Un réseau pour alerter sur les problèmes cardiaques - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 01/09/2006, 09h27
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Un réseau pour alerter sur les problèmes cardiaques

Un réseau pour alerter sur les problèmes cardiaques
Le Dr Oomar Uteem, cardiologue à la tête du Heart Network Foundation en compagnie de Priya Thacoor, directrice de P&P Link lors du lancement hier.Un Mauricien sur deux va mourir d’un problème cardiovasculaire. Le constat fait peur. Pire, avec cette maladie, le pays détient un triste record: celui du taux de mort subite chez le jeune adulte. Devant le “constat d’échec” de notre politique de santé, le Heart Network of Mauritius est né. Le lancement s’est déroulé hier à l’hôtel Le Labourdonnais.

Cette organisation avec à sa tête le Dr Oomar Uteem, cardiologue mauricien, regroupe des professionnels du secteur de même qu’un certain nombre de bénévoles des secteurs non médicaux. Elle se veut un partenaire de choix dans la lutte contre les maladies cardiovasculaires, et se donne les moyens logistiques et humains pour le faire. Pour sensibiliser le public mauricien à la nécessité de la prévention et occasionner la prise de conscience de l’incidence très élevée des maladies cardiovasculaires, une liste d’activités est prévue : campagne sur les billboards avec la vulgarisation d’une hot line, des causeries de même que des articles de presse.

Le Dr Uteem précise que 55 % des Mauriciens succombent aux maladies cardiovasculaires. Il dénonce également cette mentalité des Mauriciens. “Qui parmi nous n’a pas un parent cardiaque ? On s’en fiche et on pense que ce sont les problèmes des autres. C’est le devoir des médecins d’aller vers des gens. Le combat de ce fléau des temps modernes ne pourra être gagné qu’avec le concours et la bonne volonté de tous les acteurs de la société civile, les professionnels de la santé et autres.”

Le plus à blâmer est notre mode de vie. Les décès liés aux problèmes cardiovasculaires sont le plus souvent, en raison d’une accumulation des facteurs de risque que sont le tabagisme, le diabète, l’hypertension artérielle ou un taux élevé de cholestérol. 40 % d’hommes sont des fumeurs ; 20 % des Mauriciens adultes sont diabétiques et seulement le quart est traité.

De plus, notre consommation moyenne de graisses saturées, qui sont nocives pour les artères, est largement supérieure aux pays industrialisés. Conséquence : un homme ou une femme peut faire une fausse alerte cardiaque tous les quarts d’heure. De même l’obésité, le manque d’exercice ou le stress sont autant de facteurs qui contribuent à diminuer notre espérance de vie.

Pour mener à bien sa campagne, Heart Network of Mauritius dispose du partenariat du Groupe La Sentinelle, ABC Foods, Moroil, Carbonell extra virgin Olive Oil, Margarine Industries Ltd.
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 07/03/2007, 15h16
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Décès de Omar Uteem ce matin

Décès de Omar Uteem ce matin
Le Dr Omar Uteem a rendu l'âme vers 1h30 ce matin, avant que l'ambulance du SAMU n'arrive à l'hôpital


Le Dr Omar Uteem, 39 ans, fils de l'ancien président de la République, Cassam Uteem, est décédé vers une heure et demie ce matin. C'est quelques heures après une partie de foot avec des amis le soir qu'il a été pris d'un malaise et a connu des difficultés respiratoires, selon ses proches. Mohammad Uteem, frère du défunt, indique que le cardiologue s'est rendu alors chez son oncle maternel, le Dr Rashid Jahangeer, qui habite à deux pas de chez lui, à Beau-Bassin. " I am going now ", aurait-il laissé échapper à ce moment-là. C'est en route vers l'hôpital Jeetoo, dans une ambulance du SAMU, qu'il a rendu l'âme.

Le défunt aurait dit ces mots après avoir reçu des soins de son oncle. Omar Uteem a ressenti des difficultés respiratoires vers 1 h ce matin. Il était chez lui, à Mare-Gravier, Beau-Bassin, non loin de la résidence de ses parents.

Ses proches ont sollicité le SAMU, qui est arrivé au domicile du Dr Jahangeer dans les minutes qui ont suivi. Omar Uteem devait rendre l'âme avant que l'ambulance du service d'urgence n'arrive à l'hôpital Jeetoo.

Le regretté cardiologue, l'aîné d'une fratrie de trois enfants, était marié et père de deux enfants, Shadia (12 ans) et Rayhan (9 ans). L'arrivée de sa sœur qui travaille à l'ambassade de Maurice, à Kuala Lumpur, était attendue à midi aujourd'hui. L'avion qui ramène ses parents d'Afrique du Sud atterrit vers 15h30 cet après-midi.

