Deuxieme agression Sexuelle de Marie Linley Savriacooty - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 29/06/2006, 15h48
Avatar de ZahoOL
DeeJay
 
Date d'inscription: novembre 2003
Localisation: RM Studio
Messages: 3 677
Envoyer un message via MSN à ZahoOL
Deuxieme agression Sexuelle de Marie Linley Savriacooty

Citation:
La victime était trop faible après son agression et son opération pour pouvoir donner sa version. Son mari, Stéphano, est atterré et ne comprend pas cet acharnement.




On croyait l’horreur atteinte avec le premier abus sexuel de Marie Linley Savriacooty, agressée le 29 janvier à même le trottoir de la route Royale de Rose-Belle. La barbarie a été franchie mardi après-midi avec une nouvelle agression sexuelle sur sa personne et ce, dans un champ de canne de Flacq, après son enlèvement à Rose-Hill.

Admise en isolation dans une chambre spéciale à l’hôpital de Flacq, elle se remet lentement de cette nouvelle agression sexuelle après l’examen et l’intervention chirurgicale du Dr Satish Boolell, Chief Police Medical Officer. Ce dernier a en effet préféré, après un premier examen de la victime, ne pas prendre le risque d’enlever le corps étranger qui a été inséré de force dans son vagin, sans recourir à une anesthésie générale.

Après avoir endormi Marie Linley Savriacooty, le Dr Boolell a ôté le morceau de canne à sucre en présence du Dr Mogun, gynécologue à l’hôpital de Flacq. Ensuite, le

Dr Boolell, qui a aussi fait le constat de multiples blessures, a informé la police que la jeune femme a effectivement été agressée sexuellement une nouvelle fois. C’était ce même praticien qui l’avait examinée le 30 janvier et conclu à une “interférence sexuelle”.

Sous surveillance policière constante depuis son admission, Marie Linley Savriacooty n’a pu être vue hier que par quelques personnes ,dont son avocat, Me Jean-Claude Bibi. Elle devrait être suffisamment rétablie aujourd’hui pour donner sa version des faits aux hommes de la Criminal Investigation Division (CID) de Flacq et de Rose-Belle.

Son mari, Stéphano, interdit d’accès à la chambre de son épouse une première fois tôt dans la matinée d’hier, a pu s’entretenir avec elle pour une quinzaine de minutes à la suite de l’intervention de Me Bibi. Déjà bouleversé avant la visite, c’est un homme atterré qui a quitté l’hôpital en compagnie de son avocat.

Les larmes aux yeux, il a déclaré ne pas comprendre “l’acharnement” dont lui et son épouse font l’objet. “Je ne comprends pas pourquoi les gens s’acharnent ainsi contre nous. C’est tellement injuste après ce qui nous est déjà arrivé. Pourquoi les gens sont-ils si méchants ? Ce n’est pas facile à accepter et supporter. La vie est devenue dangereuse, malheureusement.”

Il a toutefois laissé entendre que malgré sa souffrance, son épouse est courageuse. “Elle n’a pas peur.” Fait confirmé par Me Bibi, qui a pu la rencontrer avant son mari en début d’après-midi. “Son état est grave”, a confié l’avocat. “Elle converse un peu, ferme les yeux pour tenter de récupérer et reprend ensuite le fil de ses idées. Mais malgré son extrême faiblesse, elle est forte et s’inquiète pour son mari et ses enfants.”

Mardi, quand Marie Linley Savriacooty et son mari décident de se rendre en ville pour accomplir certaines formalités et rejoindre leur avocat, ils sont loin de se douter qu’ils vivront encore un drame. Ils avaient eu aupravant un rendez-vous avec l’Anti-drug and Smuggling Unit (Adsu) de Rose-Belle à propos de leurs démêles avec la famille Manna, pour affaire de maisons saccagées, dans laquelle les deux fils sont impliqués. Le radiateur de leur voiture leur jouant des tours, ils s’arrêtent à La Butte pour y mettre de l’eau.


