Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - La sécheresse à Maurice.
Afficher un message
  #18 (permalink)  
Vieux 21/11/2007, 14h03
Avatar de monica__95
monica__95 monica__95 est déconnecté
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
EAU:Les réservoirs à moins de 60 % de leur capacité

EAU
Les réservoirs à moins de 60 % de leur capacité



Premiers signes d’inquiétude. Les réservoirs du pays sont à moins de 60 % de leur capacité. Face à cette situation, le directeur de la Central Water Authority (CWA), Harry Boolauck, tire la sonnette d’alarme.

A hier, Mare-aux-Vacoas était à 53,5 % de sa capacité contre 60,7 % durant la même période l’an dernier. Ce n’est que Piton du Milieu qui dépasse la barre des 60 %. Le réservoir est à 64,5 % de sa capacité (voir encadré).

«Les Mauriciens font semblant de ne rien comprendre et continuent surtout à gaspiller de l’eau. Nos deux principaux réservoirs, à savoir Mare-aux-Vacoas et Midlands Dam, commencent à entamer une mauvaise pente. Il nous faut être plus conscients du fait que nous sommes en période de sécheresse. Ceux qui veulent se voiler la face peuvent continuer à le faire mais le réveil sera dur», prévient Harry Boolauck.

Les nappes phréatiques, dit-il, sont aussi en mauvaise posture. Il cite l’exemple d’une des plus grandes nappes phréatiques du pays, le tunnel de Pierrefonds. Ce tunnel a une capacité d’eau de 32 000 mètres cubes d’eau et il est à 19 000 seulement. «C’est donc un manque à gagner important de 13 000 mètres d’eau et, forcément, cela va se ressentir au niveau de la capitale», précise-t-il.

En attendant, certains souffrent déjà d’un manque cruel dans la fourniture d’eau. A Vieux-Grand-Port notamment, du côté du flanc de la montagne Kenya, la CWA met à la disposition des habitants un camion-citerne chaque jour pour leur approvisionnement en eau.

La CWA prévoit d’ailleurs d’améliorer le réseau dans cette région. Il est question de pomper l’eau de Cluny pour l’amener vers Kenya. «C’est un long processus. Nous allons le faire. Il ne faut pas croire, comme le disent certains, que nous ne prenons pas de mesures. Sauf que, si nous déployons les grands moyens, l’eau ne sera plus à Rs 4.50», confie cependant Harry Boolauck.

Actuellement, le programme de coupures d’eau est resté sans changement. Sauf pour les régions difficiles où l’approvisionnement est plus irrégulier. La fourniture en eau est ainsi interrompue de 9 heures à 15 heures et de 21 heures à 3 heures du matin. Une prochaine réunion de la Water Resources Monitoring Unit, durant la première semaine de décembre, réévaluera la situation.

Face au gaspillage, Harry Boolauck brandit également la menace de sanctions. Jusqu’ici, dit-il, il n’y a pas eu de nécessité de le faire mais si la « situation se détériore, nous n’aurons pas d’autre choix».
Réponse avec citation