Plusieurs personnalités, de même que d'anciens patients du cardiologue disparu, se sont rendus ce matin chez le défunt pour présenter aux proches leurs sympathies. Parmi, les leaders du MMM et du MSM, respectivement Paul Bérenger et Pravind Jugnauth, qui était accompagné de Showkutally Soodhun ; Ashock Jugnauth, leader de l'Union nationale ; Abdoolah Hossen, ancien lord-maire ; Bashir Khodabux, ancien compagnon d'armes de Cassam Uteem. L'ancien président de la République Karl Offman était également présent.

Tout ce monde a été reçu par Reshad Uteem, frère de Cassam Uteem. Pour Reshad Uteem, " nou lespwar finn ale ".

Omar Uteem avait trois passions : la cardiologie, la politique et le foot. Probablement influencé par son père, le Dr Uteem s'est engagé en politique en 2003. En 2005, il est candidat dans la circonscription n° 2, à Port-Louis, sous la bannière du MMM.

Au terme de ses études secondaires, Omar Uteem choisit d'entreprendre des études en médecine. Comme il est boursier du Lycée Labourdonnais, il se rend d'abord à La Réunion en 1985 et ensuite à Bordeaux, en France. Onze ans durant, il apprend la rigueur et l'exigence attachées à la profession de médecin et se spécialise en cardiologie. Il retourne au pays en 1996.

Le Dr Uteem était consultant médical à la polyclinique d'Ilafy, à Madagascar, et également le président de l'association Heart Network, qui lutte contre les maladies cardio-vasculaires. Il travaillait à la clinique Darné et à Medisave.

Les funérailles sont prévues aujourd'hui à 17 heures. Le Mauricien présente ses plus vives sympathies aux proches du Dr Omar Uteem.
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 07/03/2007, 15h21
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Sincères condoléances a la famille et aux proches du Dr Uteem
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 07/03/2007, 16h02
Avatar de .::K::.
Enflé
 
Date d'inscription: février 2006
Messages: 127
mo fine fek lire sa larticle la lor le mauricien

mes sympathies a la famille ....
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 07/03/2007, 16h42
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
C'est une grande perte pour l'ile Maurice, il etait jeune, dynamique devouer pou les pauvres. Une fois par semaine li ti pe faire consultation gratis a Port Louis plus tou so banne activites ki li ti fine lancer.

Rocco
Réponse avec citation
  #6 (permalink)  
Vieux 08/03/2007, 09h44
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
C'est dommage ene cardiologue qui mort du maladie du coeur très jeune alors qui li ti pé aide dimoune pauvre pour maladie le coeur.
Sympathies à la famille Uteem
Réponse avec citation
  #7 (permalink)  
Vieux 11/03/2007, 09h04
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Fauché en plein envol…

Fauché en plein envol…



C'est pratiquement toute la République de Maurice qui s'est réveillée abasourdie, choquée, pétrifiée mercredi matin. Beaucoup d'entre nous n'y avons pas cru tout de suite, croyant que c'était une mauvaise plaisanterie, un canular lancé par un fripon. Mais non, la triste nouvelle du décès subit du Dr Oomar Uteem s'est vite confirmée et on a eu tous la parole et le souffle coupés.

La première pensée qui nous est venue est l'injustice de la situation de quelqu'un qui s'est battu, depuis son retour à Maurice en 1996 pour la sensibilisation des Mauriciens à une bonne hygiène de vie en vue d'éviter les maladies cardio-vasculaires, ait été finalement et prématurément emporté par un sévère infarctus. Quelle cruauté du destin que quelqu'un qui avait tout son avenir devant lui soit ainsi fauché en plein envol !

Nous avions connu le jeune Oomar, l'aîné de la famille Uteem, alors qu'il était déjà un brillant étudiant du Lycée Labourdonnais au milieu des années 80. Lorsqu'il obtient la bourse du lycée pour des études en médecine et qu'il opte pour une spécialisation en cardiologie, sa famille organise un déjeuner à Mare Gravier, un "thanksgiving".

Pétillant, ce charmeur, doté d'un bon sens de l'humour, était avant tout curieux. L'adolescent aimait discuter de politique avec les journalistes qui entretenaient des relations professionnelles avec son père Cassam Uteem. C'était évident déjà: un battant, un gagneur était né. Et il était parti pour une très belle carrière.

À Bordeaux, où il étudie, tous ses collègues sont unanimes: il est très appliqué et très décidé à aller au bout de sa vocation. Après de longues études qu'il termine haut la main, Oomar travaille quelques temps en France, dans cette ville médicale du sud, où il est très apprécié de ses supérieurs et des professeurs qui ont suivi son parcours depuis le début.