Que ses bagues

C’est à ce moment-là que Marie Linley Savriacooty attire l’attention de son mari sur la présence de deux hommes qui marchent non loin d’eux. “Marie-Linley a attiré mon attention sur deux hommes qui marchaient. Elle m’a dit qu’elle avait l’impression que c’étaient deux des hommes qui l’avaient précédemment agressée. Elle avait le sentiment que nous étions suivis. J’ai effectivement vu deux hommes mais nous ne nous sommes pas attardés sur place. Nous avons redémarré pour gagner Rose-Hill.”

D’après ses proches, Marie-Linley Savriacooty a probablement été suivie de Rose-Belle en passant par La Butte jusqu’à Rose-Hill.

A Rose-Hill, Stéphano Savriacooty dépose sa femme devant un distributeur automatique et en l’absence d’une place pour se garer, il fait un tour avant de venir la récupérer. Il est alors environ 14 heures. Mais Stéphano ne trouve plus sa femme. Il fait le tour du centre-ville pendant une demi-heure encore avant de se résigner à appeler son homme de loi, Jean Claude Bibi.

Ce dernier lui conseille d’attendre un peu avant de signaler sa disparition au poste de police de Rose-Hill. Ne retrouvant toujours pas Marie-Linley son mari se rend à la police plusieurs heures après. Marie-Linley, qui se plaignait souvent de ne pas se sentir en sécurité, de se sentir épiée et observée, s’est tout bonnement volatilisée.

Ce que Stéphano ignore, c’est qu’elle a été enlevée et conduite dans un champ de canne à Flacq. Là, elle a été déshabillée, sévèrement malmenée et agressée sexuellement. C’est une femme nue, inconsciente, mais respirant encore que le chef inspecteur (CI) Ramgoolam de l’Adsu et ses collègues découvrent sur un sentier bordé de cannes à trois mètres de la route, non loin de l’entrée de l’usine FUEL.

Elle n’a sur elle que ses bagues. Aucun vêtement n’est trouvé dans les parages. Le CI Ramgoolam et son équipe qui effectuaient une patrouille de routine doivent arrêter une voiture qui passe. Ils réussissent à obtenir de la conductrice un morceau de tissu pour recouvrir l’inconnue qu’ils emmènent alors à l’hôpital de Flacq.





A L’HÔPITAL

Six visiteurs

■ La chambre de Marie Linley Savriacooty avait été interdite d’accès hier par le gynécologue Mogun. La première raison étant la gravité de son agression sexuelle. La seconde est qu’elle était encore sous l’effet de l’anesthésie générale. Son discours risquait d’être confus. Six personnes ont toutefois pu la voir, à commencer par Indira Seebun, ministre de la Femme. Elle en est sortie horrifiée. “Je suis triste pour cette dame. Je condamne cet acte ignoble. C’est inacceptable que des personnes fassent ainsi la loi. Je laisse toutefois la police faire son travail.” Son second visiteur a été Me Jean-Claude Bibi qui a conversé avec elle une quinzaine de minutes. Deux policiers de la CID ont également pu la voir en présence de son avocat. Me Bibi leur a communiqué des éléments d’information de base pouvant faire avancer l’enquête. Salma Bibi Islam, psychologue du ministère de la Femme, qui suit la victime depuis sa première agression, avait été interdite d’accès le matin. Elle a pu voir sa patiente par la suite. La psychologue l’aurait trouvée “en grande détresse” mais la victime aurait paru “soulagée” de voir ce visage familier. Le dernier à lui rendre visite a été son mari, Stéphano. Me Bibi fait un appel : “Il ne faut pas véhiculer, ni écouter les rumeurs qui peuvent nuire à l’enquête ou créer une atmosphère qui lui sera préjudiciable et il faut garder son calme.”


