Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - Dispensaire pour aider les démunis à Moris
Afficher un message
  #10 (permalink)  
Vieux 10/07/2007, 14h42
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Un comité étudiera le prix des médicaments

Un comité étudiera le prix des médicaments
Le gouvernement veut instituer un comité pour analyser les hausses des prix des médicaments. L’Association des pharmaciens ne comprend pas cette démarche et dit qu’ils se sont stabilisés.

Le marché des médicaments suscite à nouveau des débats. Le gouvernement veut instituer un comité pour étudier les raisons de la hausse des prix des médicaments.

Le président de l’Association des pharmaciens, Sanjay Prayag, dit ne pas comprendre cette démarche : “Cela n’a pas de sens. Les autorités sont au courant des chiffres des importateurs. S’il y avait abus ou autre anomalie, elles l’auraient relevé. Nous ne sommes pas contre des discussions, mais il faut connaître quels sont les objectifs que nous voulons atteindre.”

Cette perception, estime-t-il, selon laquelle les médicaments coûtent cher ne tient pas la route : “Cher comparé à quoi ? Il est vrai qu’il y a un système gratuit d’une part et que d’autre part, ceux qui ont recours au privé paient davantage. Mais des facteurs externes jouent sur les prix. D’où les quelques hausses que nous avons eues.”

Cependant, actuellement, le prix des médicaments s’est stabilisé sur le marché. Les prix n’ont pas fluctué depuis trois mois. Certains, prévoit Sanjay Prayag, pourraient même baisser.

A titre d’exemple, un inhaler très utilisé chez les asthmatiques, dont le prix atteint Rs 130, coûte depuis quelque temps Rs 98. Un comprimé souvent prescrit chez les diabétiques est à Rs 4 alors qu’il se vendait à Rs 4, 50.

La dernière hausse remonte à quatre mois, en mars. Elle était en moyenne de Rs 30 à Rs 40. Justifications : l’augmentation du fret, de l’assurance voyage et la fluctuation des devises, dont l’euro en particulier, la plupart de nos médicaments venant de France.


“Les grossistes gonflent les prix”

Un autre pharmacien, qui a toutefois souhaité garder l’anonymat, estime qu’“il est vrai que les prix sont quelque peu élevés car les grossistes les gonflent au départ en incluant plusieurs coûts. C’est à cela que les autorités doivent jeter un œil. Des questions doivent se poser pour permettre que les prix fixés initialement ne soient pas exagérés”.

Sanjay Prayag ne partage pas l’avis de son confrère. Pour lui, les grossistes importateurs ne peuvent pas prendre ce risque car il existe des importateurs parallèles à eux. “Et si, vraiment, il y a des abus des grossistes, la différence de prix entre les importateurs des grandes compagnies et les importateurs parallèles aurait été plus grande. Ce qui n’est pas le cas. La différence est de 10 % à 15 %, seulement.” Il y a actuellement six importateurs parallèles dans le secteur pharmaceutique.

Les prix des médicaments ont récemment fait l’objet de différends entre les autorités et les pharmaciens. A deux reprises, l’ancien gouvernement avait réduit la marge des pharmaciens et des grossistes. Aujourd’hui, elle est de 21,6 % pour les pharmaciens et de 11 % pour les grossistes. Si un pharmacien vend un médicament à Rs 120, il perçoit une marge de Rs 19. Le pharmacien espère une hausse de la marge dans le prochain budget.

Mais ce gouvernement avait également essayé de trouver le moyen de faire baisser les prix des médicaments. Plusieurs réunions avec le ministère du Commerce n’ont cependant rien donné. Les différents mémorandums adressés par les pharmaciens aux autorités ont finalement, semble-t-il, donné satisfaction.







Jane L. O’NEILL
Réponse avec citation