Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - La vie en classe : paroles de profs
Afficher un message
  #1 (permalink)  
Vieux 05/10/2008, 17h11
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
La vie en classe : paroles de profs

La vie en classe : paroles de profs
L’enseignement, le plus beau métier du monde. Peut-être. Mais c’est aussi un travail jonché d’embûches. Des élèves difficiles à maîtriser, des limites à ne pas franchir avec ces derniers… Leur rôle est plus complexe. La société place la barre de plus en plus haut. Six professeurs partagent leur expérience dans le cadre de la Journée internationale des enseignants célébrée aujourd’hui.

Ce n’est pas toujours facile de se faire respecter lorsqu’on est enseignant. Je suis professeur de sociologie dans un collège privé.

J’ai 26 ans et j’ai une apparence juvénile. Et très vite au collège, on m’a assimilé à la prof copine. C’est vrai que j’essaye d’être cool avec mes élèves, mais certains en profitent pour prendre à la légère les devoirs que je leur donne. Dès que j’ai le dos tourné, il y a toujours des petits malins qui vont s’amuser à lancer des bouts de papier sur leurs camarades. J’en attrape parfois certains qui, au lieu de travailler, envoient des SMS. Ni les réprimandes, ni les sanctions ne marchent.

Et si vous les rapportez au recteur, ils vous mènent la vie dure. Mais heureusement que la majorité d’entre eux sont là pour apprendre. »

Shabneez





Définir les limites à ne pas franchir est parfois


un vrai casse-tête. En fait, je suis professeur dans un collège de filles.

Et quelquefois, j’ai peur que mes élèves prennent mon intérêt pour leur travail comme de l’affection. Par exemple, je ne peux pas discuter longtemps avec certaines d’entre elles sans qu’il y ait des rumeurs qui circulent. Un jour j’ai eu droit à un très beau poème d’une élève.

Lorsqu’elle est arrivée en classe le lendemain, elle n’osait pas me regarder.

Je lui ai fait comprendre qu’elle écrivait bien et qu’elle devait poursuivre dans cette voie. Mais je lui ai aussi expliqué que je ne suis que son prof et que je le resterais.

Il faut savoir trouver la bonne distance avec les élèves, ni trop loin, ni trop près. »

Kevin





Les élèves à problèmes, il y en a beaucoup.
Ils viennent à l’école avec de lourdes histoires personnelles. Enfants de parents séparés, enfants avec des problèmes financiers, enfants battus, enfants gâtés, le prof doit analyser chacun d’entre eux et ensuite adapter son attitude en fonction de leurs sensibilités. Ce n’est pas toujours facile, il faut jongler sans cesse. Un enseignant doit finalement être une mère, un père, un psy, un politicien aussi. Parfois, il faut les couillonner pour obtenir qu’ils travaillent.

Et parfois, vous voyez bien qu’ils cherchent une affection, mais il faut faire attention car ils peuvent facilement abuser par la suite. »

Devina





Le milieu préprofessionnel est très exigeant.
Cela fait trois ans que j’y travaille et je constate que les élèves qui arrivent dans le collège privé où j’exerce se sentent rejetés du système scolaire normal. Et mon métier consiste avant tout à leur redonner confiance en eux, à leur offrir une oreille attentive. En fin de compte, c’est une responsabilité bien plus grande d’être enseignant dans le prévoc. Malheureusement, les autorités concernées ne le remarquent pas toujours. »

Jean-Jacques





Il y a des élèves qui sont là pour vous narguer.
Ils trouvent toujours à en redire, ils n’ont pas peur des sanctions, ils sont en plus des meneurs. Si vous les touchez, vous risquez de vous attirer les foudres de toute la classe. Et si vous tenez tête, vous finirez par perdre patience parce qu’ils peuvent taper leur livre sur la table, quitter la classe, vous dire non de manière catégorique. Dans ces moments-là, il faut parfois les ignorer et leur dire : ‘Continue tes stupidités, moi je refuse de jouer ton jeu.’ Parfois ça marche, parfois ça encourage d’autres à imiter leurs amis insolents, à tester le professeur à leur tour. »

Françoise




Le travail d’enseignant est risqué.
Je me souviens de la fois où un parent d’élève m’a prise à partie. J’avais puni sa fille parce qu’elle n’avait pas fait ses devoirs. Et le lendemain, j’ai eu la surprise de voir débarquer la mère qui voulait s’expliquer avec moi. Je lui ai exposé la situation calmement, mais assez vite la conversation a pris une mauvaise tournure parce que j’avais osé dire que sa fille était paresseuse. La mère de l’élève a voulu me gifler, mais les personnes présentes se sont interposées. »

Jeshree
Réponse avec citation
Google