Centres D’appels. - Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice

Précédent   Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice > Discussions > Discussions Générales

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1 (permalink)  
Vieux 07/02/2006, 15h38
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Centres D’appels.



Beaucoup centre D’appels européen pé ouvert dans moris, mo supposé acose maindoeuves local bomarché, en tou K zote pé ammene boulots pou morisiens. Dans Rivière du Rampart ena ene fek ouvert avec 60 ordinateurs.

Rocco
Réponse avec citation
Google
  #2 (permalink)  
Vieux 07/02/2006, 19h42
Avatar de Nathalia
Fan RM
 
Date d'inscription: juillet 2004
Localisation: Studio 2, Radiomoris
Messages: 1 356
Citation:
Posté par Rocco

Beaucoup centre D’appels européen pé ouvert dans moris, mo supposé acose maindoeuves local bomarché, en tou K zote pé ammene boulots pou morisiens. Dans Rivière du Rampart ena ene fek ouvert avec 60 ordinateurs.

Rocco
Mone tanne parlé de ça bannes centres d'appels là car mo éna ene camarade qui travail dan ene sa bannes centres là. Mo trouver qui c'est une bonne chose et qui li procure du boulot pour les jeunes surtout. Par contre, mo pas conner si li ene boulot sûr, si sa bannes jeunes là ena ene sécurité d'emploie en bossant dans sa bannes centres d'appel la... Eski nou sir ki sa bannes centres d'appel la pou toujours exister dan 10 ans ou eski zot pou ferme zot la porte à moris pou alle réouvert zot la porte dan bannes pays cotte la main-d'oeuvre pou encore moins chère
Réponse avec citation
  #3 (permalink)  
Vieux 07/02/2006, 20h48
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
To ena raison Nathalia, mo crois bien ki sa banne centres d'appel la C banne job saisoniere ca, zote conditions travail na pa tres favorable car bannr jeune filles la fini travail bien tard 11hr a minuit pou tenir l'heure GMT. Pou deplacer pou alle dans ene lote pays cote main d'oeuvre moin cher, mo croire ki ca pou unpeu difficile.
Mo na pa conne okene nation ki capave immite morisiens avec so Francais , Anglais, Hindi, Mandarin etc.
Esperon ki l'industrie la survivre.

Rocco
Réponse avec citation
  #4 (permalink)  
Vieux 07/02/2006, 20h54
Avatar de Nathalia
Fan RM
 
Date d'inscription: juillet 2004
Localisation: Studio 2, Radiomoris
Messages: 1 356
Citation:
Posté par Rocco
To ena raison Nathalia, mo crois bien ki sa banne centres d'appel la C banne job saisoniere ca, zote conditions travail na pa tres favorable car bannr jeune filles la fini travail bien tard 11hr a minuit pou tenir l'heure GMT. Pou deplacer pou alle dans ene lote pays cote main d'oeuvre moin cher, mo croire ki ca pou unpeu difficile.
Mo na pa conne okene nation ki capave immite morisiens avec so Francais , Anglais, Hindi, Mandarin etc.
Esperon ki l'industrie la survivre.

Rocco
Ah oui, to éna raison Rocco! Mo camarade là ti dire moi d'ailleurs ki avant zot commence sa travail là, ti pé train zot pou cose français à la française et c'est vrai qui li pou difficile pou zot alle ouvert zot la porte dan ene pays l'afrique par exemple...
Réponse avec citation
  #5 (permalink)  
Vieux 07/02/2006, 21h01
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Nathalia, dire ceki zote envie lor maurice, mais nou ene nation exceptionel et nou besoin fiere de ca. Bocou mauriciens na pa realise ca.

Rocco
Réponse avec citation
  #6 (permalink)  
Vieux 07/02/2006, 21h15
Avatar de Nathalia
Fan RM
 
Date d'inscription: juillet 2004
Localisation: Studio 2, Radiomoris
Messages: 1 356
Exactement Rocco! Il est vrai que moris pé faire face à bannes problèmes qui bannes grands pays aussi éna à faire face! Mais à maurice, la situation sur tous les plans, li encore controllable!

