Radio Moris Sega Music Mauritius Ile Maurice - Afficher un message - dossier Santé à Moris
Afficher un message
  #26 (permalink)  
Vieux 04/05/2007, 14h30
Avatar de Dev
Dev Dev est déconnecté
Rambo Morisien
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: région Parisienne IDF
Messages: 5 519
Envoyer un message via Yahoo à Dev
Zona : cet ennemi qui profite de votre vulnérabilité

VIRUS
Zona : cet ennemi qui profite de votre vulnérabilité


Le zona, contagieux par contact rapproché, est connu comme “la varicelle des adultes”.Vous faites face à une extrême fatigue, vous souffrez d’une maladie qui affecte votre système immunitaire ou vous êtes confronté aux aléas de l’âge… En bref, votre organisme est affaibli. C’est dans ce genre de cas que le zona pointe le bout de son nez. Il s’agit, en quelque sorte, de la “varicelle des adultes”.

“Le zona est une maladie virale provoquée par la réactivation du virus de la varicelle (chicken pox)”, explique le Dr Rodica Dobrescu-Adnath, dermatologue. Certes, après une varicelle, les virus sont détruits mais il y en a néanmoins quelques-uns qui restent présents dans l’organisme, plus précisément au niveau des ganglions sensitifs.

Lorsque, pour une des raisons précitées, le système immunitaire n’est plus en mesure de contrôler assez efficacement le virus, celui-ci revient. Apparaissent alors des vésicules sur la peau. Cela survient sur une partie du corps, dépendant des nerfs qui ont été attaqués par le virus. S’agit-il d’un phénomène qui peut être récurrent ou survient-il une seule fois ? “Cela peut arriver deux ou trois fois selon la localisation des ganglions”, répond le Dr Adnath.

Le zona peut toucher différents endroits du corps, dont le thorax, le dos, la nuque, le visage, et le cuir chevelu. Et les séquelles peuvent être immédiates ou à long terme, précise notre interlocutrice. “On parlera de séquelles immédiates lorsqu’il y a infection des vésicules, ou de petites blessures accompagnées de risques de surinfection. À long terme, il peut y avoir des soucis au niveau de la pigmentation et des douleurs persistantes.”

La douleur peut, en effet, se faire sentir pendant plusieurs mois après la guérison des lésions cutanées. Cela s’appelle la névralgie post-zona. Cela peut, semble-t-il, découler d’un endommagement des fibres nerveuses. Le cerveau recevrait alors des messages de douleur de ces fibres. Ainsi, des éléments de leur vie de tous les jours peuvent sembler insupportables aux patients, comme la chaleur, le souffle du vent, etc.

Il est important alors de consulter un médecin (l’idéal étant de le faire dès l’apparition des premiers symptômes). “Cliniquement, le zona ressemble à l’herpès. Le traitement sera donc le même. Des antiviraux seront prescrits, mais à plus forte dose pour le zona”, explique le Dr Adnath.


S’adonner à une activité physique

Le zona, peut, du reste, être notamment la cause d’une paralysie du visage. “Cette paralysie sera normalement temporaire”, précise notre interlocutrice. “Certains patients se retrouvent, par exemple, avec un œil qui reste fermé pendant longtemps mais cela ne dure pas forcément éternellement.”

Toujours est-il que certaines complications peuvent être graves. Comme ce que notre interlocutrice qualifie de “complication ultime du zona” : le zona ophtalmique. “Cela survient lorsque la branche ophtalmique du nerf facial est touchée.” Une perte de la vue peut même en résulter. Mais il s’agit là d’un cas de figure rare, ajoute le Dr Adnath.

Peut-on prévenir le zona ? “Pas vraiment”, explique la dermatologue. “En cas de résistance affaiblie, de maladie etc., la personne doit se tenir à l’écart des enfants ayant contracté la varicelle. Mais là encore, ce n’est pas toujours possible car l’enfant est contagieux deux semaines avant l’apparition des pustules…”

La varicelle est, on le sait, un mal contagieux. Mais le zona l’est aussi “par contact rapproché”. Le liquide qu’il y a à l’intérieur des vésicules contient, en effet, des particules virales. Ainsi, souligne notre interlocutrice, il vaut mieux, lorsque quelqu’un a un zona ophtalmique par exemple, éviter de l’embrasser… Le contact physique du malade avec qui que ce soit n’ayant jamais eu la varicelle peut, en effet, amener l’infection de cette personne et provoquer des conséquences graves.

En cas de grossesse surtout, il est recommandé à la femme d’éviter de trop s’approcher de la personne ayant le virus. Cela en raison du danger que cela représenterait pour le fœtus. Un risque tout aussi important pour les nouveau-nés.

Le zona étant une réactivation du virus de la varicelle lorsque l’organisme est affaibli, il est crucial, pour la santé du système immunitaire, de s’adonner à une activité physique régulière et de s’octroyer des moments de repos.

Cela dit, s’il est trop tard et que vous l’avez déjà eu, le meilleur conseil est l’hygiène. Cela afin d’éviter toute possibilité de surinfection bactérienne. Bien se laver, appliquer des compresses, porter des vêtements légers. Des gestes somme toute normaux qui peuvent néanmoins vous éviter bien des complications.





Lisie LABONNE
Réponse avec citation