Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - Arche de Zoé
Discussion: Arche de Zoé
Afficher un message
  #6 (permalink)  
Vieux 30/10/2007, 14h58
Avatar de monica__95
monica__95 monica__95 est déconnecté
Super Fan RM
 
Date d'inscription: octobre 2004
Localisation: Ile de France...France
Messages: 3 939
16 Européens inculpés au Tchad en attente de transfert

à la une ABÉCHÉ (AFP) - 30/10/07 15:20
Arche de Zoé: 16 Européens inculpés au Tchad en attente de transfert

Seize Européens inculpés à Abéché, dans l'est du Tchad, d'"enlèvement de mineurs", "escroquerie" ou "complicité" dans l'enquête sur la tentative controversée de transport de 103 enfants en France par l'Arche de Zoé, devaient être transférés mardi, probablement à N'Djamena. Evènement

Le ministère des Affaires étrangères a indiqué mardi à Paris qu'il n'y avait pas à sa connaissance de "décision prise sur l'inculpation" des Français accusés d'enlèvement d'enfants par la justice tchadienne mais seulement des "incriminations" signifiées par le procureur.

"Nous comprenons qu'il y a eu des incriminations qui ont été signifiées par le procureur" mais "actuellement il n'y a pas de décision prise sur l'inculpation, et c'est au juge d'instruction qui sera chargé de l'affaire qu'il appartiendra de retenir les chefs d'inculpation", a déclaré la porte-parole du ministère Pascale Andréani lors d'un point de presse. Le ministère tchadien de la Justice avait auparavant affirmé que 16 Européens avaient été inculpés à Abéché, dans l'est du Tchad, d'"enlèvement de mineurs", "escroquerie" ou "complicité" dans l'enquête sur la tentative controversée de transport de 103 enfants en France par l'asociation l'Arche de Zoé.

Parmi eux figurent neuf Français, des membres de l'association française Arche de Zoé et trois journalistes.

Plusieurs dizaines de personnes se sont réunies mardi matin devant le palais de justice d'Abéché, gardé par les forces de l'ordre, pour manifester leur colère à l'égard des 16 Européens et des deux Tchadiens également inculpés. "Ce sont des voleurs, des tueurs", a dit un manifestant. "La France est complice, la colonisation c'est fini", a lancé un autre.

Neuf Français - des membres de l'association française Arche de Zoé et trois journalistes - ont été inculpés lundi soir d'"enlèvement de mineurs en vue de compromettre leur état civil"et d '
"escroquerie", a confirmé mardi le procureur d'Abéché Ahmat Daoud.

Les sept Espagnols de l'équipage de l'avion qui devait transporter jeudi les enfants en France, ainsi qu'un sous-préfet et un chef de quartier tchadiens, sont poursuivis pour "complicité". Une journaliste de l'AFP a pu voir les Européens, abattus, dans une pièce du palais de justice où ils ont passé la nuit. On ignorait dans l'immédiat où se trouvaient les deux Tchadiens.

Les membres de l'association portaient des t-shirts "Children Rescue", du nom de l'opération controversée d'"évacuation" des enfants montée par l'Arche de Zoé, et des pantalons de sapeurs-pompiers français. Les hôtesses de l'air espagnoles étaient au bord des larmes.

Ces personnes attendaient mardi leur probable transfèrement à N'Djamena, à 700 km plus à l'ouest. Le Conseil supérieur de la magistrature tchadien avait décidé lundi de les transférer dans la capitale "pour des raisons de sécurité", selon une source judiciaire.

Un pilote belge, qui a acheminé une partie des enfants à Abéché depuis la frontière tchado-soudanaise, est pour sa part en garde à vue depuis dimanche à N'Djamena dans l'attente lui aussi d'une éventuelle inculpation.

Dès mardi matin, l'Espagne a manifesté son "désaccord" avec l'inculpation de ses ressortissants et demandé leur libération.

Paris, qui s'était vivement désolidarisé dès jeudi de l'opération de l'Arche de Zoé, n'a pas réagi depuis l'inculpation. La France a annoncé que ses ressortissants impliqués répondraient "de leurs actes au Tchad", suscitant les protestations de l'opposition socialiste qui a réclamé qu'ils soient jugés sur le sol français.

Depuis jeudi,N'Djamena a accusé les responsables de l'opération d'"enlèvement" et "trafic" d'enfants. Le président tchadien Idriss Deby Itno s'est même demandé s'ils entendaient "vendre" les enfants "aux ONG pédophiles", ou bien "les tuer et enlever leurs organes".

Mais de premières voix se sont élevées pour mettre en garde contre toute tentative de récupération politique de cette affaire par le régime de N'Djamena, alors que le déploiement d'une force européenne est attendu prochainement dans l'est du Tchad, frontalier du Darfour (ouest du Soudan) en proie à une guerre civile.

Les responsables de l'Arche de Zoé assurent que les autorités françaises ne leur ont jamais clairement interdit de mener leur opération. Ils ajoutent avoir voulu "sauver de la mort" des "orphelins" du Darfour. Après avoir estimé que la plupart des 103 enfants étaient originaires du Tchad, l'Unicef, qui les interroge avec d'autres agences humanitaires à l'orphelinat d'Abéché, a finalement déclaré mardi ignorer s'ils "sont ou non orphelins et d'où ils viennent".

La justice française soupçonne l'Arche de Zoé d'avoir tenté de servir d'intermédiaire illégal dans le domaine de l'adoption et a ouvert la semaine dernière une information judiciaire.
Réponse avec citation