Et si nou trouver ki ene grand pays développé couma la France ine tourne li vers maurice pou ouvert bannes centres d'appel, c'est ki bannes français conner ki nou ene pays ki éna ene certaine stabilité sur la plupart des plans et ki zot capave confier zot boulot à bannes mauriciens.

Et couma tone dire Rocco, malgré nou bannes difficulté et nou bannes ti problèmes ti tous bannes grands pays éna à faire face également, nou reste ene nation exceptionnel et nou tou bisin fiere de sa
Réponse avec citation
  #7 (permalink)  
Vieux 08/02/2006, 14h56
Avatar de Ticia
Fan RM
 
Date d'inscription: janvier 2005
Localisation: Montpellier, France
Messages: 812
Oui, mais les entreprises françaises ont aussi beaucoup ouvert de centres d'appels au Maroc et dans certains autres pays Nord-Africains où la main d'oeuvre est moins chère...
En ce qui s'agit de l'anglais, les opérateurs semblent apprécier le travail des indiens qui s'adaptent à toutes les situations et à tous les accents...
Mon p'tit frérot a travaillé 3mois dans un call center après ses résultats de HSC et d'après lui les conditions sont pas géniales...avec en plus la pression de l'employeur...
Le chiffre d'affaire ya ke ca qui compte!
Mais bon, l'essentiel c'est que de nombreux jeune trouvent du boulot (en espérant que ca va durer)...
Réponse avec citation
  #8 (permalink)  
Vieux 26/09/2008, 09h44
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Entre primes et déprime



EMPLOI : CALL CENTRES

Entre primes et déprime


"Touchez jusqu'à Rs 40 000 par mois", "Débutez avec le salaire d'un directeur", "Nos meilleurs agents touchent jusqu'à Rs 70 000 par mois" Tels sont quelques-uns des slogans utilisés pour attirer les intéressés La concurrence pour recruter dans les centres d'appels est très agressive. Et pour cause ! Le secteur est en pleine expansion et la main d'œuvre qualifiée est une denrée rare. En l'absence d'une loi spécifique pour réglementer le secteur, c'est un peu la jungle : chacun recrute chez l'autre, tandis que les employés crient à l'exploitation et à l'insécurité d'emploi.
Parce qu'elle avait un petit gâteau sur la table pendant son heure de production, cette employée d'un centre d'appels a failli perdre son emploi et s'est retrouvée avec un avertissement. Une anecdote qui lève un pan du voile sur l'ambiance prévalant dans certains call centres. Des employés n'hésitent pas à évoquer des conditions "quasi-esclavagistes" et réclament la réglementation du secteur. Il faut savoir que le secteur des TICs, comprenant entre autres, les centres d'appels est régit par les lois générales de l'emploi et du BIT. "Cela fait une dizaine d'années maintenant que les call centres sont présents à Maurice, qu'est-ce qu'on attend pour réglementer le secteur ?", se demande Myrna, télé opératrice pour la filiale d'un groupe très réputé à Maurice.
Primes. Si on parle de salaire élevé dans ce secteur, il faut savoir que tout se joue sur les primes de performance. Le salaire de base ne représente qu'une somme minime dans la totalité. "Le salaire de base dans les call centres varie entre Rs 8 000 à 9 000. Ensuite il y a les primes. Par exemple, là où je travaille, nous touchons un bonus de Rs 2 300 pour chaque tranche de 20 rendez-vous pris."