Il décide de rentrer au pays en 96. Lorsque Week-End l'avait rencontré à son retour, c'est un jeune homme qui avait visiblement mûri, transformé, au contact de la souffrance humaine, qui s'exprimait. Il avait toujours son regard critique sur la société mauricienne et même sur la profession médicale. "Vous savez, je crois que le temps est venu de dire un peu les choses brutalement parce que nous courons le risque d'avoir un vrai problème de santé publique à l'avenir" avait-il confié, direct et sans fioritures.

Et il s'était résolu à dire aux Mauriciens leurs quatre vérités sur leur hygiène de vie et il avait même ajouté, au grand dam des adeptes de la langue de bois et du politiquement correct, que ce sont "les Mauriciens d'origine asiatique qui devraient faire le plus attention à leur alimentation". Après l'intervention chirurgicale que son père Cassam Uteem, alors président de la République, avait dû subir, il avait, d'ailleurs, imposé un régime très strict à sa famille.

Sa réputation d'éminent cardiologue l'ayant précédé, il est sollicité de toutes parts. Il exerce au Centre Cardiaque comme dans le privé. C'est lui qui introduit l'angiographie, c'est lui qui, avec d'autres, crée le Heart Foundation of Mauritius et qui, récemment encore, lançait le CT Scan 64 barrettes et qui doit entrer en opération à la Clinique Darné ces jours-ci.

Il avait su tisser avec ses patients des liens qui allaient bien au-delà du simple rapport que l'on a généralement avec son médecin. Oomar devenait pratiquement le conseiller de la famille. Nous nous souvenons ainsi de ce petit garçon venant d'une famille modeste habitant la région de Grand-Baie et vivant avec sa mère qui l'élevait seule et qui était atteint d'une grave malformation cardiaque. Il l'avait recommandé à ses collègues de Bordeaux et il fut opéré avec succès et gratuitement. Ses compétences, il ne les mettait pas seulement au service du pays mais à toute la sous-région de l'océan indien.

Quant à la politique, il avait voulu s'y jeter plus tôt mais comme son père avait décrété qu'aucun de ses enfants ne s'engagerait tant qu'il sera à la State House, Oomar, non seulement respectait ce choix mais avait trouvé que c'était plus conforme à une certaine idée de l'impartialité de la présidence. Et de l'éthique.

C'est en 2003, après des rencontres régulières avec le leader du MMM, alors vice-Premier ministre et ministre des Finances pour discuter des problèmes du pays, qu'il se jette dans la bataille avec une première apparition publique le 22 octobre à Plaine des Papayes. Il arbore, pour l'occasion, une belle chemise mauve. Il sera très présent sur le terrain à l'occasion de la campagne pour la partielle de remplacement de Sir Anerood Jugnauth en décembre 2003.

Il se présente au No 2 à Port Louis Sud/Port Louis Maritime aux élections générales de juillet 2005 et est présenté par son leader comme le futur ministre de la Santé d'un éventuel gouvernement MSM/MMM. L'on retiendra de cette participation malheureuse cette fameuse phrase lancée à la radio où il comparaît le trio Oomar Uteem/Abdullah Hossen/Emmanuel Leung Shing à celui cinématographique de Shah Rukh Khan/Salman Khan/Jackie Chan, bref, une équipe imbattable. Le mot pour rire, il l'avait même dans des situations qui ne lui étaient pas toujours favorables.

Très déçu des résultats, le candidat battu Oomar Uteem choisit de ne pas se présenter aux municipales suivantes. Quoi qu'il en soit, le No 2, il l'avait adopté pour avoir été sur le terrain et au contact des gens deux mois durant. Ayant pris la mesure des problèmes de Vallée Pitot/Tranquebar, il décide, l'année dernière, malgré un emploi du temps extrêmement chargé, d'ouvrir un petit cabinet dans la localité où il consulte gratuitement les mardis.

Et mardi dernier était un de ses jours ordinaires mais toujours bien remplis pour Oomar Uteem. Pour décompresser et se détendre, il y a le foot qu'il pratique et qu'il regarde à la télévision lorsque de grands clubs s'affrontent.

Dans la nuit, il ressent un malaise, un essoufflement qu'il attribue à l'asthme. Il prend ses comprimés mais décide quand même de se rendre chez son oncle, le Dr Rashid Jahangeer qui habite à quelques encablures de son domicile à Mare Gravier. Ce dernier lui apporte les premiers soins mais constate que son neveu, qui faisait attention à son taux de cholestérol, est très mal en point. Il appelle le SAMU qui arrive très vite. Mais il décède sur le trajet en direction de l'Hôpital Jeetoo.

Dès l'annonce de cette douloureuse nouvelle, des milliers de Mauriciens, personnalités de tous bords politiques, ses nombreux amis, ses patients de tous âges et de toutes les communautés vont affluer à la résidence de son père. C'est son oncle Reshad Uteem et son frère Mohammad Reza qui accueillent ceux venus lui rendre un dernier hommage, son père et sa mère étant en déplacement en Afrique du Sud. Sa sœur Dilshad, diplomate de carrière, en poste à Kuala Lumpur, est arrivée, consternée, à la mi-journée.

