Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - Eski sabres besoin etre ene zarme controller a moris?
Afficher un message
  #31 (permalink)  
Vieux 09/02/2008, 13h06
Rocco Rocco est déconnecté
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
À Trèfles, mercredi après-midi

Tirant nerveusement sur sa cigarette, Vishwa Soobramaney, 54 ans, scrute le visage des passants. Adossé à un mur ce jeudi soir, face à sa demeure, à la rue Corps-de-Garde, Cité Trèfles, Rose-Hill, il discute avec ses voisins sur les incidents qui ont éclaté chez lui la veille.

Ce boucher de la Mauritius Meat Authority s’affairait tranquillement, chez lui vers les 16 h 30, lorsqu’il apprend que trois hommes se promenaient sur son toit. Vishwa a aussitôt voulu savoir de quoi il en retournait. Et pour cause ! Il y a au moins Rs 3 000 de fers de construction, sans compter d’autres matériaux, qu’il a entreposés là-haut. Vishwa est en train d’ajouter un étage à sa maison.

Dehors, des voisins interpellent le trio. Il s’agit des frères Jérôme : Davidson, Jean-Jude et Hans François, qui ont eu plusieurs démêlés avec la police. Ils sont d’ailleurs surnommés les frères Texo. Ils expliquent qu’ils sont en train de ramasser de la vieille ferraille. Entre-temps, Vishwa les rejoint sur le toit et les somme de vider les lieux.

Gourdins, sabres et samouraïs
Le boucher n’a pas l’occasion d’en dire davantage. Les trois frères se jettent sur lui et le passent à tabac. Il reçoit plusieurs coups de poing et de pied. Devant cette scène, son épouse se met à hurler, rameutant les voisins qui tentent de donner une bonne correction aux Jérôme. Dans la mêlée, les trois malfrats s’emparent d’un morceau de ferraille afin de riposter.

Dans tout ce brouhaha, le fils d’un voisin, Marvyn Corret, un charpentier de 18 ans, escalade le mur pour aller sur le toit. Mal lui en prit. Le mât de l’antenne de télévision sur lequel il a pris appui se brise. Il se retrouvera au sol, un bras et une jambe en charpie.

Le bras fracturé, blessé à la jambe et aux côtes, Marvyn est immédiatement conduit à l’hôpital. Les trois frères prendront la fuite en se faufilant sur les toits des maisons avoisinantes. Mais, pas pour longtemps. Ils ont rappliqué, une heure plus tard, armés de gourdins, de sabres et de samouraïs. Ils sont accompagnés d’une trentaine de proches qui demandent à rencontrer Vishwa. Pour lui régler son compte. Le boucher est forcé de trouver refuge chez un voisin.

Des habitants du quartier descendent eux aussi dans la rue. Il y a au moins 200 personnes. L’affrontement semble inévitable lorsque deux patrouilles de police font leur apparition. Vu la foule, les policiers ne sont pas parvenus à mettre la main au collet des trois fauteurs de troubles. “Ils m’ont expliqué qu’ils ne voulaient pas prendre de risque”, lâche Vishwa.
À vendredi matin, les trois frères étaient toujours recherchés. Le boucher espère qu’ils seront vite arrêtés. Il y va de la tranquillité du quartier.
Réponse avec citation
Google