Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - L'Administration carceral mari genereux terrible!!!
Afficher un message
  #4 (permalink)  
Vieux 27/12/2007, 13h36
Rocco Rocco est déconnecté
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
Bourde à la Prison centrale

Il n’est pas un enfant de choeur. Jean-Pierre Jean-Louis, 38 ans, est le premier à le reconnaître. Sa vie n’a jamais été un long fleuve tranquille. Cet habitant de Cassis est un accro du “Brown Sugar”. Mais au lieu de la drogue, ce sont des petits vols qui lui vaudront plusieurs séjours en prison.

Et sa dernière condamnation a été plus longue que prévu. Huit mois de plus... La méprise aurait été commise par l’administration carcérale au moment d’engistrer son dossier dans le système informatique.

Jean-Pierre a été condamné en décembre 2005. Trouvé coupable de vol à l’étalage dans un magasin, il avait écopé de deux ans de prison. Grâce à l’accumulation des remises de peine, son incarcération ne devrait durer que 16 mois. Sa libération était ainsi prévue pour le mois d’avril de cette année. Mais tel n’a pas été le cas !

“Seki fine marqué dans livre ça même !”
Ce n’est que le 6 décembre dernier, soit huit mois plus tard, que Jean-Pierre a quitté la Prison centrale. En fait, la durée de sa détention représente trois ans. Pourtant, raconte-t-il, “En septembre, mo ti déjà dire enn responsable prison ki mo supposé condamné deux ans et pas trois ans. Li ti dire moi seki fine marké dans livre ça même mo bizin faire !”
Ce n’est que deux semaines après sa libération que Jean-Pierre a commencé à entreprendre des démarches auprès d’un homme de loi pour que justice lui soit rendue. Il ne compte pas rester les bras croisés face au calvaire qu’il a enduré durant les huit derniers mois. Lui qui a déjà du mal à vivre enfermer entre quatre murs pendant 24 heures. “Aster-là, pense enne coup huit mois couma ça été ! Chaque fois ki mo fine alle en dans, mo atane kan zour-là arrivé pou mo sorti !” Il dit avoir subi “enn martyr, parcequi ou frustré ek ou gagne enn tas problèmes are prisonniers. Ti couma dire enn harcèlement pou moi !”

L’ancien prisonnier repenti reconnaît néanmoins qu’il a toujours mené une vie dissolue. “Mo fine faire boucou errer dans mo la vie. Mo regreté. Mo envie changé.” Issu d’une famille de 7 enfants, Jean-Pierre a dû abandonner ses études en raison de problèmes pécuniaires. Il n’a que 15 ans lorsqu’ il perd sa mère. Deux années plus tard, il prend de l’emploi comme plongeur dans un restaurant de la capitale. Peu de temps après, il se reconvertit en maçon.

Père de deux filles
A l’aube de ses 20 ans, il emménage à Petite-Rivière avec son père. C’est là qu’il fait la connaissance de sa compagne. Il lui fait deux filles, aujourd’hui âgées de 16 et 17 ans. Mais bientôt, Jean-Pierre commence à fréquenter un groupe d’amis. Ils les suit en boîtes de nuit. Ce sera la descente aux enfers car ce train de vie frénétique épuise vite ses maigres économies. Au bercail, les disputes deviennent fréquentes avec sa femme.

“Zot dire moi pou faire ça banne la route-là bizin faire couma zot. Kan ti bizin casse pou met nissa, mo fine commence ale coquin”, raconte-t-il.

Mais ses excès lui coûtent cher. Bientôt, il sera épinglé par la police pour vol. Sa concubine choisira alors de refaire sa vie. Elle emmène ses enfants avec elle. Loin de tirer les leçons, Jean-Pierre recommencera de plus belle. Ce sera le va-et-vient à la Prison centrale pour des délits similaires.

Aujourd’hui, le prisonnier repenti semble vouloir tourner la page sur ses huit mois de plus passés à la prison. Injustement, selon lui. Avec son homme la loi, il compte réclamer réparation.

A la Prison, cette affaire est traitée en toute confidentialité. Sollicité pour une déclaration, le Commissaire des Prisons, Lingamanaiker Vijayananrayan, s’est abstenu de tout commentaire.
Réponse avec citation