Source : Lexpress : Jeudi 29 juin 2006 - No. 15834
Victime d’une série de mésaventures
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 29/06/2006, 15h48
Avatar de ZahoOL
DeeJay
 
Date d'inscription: novembre 2003
Localisation: RM Studio
Messages: 3 677
Envoyer un message via MSN à ZahoOL
Que s’est-il passé entre 14 heures et 17 h 30 quand le chef inspecteur Ramgoolam a retrouvé le corps inerte et dénudé de Marie-Linley Savriacooty à FUEL ? L’enquête policière le déterminera. Mais d’ores et déjà, la police est en mesure de dire que la victime a probablement été kidnappée, droguée et agressée sexuellement avec une violence inouïe. Les nombreuses questions que suscite cet acte barbare n’ont pas encore trouvé de réponse. Mais tout semble démontrer que l’acte avait été prémédité. Qui peut en vouloir à ce point à cette femme ? Dans son entourage proche, on pense que cet acte pourrait être une vengeance, car les Savriacooty ont attiré sur eux l’attention des autorités par rapport à leurs divers déboires.

En janvier, Marie Linley a déjà été agressée sexuellement à même le trottoir par “une cinquantaine d’individus” dit-elle. Quatre hommes auraient inséré une torche dans son sexe sous le regard impuissant de son mari.

Mais l’assistance policière s’est fait désirer. Marie Linley n’a en effet été référée au médecin légiste Satish Boolell que 24 heures après son calvaire.


Perdre son bébé

Ensuite, elle a été accusée de détenir des cocktails Molotov dans sa maison. Mais le Directeur des poursuites publiques a rayé cette charge, ce qui porte à croire que c’était un coup monté.

Le premier suspect arreté en février est relâché le lendemain. La police ne montre aucun intérêt à résoudre le problème. Il aura fallu des questions parlementaires et un changement d’hommes dans l’équipe policière pour qu’enfin une parade d’identification soit organisée. Ce qui fait dire à l’opposition au Parlement qu’il “y a eu ingérence” dans cette affaire. C’est à la suite de cela que les choses devaient aller mieux pour le couple.

Traumatisée par son calvaire, la jeune femme qui était enceinte de trois mois quand elle a été agressée sexuellement a cependant fini par perdre son bébé.

Entre-temps, ses détracteurs se plaisent à parler de la vie privée de la victime. Les différentes versions concernant la source des problèmes du couple Savriacooty avec leurs voisins les Manna ne justifient pas la dimension sexuelle qu’a prise ce supposé règlement de comptes. Et les deux agressions sexuelles ont en commun qu’il n’y a jamais eu “viol” comme défini par la loi, qu’il n’y a pas eu d’acte de pénétration. Quelle en est la raison ? Pourquoi s’acharne-t-on en toute impunité sur cette femme ?

La maison verrouillée des Savriacooty à Mauripark, Rose-Belle, symbolise la sordidité de cette affaire. Les voisins restent cloîtrés dans leur maison et silencieux comme s’ils allaient garder à jamais ce secret lugubre à la base de l’acharnement contre Marie Linley. La police arrivera-t-elle à percer ce lourd mystère ?
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 29/06/2006, 16h25
Avatar de ZahoOL
DeeJay
 
Date d'inscription: novembre 2003
Localisation: RM Studio
Messages: 3 677
Envoyer un message via MSN à ZahoOL
Citation:
Posté par SISTA
c'est aux abords des arcades sunassee à rose hille que marie linley savriacooty a été kidnappée !
Elle a été retrouvée mardi apres midi à camp de masque ! Elle se remet lentement de ce traumatisme et d'agression sexuelle !

nnnggggggggnn
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 29/06/2006, 16h34
Avatar de Ina
Ina Ina est déconnecté
Sirdar
 
Date d'inscription: juin 2005
Localisation: Allemagne
Messages: 215
Courage marie Linley

la mo pena parole avec c ki pe passé la
c ene zafer bien triste,en moi c ene mélange,de colere,de tristesse et de la peur.
Colere: mo senti ene révolte contre sa banne aggresseurs la
Tristesse: pour Marie Linley et c ki li fin enduré et surtout de vivre deux fois le même cauchemar,mo frissonné quand mo mazine sa pauvre femme la
Peur: pour les autres femmes qui vivrent á Maurice,les aggresseurs zot telma sang froid et personne pa senti zot en sécurité