Mais qui dit performance dit aussi bosser dur, sans compter qu'il y a des conditions qui y sont attachées. "Chez nous, chaque agent doit faire 150 appels par jour et compléter 195 h de travail par mois. Les superviseurs sont toujours derrière vous pour veiller à ce que ces chiffres soient respectés et vous bousculent même. Nous sommes comme des robots. Nous sommes obligés d'atteindre ces barèmes pour ne pas être licenciés car on nous considère comme pas assez performants. Beaucoup y sont déjà passés.""Pour chaque agent licencié, il y en a 10 nouveaux qui attendent derrière la porte", soutient Myrna. Il faut savoir que dans ce métier, il y a beaucoup de jeunes, des school leavers, souvent de passage. "Pour un jeune qui travaille pour la première fois et qui peut gagner Rs 25 000 par mois pour payer ses études, toutes ces conditions ne font pas peur. Mais il y a aussi les autres, ceux qui restent, notamment, les mères de famille, les filles mères…"C'est aussi la raison, dit Myrna, pour laquelle personne n'ose protester, voire s'organiser pour revendiquer de meilleures conditions. "Ils ont tous besoin de cet argent."
Surenchères. Du côté des employeurs, la perception est différente. Henri, Directeur des Ressources Humaines (DRH) dans un centre d'appels, il y a beaucoup de surenchères au niveau des primes qui affectent le secteur. "Il y a d'abord un problème de main d'œuvre qualifiée. Nous prenons un mois pour former les nouvelles recrues et une fois qu'elles commencent à maîtriser le travail, elles vous quittent pour aller ailleurs, parce qu'on leur propose des primes plus intéressantes. C'est à chaque fois, un éternel recommencement."
Henri se prononce contre une loi pour réglémenter le secteur. Car dit-il : "C'est un métier de passage, les gens partent et viennent. Ensuite, il y a beaucoup de compagnies étrangères qui viennent avec leurs propres règlements. Le mieux, aurait été un code de conduite à la fois pour les entreprises et pour les employés."
Les entreprises étrangères, justement, font souvent leurs chiffres d'affaires en euros. Et les Mauriciens sont payés en roupie, "des miettes", n'hésitent pas à dire certains. Chiffres. Deven travaille dans un autre secteur du BPO, où la performance se calcule en chiffre d'affaires. Il donne des cours de langue par téléphone. "L'entreprise a un chiffre d'affaires de 250 000 à 300 000 euros mensuellement. Notre salaire de base est de Rs 8 500. Nous sommes obligés de réaliser un chiffre d'affaire de 15 000 euros chacun en terme de vente. Et nous touchons un pourcentage sur ce chiffre. Si un mois, vous n'en vendez que pour 10 000 euros, le mois suivant, votre barème à atteindre est de 20 000 euros au lieu de 15 000. La différence s'accumule et vous avez en plus, un avertissement."
Qui plus est, si le client ne paye pas la totalité du service acheté, la différence s'accumule sur le barème du vendeur. "Ce qui est tout à fait injuste, puisque c'est pas de notre faute si le client n'a pas payé. Le service a été fourni."
Le cas de cette entreprise vient d'être rapporté au ministère du Travail. En l'absence du ministre de tutelle, nous n'avons pu obtenir une réponse officielle, concernant les cas d'abus dans le secteur. Toutefois, une source confirme que plusieurs plaintes concernant les call centres ont été enregistrées. Idem au niveau des syndicats, qui regrettent la politique de "répression" des patrons, décourageant ainsi les opérateurs à se regrouper.