C'est à 16h15 que le couple Uteem rallie la maison mortuaire où une grande foule était massée. Si Cassam Uteem affiche un air stoïque, son épouse Zohra est effondrée, pliée par la douleur, par la disparition de ce fils chéri qui aimait la taquiner. Les funérailles du Dr Oomar Uteem qui laisse deux enfants Shadia, douze ans et Rayhan, sept ans, ont eu lieu en fin d'après-midi mercredi à Riche Terre.
Réponse avec citation
  #8 (permalink)  
Vieux 11/03/2007, 10h07
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
NÉCROLOGIE
Le mot d’adieu du Dr Uteem


En rédigeant, mardi à 23 h 42, un e-mail qu’il m’a ensuite adressé, Oomar Uteem pouvait difficilement savoir que cela allait être notre dernier contact et qu’il allait rendre l’âme moins de deux heures plus tard. Qu’elle est vache et absurde la vie lorsqu’elle fauche un tel être dans la fleur de l’âge et au summum de son art !

Nous nous sommes parlé au téléphone en fin d’après-midi de mardi. Je lui ai fait part de l’intention de la direction de l’express d’inclure dans le supplément de ce dimanche un aperçu de sa contribution dans le projet de coopération médicale régionale qu’il pilote à Madagascar. Avec son affabilité coutumière, il me promet de m’envoyer, dans la soirée, les renseignements recherchés.

C’est ainsi qu’il m’apprend dans ce dernier courrier que son contrat de formateur comme cardiologue interventionel à la Polyclinique d’Ilafy, à Tana « se déroule dans une ambiance extraordinaire dans la mesure où plusieurs médecins malgaches participent à cette aventure cardiologique dont l’investissement initial avoisine les un million d’euros ».

Il m’indique qu’une centaine de cas d’angiographies, de dilatation avec pose de stents et d’implantations de pacemakers ont été réalisés depuis juillet 2006 avec un taux de réussite de plus de 95 %. Il termine avec plein d’optimisme. « Nous comptons désormais augmenter le nombre de patients traités tout en leur proposant les dernières avancées technologiques disponibles en Europe ou aux États-Unis. »

Mais celui qui a pouvoirs sur la vie et la mort en a décidé autrement.

En apprenant son décès, tôt mercredi, par le coup de téléphone d’un de mes fils, je suis atterré. Mes premières pensées vont à la famille. Puis à cette fameuse réflexion de Jacques Brel qui soutient que l’essentiel de la vie, c’est l’intensité et non la durée.

Oomar Uteem aura donc connu l’essentiel, puisque sa vie, qui s’est brisée à 39 ans, aura été des plus intenses et remplie à ras bord.
Réponse avec citation
  #9 (permalink)  
Vieux 11/03/2007, 10h33
Avatar de monica__95
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
Citation:
Il avait su tisser avec ses patients des liens qui allaient bien au-delà du simple rapport que l'on a généralement avec son médecin. Oomar devenait pratiquement le conseiller de la famille. Nous nous souvenons ainsi de ce petit garçon venant d'une famille modeste habitant la région de Grand-Baie et vivant avec sa mère qui l'élevait seule et qui était atteint d'une grave malformation cardiaque. Il l'avait recommandé à ses collègues de Bordeaux et il fut opéré avec succès et gratuitement. Ses compétences, il ne les mettait pas seulement au service du pays mais à toute la sous-région de l'océan indien.
C'est bien vraie ça,hélas perna bcp des médecins comme sa a Maurice,c'était cardiologue mo papa et dans quelques jours li ti pou opére mo neveu si pas ti ena angiographie et enn medecin coma Oomar Uteem jamais ti pou découvert ki mo neveu ena sa problême la depuis so naissance c maintenant ki li ena 28 ans ki découvert ça
Réponse avec citation
  #10 (permalink)  
Vieux 11/03/2007, 11h02
Avatar de SISTA
Super Fan RM
 
Date d'inscription: novembre 2004
Localisation: paris
Messages: 1 742
Envoyer un message via Yahoo à SISTA
C'est vraiment dommage su'il soit parti si tot !
J'apprends qu'il a fait beaucoup de bonnes choses pour les défavorisés !
Sincéres condoléances à la famille endeuillée !
Réponse avec citation
Réponse

Tags
alerter, cardiaques, les, pour, problèmes, réseau, sur

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Départ du Liban des premières Mauriciennes Dev Discussions Générales 9 28/08/2006 12h21
Miscellaneous SheHzaD555 Discussions Générales 62 14/07/2005 18h32


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 00h16.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com