Mo espéré ki l'autorité pou fer zot travaille,gagne sa banne aggresseurs violeurs,ki pli pire punition prononcé pou zot.Mais pou Marie Linley mo selma espéré ki l'amour so mari ,so famille et ene bon l'aide psychologique pou capave tire li de sa traumatisme et ki sa courage ki li encore posédé la aide li a continuer a vivre ene la vie "normale" quoi ki mo sure ce ne sera pas fazile!!!

Mes pensées sont vers toi Marie Linley.....INA
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 29/06/2006, 17h31
Avatar de ZahoOL
DeeJay
 
Date d'inscription: novembre 2003
Localisation: RM Studio
Messages: 3 677
Envoyer un message via MSN à ZahoOL
bisin mo cuar peine de mort em pou fer dimounes comme sa peur
Réponse avec citation
  #6 (permalink)  
Vieux 29/06/2006, 18h12
Avatar de Sophia
Super Fan RM
 
Date d'inscription: décembre 2004
Localisation: londres
Messages: 2 033
mo vraiment choquee par sa .... c'est absolument inhumain!!! pena parole pou exprime seki mo p ressenti ...
Réponse avec citation
  #7 (permalink)  
Vieux 02/07/2006, 14h42
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Rebondissement dans l'affaire de Marie Savri Couti, lire ca:
:http://www.lexpress.mu/display_news_...?news_id=67995


Rocco
Réponse avec citation
  #8 (permalink)  
Vieux 02/07/2006, 14h44
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Citation:
Posté par Rocco
Rebondissement dans l'affaire de Marie Savri Couti, lire ca:
:http://www.lexpress.mu/display_news_...?news_id=67995


Rocco
Et ca:http://lemauricien.com/weekend/index.html
Réponse avec citation
  #9 (permalink)  
Vieux 02/07/2006, 22h54
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Mo souhaiter ki mo wrong, mais ca cas la laisse beaucoup kestions a poser.
Coma ene dame capave etre enlever dans le centre de Rose Hill grand la journee sans okene temoins?
D'apres so deposition, 3 zomes fine enleve li avec force, fine endormi li et le temps li reprend connaissance li trouve li dans caro cannes. Abe ki maniere ene so fami ti trouve li pe marcher lor la rue dans ca place la avant le soit disant attac?
Ki maniere so supposer assaillants fine force li pou boire 40 comprimers et li encore vivant? Si zote tine envi touille li, zote ti pou donne li ene produit mortel.
Mme Savricooti tine alle la pharmacie pou ashter comprimers, cote banne comprimers la eter?
La, nou cose en terme adult, nou tou conner kand ene vagin sec li difficile pou recevoire penetration, ki maniere so supposer assaillants fine casse ene boute canne et fine fonce ca avec li sans cose okene laceration grave? li ti besoin en sang. non?
Ki maniere la police na pa fine trouve okene trace d'occupation par plusiures dimounes dans ca l'endroit cote crime la fine supposer ena lieu?
Li ti tanne ene de so banne assaillants mentione le non Dev, mais Dev la ti dans so lieu de travail, ene alibi ki fine supporter par so banne collegues.

Mo laisse zote faire zote propre conclusion.

Rocco










Réponse avec citation
  #10 (permalink)  
Vieux 03/07/2006, 13h11
Avatar de ZahoOL
DeeJay
 
Date d'inscription: novembre 2003
Localisation: RM Studio
Messages: 3 677
Envoyer un message via MSN à ZahoOL
Re-Rebondissement dans l'affaire de Marie Savri Couti: Epoux , Stéphano Savriacooty ine kit so madame ec dire ki so fam bisin traitment psycho.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
agression, deuxieme, linley, marie, savriacooty, sexuelle

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 18h56.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com