Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - Agressions kotidien
Discussion: Agressions kotidien
Afficher un message
  #7 (permalink)  
Vieux 21/09/2007, 11h05
Rocco Rocco est déconnecté
Super Fan RM
 
Date d'inscription: août 2004
Localisation: London UK
Messages: 3 908
Envoyer un message via Yahoo à Rocco
A ST.-PIERRE
Jaloux, il tranche la gorge de sa compagne

Elle travaillait dans un “call-center”. Il ne voyait pas cela d’un bon oeil et il lui reprochait de passer trop de temps sur Internet. Après une dispute, il l’aurait agressée à coup de poignard.

Le présumé agresseur a été présenté au tribunal de Moka, hier, sous une accusation provisoire d’agression avec préméditation mais il a été libéré sous caution. “Mo trouv mo mama lor lili e so linz ranpli ar disan.” Ce sont les propos du fils, 20 ans, de la victime âgée de 41 ans, agressée à l’arme blanche par son concubin. Une sauvage agression ayant pour toile de fond la jalousie.

En effet et selon les dires du jeune homme, encore sous le choc, le présumé agresseur, Christian Rosé, 57 ans, n’appréciait pas que sa compagne travaille dans un centre d’appels. Il lui aurait souvent reproché de passer trop de temps avec des correspondants sur Internet.

Hier matin, 7 heures. Comme à l’accoutumée, le jeune homme se rend dans la chambre de sa mère pour un brin de causette. Stupeur : sa mère est étendue en travers du lit, les vêtements maculés de sang. Il s’approche lentement et il découvre qu’elle a la gorge profondément tranchée et les mains tailladées mais elle respire encore. Malgré le choc, il parvient à la porter jusqu’à sa voiture et il l’emmène à l’hôpital Victoria à Candos.

Arrivé au rond-point de St.-Jean, il se rend compte que sa maman saigne de plus en plus abondamment et qu’elle a perdu connaissance. “Mo trouv mo mama kouma dir pe mor.”

Aussitôt son arrivée à l’hôpital, la victime reçoit les premiers soins avant d’être conduite en salle d’opération. A hier soir et selon le milieu médical, son état de santé inspirait de vives inquiétudes.

Après l’agression, le concubin s’est rendu au poste de police de St.-Pierre pour avouer son forfait. Aussitôt alertés, des policiers, menés par l’inspecteur Farad Bhaukaurally se sont rendus sur le lieu de l’agression. Christian Rosé a été placé en détention après avoir consigné sa version des faits. Des témoins de l’agression ont été ensuite amenés au domicile de la victime pour une reconstitution des faits.

Cette agression a provoqué l’émoi parmi les villageois. Ils se disent étonnés que Christian Rosé, qu’ils connaissent très bien, ait pu faire une chose pareille. “Zame nou ti a panse ki li pou fer sa, li enn bon dimoun, li ti byen trankil.” Le fils de la victime, encore troublé, confie : “Mo mama inn gayn sans, mo boper inn gayn zis lapo lor so lagoz. Si li ti gayn so larter ou so lavenn, mo mama ti pou fini mor.”

Après une séparation d’avec sa femme, Christian Rosé vivait en concubinage avec la victime depuis 11 ans. Son ex-femme est stupéfaite. “Dizan monn res ar li e noun separe akoz mo fot me zame li finn donn mwa enn kalot. Li ti byen antann li avek so bann zanfan. Pa kone kinn ariv li.”

Christian Rosé a été présenté devant le tribunal de Moka hier après-midi. Une accusation provisoire d’agression avec préméditation est retenue contre lui. La police n’a pas objecté à sa remise en liberté sous caution de Rs 5 000 et une reconnaissance de dette de Rs 40 000.

Vers 16 heures, hier, il a été conduit au domicile de la victime pour une reconstitution des faits. Il a expliqué aux hommes de l’inspecteur Bhaukaurally avec précision comment il a agressé sa concubine à l’aide d’un poignard. L’exercice a eu lieu en présence du photographe de la police, Ravi Shreekissoon et du dessinateur Sylvio Sadien.


Rocco
Réponse avec citation