Réponse avec citation
  #9 (permalink)  
Vieux 26/09/2008, 09h45
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev

On recrute à Madagascar


Dans l'entreprise où travaille Deven, une dizaine de Malgaches ont été recrutés depuis un certain temps. "Ils sont payés moins que nous et ils sont obligés de faire des heures supplémentaires. C'est dans leurs conditions", avance le jeune homme. Il se demande ainsi pourquoi il y a la nécessité de recruter à Madagascar alors que beaucoup de Mauriciens sont sans emploi. "Est-ce parce que la main d'œuvre est moins chère ?" Cette situation rappelle ce qu'avait dit un syndicaliste : "les call centres c'est la nouvelle zone franche." Commmentant cette observation, Myrna ajoute pour sa part : "Oui, c'est tout à fait ça. D'ailleurs, à un certain moment ils vont tous fermer pour aller ouvrir ailleurs, où la main d'œuvre est moins chère, comme cela a été le cas pour les usines de textile."



OTAM : "Aux autorités de faire leur travail"


S'exprimant sur les conditions d'emploi dans les centres d'appels, Vidia Mooneegan, président de l'Outsourcing and Telecommunications Association of Mauritius (OTAM), fait d'abord ressortir qu'il faut faire la différence entre deux profils d'entreprises : "Il y a d'un côté, des compagnies performantes, dont les multinationales, qui viennent s'implanter ici. Celles ci ont déjà leurs structures, codes d'éthique et sont très professionnelles. Il y a d'autre part, ceux qui viennent s'implanter ici pour se faire un peu d'argent et repartent après quelque temps. Dans ces conditions, il est possible qu'il y ait des cas d'abus. C'est aux autorités, au ministère de l'Emploi, de faire leur travail, afin de s'assurer que les conditions soient respectées. Car avec le Busines Facilitation Act, une entreprise peut venir s'implanter ici en 3 jours."
Toutefois, Vidia Mooneegan dit ne pas être en faveur d'une loi pour réglementer le secteur. "Ce ne serait pas dans l'avantage de Maurice. Avant de s'installer, les entreprises font le tour du monde pour voir où les conditions sont meilleures. Ils ne viendront sans doute pas ici, s'il y a une loi stricte régissant le secteur. Il faut une certaine flexibilité. D'autant que les multinationales ont leurs propres codes d'éthique à être appliqués globalement. Comme je l'ai dit, c'est aux autorités d'être plus actives sur le terrain pour s'assurer que tout se passe dans les règles."
Vidia Mooneegan se dit cependant en faveur d'un code d'éthique et l'application d'un système standard dans le secteur. L'OTAM et la Chambre de Commerce et d'Industrie France Maurice (CCIFM) travaillent déjà sur la question. Une étude sur les salaires dans le secteur des TIC est actuellement en cours (voir Actu page 3).



TIC : Une étude sur les salaires


Une étude sur les salaires et les pratiques de rénumérations dans le secteur des TIC a été lancée cette semaine. L'initiative revient à la Chambre de Commerce et d'Industrie France Maurice (CCICM) et à l'Outsourcing & Telecommunications Association of Mauritius (OTAM). Les résultats de cet exercice seront utilisés comme outils pour mieux gérer la situation dans ce secteur assez récent à Maurice. L'étude permettra en outre, d'avoir une vraie vision sur les salaires. Elle permettra, également, de garder la compétitivité de Maurice dans ce domaine. De même, l'étude permettra aux employés et futurs employés du secteur d'avoir une idée plus juste des salaires auxquels ils peuvent prétendre.
Parlant de certaines pratiques, notamment, les primes de performance, Patrice Despax, président de la CCIFM affirme : "Nous voulons mettre tout cela à plat et définir plutôt un package." Ce qui évitera la concurrence acharnée au niveau du recrutement. "De même, nous voulons jeter les bases d'un code d'éthique entre les entreprises du secteur."
L'étude a été confiée à la Société CAPFOR. Elle couvrira les secteurs du BPO (Call Centre, Data Entry), du Software Development et de la Haute Technologie, entre autres. 8 familles au total ont été identifiées en 24 postes ont été définies. 23 entreprises ont accepté de collaborer à cet exercice. Les autres peuvent toujours manifester leur intérêt. CAPFOR rassure sur la confidentialité des données. Les résultats de ce travail seront connus d'ici la fin de l'année.
Réponse avec citation
  #10 (permalink)  
Vieux 27/09/2008, 08h28
Avatar de vanemillie
Sirdar
 
Date d'inscription: mars 2008
Localisation: France
Messages: 239
c'est clair que les call centres c'est la nouvelle zone franche mais il faut savoir que le maroc, l'afrique, madagascar prennent beaucoup moins cher que l'ile maurice!! la main d'oeuvre est - cher donc + de profit pour les sociétés!! Il faut s'attendre a ce que certains cc ferment au profit d'ouvrir dans ces différents pays!!

Très dommage d'ailleurs car nul besoin de diplome pr intégrer un ccentre, on a une formation avec parfois meme la neutralisation de la langue et on touche min Rs8000. Mais il faut savoir qu'il y a beaucoup de pression, des objectifs insurmontable a atteindre parfois et la peur de perdre son boulot

Proposer un package je pense est la meilleure solution car à l'ile maurice on arrive a faire un travail aussi bien qualitatif que quantitatif!
Réponse avec citation
Réponse

Tags
centres, d’appels

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non
Trackbacks are oui
Pingbacks are oui
Refbacks are non


Fuseau horaire GMT. Il est actuellement 12h50.


Édité par : vBulletin® version 3.7.4
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.1.0 Tous droits réservés.
Version française #12 par l'association vBulletin francophone
© 2003-2008 RadioMoris.Com