, policière

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Brutalité Policière Rocco Discussions Générales 10 28/09/2008 06h00
Ene lote K 2 brutalité Rocco Divers. Miscellaneous. 63 05/06/2006 15h49
1 lote cyclone pe menace Moris encore Rocco Discussions Générales 23 05/04/2005 21h51
Décès de Ras Ti Lang RadioMoris Discussions Générales 43 08/08/2004 23h07


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 15h23.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com